La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Patio Flamenco"… de la cour au patio

De la cour de l'émirat de Cordoue au patio de son enfance, Rubén Molina nous emmène dans son histoire personnelle ainsi que dans celle de l'Andalousie, avec ses invasions, ses influences et sa culture flamenca.



© John Candotti.
© John Candotti.
C'est d'abord une voix, un texte qui nous amène jusqu'à l'époque de l'invasion arabo-berbère (711) qui donna naissance à Al Andalus (Andalousie), puis à l'inquisition espagnole (à partir de 1478). Cette histoire, c'est aussi celle du flamenco que retrace le superbe spectacle de Rubén Molina, faisant référence au musicien Ziryab (789-857), "L'oiseau noir" chassé de Bagdad qui se réfugie en Andalousie en 822 sous l'émirat de Cordoue (756-929), enrichissant de son génie, entre autres, la musique andalouse en introduisant des techniques vocales qui vont ouvrir le chant au flamenco.

Au travers d'un éclairage historique riche d'enseignements et de celui de l'enfance de l'artiste, la représentation déroule dans différentes scènes, à la scénographie bien calibrée, des séquences où cette expression montre toute sa force artistique. Rubén Molina dévoile une virilité théâtrale dans des figures chorégraphiques ponctuées de sauts, genou au sol, où alternent tension corporelle, ondulations des mains, démontrant une dextérité certaine et un rapport à l'espace maîtrisé.

© John Candotti.
© John Candotti.
La mise en scène est très bien structurée avec des séquences de chants, de guitare, de danse, qui alternent. Nulle monotonie. Rarement deux solos s'enchaînent. Le chant passe le relais à la guitare qui passe le relais à la chorégraphie qui est appuyée à l'entame du spectacle par les palmas. C'est une construction artistique dans laquelle chaque composante traditionnelle du flamenco vienne par vagues successives s'insérer.

Le jeu du danseur est rapide, vif avec un jeu de taconeos utilisant, dans deux approches différentes, autant le talon au sol que la pointe du pied. Tout le corps parle, joue, est théâtral sans excès. Il y a chez Rubén Molina un aspect conquistador, nourri par l'histoire qui est racontée en off. Bras, jambes, genoux, torse, c'est toute une "machine" corporelle qui incarne et fait vivre le flamenco dans son art théâtral et son rythme autour de cassures, de gestes, souvent sous tension, toujours gracieux, parfois virevoltants.

Le corps est droit avec un contrebalancement venant d'un jeu de main courbe. Tout chez Molina respire cette danse andalouse, du regard au menton en passant par l'attitude. La gestique est tranchante à souhait avec des mouvements de bras et de jambes angulaires et vifs. L'espace, dans lequel le chorégraphe évolue, se dessine dans une gestuelle souvent rectiligne avec des déplacements courbes. Le spectacle se finit avec une alegria. C'est superbe.

"Patio Flamenco"

© John Candotti.
© John Candotti.
Mise en scène et chorégraphie : Rubén Molina.
Composition musicale : Daniel Barba.
Guitare : Dani Barba.
Chant : Cécile Évrot.
Son et lumières : Élise Boisseau.
Costumes : Maria Molina.

Jusqu'au 30 mai 2018.
Mercredi à 20 h 
.
Théâtre du Gymnase, Paris 10e, 01 42 46 79 79.
>> theatredugymnase.com

Safidin Alouache
Lundi 28 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020