Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Nigji Sanges, la musique de l'avenir

Jeune compositrice de trente-deux ans, Nigji Sanges représente assurément un espoir pour l'avenir. Très tôt intéressée par la composition et le cinéma, ses activités se partagent aujourd'hui entre la musique de films, de théâtre et la composition pure pour instruments, voix et orchestres. Rencontre avec une jeune femme qui compte bien se faire un nom dans un monde encore très masculin.



© DR.
© DR.
Nous avons rencontré une première fois Nigji Sanges au salon Musicora en février 2016 à l'occasion d'un superbe concert pour six harpes organisé par la grande soliste Marielle Nordmann (avec ses élèves) - concert donné dans le cadre du mécénat d'entreprise Banques Populaires. Marielle Nordmann est en effet directrice artistique de la Fondation Banque Populaire depuis sa création en 1992. Si Nigji Sanges est présente, c'est qu'elle fait partie des vingt-huit compositeurs lauréats de la fondation distingués par un jury composé (outre Marielle Nordmann) d'éminents musiciens tels Anne Queffélec, Patrice Fontanarosa et le compositeur Philippe Hersant, entre autres.

Intéressée par le profil atypique de la jeune femme, nous la retrouvons quelques semaines plus tard dans un café parisien. Avec des racines africaines mais aussi italiennes et grecques (son prénom signifie en japonais "Arc-en-ciel" et son nom est napolitain), Nigji Sanges s'investit dans de nombreux domaines et a de nombreux centres d'intérêt. Après ceux de pratique instrumentale (flûte et violon), elle a décroché plusieurs prix de conservatoire en écriture, orchestration et composition à l'image. Elle a déjà créé quelques bandes originales pour de jeunes réalisateurs mais a répondu aussi à des commandes de musiciens d'orchestres. Concernée par les enjeux climatiques, elle songe à composer également une pièce orchestrale en hommage à la nature et aux racines de l'Homme. Retour sur son parcours et ses projets.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Comment devient-on compositrice ? Ce n'est pas encore si fréquent.

Nigji Sanges - J'ai commencé très tôt à improviser de la musique avant d'intégrer le conservatoire du Luxembourg à l'âge de sept ans. J'ai commencé par la flûte à bec puis le violon. Et dans ma chambre, en autodidacte, je composais de petites pièces parce que j'avais besoin d'exprimer des choses. Vers dix-huit ans, j'ai pris des cours de composition. J'ai toujours été très réceptive à la musique. La musique classique qu'écoutait mon père mais aussi la musique de films. J'ai été fascinée par le travail de compositeurs tels Nino Rota, Ennio Morricone ou Ryuichi Sakamoto. À onze ans j'ai découvert une série à la télévision, "Rivière Espérance", dont la musique était de Bruno Coulais. J'en notais les thèmes. C'est encore un souvenir prégnant pour moi.

Vous composez maintenant pour le cinéma.

Nigji Sanges - Pour l'instant essentiellement pour le court-métrage (1). Je travaille aussi en collaboration avec d'autres compositeurs de films, souvent pour l'orchestration.
Depuis peu, je travaille aussi pour le théâtre. C'est un autre forme d'expression artistique qui m'intéresse. J'ai entamé une collaboration avec le metteur en scène Olivier Dhénin sur l'une de ses pièces, inspirée d'un conte d'Andersen, à Rochefort l'an dernier. Nous avons plusieurs projets ensemble. Je vais composer pour son spectacle consacré à la pièce de Maurice Maeterlinck, "Les Sept princesses", et nous aimerions monter également "Princesse Maleine" (2), un opéra inachevé de la compositrice Lili Boulanger disparue à vingt-quatre ans en 1918. Je voudrais orchestrer ses esquisses qui sont conservées à la Bibliothèque nationale de France.

Orchestre National des Pays de la Loire (3) © DR.
Orchestre National des Pays de la Loire (3) © DR.
Vous enseignez désormais la composition à l'image. De quoi s'agit-il ?

Nigji Sanges - C'est la musique composée pour l'image qu'elle soit publicitaire, documentaire ou cinématographique. Composer pour l'image, c'est capter ce qui est non verbal, non iconique, faire surgir une dimension sous-jacente.

En tant que compositrice pour le cinéma, comment travaillez-vous ?

Nigji Sanges - Le plus souvent, la composition se fait au montage du film. Le compositeur est souvent appelé assez tard et il doit travailler sur une bande temporaire qui donne l'ambiance, le tempo. Parfois, l'instrumentation est précisée, ce qui donne une idée de ce que le réalisateur attend.
Plus rarement, le compositeur fournit la bande originale avant, et celle-ci est diffusée pendant le tournage. C'est ce que faisait Ennio Morricone ou Francis Lai pour Claude Lelouch.

Vous avez reçu l'enseignement de Laurent Petitgirard au conservatoire ?

Nigji Sanges - Ce fut une expérience très riche. Grâce à lui, nous avons fait un concert au Festival de Cannes, ce qui a constitué une occasion de faire connaître mon travail. Avec lui, j'ai affiné ma perception du rapport musique-image et il nous a fait rencontrer de nombreux compositeurs dont Bruno Coulais. Un moment d'émotion pour moi.

Vous composez également pour le concert.

Nigji Sanges - L'Orchestre régional d'Avignon-Provence m'a passé commande. Je participe au projet de l'orchestre, soutenu par la SACEM, pour favoriser la rencontre d'enfants scolarisés en primaire, issus de quartiers prioritaires, avec la musique dite classique ou savante. Je mets en musique des textes qu'ils ont écrits et de petits films d'animation réalisés avec Sébastien Fau. Ils vont monter sur scène et chanter.
Je vais également écrire une pièce pour basson et piano pour Sophie Dartigalongue qui vient d'être nommée basson solo à l'Orchestre de l'Opéra de Vienne – la seule femme dans l'harmonie !

Comment redevenez-vous compositrice dans la vie quotidienne parmi toutes vos activités ?

Nigji Sanges - Le compositeur converse avec lui-même. Mais aussi avec le monde. Il doit être connecté à ses propres émotions mais aussi avec son environnement. Je marche beaucoup, je prends le métro pour m'imprégner de ce qui m'entoure et les thèmes me viennent.

(1) Elle est lauréate d'"Emergence Cinéma" en 2012, de la Maison du Film Court en 2013. La même année elle a remporté le premier prix du concours "Musiques en Courts" présidé par Vladimir Cosma et Krishna Levy.
(2) Opéra inachevé en cinq actes sur un livret de M. Maerterlinck et T. Ricordi.
(3) En septembre 2014, l'Orchestre National des Pays de la Loire, dirigé par Pascal Rophé, et son chœur ont enregistré trois versions symphoniques différentes de l'hymne du FC Nantes, composé à l'origine par Olivier Tronson. Les trois nouvelles orchestrations ont été proposées par des étudiants du Conservatoire de Paris : Axel Nouveau, Sanges Nigji et Maël Oudin.

24 juin 2016 à 14 h 30.
Opéra Grand-Avignon.
Ciné-Concerts des quartiers.
Direction : Christophe Mangou.
Compositeur : Nigji Sanges.
Réalisateur : Sébastien Fau.

17 novembre 2016 à 16 h 15.
Musée Jean-Jacques Henner (75).
"Les Sept princesses" de M. Maerterlinck.
Mise en scène : Olivier Dhénin.
Musique : Nigji Sanges.

>> nigjisanges.com

Christine Ducq
Dimanche 13 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021