La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Nouvelles pièces courtes… un cocktail d'atmosphères, de poésie et de couleurs

"Nouvelles pièces courtes", Théâtre national de Chaillot, Paris puis tournée

Philippe Decouflé, dans des chorégraphies variées et séquencées, propose un monde artistique aux multiples reflets où la scénographie déroule des lieux et des nuances de différents horizons.



© Charles Freger.
© Charles Freger.
Tout est ambiance colorée. La scénographie est partie intégrante du spectacle, presque un personnage à lui tout seul dans cette série de "Nouvelles pièces courtes". Musique et théâtre viennent se greffer à la danse. Dans l'art, les frontières n'existent plus et Philippe Decouflé suit à la lettre ce précepte. Les scènes sont courtes, comme différents rythmes d'une pulsation qui nous emmènent dans les dédales d'un univers où les lieux bousculent le temps chorégraphique.

Les tempos, les rythmes se mêlent sans s'imbriquer et donnent un sentiment kaléidoscopique de voyage. Le noir au début, puis les couleurs, submergent le plateau, étalant à profusion différentes atmosphères créées autant par celles-ci que par la scénographie.

La gestuelle est très marquée dans ses balancements coordonnés. Elle est homogène, tout en étant différente. Les mouvements sont très élancés avec le tronc souvent droit, les membres faisant office de bascule, le tronc devenant l'axe sur lequel les équilibres se jouent. Les membres inférieurs vont chercher un espace, autre, alors que les membres supérieurs en font de même mais de façon plus équilibrée en restant légèrement en biais par rapport aux épaules.

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
La danse contemporaine se mêle aussi à une autre, latine, dans une scène où le tempo devient plus velouté. Ce n'est pas fête mais plutôt douceur, atmosphère chaude dans des pas glissés où les plantes des pieds sont bien au sol.

Les corps respirent, se croisent, se rencontrent, se séparent, s'imbriquent, se taquinent, se retrouvent pour se perdre. C'est un carrefour de pieds et de pas, une descente scénique avec, pour chacune des pièces, son parfum et son timbre. Il y a des danses aériennes, d'autres plus ancrées au sol avec des pas qui glissent, qui se lèvent, se longent et s'allongent.

La scénographie est superbe dans ses couleurs, dans ses éléments. D'une poutre, nous passons à un trou perdu au milieu de la scène, dans lequel un jeu corporel se fait entre des jambes féminines quand torse et visage sont masculins. Nous nous retrouvons, entre autres, dans un aéroport puis dans un avion pour finir dans une grande pièce aux grands paravents qui s'ouvrent pour laisser passer une lumière, toujours colorée, légèrement aveuglante aux premières secondes.

Le spectacle démarre sans musique. Puis des bruitages viennent se greffer dans une ligne mélodique créée par les interprètes autour d'un piano et d'une flûte traversière. Le cajon donne le tempo à certains moments. Les chorégraphies se lient à la musique de façon légère, avec grâce, de façon presque pointilleuse, sans que les corps ne viennent écraser de leur présence les notes. On s'effleure, se touche comme si le pas était une note qui suivait une partition de danse.

Tout est dans le gracieux, comme des caresses sur la peau. Puis la force vient s'immerger dans le corps mais jamais dans le mouvement. Decouflé opère une disjonction entre les deux, ou plutôt entre gravité du corps et "antigravité" du mouvement. L'un se pose quand l'autre se glisse.

C'est beau, car tout va à l'essentiel dans une effusion musicale où la gestuelle porte les notes comme des étendards.

"Nouvelles pièces courtes"

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Mise en scène et chorégraphie : Philippe Decouflé.
Assistante chorégraphique : Alexandra Naudet.
De et avec : Flavien Bernezet (caméra et cajon), Meritxell Checa Esteban, Julie Ferranti (piano et chant), Aurélien Oudot (acrobatie et piano), Alice Roland, Suzanne Soler (aérien), Violette Wanty (chant et flûte traversière).
Textes originaux : Alice Roland.
Musiques originales : Pierre Le Bourgeois, Peter Corser, Raphaël Cruz, Violette Wanty, Cengiz Djengo Hartlap.
Lumières et régie générale : Begoña Garcia Navas.
Vidéo : Olivier Simola, Laurent Radanovic.
Scénographie : Alban Ho Van assisté d'Ariane Bromberger.
Costumes : Jean-Malo, Laurence Chalou assistés de Charlotte Coffinet, Peggy Housset.
Régie plateau et vols : Léon Bony.
Régie plateau et construction : Guillaume Troublé.
Régie son : Jean-Pierre Spirli.
Compagnie DCA/Philippe Decouflé.
Durée : 1 h 30.

Du 29 décembre 2017 au 12 janvier 2018.
Vendredi 29 et samedi 30 à 20 h 30 ; mardi 2, mercredi 3, vendredi 5, samedi 6, mardi 9, mercredi 10, vendredi 12 à 20 h 30 ; samedi 6 et dimanche 7 à 15 h 30 ; jeudis 4 et 11 à 19 h 30.
Du 20 avril au 10 mai 2018.
Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, samedi et dimanche à 15 h 30.
Théâtre national de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

© Charles Freger.
© Charles Freger.
Tournée
25 au 27 janvier 2018 : Anthéa-Antipolis, Théâtre d’Antibes, Antibes (06).
31 janvier au 2 février 2018 : Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, Séte (34).
14 au 17 février 2018 : Le Quartz - Scène Nationale, Brest (29).
21 au 24 mars 2018 : Odyssud - Centre culturel, Blagnac (31).
29 juin au 1er juillet 2018 : Saitama Arts Theater (Japon).
7 et 8 juillet 2018 : Kitakyushu Performing Arts Center (Japon).
14 et 15 juillet 2018 : Biwako Hall, Shiga (Japon).

Première publication : 5 janvier 2018.

© DR.
© DR.

Safidin Alouache
Samedi 28 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

Le retour en grâce des "Huguenots" à Paris

Le retour des "Huguenots" de Meyerbeer sur la scène de l'Opéra de Paris est un des événements marquants de la commémoration des 350 ans de la noble maison. En dépit de contrariétés dues à des défections de dernière minute, le spectacle tient son rang et fait sonner de nouveau (à juste titre) les trompettes de la notoriété d'un compositeur longtemps oublié.

Le retour en grâce des
Le grand opéra à la française - un genre à la charnière de deux styles, celui du Bel Canto et du Romantisme - a fait les délices du public de la Monarchie de Juillet et bien au delà. Les opéras de la période française de Giacomo Meyerbeer ont en effet été parmi les plus joués et acclamés au XIXe et au début du XXe siècle.

Ouvrant la voie aux triomphes des Verdi, Offenbach, Gounod et autres Wagner, l'œuvre du compositeur allemand a par la suite subi un effacement presque total des scènes - nonobstant quelques rares reprises dont celle des "Huguenots" à l'Opéra national du Rhin (1), il y a un peu plus de cinq ans. On peut s'interroger à l'infini sur les raisons d'une telle désaffection (coût des productions, difficultés à trouver les chanteurs compétents, entre autres), mais on peut être assuré d'une chose : le nouveau spectacle de l'Opéra de Paris redonne aujourd'hui ses lettres de noblesse à une œuvre qui n'est pas sans attraits.

D'abord l'opéra lui-même est une sorte de super production d'avant l'invention du cinéma avec ses quatre heures de musique dédiées à un sujet historique (La Nuit de la Saint-Barthélémy en août 1572), une intrigue implexe trahissant sans vergogne la grande Histoire, avec ses chœurs impressionnants et ses sept rôles principaux nécessitant de solides chanteurs - sans oublier les nombreux figurants et un ballet ornant des tableaux qui doivent impressionner ou charmer. Et les bonnes surprises ne manquent pas à la (re)découverte de ces "Huguenots", qui furent le deuxième triomphe parisien d'un compositeur qui régna de son vivant sur Paris sans partage (2).

Christine Ducq
08/10/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018