La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Mythologies" Chorégraphies des rêves éveillés des peuples

Si, comme Paul Ricœur l'avançait, "Le rêve est à la mythologie privée du dormeur, ce que le mythe est au rêve éveillé des peuples", Angelin Preljocaj n'a de cesse de nous faire rêver, tout éveillés, nous spectateurs de 2022 vibrant intérieurement à l'évocation de ces figures mythiques lovées dans quelque recoin de notre psyché. Pour la première de sa création mondiale donnée à l'Opéra National de Bordeaux, sa troupe et celle du ballet de l'ONBA, en parfait "à-corps" avec la saisissante création musicale de Thomas Bangalter, annihilent les frontières de l'espace-temps, les faisant voler en éclats pour mieux nous atteindre.



Les mythes ont cela de prodigieux qu'ils cristallisent en eux des vérités humaines hors temporalité, hors espace. En nous parlant de dieux et héros, a priori un monde sans commune mesure avec notre mesure commune, c'est de nous, simples mortels, qu'ils parlent tant ils distillent l'essence de notre condition sans jamais la fixer platement. Ainsi, "enchantant" le réel, ils le donnent poétiquement à entendre et à voir.

En un peu moins de vingt tableaux, à la manière d'un fondu enchaîné à vue, le chorégraphe nous propose une traversée mythique alliant la mythologie contemporaine (catcheurs cagoulés engagés dans un battle réglé comme du papier à musique, ici celle de l'ex Daft Punk) à celle de la Grèce antique à qui il emprunte nombre de ses figures. Ainsi Thalestris, reine des Amazones - guerrières éclatantes de féminité sous le voile de leurs robes recouvrant subtilement leurs corps gracieux - s'attellera à séduire Alexandre le Grand. Auparavant, le prenant pour cible, elles auront montré leur détermination farouche en décochant de leur arc bandé leurs flèches vigoureuses. S'ensuivront treize nuits mouvementées où la belle Thalestris utilisera le vaillant guerrier afin de tenter d'engendrer… une fille invincible.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Zeus, sous une forme d'une pluie d'or inondant le plateau - le coquin est coutumier de ces métamorphoses à horizon sexuel -, s'unira à Danaé, emprisonnée par son père afin qu'elle ne puisse donner naissance à un enfant qui, selon l'oracle, l'assassinerait. Persée, hissé à bout de bras par les danseurs faisant chorus, naîtra de cet accouplement divin. Dans un autre tableau, le demi-dieu Persée combattra la Gorgone Méduse ; armé d'un glaive et la tête recouverte d'un caisson afin de ne pas risquer de croiser son regard sidérant, il la terrassera. La musique alors s'emballera pour accompagner l'exploit de la mise à mort des Gorgones décapitées.

Le Minotaure offrira l'un des tableaux parmi les plus expressionnistes. Un danseur à tête de taureau (celle représentée sur le rideau de scène) coursera frénétiquement, à travers des blocs labyrinthiques, une jeune femme lui ayant été livrée. Fuite éperdue, portée à l'épaule, jetée au sol, tournoiement de la proie au-dessus de la tête animale, les figures de la prédation seront traversées, accompagnées d'une musique à l'unisson. Quant à Arès et Aphrodite, couple improbable alliant la guerre à la beauté et s'adonnant aux amours adultères, ils laisseront place à Icare qui, fuyant les prisons d'ici-bas, s'élèvera spectaculairement dans les cintres, treuillé par un palan, avant la chute annoncée.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Le tableau final constituera le point d'orgue de cette traversée en milieu mythique en convoquant les images projetées des guerres actuelles - où viendront s'insérer de manière quasi subliminale les lettres de "MYTHOLOGIES" - les entremêlant au ballet des danseurs et danseuses, drapés à l'antique et au port hiératique, et abandonnant là, sous nos yeux subjugués, les corps recroquevillés des barbaries contemporaines… Ainsi en va-t-il des mythologies - des anciennes comme de celles en cours - de véhiculer l'essence de nos existences, hors temps et hors espace, en les faisant résonner longtemps dans les plis de l'inconscient collectif.

Née de la collaboration active des ballets réunis de l'ONB et du Ballet Preljocaj-CCN d'Aix-en-Provence, et, pour la musique, de l'audacieux Thomas Bangalter délaissant délibérément sa zone de confort de l'électronique pour la musique symphonique alternant envolées baroques et influences minimalistes répétitives, cette création a tout pour séduire. Quant aux interprètes magnifiés par les costumes "dé-voilant" leurs harmonieuses gestuelles, ils participent pleinement à la fête des sens initiée par le chorégraphe à vocation consensuelle.

Vu le vendredi 1er juillet pour la première donnée à l'ONBA, Bordeaux.

"Mythologies"

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Création mondiale 2022.
Pièce pour 20 danseurs.
Chorégraphie : Angelin Preljocaj.
Musique originale : Thomas Bangalter.
Danseurs du Ballet Preljocaj : Baptiste Coissieu, Mirea Delogu, Antoine Dubois, Clara Freschel, Verity Jacobsen, Tommaso Marchignoli, Emma Perez Sequeda, Mireia Reyes Valenciano, Khevyn Sigismondi, Cecilia Torres Morillo.
Danseurs du Ballet de l'Opéra National de Bordeaux : Marini Da Silva Vianna, Vanessa Feuillatte, Anna Guého, Ryota Hasegawa, Alice Leloup, Riku Ota, Oleg Rogachev, Ahyun Shin, Clara Spitz, Tangui Trévinal.
Musique : Orchestre National Bordeaux Aquitaine.
Direction musicale : Romain Dumas.
Scénographie : Adrien Chalgard.
Lumières : Éric Soyer.
Costumes, Adeline André.
Vidéo : Nicolas Clauss.
Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch.
Assistante répétitrice : Cécile Médour.
Choréologue : Dany Lévêque.
Durée : 1 h 30.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Du 1er au 10 juillet 2022.
Du lundi au vendredi à 20 h, dimanche à 15 h.
Programmation effectuée dans le cadre du partenariat entre le Ballet de l'Opéra National de Bordeaux et le Ballet Preljocaj.
Opéra National de Bordeaux Aquitaine (ONBA), place de la Comédie, Bordeaux.
Tél. : 05 56 00 85 95.
>> opera-bordeaux.com

Tournée
8 et 9 septembre 2022 : Le Temps d'aimer la danse, Biarritz (64).
Du 14 au 18 septembre 2022 : Maison de la danse, Lyon -69).
24 septembre 2022 : Teatre Municipale Valli Reggio Emilia (Italie).
29 et 30 septembre 2022 : Anthéa, Antipolis Théâtre, Antibes (06).
Du 5 au 0 octobre 2022 : Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence (13).
Du 14 au 16 octobre 2022 : Opéra - Musique live Avec l'Orchestre de l'Opéra de Rouen Normandie (direction Romain Dumas), Rouen (76).
Du 22 octobre au 5 novembre 2022 : Théâtre du Châtelet - Musique live avec l'Orchestre de Chambre de Paris (direction Romain Dumas), dans le cadre des saisons du Théâtre du Châtelet et du Théâtre de la Ville hors les murs, Paris.
Du 12 et 13 novembre 2022 : Opéra, Limoges (87).
Du 14 au 18 décembre 2022 : Opéra Royal du Château de Versailles, Versailles (78).

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Après les premières séries de représentations avec les danseurs du Ballet Preljocaj et du Ballet de l'Opéra de Bordeaux, les deux compagnies reprendront chacune la pièce à leur répertoire et poursuivront la tournée avec leurs danseurs.

Tournées avec le Ballet Preljocaj
Du 8 au 11 juin 2023 : La Criée, Théâtre National de Marseille (13).
Automne 2023 : L'Arsenal, Metz (57).

Yves Kafka
Mardi 5 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022