La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Le Facteur Cheval ou Le Rêve d'un fou" Voyage immobile d'un monumental rêveur

Au fond de la cour minérale du Théâtre des Halles, il est un sas conduisant dans l'arrière-cour, un jardin à l'écart des bruits tapageurs du Festival. C'est là, à ciel ouvert, que va se (re)jouer la fantastique histoire vraie d'un homme simple à l'esprit d'une complexité seule apte à enfanter un ouvrage hors norme, disproportionné et de conception hallucinée. Dans un décor "naturel", bruit des cigales, pierre philosophale capable de changer un vulgaire caillou en œuvre d'art immortel, branchages assemblés plus tard en échafaudage, un comédien "habité", la tête dans les étoiles et les pieds campés solidement au sol, met ses pas dans ceux du Facteur Cheval dont il a revêtu l'uniforme.



© Panache Diffusion.
© Panache Diffusion.
Et nous suivons sa tournée, pierre à pierre, petits poucets rêveurs à notre tour, guidés par ce géant de l'architecture brute nous inspirant respect, celui dû aux artistes moqués par "les braves gens (ceux dont parlait si bien Georges Brassens) qui n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux". Et la sienne de route, il l'a arpentée des années durant, sa besace à l'épaule, messager de dieu et du diable, voyageant au travers des journaux et cartes postales qu'il avait la charge de distribuer, laissant voguer son imaginaire au gré des chemins. Une évasion hors du sale quotidien (mort successive de deux enfants et d'une première épouse), une échappée belle lors de laquelle, yeux grands ouverts, il bâtissait en rêve un merveilleux palais…

Et comme dans un conte, un jour d'avril 1879, son pied heurte un caillou… Et là, la chimère du palais fantasmé se métamorphose en rêve à réaliser. Cette pierre, qui avait failli le faire chuter, va être fondatrice (écho lointain d'un verset biblique, "et sur cette pierre tu bâtiras ton église"), engendrant une bâtisse monumentale, son "chef-d'œuvre". En effet, ajoutée à des milliers d'autres glanées lors de ses tournées et rapatriées le soir dans sa brouette (poussée sur scène par un complice plasticien), elle lui permet - traces grandeur nature de ses lectures discontinues - d'élever un palais "monstrueux", féérique, mêlant tous les genres et influences, réunissant tous les bestiaires du monde et les architectures de tous les continents.

© Panache Diffusion.
© Panache Diffusion.
Dire que la communauté villageoise apprécie cet original qui, trente-trois ans durant, s'échine à empiler des pierres, ne dormant que trois heures par nuit, ce serait mentir… On dit de lui qu'il a une araignée au plafond ou, moins imagé, que ce type est carrément fada ! Mais, il semble hermétique à ces quolibets. Lui, la douleur avec laquelle il a affaire est d'un autre degré. "Emmurer" la perte suprême, celle de son garçon, de sa fille, mobilise toute son énergie… Et puis, il y a ce vieil original retiré du monde qui, lui, a trouvé refuge dans la peinture et avec lequel une amitié de taiseux se tisse… Lui aussi a des blessures secrètes à enfouir dans une activité absorbant toute son énergie. Ce que les gens "normaux" ne peuvent comprendre, c'est que l'art vivant refuse la médiocrité des existences normées autant que la mort, il est élixir de vie.

La douleur, contenue par la tâche titanesque entreprise et la formidable fantaisie créatrice qui l'anime, est de plus sublimée dans des hallucinations lui faisant entrevoir sa fille décédée dans le tableau du peintre disparu, ou encore dans son mensonge lorsqu'il se fait passer pour le père d'une autre afin de prolonger des vies qui ne sont plus. On "pense" ses blessures en refusant le scandaleux réel. Et si tout est illusion, si tout est pris dans les récits que l'on s'invente, alors n'est-il pas sain de porter sur le monde un regard résolument rêveur ?

© Panache Diffusion.
© Panache Diffusion.
Ainsi en a-t-il été de la vie de cet original génial, refusant "naturellement" de passer sous les fourches caudines d'une bien-pensance réductrice. Et s'il n'a pas toujours su dire à ses proches qu'il les aimait autant qu'il le ressentait, c'est que l'époque où il vivait prenait bien soin de faire taire en l'homme tout ce qui pouvait rappeler le féminin. Le Facteur Cheval, si rétif par ailleurs à s'en laisser compter, dans ce domaine fut lui aussi victime d'une norme imposée tacitement. Homme jusqu'au bout de ses failles, il a montré que l'on peut être sans instruction sans pourtant être sans génie, être homme ordinaire tout en étant extraordinaire, à l'image de son Palais fabuleux classé depuis monument historique.

Grâce à l'interprétation du comédien endossant comme une seconde peau les postures et les mouvements de pensée du Facteur Cheval, autant dans la rudesse de son être que dans sa dimension éthérée, après l'avoir côtoyé une heure et demie de si près, on a la curieuse sensation qu'il fait partie de nos proches. Et peut-être, plus troublant encore, ce sentiment d'inquiétante étrangeté flottant autour de lui, un peu comme si quelque part en nous il existait.

Vu le samedi 9 juillet pour la première au Jardin du Théâtre des Halles, dans le cadre du Festival OFF d'Avignon.

"Le Facteur Cheval ou Le Rêve d'un fou"

© Panache Diffusion.
© Panache Diffusion.
Création 2022
Adaptation théâtrale du roman de Nadine Monfils "Le rêve d'un fou" (Éditions du Fleuve, 2018).
Mise en scène : Alain Leempoel.
Avec : Elliot Jenicot, ex-pensionnaire de la Comédie-Française.
Accompagné du plasticien Philippe Doutrelepont.
Scénographie : Noémie Vanheste.
Costumes : Virginie Delvaux.
Panache Diffusion sprl et Don Quichotte asbl
Durée : 1 h 20.
À partir de 14 ans.

•Avignon Off 2022•
Du 9 au 30 juillet 2022.
Tous les jours à 11 h, relâche le mercredi.
Jardin du Théâtre des Halles, rue du Roi René, Avignon.
Réservations : 04 32 76 24 51 .
>> theatredeshalles.com

Yves Kafka
Mardi 12 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022