La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Nouveau Roman"… entre humour, débats et littérature

"Nouveau Roman", Théâtre La Colline, Paris

La mise en scène fait vivre de l’intérieur un mouvement littéraire qui a secoué le monde de la littérature au milieu du siècle dernier. Les débats sont vifs et passionnés sans que l’humour et la légèreté ne faussent compagnie.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Julien Honoré, le frère du metteur en scène Clément Honoré, débute le spectacle en racontant avec une pointe d’humour quelques souvenirs d’enfance et ses débuts théâtraux avec son frère. Le contact avec le public est franc et direct comme pour montrer que nous sommes au théâtre avec des personnages fictifs joués par de vrais comédiens. Et c’est parti ! Julien Honoré (Claude Mauriac) présente la troupe créant ainsi une illusion fausse, mais réelle parce qu’assumée.

Nous sommes dans les années cinquante avec un mouvement littéraire appelé "Nouveau Roman" dont Robbe-Grillet, Sarraute, Duras, Pinget, Beckett, Sagan sont les porte-voix et les écrivains de talent.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
La scène présente trois espaces de jeu sans frontière, celui d’un salon, d’un espace de débats et d’un bureau des Éditions de Minuit. Les écrivains, critiques et éditeurs se croisent. La parole est l’armature, la discussion l’habit d’une pièce où la littérature est l’humus du spectacle. Tout semble vrai car tout est vivace et spontané. La chose littéraire devient légère bien que les débats soient relevés. Les personnages habillent la littérature d’une belle robe séduisante. Elle devient charme et délice.

Les discussions sont à bâtons repus. L’humour est compagnon de jeu. Des téléviseurs laissent voir des interviews d’écrivains tels Duras ou Sollers. L’ombre de Beckett plane dans les propos des personnages.

Les débats sont vifs et passionnés avec un intellectualisme chassé de la scène et un ennui bâillonné. La musique, guitare électrique seule, et les chants prennent le relais.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L’auteur/metteur en scène, Christophe Honoré, nous plonge à l’intérieur d’un mouvement littéraire. Sa vue n’est ni partisane, ni "historique". Elle est vivante, fraîche, humoristique. Nous sommes dans l’intimité des écrivains, dans leurs humeurs, dans leurs engagements.

Le jeu des comédiens est un délice. Ludivine Sagnier (Sarraute) est superbe dans son rôle. Ce n’est pas la seule. Brigitte Catillon (Michel Butor), Jean-Charles Clichet (Robbe-Grillet), Julien Honoré (Claude Mauriac) plantent avec beaucoup de talent des personnages truculents.

Les débats retracent avec superbe une époque où les codes du roman ont été remis en question, où l’intrigue et les personnages devenaient secondaires. C‘est retranscrit avec vivacité. En somme, une belle pièce faite de belles répliques et de bons mots.

"Nouveau Roman"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Texte : Christophe Honoré.
Mise en scène : Christophe Honoré.
Assistant à la mise en scène : Sébastien Lévy.
Scénographie : Alban Ho Van.
Avec : Brigitte Catillon, Jean-Charles Clichet, Anaïs Demoustier, Julien Honoré, Annie Mercier, Sébastien Pouderoux, Mélodie Richard, Ludivine Sagnier, Mathurin Voltz, Benjamin Wangermée.
Et la participation amicale de François Bégaudeau, Geneviève Brisac, Dennis Cooper, Charles Dantzig, Marie Darrieussecq, Alain Fleischer, Isabelle Huppert, Gilles Leroy, Mathieu Lindon, Emilio Lopez-Menchero, Éric Reinhardt, Lydie Salvayre et Philippe Sollers.
Lumière : Rémy Chevrin.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Vidéo : Rémy Chevrin, Christophe Honoré et Baptiste Klein.
Costumes : Coralie Gauthier pour Yohji Yamamoto, Y’s et Limi Feu.
Durée : 2 h 50.

Spectacle du 15 novembre au 9 décembre 2012.
Du mercredi au samedi à 20 h 30, mardi à 19 h 30, dimanche à 15 h 30.
La Colline Théâtre national, Paris 20e, 01 44 62 52 52.
>> colline.fr

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.

Safidine Alouache
Lundi 26 Novembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021