La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Pierre Thilloy… compositeur sorcier

Pierre Thilloy, le nouveau directeur artistique et compositeur en résidence de l'Orchestre Lamoureux, a ouvert brillamment la saison avec la création mondiale de sa Symphonie n° 10 opus 211 "Exil" au Théâtre des Champs-Élysées. En intégrant les arts numériques avec le collectif KORDS à son grand orchestre symphonique, le compositeur le plus intrigant de sa génération repousse toujours plus loin les frontières. Rencontre avec un sorcier du son.



© DR.
© DR.
Pierre Thilloy organise le chaos, légifère dans le désastre : ce fut la création le 13 septembre d'"Exil", sa dixième symphonie en un terrible écho avec l'actualité. Dans la salle fameuse encore hantée par les rites sauvages du "Sacre du Printemps", le public a vécu une expérience rare avec cette fresque puissante, hallucinée, hallucinatoire. Une vraie commotion - soulignée par un silence suspendu après que le jeune chef Ayyub Guliyev a baissé sa baguette.

L'Orchestre Lamoureux et ses cent dix musiciens, littéralement soulevés par le souffle d'une épopée diabolique, rencontraient ce soir-là deux autres mondes : celui de cinq solistes venus d'Azerbaïdjan et celui issu de la technologie de KORDS mixant en direct sons et images. La proverbiale plasticité des Lamoureux leur fut d'un grand secours : ce fut un véritable exploit d'exécution. Le grand drame en trois mouvements liés pouvait déployer les prestiges d'une texture sonore traversée par les vagues convulsives des cordes, le train d'enfer des percussions (dont un tamtam et des tambours survoltés), l'orage des cuivres et des vents, le lyrisme pathétique des voix solistes (un piano, deux violons, un tar et un kamantcha instruments traditionnels du Caucase). Une riche instrumentation (dont les sirènes, les voix aériennes du célesta, du glockenspiel, les interventions de deux solos de flûte, l'étrangeté des sons électroniques) et des images hypnotiques dessinant un climat de fin du monde ou d'envoûtante élégie.

© DR.
© DR.
Nous avons rencontré le compositeur quelques jours avant ce concert d'un nouveau genre.

Christine Ducq - Comment envisagez-vous votre fonction de directeur artistique de l'Orchestre Lamoureux ?

Pierre Thilloy - Mon statut est unique puisque je suis non seulement directeur artistique mais aussi compositeur en résidence. Pour la direction, mon rôle est de retrouver avec les Lamoureux l'identité forte qui est attachée à leur histoire. Cet orchestre a un passé fameux de création de chefs-d'œuvre (Debussy, Wagner, Dutilleux) et de chefs légendaires comme Paray ou Markevitch. J'ai donc imaginé une programmation qui permette de les identifier à coup sûr - que j'ai appelée "Voyages fantastiques".

Il me semble qu'en ce moment, nous avons besoin de voyager, d'être émerveillés, de nous laisser surprendre. D'abolir les frontières. Et pour cela je ne pouvais rêver mieux que d'être nommé à la tête de cette merveilleuse phalange formée de musiciens d'un si grand talent.

Vous êtes un compositeur du monde comme on dit qu'il existe une musique du monde ?

Pierre Thilloy - Oui. J'ai la chance de beaucoup voyager, j'ai donc écrit de nombreuses œuvres ouvertes aux musiques issues de cultures très différentes et d'horizons divers. L'ouverture de la saison de l'Orchestre Lamoureux est d'ailleurs placée sous le signe du dépaysement avec l'Azerbaïdjan. J'y ai été en résidence pendant trois ans (à l'Ambassade de France entre 2003 et 2008, NDLR) et j'y ai lié beaucoup d'amitiés. J'ai appris à connaître sa culture et sa musique. Le 13 septembre, le public fera la connaissance de quelques fleurons de son répertoire classique.

Pierre Thilloy © Raphaël Creton (2009).
Pierre Thilloy © Raphaël Creton (2009).
Et l'Orchestre Lamoureux créera votre Symphonie n° 10 "Exil"…

Pierre Thilloy - C'est une commande qui représente beaucoup : elle sera créée par l'orchestre, cinq solistes azéris et avec les arts numériques du collectif KORDS que j'ai fondé il y a quatre ans avec deux frères de grand talent Vincent et François Guilliou. KORDS, ce sont les cordes de la musique classique mais à l'ère numérique. Il s'agit pour nous de passer de la lutherie de Crémone à celle d'aujourd'hui. Vincent Guilliou s'est occupé de créer l'univers visuel que je voulais pour ma symphonie. Et François Guilliou en a sculpté le son numérique. C'est donc une double création et notre premier concert en France ensemble.

Pour moi, il faut revoir la vision que nous avons du concert classique, un peu figé. Ainsi, avec cette œuvre, nous plongeons la salle et la scène dans le noir. La projection des images se fait sur un écran derrière l'orchestre. Avec des images et des sons électroniques mixés en temps réel qui réagiront (à l'aide de capteurs) à la partie musicale écrite pour l'orchestre. La musique doit surgir des images qui lui donnent une autre dimension.

À qui pensiez-vous en écrivant "Exil" ?

Pierre Thilloy - Notre démarche doit être intuitive étant donné l'actualité ! J'ai pensé à toutes les victimes forcées de fuir leur pays mais aussi à l'Azerbaïdjan. C'est un petit pays de neuf millions d'habitants, en guerre larvée avec l'Arménie, et qui a un million de personnes déplacées (1). Je ne veux cependant pas faire de politique et mon propos est artistique. En tant que compositeur, je considère que ma mission est d'alerter sur les problèmes de notre époque et de réunir les peuples dans l'amour de la musique. Un langage universel qui ne peut blesser personne contrairement aux mots.

© DR.
© DR.
Vous avez invité des solistes azéris puisque vous utilisez des instruments traditionnels dans votre symphonie.

Pierre Thilloy - Le tar et le kamantcha. Le tar est une sorte de oud et le kamantcha, un genre de violon de genou. Ces instruments ont un timbre qui me fait rêver. Dans la partition, beaucoup de départs de mélodies se font sur les modes du mugham (2). C'est un métissage que je recherche. Bien plus que d'une chapelle, ma musique se réclame du désir de toucher le public, le faire vibrer et voyager.

Les arts numériques participent de cette expérience ?

Pierre Thilloy - En effet. Les images épousent les pulsations de l'orchestre, variant selon le rythme et la mélodie. L'idée est que le public déconnecte du monde et investisse un territoire sacré. Et ce sera dans une des plus belles salles du monde, celle des Champs-Élysées (3).

Notes :
(1) Dans les montagnes du Haut-Karabakh, l'ancienne région autonome azérie est occupée par les troupes arméniennes depuis 1994, soit 13 % du territoire de l'ancienne république soviétique d'Azerbaïdjan (Source : "Le Monde diplomatique", décembre 2012).
(2) Le mugham est un genre musical traditionnel oriental propre aux régions du Caucase.
(3) L'Orchestre Lamoureux reprend ses quartiers au Théâtre des Champs-Élysées.

Entretien réalisé le 9 septembre 2015.

Programmation complète :
>> orchestrelamoureux.com

Quelques repères :
Septembre 2015 : direction générale du Festival "De Soie et de Feu" à Mulhouse, du 16 au 19 septembre 2015.
Septembre 2015 : création de la Symphonie n° 10 opus 211 "Exil".
Février 2015 : création de l'opéra "Les Faux-Monnayeurs", sur un livret de Jean-Pierre Prévost, d'après André Gide.
2012 : création de "La Constellation de la baleine", sur un texte de Michel Onfray.
Mars 2011 : création de l'opéra "Hamlet ou le jour des meurtres", sur un livret d'après Bernard-Marie Koltès.
2009 : création de "Mosella", oratorio profane (pour trois cents musiciens).

>> pierrethilloy.com

Christine Ducq
Mardi 22 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022