La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Pièce en plastique"… Toute la déliquescence du monde dans une pièce où l'absence d'espoir devient une vraie jubilation

"Pièce en plastique", Usine Hollander, Choisy-le-Roi

Une cellule familiale bourgeoise allemande lancée comme un jeu de dés sur la piste aseptisée de l'Europe : Marius von Mayenburg cisèle les figures désabusées de la réussite sociale pour en faire ressortir toute la vacuité et la vanité de leurs existences, de leurs sentiments, de leurs idées. Cela craquelle vite. Cela cherche surtout de toutes ses forces à survivre, quitte à saborder tout idéal.



© DR.
© DR.
Le vernis est pourtant tout à fait brillant : une famille, le père médecin, la mère assistante du plus génial plasticien du moment, un fils adolescent englué dans l'univers technologique et la recherche de lui-même. Ils sont de ceux dont on dit qu'ils ont fait leur place dans le monde, qu'ils ont réussi. Hyperactifs, conscients, intellectuels. Une façade que l'auteur fait tomber immédiatement en nous immergeant dans les pensées intimes, les doutes et le dialogue de ces parents inquiets en installant un système récurrent d'adresse au public qui reviendra tout au long de la pièce.

Un beau rouage d'horlogerie que cette vie sociale réussie qui absorbe en totalité la vie, le temps. Et qui finit par rendre jusqu'aux sentiments, mécanique. Jusqu'aux règles de savoir-vivre. Mécanique. Jusqu'aux gestes, aux affections, factuelles, rituelles, et vidés de leurs chairs. C'est au travers de ce microcosme une interrogation vitale sur la pensée de la citadelle européenne, de l'âme démocratique, sur le monde, sur ses propres valeurs, et sur sa réalité démocratique.

En satellite de cette cellule familiale, déboulent d'un côté la star plasticienne (sorte de caricature de l'artiste visionnaire) et une femme de ménage censée s'occuper du fils laissé à lui-même, sans identité. Jeu de quilles alors et grand écart social avec lequel s'amuse von Mayenburg (en se laissant parfois aller au plaisir du mot qui allonge certaines scènes) pour élargir sa vision dépourvue de héros. Ici, chacun semble sauver sa peau dans une vision qui frise un peu trop de didactisme par moments.

© DR.
© DR.
Mais Patrice Bigel transforme ce qui pourrait être un huis clos en vision élargie du monde. Toute l'action se déroule dans un espace dégagé, lumineux, presque aseptisé, où les signes d'un intérieur bourgeois sont des éléments disposés au large de manière à ce que tout l'espace soit libre, clinique, et que les scènes et les personnages y circulent comme dans un immense corridor. Cela donne au propos de la pièce une dimension universelle avec des relents de mort. On les croirait presque dans un paradis artificiel.

Dans cet univers sans vie, les personnages prennent une forme extrême. Pas seulement à cause de la scénographie mais surtout grâce à la direction d'acteurs et à la performance de chaque comédien. Il faudrait les citer tous car chacun construit un personnage totalement crédible, magnifique, original. Une distribution qui s'équilibre, se répond, joue ensemble à la perfection chacun dans une interprétation collant à son rôle. Comme un orchestre où chaque instrument résonne dans son timbre, son rythme.

Et tous, emportés dans une mise en scène, fluide, mouvante et vive, créent un spectacle qui établit une sorte de constat d'échec de la société allemande, ou occidentale, et de la pensée, table rase sur laquelle poser peut-être la première pierre d'un avenir ? Ce n'est pas dit. Et pourtant, le sentiment qui reste à la fin de la pièce est plutôt optimiste, comme si l'éclatement de cet ordre familial et social donnait place à une multitude individuelle capable de recréer autre chose.

"Pièce en plastique"

© DR.
© DR.
Texte : Marius von Mayenburg.
Traduction : Mathilde Sobottke (L'Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté).
Mise en scène : Patrice Bigel.
Avec : Karl-Ludwig Francisco, Bettina Kühlke, Jean-Michel Marnet, Juliette Parmantier et (en alternance) Auguste Daniau, Loris Perna, Julien Vion.
Scénographie, lumières : Jean-Charles Clair.
Compagnie La Rumeur.
Durée : 2 h 10.

A été joué du 12 au 22 octobre 2017.
Du 9 novembre au 3 décembre 2017.
Jeudi, vendredi, samedi à 20 h 30, dimanche à 18 h.
Usine Hollander, Choisy-le-Roi (94), 01 46 82 19 63.
>> usinehollander.blogspot.fr

Bruno Fougniès
Vendredi 27 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Comme une horloge bien huilée qui remonte le temps des amours adultères

"Trahisons", Le Lucernaire, Paris

Reprise "Trahisons", la pièce de Pinter, est devenu un classique du répertoire contemporain. Un style, un mode de jeu que les élèves des écoles de comédie pratiquent chaque année en cours. Car ici, c'est la manière délicate de jouer ces échanges aux allures banales et quotidiennes qui prime sur le fond. Un théâtre du non-dit, du verbe rare, elliptique, où le sous-texte, le regard, le geste retenu valent autant que ce qui est dit, ce qui est joué.

Comme une horloge bien huilée qui remonte le temps des amours adultères
L'histoire elle-même semble toute convenue : deux amis, l'un éditeur, l'autre agent d'auteur. La femme du premier a une longue liaison avec le second. Avec ce lien d'amitié, ce lien amoureux et ce lien matrimonial se tissent une tapisserie de l'apparence qui dissimule les secrets, un voile fait de sentiments contradictoires.

Pourtant, l'originalité de cette pièce de Pinter tient dans sa construction. L'histoire commence par la fin et va remonter dix années de la vie intime de ces trois personnages. Elle tient également à la sobriété, on pourrait même dire le formalisme des scènes. Ce sont avant toute chose des Anglais de la classe moyenne haute, préoccupés par les apparences, les qu'en-dira-t-on, la politesse.

Une propreté toute javellisée des échanges. Des contacts. Des habitudes. Une organisation pratique des tromperies d'une grande méticulosité, réaliste. Ce sont de ces passions amicales et amoureuses totalement à l'opposée du feu et des flammes des passions latines.

Bruno Fougniès
24/01/2018
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
17/02/2018
Sortie à la Une

"Bluebird", un rêve éveillé… ou plutôt comme l'éveil rêvé d'un autre monde

"Bluebird", en tournée

Noctambules. Insomniaques. Travailleurs aux horaires décalés. Nomades de la nuit. Tous pris en charge par Jimmy le chauffeur de taxi au volant de sa Nissan Blue Bird. Les personnages de "Bluebird" pièce écrite par l'auteur anglais Simon Stephens sont des isolés de Londres.

Des atomes qui surgissent au fil du temps, au défilement des réverbères, au surgissement des ombres, à la fragmentation des halos des devantures et repartent. Comme égrenés sous le poids de lassitude du moment.

Ce chauffeur dont le spectateur suit la tournée nocturne est comme un ange gardien. Toujours à la parade d'un danger éventuel. Le désamorçant avec talent quand il se manifeste. Avec ses petits rituels du café partagé, sa cigarette offerte, sa question posée à l'abrupt. Son silence pesé aussi. Ménageant des instants de presque confiance, propices aux confidences. Autant d'amorces, qui laissent transparaître les petits secrets des uns et des autres et qu'il amasse comme le ferait un écrivain.

Au fur et à mesure des échanges, son propre secret apparaît. Bien plus lourd que ne le laissent entendre les indices donnés à chaque client. Jimmy est toujours sur le qui vive. Jimmy avance dans l'allégement de sa conscience. C'est un secret que le critique ne peut dévoiler car c'est le ressort de la pièce.

Jean Grapin
19/01/2018