La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Mythologies" Chorégraphies des rêves éveillés des peuples

Si, comme Paul Ricœur l'avançait, "Le rêve est à la mythologie privée du dormeur, ce que le mythe est au rêve éveillé des peuples", Angelin Preljocaj n'a de cesse de nous faire rêver, tout éveillés, nous spectateurs de 2022 vibrant intérieurement à l'évocation de ces figures mythiques lovées dans quelque recoin de notre psyché. Pour la première de sa création mondiale donnée à l'Opéra National de Bordeaux, sa troupe et celle du ballet de l'ONBA, en parfait "à-corps" avec la saisissante création musicale de Thomas Bangalter, annihilent les frontières de l'espace-temps, les faisant voler en éclats pour mieux nous atteindre.



Les mythes ont cela de prodigieux qu'ils cristallisent en eux des vérités humaines hors temporalité, hors espace. En nous parlant de dieux et héros, a priori un monde sans commune mesure avec notre mesure commune, c'est de nous, simples mortels, qu'ils parlent tant ils distillent l'essence de notre condition sans jamais la fixer platement. Ainsi, "enchantant" le réel, ils le donnent poétiquement à entendre et à voir.

En un peu moins de vingt tableaux, à la manière d'un fondu enchaîné à vue, le chorégraphe nous propose une traversée mythique alliant la mythologie contemporaine (catcheurs cagoulés engagés dans un battle réglé comme du papier à musique, ici celle de l'ex Daft Punk) à celle de la Grèce antique à qui il emprunte nombre de ses figures. Ainsi Thalestris, reine des Amazones - guerrières éclatantes de féminité sous le voile de leurs robes recouvrant subtilement leurs corps gracieux - s'attellera à séduire Alexandre le Grand. Auparavant, le prenant pour cible, elles auront montré leur détermination farouche en décochant de leur arc bandé leurs flèches vigoureuses. S'ensuivront treize nuits mouvementées où la belle Thalestris utilisera le vaillant guerrier afin de tenter d'engendrer… une fille invincible.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Zeus, sous une forme d'une pluie d'or inondant le plateau - le coquin est coutumier de ces métamorphoses à horizon sexuel -, s'unira à Danaé, emprisonnée par son père afin qu'elle ne puisse donner naissance à un enfant qui, selon l'oracle, l'assassinerait. Persée, hissé à bout de bras par les danseurs faisant chorus, naîtra de cet accouplement divin. Dans un autre tableau, le demi-dieu Persée combattra la Gorgone Méduse ; armé d'un glaive et la tête recouverte d'un caisson afin de ne pas risquer de croiser son regard sidérant, il la terrassera. La musique alors s'emballera pour accompagner l'exploit de la mise à mort des Gorgones décapitées.

Le Minotaure offrira l'un des tableaux parmi les plus expressionnistes. Un danseur à tête de taureau (celle représentée sur le rideau de scène) coursera frénétiquement, à travers des blocs labyrinthiques, une jeune femme lui ayant été livrée. Fuite éperdue, portée à l'épaule, jetée au sol, tournoiement de la proie au-dessus de la tête animale, les figures de la prédation seront traversées, accompagnées d'une musique à l'unisson. Quant à Arès et Aphrodite, couple improbable alliant la guerre à la beauté et s'adonnant aux amours adultères, ils laisseront place à Icare qui, fuyant les prisons d'ici-bas, s'élèvera spectaculairement dans les cintres, treuillé par un palan, avant la chute annoncée.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Le tableau final constituera le point d'orgue de cette traversée en milieu mythique en convoquant les images projetées des guerres actuelles - où viendront s'insérer de manière quasi subliminale les lettres de "MYTHOLOGIES" - les entremêlant au ballet des danseurs et danseuses, drapés à l'antique et au port hiératique, et abandonnant là, sous nos yeux subjugués, les corps recroquevillés des barbaries contemporaines… Ainsi en va-t-il des mythologies - des anciennes comme de celles en cours - de véhiculer l'essence de nos existences, hors temps et hors espace, en les faisant résonner longtemps dans les plis de l'inconscient collectif.

Née de la collaboration active des ballets réunis de l'ONB et du Ballet Preljocaj-CCN d'Aix-en-Provence, et, pour la musique, de l'audacieux Thomas Bangalter délaissant délibérément sa zone de confort de l'électronique pour la musique symphonique alternant envolées baroques et influences minimalistes répétitives, cette création a tout pour séduire. Quant aux interprètes magnifiés par les costumes "dé-voilant" leurs harmonieuses gestuelles, ils participent pleinement à la fête des sens initiée par le chorégraphe à vocation consensuelle.

Vu le vendredi 1er juillet pour la première donnée à l'ONBA, Bordeaux.

"Mythologies"

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Création mondiale 2022.
Pièce pour 20 danseurs.
Chorégraphie : Angelin Preljocaj.
Musique originale : Thomas Bangalter.
Danseurs du Ballet Preljocaj : Baptiste Coissieu, Mirea Delogu, Antoine Dubois, Clara Freschel, Verity Jacobsen, Tommaso Marchignoli, Emma Perez Sequeda, Mireia Reyes Valenciano, Khevyn Sigismondi, Cecilia Torres Morillo.
Danseurs du Ballet de l'Opéra National de Bordeaux : Marini Da Silva Vianna, Vanessa Feuillatte, Anna Guého, Ryota Hasegawa, Alice Leloup, Riku Ota, Oleg Rogachev, Ahyun Shin, Clara Spitz, Tangui Trévinal.
Musique : Orchestre National Bordeaux Aquitaine.
Direction musicale : Romain Dumas.
Scénographie : Adrien Chalgard.
Lumières : Éric Soyer.
Costumes, Adeline André.
Vidéo : Nicolas Clauss.
Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch.
Assistante répétitrice : Cécile Médour.
Choréologue : Dany Lévêque.
Durée : 1 h 30.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Du 1er au 10 juillet 2022.
Du lundi au vendredi à 20 h, dimanche à 15 h.
Programmation effectuée dans le cadre du partenariat entre le Ballet de l'Opéra National de Bordeaux et le Ballet Preljocaj.
Opéra National de Bordeaux Aquitaine (ONBA), place de la Comédie, Bordeaux.
Tél. : 05 56 00 85 95.
>> opera-bordeaux.com

Tournée
8 et 9 septembre 2022 : Le Temps d'aimer la danse, Biarritz (64).
Du 14 au 18 septembre 2022 : Maison de la danse, Lyon -69).
24 septembre 2022 : Teatre Municipale Valli Reggio Emilia (Italie).
29 et 30 septembre 2022 : Anthéa, Antipolis Théâtre, Antibes (06).
Du 5 au 0 octobre 2022 : Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence (13).
Du 14 au 16 octobre 2022 : Opéra - Musique live Avec l'Orchestre de l'Opéra de Rouen Normandie (direction Romain Dumas), Rouen (76).
Du 22 octobre au 5 novembre 2022 : Théâtre du Châtelet - Musique live avec l'Orchestre de Chambre de Paris (direction Romain Dumas), dans le cadre des saisons du Théâtre du Châtelet et du Théâtre de la Ville hors les murs, Paris.
Du 12 et 13 novembre 2022 : Opéra, Limoges (87).
Du 14 au 18 décembre 2022 : Opéra Royal du Château de Versailles, Versailles (78).

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Après les premières séries de représentations avec les danseurs du Ballet Preljocaj et du Ballet de l'Opéra de Bordeaux, les deux compagnies reprendront chacune la pièce à leur répertoire et poursuivront la tournée avec leurs danseurs.

Tournées avec le Ballet Preljocaj
Du 8 au 11 juin 2023 : La Criée, Théâtre National de Marseille (13).
Automne 2023 : L'Arsenal, Metz (57).

Yves Kafka
Mardi 5 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022