Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Nigji Sanges, la musique de l'avenir

Jeune compositrice de trente-deux ans, Nigji Sanges représente assurément un espoir pour l'avenir. Très tôt intéressée par la composition et le cinéma, ses activités se partagent aujourd'hui entre la musique de films, de théâtre et la composition pure pour instruments, voix et orchestres. Rencontre avec une jeune femme qui compte bien se faire un nom dans un monde encore très masculin.



© DR.
© DR.
Nous avons rencontré une première fois Nigji Sanges au salon Musicora en février 2016 à l'occasion d'un superbe concert pour six harpes organisé par la grande soliste Marielle Nordmann (avec ses élèves) - concert donné dans le cadre du mécénat d'entreprise Banques Populaires. Marielle Nordmann est en effet directrice artistique de la Fondation Banque Populaire depuis sa création en 1992. Si Nigji Sanges est présente, c'est qu'elle fait partie des vingt-huit compositeurs lauréats de la fondation distingués par un jury composé (outre Marielle Nordmann) d'éminents musiciens tels Anne Queffélec, Patrice Fontanarosa et le compositeur Philippe Hersant, entre autres.

Intéressée par le profil atypique de la jeune femme, nous la retrouvons quelques semaines plus tard dans un café parisien. Avec des racines africaines mais aussi italiennes et grecques (son prénom signifie en japonais "Arc-en-ciel" et son nom est napolitain), Nigji Sanges s'investit dans de nombreux domaines et a de nombreux centres d'intérêt. Après ceux de pratique instrumentale (flûte et violon), elle a décroché plusieurs prix de conservatoire en écriture, orchestration et composition à l'image. Elle a déjà créé quelques bandes originales pour de jeunes réalisateurs mais a répondu aussi à des commandes de musiciens d'orchestres. Concernée par les enjeux climatiques, elle songe à composer également une pièce orchestrale en hommage à la nature et aux racines de l'Homme. Retour sur son parcours et ses projets.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Comment devient-on compositrice ? Ce n'est pas encore si fréquent.

Nigji Sanges - J'ai commencé très tôt à improviser de la musique avant d'intégrer le conservatoire du Luxembourg à l'âge de sept ans. J'ai commencé par la flûte à bec puis le violon. Et dans ma chambre, en autodidacte, je composais de petites pièces parce que j'avais besoin d'exprimer des choses. Vers dix-huit ans, j'ai pris des cours de composition. J'ai toujours été très réceptive à la musique. La musique classique qu'écoutait mon père mais aussi la musique de films. J'ai été fascinée par le travail de compositeurs tels Nino Rota, Ennio Morricone ou Ryuichi Sakamoto. À onze ans j'ai découvert une série à la télévision, "Rivière Espérance", dont la musique était de Bruno Coulais. J'en notais les thèmes. C'est encore un souvenir prégnant pour moi.

Vous composez maintenant pour le cinéma.

Nigji Sanges - Pour l'instant essentiellement pour le court-métrage (1). Je travaille aussi en collaboration avec d'autres compositeurs de films, souvent pour l'orchestration.
Depuis peu, je travaille aussi pour le théâtre. C'est un autre forme d'expression artistique qui m'intéresse. J'ai entamé une collaboration avec le metteur en scène Olivier Dhénin sur l'une de ses pièces, inspirée d'un conte d'Andersen, à Rochefort l'an dernier. Nous avons plusieurs projets ensemble. Je vais composer pour son spectacle consacré à la pièce de Maurice Maeterlinck, "Les Sept princesses", et nous aimerions monter également "Princesse Maleine" (2), un opéra inachevé de la compositrice Lili Boulanger disparue à vingt-quatre ans en 1918. Je voudrais orchestrer ses esquisses qui sont conservées à la Bibliothèque nationale de France.

Orchestre National des Pays de la Loire (3) © DR.
Orchestre National des Pays de la Loire (3) © DR.
Vous enseignez désormais la composition à l'image. De quoi s'agit-il ?

Nigji Sanges - C'est la musique composée pour l'image qu'elle soit publicitaire, documentaire ou cinématographique. Composer pour l'image, c'est capter ce qui est non verbal, non iconique, faire surgir une dimension sous-jacente.

En tant que compositrice pour le cinéma, comment travaillez-vous ?

Nigji Sanges - Le plus souvent, la composition se fait au montage du film. Le compositeur est souvent appelé assez tard et il doit travailler sur une bande temporaire qui donne l'ambiance, le tempo. Parfois, l'instrumentation est précisée, ce qui donne une idée de ce que le réalisateur attend.
Plus rarement, le compositeur fournit la bande originale avant, et celle-ci est diffusée pendant le tournage. C'est ce que faisait Ennio Morricone ou Francis Lai pour Claude Lelouch.

Vous avez reçu l'enseignement de Laurent Petitgirard au conservatoire ?

Nigji Sanges - Ce fut une expérience très riche. Grâce à lui, nous avons fait un concert au Festival de Cannes, ce qui a constitué une occasion de faire connaître mon travail. Avec lui, j'ai affiné ma perception du rapport musique-image et il nous a fait rencontrer de nombreux compositeurs dont Bruno Coulais. Un moment d'émotion pour moi.

Vous composez également pour le concert.

Nigji Sanges - L'Orchestre régional d'Avignon-Provence m'a passé commande. Je participe au projet de l'orchestre, soutenu par la SACEM, pour favoriser la rencontre d'enfants scolarisés en primaire, issus de quartiers prioritaires, avec la musique dite classique ou savante. Je mets en musique des textes qu'ils ont écrits et de petits films d'animation réalisés avec Sébastien Fau. Ils vont monter sur scène et chanter.
Je vais également écrire une pièce pour basson et piano pour Sophie Dartigalongue qui vient d'être nommée basson solo à l'Orchestre de l'Opéra de Vienne – la seule femme dans l'harmonie !

Comment redevenez-vous compositrice dans la vie quotidienne parmi toutes vos activités ?

Nigji Sanges - Le compositeur converse avec lui-même. Mais aussi avec le monde. Il doit être connecté à ses propres émotions mais aussi avec son environnement. Je marche beaucoup, je prends le métro pour m'imprégner de ce qui m'entoure et les thèmes me viennent.

(1) Elle est lauréate d'"Emergence Cinéma" en 2012, de la Maison du Film Court en 2013. La même année elle a remporté le premier prix du concours "Musiques en Courts" présidé par Vladimir Cosma et Krishna Levy.
(2) Opéra inachevé en cinq actes sur un livret de M. Maerterlinck et T. Ricordi.
(3) En septembre 2014, l'Orchestre National des Pays de la Loire, dirigé par Pascal Rophé, et son chœur ont enregistré trois versions symphoniques différentes de l'hymne du FC Nantes, composé à l'origine par Olivier Tronson. Les trois nouvelles orchestrations ont été proposées par des étudiants du Conservatoire de Paris : Axel Nouveau, Sanges Nigji et Maël Oudin.

24 juin 2016 à 14 h 30.
Opéra Grand-Avignon.
Ciné-Concerts des quartiers.
Direction : Christophe Mangou.
Compositeur : Nigji Sanges.
Réalisateur : Sébastien Fau.

17 novembre 2016 à 16 h 15.
Musée Jean-Jacques Henner (75).
"Les Sept princesses" de M. Maerterlinck.
Mise en scène : Olivier Dhénin.
Musique : Nigji Sanges.

>> nigjisanges.com

Christine Ducq
Dimanche 13 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020