La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Paris l'été fait quand même son festival !

En 2019, Paris l'été avait accueilli plus de 100 000 spectateurs sur 32 lieux durant 3 semaines. L'édition 2020 n'aura malheureusement pas l'ampleur initialement prévue mais cette version réduite se déroulera sur cinq jours pour vivre quelques moments "spectaculaires" en toute liberté. Toutes les propositions sont gratuites avec une réservation préalable.



François Alu © Julien Benhamou.
François Alu © Julien Benhamou.
La diversité des disciplines représentées, qui a fait le charme de la manifestation estivale parisienne, est préservée puisque nous retrouvons des spectacles de danse, de théâtre, de musique, de cirque, de magie, des installations et des lectures. Il y en a donc pour tous les goûts et tous les âges.

Mercredi 29 juillet, 20 h et 21 h.
La soirée d'ouverture est construite sur deux cartes blanches dédiées à la danse et s'intitule "Histoires dansées".
La première est assurée par Sébastien Barrier.
Au programme, à priori, dégustation de vins naturels, mini-conférence sur le courant punk contemporain à Nottingham, invectives accueillantes, tentative de célébration du présent et collecte des objets perdus.
Avec : Sébastien Barrier.
La seconde est conçue par François Alu.
Entre sérieux et humour, convention et transgression, ordre et folie, François Alu a choisi de faire appel au talent d'une ballerine de l'Opéra de Paris (Luna Peigné), d'une contorsionniste (Elena Ramos) et d'un danseur-circassien (Nicolas Sannier) pour présenter de courtes "histoires dansées". Et vous serez, vous aussi, invités à entrer dans la danse tout au long de la soirée, pour cette grande fête artistique qui promet d'être mémorable !
Avec : Luna Peigné, Elena Ramos et Nicolas Sannier.
DJ Set de The Man Inside Corrine - dancefloor.
La soirée sera ponctuée d'interventions de Sébastien Barrier.

Gouâl © Yann Deva.
Gouâl © Yann Deva.
30 et 31 juillet.
Lecture - "Nos Rues" - Thomas Quillardet.
Nourri par une multitude de films - de Cédric Klapisch à Agnès Varda en passant par Julie Delpy, François Truffaut, Léos Carax et bien d'autres, Thomas Quillardet nous propose une singulière traversée des rues de Paris. De la ruelle la plus intime à l'avenue la plus iconique, du jardin le plus romantique au spot le plus déjanté, il nous embarque dans une épopée douce et aléatoire.
Une soirée pour fêter notre liberté retrouvée tout en gardant notre lucidité sur le monde.
Par : Thomas Quillardet, assisté de Guillaume Laloux.
Avec : Agnès Adam, Fabiana Ex-souza, Guillaume Laloux, Bénédicte Mbemba, Grégoire Monsaingeon, Josué Ndofusu, Adrien Michel (batterie), Emmanuel Heyner (guitare).

30 et 31 juillet.
Danse - "Gouâl" - Cie Filipe Lourenço/Association Plan-K.
Dans Gouâl (Extrait), qu'il a conçu pour six interprètes, Filipe Lourenço explore cet héritage singulier et le confronte à une écriture de facture plus contemporaine, tout en sobriété et délicatesse. L'alaoui, danse de guerre que l'on retrouve du Nord du Maroc à l'Ouest algérien, et initialement réservée aux hommes, s'ouvre ici à la mixité. Portés par une pulsation ancestrale, mouvements masculins et féminins redonnent un nouveau souffle à cette pratique et lui confèrent une saveur d'aujourd'hui, profondément vivante.
Conception, chorégraphie : Filipe Lourenço.
Assistante à la chorégraphie : Déborah Lary.
Interprétation (musique et danse) : Sabine Rivière, Agathe Thevenot, Ana Cristina Velasquez, Jamir Attar, Khalid Benghrib, Youness Aboulakoul.
Lumière : Yves Godin.
Régisseur : Loren Palmer.

Installation "Borealis" © Sebastien Puiatti.
Installation "Borealis" © Sebastien Puiatti.
30 juillet au 2 août.
Installation - "Borealis" - Dan Acher.
Une aurore boréale en plein cœur de Paris ? Typiques des ciels nordiques, ces phénomènes lumineux ont quelque chose de magnétique et de fascinant. D'autant qu'elles sont plutôt rares et imprévisibles, voire chimériques, sous nos latitudes.
Et pourtant, les Parisiens vont pouvoir voir une aurore boréale s'étendre au-dessus du Lycée Jacques-Decour. Ces rubans verts fluorescents, parfois mâtinés de bleu et violet, serpenteront mystérieusement dans la nuit… Et l'émerveillement jaillit !
Création : Dan Acher.
Création musicale : OXSA.

30 juillet au 2 août.
Installation - "Purple Rain" - Pierre Ardouvin.
Hommage malicieux à la chanson de Prince et au film coréalisé avec Albert Magnoli, le dispositif sonore et visuel imaginé par Pierre Ardouvin évoque un plateau de tournage grandeur nature dont le visiteur, muni d'un parapluie, devient le principal acteur. Sous les feux des projecteurs et une fine pluie violette, chacun réveille le fantôme d'un Prince ou d'un Gene Kelly, dans une atmosphère romantique, rock'n'roll et un brin mélancolique…
Création : Pierre Ardouvin.

"Je ne serais pas arrivé là si..." © Jean-Louis Fernandez.
"Je ne serais pas arrivé là si..." © Jean-Louis Fernandez.
31 juillet de 17 h à 19 h.
Radio - "Radio Arbres" - Laetitia Dosch.
Artiste inclassable et touche-à-tout, Laetitia Dosch mène, en dehors de sa carrière d'actrice au cinéma et au théâtre, une recherche qui lui est tout à fait personnelle. Avec "Radio Arbres", elle se lance dans une nouvelle exploration sensible, et en dehors des sentiers battus, avec la fantaisie et la radicalité qu'on lui connaît, pour interroger notre rapport au vivant.
À suivre en direct sur Radio Nova ou sur le site du festival

31 juillet et 1er août à 20 h.
Lecture - "Je ne serais pas arrivée là si…" - Julie Gayet et Judith Henry.
Au travers de ces récits individuels, "Je ne serais pas arrivée là si…" évoque la condition féminine, les rapports entre les hommes et les femmes et l'évolution des idées qui structurent notre société. Délicates, intimes, parfois inattendues, les prises de paroles viennent rompre le conformisme et la banalité grâce à cet art singulier de "l'accouchement de la pensée".
D'après "Je ne serais pas arrivée là si…" d'Annick Cojean, aux éditions Grasset en partenariat avec Le Monde.
Conception et mise en scène : Judith Henry.
Avec : Julie Gayet et Judith Henry.

Djazia Satour © Christophe Dehousse.
Djazia Satour © Christophe Dehousse.
1er août à partir de 20 h.
Musique - "Concert sur la Seine" - Djazia Satour et Jupiter & Okwess.
Pour fêter l'été et le plaisir de se retrouver en toute liberté sur les bords de Seine, venez vivre une soirée de concerts magique !
Du Pont de l'Alma à la Bibliothèque nationale de France, en passant par le Musée d'Orsay, l'Hôtel de ville ou encore le Square Tino Rossi, la pop-folk pétillante de Djazia Satour et le "Bofenia rock" des Jupiter & Okwess inonderont les deux rives.
Suivre le bateau ou plutôt guetter son arrivée, ce sera à vous de choisir !

2 août à 14 h et 21 h.
Magie - "Baltass & Close up" - Yann Frish.
En quelques minutes, il a fait voler en éclat l'image de la magie, les certitudes de certains persuadés que tout réside dans le truc. Le véritable travail artistique commence là où la technicité est "oubliée", où le truc n'est plus qu'un accessoire au service d'un message, d'une histoire, d'un scénario.
Le jeune prodige utilisera aussi un autre de ses instruments fétiches, la carte à jouer, pour nous proposer quelques tours de "close up", avec la gouaille et l'humour qu'on lui connaît.
Par Yann Frisch.

"Clownstrum" © Cdarek-Szuster.
"Clownstrum" © Cdarek-Szuster.
2 août à 15 h 30 et 19 h.
Théâtre - "Clownstrum" - Louis Arene et Lionel Lingelser/Munstrum théâtre.
Louis Arene et Lionel Lingelser du Munstrum théâtre s'emparent du thème de la catastrophe avec le ton résolument comique, iconoclaste et joyeux dont ils ont le secret. Accompagnés sur scène par Sophie Botte et Delphine Cottu, ancienne comédienne du Théâtre du Soleil, ils convoquent "un rire qui tient tête à la désespérance, au cynisme des dominants et à la rationalité qui vide notre quotidien de la poésie. Pour le dire mieux : un rire politique. Un rire révolutionnaire".
Conception et interprétation : Louis Arene, Sophie Botte et Delphine Cottu.
Mise en scène : Louis Arene et Lionel Lingelser.
Collaboration artistique : François De Brauer.
Création nez, costumes, maquillages : Louis Arene.
Régie générale : Valentin Paul.

2 août à 16 h et 19 h 30.
Théâtre - "J'ai trop peur" - David Lescot.
David Lescot, qui a puisé dans le vocabulaire ado, prend un malin plaisir à forcer le trait. Trois comédiennes incarnent le jeune héros de dix ans, sa peste de petite sœur (deux ans et demi) et l’ado qui vient donner ses conseils pour ne pas avoir l’air d’un "TPLD" ("tu pues la défaite") le jour de la rentrée. Le résultat est à la fois tendre, drôle, et d’une grande virtuosité.
Scénographie : François Gauthier Lafaye.
Lumières : Romain Thévenon.
Assistantes : Véronique Felenbok et Faustine Noguès.
Avec : Suzanne Aubert, Camille Bernon, Charlotte Corman, Théodora Marcadé, Élise Marie, Caroline Menon-Bertheux, Camille Roy, Lyn Thibault, Marion Verstraeten (en alternance).

"Instable" © Paul Bajard.
"Instable" © Paul Bajard.
2 août à 17 h.
Cirque - "Instable" - Nicolas Fraiseau & Christophe Huysman.
Enclin à maîtriser son corps et à se confronter au risque, le jeune circassien Nicolas Fraiseau entreprend un jeu d'équilibre avec un mât pour horizon. Sans hauban ni accroche fixe au départ, le mât est alors plus instable que l'homme, obligeant ainsi l'artiste à trouver une stabilité en lui, un ancrage, un centre. À travers cette figure qui tente de s'élever par tous les moyens, le spectacle déploie sa puissance dans la fragilité et les limites de la condition humaine.
Idée originale et jeu : Nicolas Fraiseau.
Mise en scène : Christophe Huysman.
Regards extérieurs : Mads Rosenbeck et Maël Tebibi.
Création lumière : Éric Fassa.
Création son : Robert Benz.
Scénographie : Nicolas Fraiseau, Christophe Huysman en collaboration avec Sylvain Fertard.
Costumes : Mélinda Mouslim.
Constructions : Sylvain Fertard et Michel Tardif.

2 août à 18 h.
Cirque - "Renverse" - Les filles du renard pâle.
Elle grimpe à la verticale pour pouvoir évoluer, là-haut, sur cette ligne horizontale… 4,5 mètres de vide sous ses pieds. Elle avance, en équilibre sur ce fil, mais se retrouve aussi tête en bas, à la renverse. Elle, c'est Johanne Humblet, fildefériste et funambule belge formée en France à l'Académie Fratellini, qui n'a de cesse de repousser avec malice les limites de la discipline, toujours accompagnée de ses musiciens en live.
Funambule : Johanne Humblet.
Musique : Johann Candoré, Kevin Laval.
Régie générale : Steve Duprez.
Régie son : Mathieu Ryo
Costume : Solenne Capmas.

"Renverse" © Axel Tihon.
"Renverse" © Axel Tihon.
Festival Paris l'été en toute liberté
Du 29 juillet au 2 août 2020.
Deux lieux de représentation :
Lycée Jacques Decour, 12 avenue Trudaine, Paris 9e ;
Sur la Seine, de la Tour Eiffel à la Bibliothèque François Mitterrand.
Entrée gratuite pour tous mais réservation obligatoire :
en ligne sur parislete.fr
ou 01 44 94 98 00
ou billetterie@parislete.fr

Gil Chauveau
Mercredi 29 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021