La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Nelson Freire, un Empereur aux Flâneries de Reims

Depuis le 23 juin, le festival des Flâneries musicales de Reims a débuté avec son habituel programme éclectique pour sa 27e édition. En attendant le concert pique-nique géant du 23 juillet, jeunes talents et artistes confirmés se produisent dans divers lieux remarquables de la ville des rois et de ses environs. L'occasion le 28 juin de retrouver l'immense pianiste Nelson Freire en récital.



Concert au Chevet de la Cathédrale © Axel Coeuret.
Concert au Chevet de la Cathédrale © Axel Coeuret.
Les Flâneries musicales de Reims ont autant à cœur de faire découvrir les jeunes artistes qu'à inviter les maîtres reconnus. Avec le concert "Caprices", l'après-midi du 28 juin, le public pouvait découvrir le jeune violoniste Guillaume Latour. L'ancien violon du Quatuor Diotima défendait un programme (enregistré au CD) consacré à des compositeurs et violonistes du XVIIe au XXe siècles. Voulu comme un hommage à l'histoire du violon et à la créativité de ses serviteurs, le concert donnait à entendre des œuvres assez rarement données.

De la belle Sonate n°4 "Fritz Kreisler" d'Eugène Ysaÿe au Caprice n°16 de Pietro Locatelli (diabolique), de l'impressionnante seconde Partita de Jean-Sébastien Bach aux "Red Violin Caprices" de John Corigliano, l'artiste a pu dévoiler la richesse de sa technique au service de styles et d'époques différentes, et l'énergique engagement de son art pour une exploration sans concession des sonorités. Une belle présence que celle de Guillaume Latour, soucieux d'expliquer les enjeux de chaque œuvre choisie à un public conquis.

Nelson Freire © Mat Henneke.
Nelson Freire © Mat Henneke.
Le soir, dans un Opéra de Reims bondé, le légendaire pianiste brésilien Nelson Freire donnait un récital très attendu. Notoirement secret (et modeste dans ses entrées sur scène), ce magicien du répertoire romantique avait choisi la Toccata en do mineur BWV 911 de Jean-Sébastien Bach pour ouvrir la soirée, emmenant d'entrée de jeu l'auditeur dans un voyage haletant à travers les brusques variations de style, de rythme, de brillant d'une pièce vraiment orchestrale. Il nous invitait ensuite à planer avec lui dans les hautes sphères beethovéniennes avec la Sonate n° 31 opus 110. Le discours clair, le jeu et la pédale légatos, un métier de plusieurs décennies pour un toucher magique, tout était au service des sentiments variés (lyriques ou grinçants) distillés par cette œuvre hors-norme.

La concentration et l'art intense de Nelson Freire nous rappelant alors les mots d'Alfred Brendel au sujet du pianiste idéal : "Il impressionne par sa présence, mais (…) se dissout dans la musique. Il domine et il sert". La sublime poésie de son jeu, sa sonorité lumineuse, son sens des détails et de l'ensemble faisaient encore des miracles (après l'entracte) dans le romantisme exacerbé de la 3e sonate opus 5 de Johannes Brahms. Faisant siennes des œuvres qu'il connaît si bien qu'il n'a pas besoin de partitions, Nelson Freire est un de ces artistes qui vous exaltent et vous rendent heureux, longtemps après que le concert est fini. Sans conteste, c'est bien l'empereur qu'on sacrait à Reims ce soir-là.

Parc de Champagne, Pique Nique © Axel Coeuret.
Parc de Champagne, Pique Nique © Axel Coeuret.
Les Flâneries musicales de Reims.
Du 23 juin au 12 juillet 2016.
Programme complet :
>> flaneriesreims.com

Interview du directeur artistique du festival, le pianiste Jean-Philippe Collard (3 min) :
itv_jp_collard_reims_juin_2016.mp3 ITV_JP Collard Reims_Juin 2016.mp3  (11.55 Mo)


Christine Ducq
Lundi 4 Juillet 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020