La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Nouvelles pièces courtes… un cocktail d'atmosphères, de poésie et de couleurs

"Nouvelles pièces courtes", Théâtre national de Chaillot, Paris puis tournée

Philippe Decouflé, dans des chorégraphies variées et séquencées, propose un monde artistique aux multiples reflets où la scénographie déroule des lieux et des nuances de différents horizons.



© Charles Freger.
© Charles Freger.
Tout est ambiance colorée. La scénographie est partie intégrante du spectacle, presque un personnage à lui tout seul dans cette série de "Nouvelles pièces courtes". Musique et théâtre viennent se greffer à la danse. Dans l'art, les frontières n'existent plus et Philippe Decouflé suit à la lettre ce précepte. Les scènes sont courtes, comme différents rythmes d'une pulsation qui nous emmènent dans les dédales d'un univers où les lieux bousculent le temps chorégraphique.

Les tempos, les rythmes se mêlent sans s'imbriquer et donnent un sentiment kaléidoscopique de voyage. Le noir au début, puis les couleurs, submergent le plateau, étalant à profusion différentes atmosphères créées autant par celles-ci que par la scénographie.

La gestuelle est très marquée dans ses balancements coordonnés. Elle est homogène, tout en étant différente. Les mouvements sont très élancés avec le tronc souvent droit, les membres faisant office de bascule, le tronc devenant l'axe sur lequel les équilibres se jouent. Les membres inférieurs vont chercher un espace, autre, alors que les membres supérieurs en font de même mais de façon plus équilibrée en restant légèrement en biais par rapport aux épaules.

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
La danse contemporaine se mêle aussi à une autre, latine, dans une scène où le tempo devient plus velouté. Ce n'est pas fête mais plutôt douceur, atmosphère chaude dans des pas glissés où les plantes des pieds sont bien au sol.

Les corps respirent, se croisent, se rencontrent, se séparent, s'imbriquent, se taquinent, se retrouvent pour se perdre. C'est un carrefour de pieds et de pas, une descente scénique avec, pour chacune des pièces, son parfum et son timbre. Il y a des danses aériennes, d'autres plus ancrées au sol avec des pas qui glissent, qui se lèvent, se longent et s'allongent.

La scénographie est superbe dans ses couleurs, dans ses éléments. D'une poutre, nous passons à un trou perdu au milieu de la scène, dans lequel un jeu corporel se fait entre des jambes féminines quand torse et visage sont masculins. Nous nous retrouvons, entre autres, dans un aéroport puis dans un avion pour finir dans une grande pièce aux grands paravents qui s'ouvrent pour laisser passer une lumière, toujours colorée, légèrement aveuglante aux premières secondes.

Le spectacle démarre sans musique. Puis des bruitages viennent se greffer dans une ligne mélodique créée par les interprètes autour d'un piano et d'une flûte traversière. Le cajon donne le tempo à certains moments. Les chorégraphies se lient à la musique de façon légère, avec grâce, de façon presque pointilleuse, sans que les corps ne viennent écraser de leur présence les notes. On s'effleure, se touche comme si le pas était une note qui suivait une partition de danse.

Tout est dans le gracieux, comme des caresses sur la peau. Puis la force vient s'immerger dans le corps mais jamais dans le mouvement. Decouflé opère une disjonction entre les deux, ou plutôt entre gravité du corps et "antigravité" du mouvement. L'un se pose quand l'autre se glisse.

C'est beau, car tout va à l'essentiel dans une effusion musicale où la gestuelle porte les notes comme des étendards.

"Nouvelles pièces courtes"

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Mise en scène et chorégraphie : Philippe Decouflé.
Assistante chorégraphique : Alexandra Naudet.
De et avec : Flavien Bernezet (caméra et cajon), Meritxell Checa Esteban, Julie Ferranti (piano et chant), Aurélien Oudot (acrobatie et piano), Alice Roland, Suzanne Soler (aérien), Violette Wanty (chant et flûte traversière).
Textes originaux : Alice Roland.
Musiques originales : Pierre Le Bourgeois, Peter Corser, Raphaël Cruz, Violette Wanty, Cengiz Djengo Hartlap.
Lumières et régie générale : Begoña Garcia Navas.
Vidéo : Olivier Simola, Laurent Radanovic.
Scénographie : Alban Ho Van assisté d'Ariane Bromberger.
Costumes : Jean-Malo, Laurence Chalou assistés de Charlotte Coffinet, Peggy Housset.
Régie plateau et vols : Léon Bony.
Régie plateau et construction : Guillaume Troublé.
Régie son : Jean-Pierre Spirli.
Compagnie DCA/Philippe Decouflé.
Durée : 1 h 30.

Du 29 décembre 2017 au 12 janvier 2018.
Vendredi 29 et samedi 30 à 20 h 30 ; mardi 2, mercredi 3, vendredi 5, samedi 6, mardi 9, mercredi 10, vendredi 12 à 20 h 30 ; samedi 6 et dimanche 7 à 15 h 30 ; jeudis 4 et 11 à 19 h 30.
Du 20 avril au 10 mai 2018.
Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, samedi et dimanche à 15 h 30.
Théâtre national de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

© Charles Freger.
© Charles Freger.
Tournée
25 au 27 janvier 2018 : Anthéa-Antipolis, Théâtre d’Antibes, Antibes (06).
31 janvier au 2 février 2018 : Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, Séte (34).
14 au 17 février 2018 : Le Quartz - Scène Nationale, Brest (29).
21 au 24 mars 2018 : Odyssud - Centre culturel, Blagnac (31).
29 juin au 1er juillet 2018 : Saitama Arts Theater (Japon).
7 et 8 juillet 2018 : Kitakyushu Performing Arts Center (Japon).
14 et 15 juillet 2018 : Biwako Hall, Shiga (Japon).

Première publication : 5 janvier 2018.

© DR.
© DR.

Safidin Alouache
Samedi 28 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020