La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Patio Flamenco"… de la cour au patio

De la cour de l'émirat de Cordoue au patio de son enfance, Rubén Molina nous emmène dans son histoire personnelle ainsi que dans celle de l'Andalousie, avec ses invasions, ses influences et sa culture flamenca.



© John Candotti.
© John Candotti.
C'est d'abord une voix, un texte qui nous amène jusqu'à l'époque de l'invasion arabo-berbère (711) qui donna naissance à Al Andalus (Andalousie), puis à l'inquisition espagnole (à partir de 1478). Cette histoire, c'est aussi celle du flamenco que retrace le superbe spectacle de Rubén Molina, faisant référence au musicien Ziryab (789-857), "L'oiseau noir" chassé de Bagdad qui se réfugie en Andalousie en 822 sous l'émirat de Cordoue (756-929), enrichissant de son génie, entre autres, la musique andalouse en introduisant des techniques vocales qui vont ouvrir le chant au flamenco.

Au travers d'un éclairage historique riche d'enseignements et de celui de l'enfance de l'artiste, la représentation déroule dans différentes scènes, à la scénographie bien calibrée, des séquences où cette expression montre toute sa force artistique. Rubén Molina dévoile une virilité théâtrale dans des figures chorégraphiques ponctuées de sauts, genou au sol, où alternent tension corporelle, ondulations des mains, démontrant une dextérité certaine et un rapport à l'espace maîtrisé.

© John Candotti.
© John Candotti.
La mise en scène est très bien structurée avec des séquences de chants, de guitare, de danse, qui alternent. Nulle monotonie. Rarement deux solos s'enchaînent. Le chant passe le relais à la guitare qui passe le relais à la chorégraphie qui est appuyée à l'entame du spectacle par les palmas. C'est une construction artistique dans laquelle chaque composante traditionnelle du flamenco vienne par vagues successives s'insérer.

Le jeu du danseur est rapide, vif avec un jeu de taconeos utilisant, dans deux approches différentes, autant le talon au sol que la pointe du pied. Tout le corps parle, joue, est théâtral sans excès. Il y a chez Rubén Molina un aspect conquistador, nourri par l'histoire qui est racontée en off. Bras, jambes, genoux, torse, c'est toute une "machine" corporelle qui incarne et fait vivre le flamenco dans son art théâtral et son rythme autour de cassures, de gestes, souvent sous tension, toujours gracieux, parfois virevoltants.

Le corps est droit avec un contrebalancement venant d'un jeu de main courbe. Tout chez Molina respire cette danse andalouse, du regard au menton en passant par l'attitude. La gestique est tranchante à souhait avec des mouvements de bras et de jambes angulaires et vifs. L'espace, dans lequel le chorégraphe évolue, se dessine dans une gestuelle souvent rectiligne avec des déplacements courbes. Le spectacle se finit avec une alegria. C'est superbe.

"Patio Flamenco"

© John Candotti.
© John Candotti.
Mise en scène et chorégraphie : Rubén Molina.
Composition musicale : Daniel Barba.
Guitare : Dani Barba.
Chant : Cécile Évrot.
Son et lumières : Élise Boisseau.
Costumes : Maria Molina.

Jusqu'au 30 mai 2018.
Mercredi à 20 h 
.
Théâtre du Gymnase, Paris 10e, 01 42 46 79 79.
>> theatredugymnase.com

Safidin Alouache
Lundi 28 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019