La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Nigji Sanges, la musique de l'avenir

Jeune compositrice de trente-deux ans, Nigji Sanges représente assurément un espoir pour l'avenir. Très tôt intéressée par la composition et le cinéma, ses activités se partagent aujourd'hui entre la musique de films, de théâtre et la composition pure pour instruments, voix et orchestres. Rencontre avec une jeune femme qui compte bien se faire un nom dans un monde encore très masculin.



© DR.
© DR.
Nous avons rencontré une première fois Nigji Sanges au salon Musicora en février 2016 à l'occasion d'un superbe concert pour six harpes organisé par la grande soliste Marielle Nordmann (avec ses élèves) - concert donné dans le cadre du mécénat d'entreprise Banques Populaires. Marielle Nordmann est en effet directrice artistique de la Fondation Banque Populaire depuis sa création en 1992. Si Nigji Sanges est présente, c'est qu'elle fait partie des vingt-huit compositeurs lauréats de la fondation distingués par un jury composé (outre Marielle Nordmann) d'éminents musiciens tels Anne Queffélec, Patrice Fontanarosa et le compositeur Philippe Hersant, entre autres.

Intéressée par le profil atypique de la jeune femme, nous la retrouvons quelques semaines plus tard dans un café parisien. Avec des racines africaines mais aussi italiennes et grecques (son prénom signifie en japonais "Arc-en-ciel" et son nom est napolitain), Nigji Sanges s'investit dans de nombreux domaines et a de nombreux centres d'intérêt. Après ceux de pratique instrumentale (flûte et violon), elle a décroché plusieurs prix de conservatoire en écriture, orchestration et composition à l'image. Elle a déjà créé quelques bandes originales pour de jeunes réalisateurs mais a répondu aussi à des commandes de musiciens d'orchestres. Concernée par les enjeux climatiques, elle songe à composer également une pièce orchestrale en hommage à la nature et aux racines de l'Homme. Retour sur son parcours et ses projets.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Comment devient-on compositrice ? Ce n'est pas encore si fréquent.

Nigji Sanges - J'ai commencé très tôt à improviser de la musique avant d'intégrer le conservatoire du Luxembourg à l'âge de sept ans. J'ai commencé par la flûte à bec puis le violon. Et dans ma chambre, en autodidacte, je composais de petites pièces parce que j'avais besoin d'exprimer des choses. Vers dix-huit ans, j'ai pris des cours de composition. J'ai toujours été très réceptive à la musique. La musique classique qu'écoutait mon père mais aussi la musique de films. J'ai été fascinée par le travail de compositeurs tels Nino Rota, Ennio Morricone ou Ryuichi Sakamoto. À onze ans j'ai découvert une série à la télévision, "Rivière Espérance", dont la musique était de Bruno Coulais. J'en notais les thèmes. C'est encore un souvenir prégnant pour moi.

Vous composez maintenant pour le cinéma.

Nigji Sanges - Pour l'instant essentiellement pour le court-métrage (1). Je travaille aussi en collaboration avec d'autres compositeurs de films, souvent pour l'orchestration.
Depuis peu, je travaille aussi pour le théâtre. C'est un autre forme d'expression artistique qui m'intéresse. J'ai entamé une collaboration avec le metteur en scène Olivier Dhénin sur l'une de ses pièces, inspirée d'un conte d'Andersen, à Rochefort l'an dernier. Nous avons plusieurs projets ensemble. Je vais composer pour son spectacle consacré à la pièce de Maurice Maeterlinck, "Les Sept princesses", et nous aimerions monter également "Princesse Maleine" (2), un opéra inachevé de la compositrice Lili Boulanger disparue à vingt-quatre ans en 1918. Je voudrais orchestrer ses esquisses qui sont conservées à la Bibliothèque nationale de France.

Orchestre National des Pays de la Loire (3) © DR.
Orchestre National des Pays de la Loire (3) © DR.
Vous enseignez désormais la composition à l'image. De quoi s'agit-il ?

Nigji Sanges - C'est la musique composée pour l'image qu'elle soit publicitaire, documentaire ou cinématographique. Composer pour l'image, c'est capter ce qui est non verbal, non iconique, faire surgir une dimension sous-jacente.

En tant que compositrice pour le cinéma, comment travaillez-vous ?

Nigji Sanges - Le plus souvent, la composition se fait au montage du film. Le compositeur est souvent appelé assez tard et il doit travailler sur une bande temporaire qui donne l'ambiance, le tempo. Parfois, l'instrumentation est précisée, ce qui donne une idée de ce que le réalisateur attend.
Plus rarement, le compositeur fournit la bande originale avant, et celle-ci est diffusée pendant le tournage. C'est ce que faisait Ennio Morricone ou Francis Lai pour Claude Lelouch.

Vous avez reçu l'enseignement de Laurent Petitgirard au conservatoire ?

Nigji Sanges - Ce fut une expérience très riche. Grâce à lui, nous avons fait un concert au Festival de Cannes, ce qui a constitué une occasion de faire connaître mon travail. Avec lui, j'ai affiné ma perception du rapport musique-image et il nous a fait rencontrer de nombreux compositeurs dont Bruno Coulais. Un moment d'émotion pour moi.

Vous composez également pour le concert.

Nigji Sanges - L'Orchestre régional d'Avignon-Provence m'a passé commande. Je participe au projet de l'orchestre, soutenu par la SACEM, pour favoriser la rencontre d'enfants scolarisés en primaire, issus de quartiers prioritaires, avec la musique dite classique ou savante. Je mets en musique des textes qu'ils ont écrits et de petits films d'animation réalisés avec Sébastien Fau. Ils vont monter sur scène et chanter.
Je vais également écrire une pièce pour basson et piano pour Sophie Dartigalongue qui vient d'être nommée basson solo à l'Orchestre de l'Opéra de Vienne – la seule femme dans l'harmonie !

Comment redevenez-vous compositrice dans la vie quotidienne parmi toutes vos activités ?

Nigji Sanges - Le compositeur converse avec lui-même. Mais aussi avec le monde. Il doit être connecté à ses propres émotions mais aussi avec son environnement. Je marche beaucoup, je prends le métro pour m'imprégner de ce qui m'entoure et les thèmes me viennent.

(1) Elle est lauréate d'"Emergence Cinéma" en 2012, de la Maison du Film Court en 2013. La même année elle a remporté le premier prix du concours "Musiques en Courts" présidé par Vladimir Cosma et Krishna Levy.
(2) Opéra inachevé en cinq actes sur un livret de M. Maerterlinck et T. Ricordi.
(3) En septembre 2014, l'Orchestre National des Pays de la Loire, dirigé par Pascal Rophé, et son chœur ont enregistré trois versions symphoniques différentes de l'hymne du FC Nantes, composé à l'origine par Olivier Tronson. Les trois nouvelles orchestrations ont été proposées par des étudiants du Conservatoire de Paris : Axel Nouveau, Sanges Nigji et Maël Oudin.

24 juin 2016 à 14 h 30.
Opéra Grand-Avignon.
Ciné-Concerts des quartiers.
Direction : Christophe Mangou.
Compositeur : Nigji Sanges.
Réalisateur : Sébastien Fau.

17 novembre 2016 à 16 h 15.
Musée Jean-Jacques Henner (75).
"Les Sept princesses" de M. Maerterlinck.
Mise en scène : Olivier Dhénin.
Musique : Nigji Sanges.

>> nigjisanges.com

Christine Ducq
Dimanche 13 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020