La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Mytho dit vrai… oui mais pas toujours" Fragments luminescents de destins croisés

Le "Mentir vrai", que Louis Aragon, lui-même traversé par des secrets familiaux à tiroirs, attribuait à la littérature, est ici détourné au profit du théâtre, lieu de réalisation de paroles de patients trouvant leurs échos secrets dans les textes du répertoire classique. Arnaud Poujol, le metteur en jeu, récidive - dans le cadre du "Festival Hors Jeu/En Jeu", le bien nommé - en proposant le deuxième volet d'un travail artistique mené avec les patients du Centre hospitalier de Cadillac et les adhérents d'Espoir 33.



© Erwin Chamard.
© Erwin Chamard.
Que l'on ne s'y trompe pas… "Si notre théâtre devise avec la maladie, elle n'en est pas le sujet. Il s'agit de poursuivre joyeusement notre expérience de l'Autre comme source infinie d'étonnement", voilà c'est dit et bien dit. Arnaud Poujol est metteur en scène, tout comme les actrices et acteurs qui le sont pleinement, habité(e)s par le désir de théâtre qui "donne corps" aux interrogations humaines. C'est sur le théâtre de l'autre scène que les représentations "éclairantes" se joueront.

Se succéderont des fragments de "L'éveil du printemps" (de Frank Wedekind, texte sur la naissance du désir chez deux adolescents qui inspira Freud pour sa "Psychopathologie de la vie quotidienne"… joué par deux adultes dans la force de l'âge), des "Médées" (celle de Sénèque dialoguant avec celle de Philippe Minyana, où comment parler de soi et aux autres à travers cette figure de femme mythique), du poème de Pier Paolo Pasolini dédié à Marilyn Monroe, la femme sacrifiée ("absurde monde ancien, absurde et terrible monde futur petite sœur").

© Erwin Chamard.
© Erwin Chamard.
Ou encore les extraits joués de "La Mouette" de Tchekhov (amour improbable entre Treplev et Nina), de "Richard III" de Shakespeare (machinations en chaîne de désirs coupables : "Je l'épouserai… Qu'importe si j'ai tué son mari et son père ?"), des "Fausses Confidences" de Marivaux (jeux des méprises de l'amour) et de la très émouvante lettre de Pasolini, encore et toujours, adressée à la Callas lors du tournage de sa Médée (variations de l'humeur, réflexions sur les profondeurs insondables de l'affect).

Le premier tableau introduit d'emblée à la double fragilité de la personne et de l'acteur, ce dernier se détachant dans l'embrasure de la porte, semblant attendre son tour pour entrer sur scène en mimant un saut sur place, dansant d'un pied sur l'autre, autant intimidé par l'actrice qui éveille en lui le frisson du désir que d'avoir à se dépouiller de lui-même pour devenir le personnage d'amoureux qui l'attend fébrilement, lové en lui.

Personnage et personne confondus dans la même attente sans âge, confusion des "rôles" mettant en abyme la problématique du théâtre et son double chère à Antonin Artaud, le père de la "réalité virtuelle" permettant à chacun, en endossant virtuellement les oripeaux d'un autre, le personnage, de "découvrir" une dimension enfouie jusque-là dans les plis de sa personne. Et c'est bien de cela qu'il s'agit dans l'alchimie de la rencontre entre ces grands textes et nous.

© Erwin Chamard.
© Erwin Chamard.
L'amour, l'humour, la mort riment phonétiquement ensemble, liés entre eux par le fil rouge du désir brûlant qui travaille en chacun et dont les échos traversent comme des éclats de verre poétiques les textes "incorporés" par les acteurs, se livrant autant qu'ils délivrent un message universel au travers de ces histoires d'autres qu'eux-mêmes qui leur tiennent humainement "à cœur".

Quant à la scénographie, animée par les vidéos réalisées par Erwin Chamard et projetées en surimpression sur un plateau nu propre à toutes les "projections", elle crée le trouble flouté d'où surgissent comme dans un rêve éveillé les scènes qui s'enchaînent. Les processions des acteurs et actrices, tout encapuchonnés de blanc, évocation d'oiseaux migrants, renvoient à l'univers troublant de Pasolini, dont les musiques agencées par Benjamin Ducroq (partitions de Daniel Johnston, Philip Glass, Max Richter…) constituent la clef de voûte.

Ce qui ressort de cette performance artistique est du domaine du non-dit. Plus encore que la mosaïque d'extraits "re-présentés", ce qui restera, ce sont les sensations inaliénables liées à l'implication des actrices et acteurs dans des personnages transcendant l'identité de chacune et chacun pour venir - dans une prise de risque toute personnelle - nous toucher de plein fouet comme un vent chargé de forces fragiles. Mistral gagnant.

"Mytho dit vrai… oui mais pas toujours"

© Erwin Chamard.
© Erwin Chamard.
Conception : Arnaud Poujol.
Avec des patients du Centre hospitalier de Cadillac résidant à Lormont (site des Gravières : C.A.T.T.P, C.P.L, Hôpital de jour) et des adhérents d'Espoir 33 participant depuis 2 ans au travail d'écriture et de mise en jeu, dans le cadre d'un accompagnement à la pratique amateur et au développement d'actions pédagogiques et culturelles les concernant.
Par ordre d'apparition : Ana Martin Gil, Claude Pifflinger, France Akoudi, Catherine Assie, Magali Ndao, Stéphane Le Moing, Marie Garrido, Daniel Marsan, Catherine Hude Ouhra Ichou.
Vidéo : Erwin Chamard.
Son : Benjamin Ducroq.
Lumière : Éric Goudonnet.
Production : J'adore ce que vous faites, avec le soutien du Département de la Gironde dans le cadre de l'appel à projet "L'un est l'autre".

© Erwin Chamard.
© Erwin Chamard.
A été représenté dans le cadre de la 14e édition du festival Hors Jeu/En Jeu, le vendredi 8 novembre, à l'Espace Culturel du Bois Fleuri, Lormont (33).
Hors Jeu/En Jeu se déroule du 6 au 30 novembre 2019. C'est un événement artistique et citoyen organisé par La Ligue de l'enseignement de la Gironde.
>> laligue33.org
>> horsjeuenjeu.blogspot.com

Yves Kafka
Mardi 19 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021