La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"Naïs" Nous voulons de la vie au théâtre et du théâtre dans la vie

C'est avec cette magnifique citation de Jules Renard que j'ouvre les festivités, pour féliciter la joyeuse et talentueuse troupe très applaudie, hier soir, au théâtre du Lucernaire, à Paris. Paris, ville de lumière, de travaux à la pelle et lieu de naissance de Molière.



© Philippe Dayriès.
© Philippe Dayriès.
Molière, justement. Peu avant la remise de prix portant le nom de ce grand monsieur, un bilan peu réjouissant est tombé concernant les métiers oubliés, voire ensevelis, de cette cérémonie. En effet, ni scénographe, ni costumier, ni créateur sonore et lumière, ni maquilleur et coiffeur ne sont représentés, et ce, depuis plus d'une décennie. En assistant hier soir au spectacle "Naïs" de Marcel Pagnol, j'ai pensé que, parfois, il y avait nul besoin de s'affairer à ces dépenses-là quand brillent devant nous autant d'étincelles de plaisir, de partage et de talents dans une mise en scène chorégraphiée et sublimée par sa sobriété.

Cette sobriété sur le plateau, c'est à Thierry Harcourt qu'on la doit. Ce metteur en scène qu'on ne présente plus et qui multiplie les succès en passant, dernièrement, du théâtre des Variétés au théâtre Hébertot. Sur scène, c'est simple, réfléchi et malicieux aussi. Un peu comme ses yeux que j'ai croisés quelques minutes avant de pénétrer dans les lieux. Un grand metteur en scène amusé, fier et apaisé. Il peut, puisqu'en effet, la pièce est réussie.

© Philippe Dayriès.
© Philippe Dayriès.
En premier plan, le comédien Arthur Cachia, bien plus séduisant qu'il ne le pense de lui, puisqu'il joue "Toine" le bossu, amoureux transit de l'héroïne : Naïs. Cet acteur est formidable, incarnant à la perfection l'ami amoureux qui suit le cours de sa vie comme il peut, profitant de chaque instant heureux non loin de celle qu'il porte dans son cœur comme cette bosse dont il a hérité. Malheur !

Malheureux, ce père – excellent Patrick Zard' – qui ne cède rien à sa fille, peu enclin à la blague, mais très pince-sans-rire. Un paysan rasant, aigri par la vie et qui, peu à peu, voit sa fille le quitter pour céder aux bras d'un jeune homme plein de fougue, de désir et de promesses heureuses d'avenir. Cette fille "à papa" qui n'en est une que dans l'écrit, c'est elle, Naïs, incarnée délicatement et avec grande justesse par Marie Wauquier.

Naïs, jeune fille devenue belle jeune femme, fait fondre le cœur de Frédéric, jeune et riche bourgeois d'Aix-en-Provence. Jeunes devenus grands, la passion aussi s'est accentuée, ils s'aiment et veulent vivre cet amour en toute liberté. Mais le père ne le consent pas vraiment et tout devient poésie, rire et drame. Pagnol dans toute sa splendeur. Faire passer du rire aux larmes avec des mots bien ancrés, de la chaleur et l'accent de ce sud qui réchauffe le cœur des Parisiens usés par cette grisaille mortelle.

© Philippe Dayriès.
© Philippe Dayriès.
Mortelle, l'issue de cette comédie or not ? Toine restera-t-il l'ami, le protecteur, l'amoureux transi ? Naïs connaitra-t-elle l'amour éternel sans craindre son paternel ?
Pagnol révèle, à travers ses personnages, un autre caractère, encore si moderne, la différence de classe et sa plume est croustillante, drôle et émouvante.

De l'émotion, du rire et ne pas voir le temps qui passe, c'est ce que j'attends du théâtre. De la vie et la joie du partage. Le plaisir que prend chacun des personnages brillamment représentés par cette troupe enjouée mérite bien cette citation précédemment citée. Il serait donc bien dommage de se priver d'un si beau moment de partage et d'un spectacle aussi chaleureux qu'il est bien vivant.

"Naïs"

© Philippe Dayriès.
© Philippe Dayriès.
Texte : Marcel Pagnol.
Mise en scène : Thierry Harcourt.
Avec : Arthur Cachia, Kevin Coquard, Clément Pellerin ou Simon Gabillet, Lydie Tison, Marie Wauquier et Patrick Zard’.
Musique : Tazio Caputo.
Lumières : Thierry Harcourt.
Costumes : Françoise Berger et Yamna Tison.
Chorégraphie : Bénédicte Charpiat.
Production Les Fautes de Frappe.
Durée : 1 h 10.

Du 8 mai au 30 juin 2024.
Du mercredi au samedi à 18 h 30, dimanche à 15 h.
Le Lucernaire, Théâtre Noir, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

© Philippe Dayriès.
© Philippe Dayriès.

Isabelle Lauriou
Jeudi 23 Mai 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter







À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024