La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Nouvelles pièces courtes… un cocktail d'atmosphères, de poésie et de couleurs

"Nouvelles pièces courtes", Théâtre national de Chaillot, Paris puis tournée

Philippe Decouflé, dans des chorégraphies variées et séquencées, propose un monde artistique aux multiples reflets où la scénographie déroule des lieux et des nuances de différents horizons.



© Charles Freger.
© Charles Freger.
Tout est ambiance colorée. La scénographie est partie intégrante du spectacle, presque un personnage à lui tout seul dans cette série de "Nouvelles pièces courtes". Musique et théâtre viennent se greffer à la danse. Dans l'art, les frontières n'existent plus et Philippe Decouflé suit à la lettre ce précepte. Les scènes sont courtes, comme différents rythmes d'une pulsation qui nous emmènent dans les dédales d'un univers où les lieux bousculent le temps chorégraphique.

Les tempos, les rythmes se mêlent sans s'imbriquer et donnent un sentiment kaléidoscopique de voyage. Le noir au début, puis les couleurs, submergent le plateau, étalant à profusion différentes atmosphères créées autant par celles-ci que par la scénographie.

La gestuelle est très marquée dans ses balancements coordonnés. Elle est homogène, tout en étant différente. Les mouvements sont très élancés avec le tronc souvent droit, les membres faisant office de bascule, le tronc devenant l'axe sur lequel les équilibres se jouent. Les membres inférieurs vont chercher un espace, autre, alors que les membres supérieurs en font de même mais de façon plus équilibrée en restant légèrement en biais par rapport aux épaules.

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
La danse contemporaine se mêle aussi à une autre, latine, dans une scène où le tempo devient plus velouté. Ce n'est pas fête mais plutôt douceur, atmosphère chaude dans des pas glissés où les plantes des pieds sont bien au sol.

Les corps respirent, se croisent, se rencontrent, se séparent, s'imbriquent, se taquinent, se retrouvent pour se perdre. C'est un carrefour de pieds et de pas, une descente scénique avec, pour chacune des pièces, son parfum et son timbre. Il y a des danses aériennes, d'autres plus ancrées au sol avec des pas qui glissent, qui se lèvent, se longent et s'allongent.

La scénographie est superbe dans ses couleurs, dans ses éléments. D'une poutre, nous passons à un trou perdu au milieu de la scène, dans lequel un jeu corporel se fait entre des jambes féminines quand torse et visage sont masculins. Nous nous retrouvons, entre autres, dans un aéroport puis dans un avion pour finir dans une grande pièce aux grands paravents qui s'ouvrent pour laisser passer une lumière, toujours colorée, légèrement aveuglante aux premières secondes.

Le spectacle démarre sans musique. Puis des bruitages viennent se greffer dans une ligne mélodique créée par les interprètes autour d'un piano et d'une flûte traversière. Le cajon donne le tempo à certains moments. Les chorégraphies se lient à la musique de façon légère, avec grâce, de façon presque pointilleuse, sans que les corps ne viennent écraser de leur présence les notes. On s'effleure, se touche comme si le pas était une note qui suivait une partition de danse.

Tout est dans le gracieux, comme des caresses sur la peau. Puis la force vient s'immerger dans le corps mais jamais dans le mouvement. Decouflé opère une disjonction entre les deux, ou plutôt entre gravité du corps et "antigravité" du mouvement. L'un se pose quand l'autre se glisse.

C'est beau, car tout va à l'essentiel dans une effusion musicale où la gestuelle porte les notes comme des étendards.

"Nouvelles pièces courtes"

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Mise en scène et chorégraphie : Philippe Decouflé.
Assistante chorégraphique : Alexandra Naudet.
De et avec : Flavien Bernezet (caméra et cajon), Meritxell Checa Esteban, Julie Ferranti (piano et chant), Aurélien Oudot (acrobatie et piano), Alice Roland, Suzanne Soler (aérien), Violette Wanty (chant et flûte traversière).
Textes originaux : Alice Roland.
Musiques originales : Pierre Le Bourgeois, Peter Corser, Raphaël Cruz, Violette Wanty, Cengiz Djengo Hartlap.
Lumières et régie générale : Begoña Garcia Navas.
Vidéo : Olivier Simola, Laurent Radanovic.
Scénographie : Alban Ho Van assisté d'Ariane Bromberger.
Costumes : Jean-Malo, Laurence Chalou assistés de Charlotte Coffinet, Peggy Housset.
Régie plateau et vols : Léon Bony.
Régie plateau et construction : Guillaume Troublé.
Régie son : Jean-Pierre Spirli.
Compagnie DCA/Philippe Decouflé.
Durée : 1 h 30.

Du 29 décembre 2017 au 12 janvier 2018.
Vendredi 29 et samedi 30 à 20 h 30 ; mardi 2, mercredi 3, vendredi 5, samedi 6, mardi 9, mercredi 10, vendredi 12 à 20 h 30 ; samedi 6 et dimanche 7 à 15 h 30 ; jeudis 4 et 11 à 19 h 30.
Puis du 20 avril au 10 mai 2018.
Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, samedi et dimanche à 15 h 30.
Théâtre national de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

© Charles Freger.
© Charles Freger.
Tournée
25 au 27 janvier 2018 : Anthéa-Antipolis, Théâtre d’Antibes, Antibes (06).
31 janvier au 2 février 2018 : Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, Séte (34).
14 au 17 février 2018 : Le Quartz - Scène Nationale, Brest (29).
21 au 24 mars 2018 : Odyssud - Centre culturel, Blagnac (31).

Safidin Alouache
Vendredi 5 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016