La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Mozart vs Stadler" au Centre de Musique de Chambre de Paris

Pour sa quatrième saison, le CMC de Paris, installé Salle Cortot, propose de nouveau un programme aussi alléchant que créatif, toujours hors des sentiers battus du concert classique.



"Mozart vs Stadler" © DR.
"Mozart vs Stadler" © DR.
Le fondateur et directeur artistique Jérôme Pernoo a voulu, il y a déjà quatre ans, créer un espace où la musique de chambre se partagerait sans façon dans "un esprit de convivialité, d'inventivité" entre de jeunes musiciens et un public invité à participer également à des ateliers de chant avec orchestre ("Bach and Breakfast"), des soirées spéciales comme le concert dans le noir (le "Dark Concert"), la découverte d'un jeune compositeur (le "Freshly Composed") ou le "Bœuf de Chambre".

Avec, à sa disposition, une carte illimitée ou des billets vendus pour un prix équivalent à une place de cinéma, ce public peut donc venir autant qu'il le souhaite, façon "venez comme vous êtes", entre le jeudi et le dimanche. Il peut ainsi réécouter deux œuvres phares du répertoire à 19 h 30 et 21 h, les découvrir et redécouvrir sous toutes leurs facettes en venant plusieurs fois pendant une même session. Accueillis par les musiciens et le violoncelliste Jérôme Pernoo, il lui est loisible de surcroît de déguster assiettes et vins de pays au foyer.

Et le succès est au rendez-vous, habitués et nouveaux venus se pressent dans le beau hall de la Salle Cortot (adossée à l'École Normale de Musique) de style Art Déco dû à l'architecte Auguste Perret. Dans ce bel endroit, à l'acoustique exceptionnelle, cette quatrième saison se construit encore en trois mouvements - "comme ceux d'un concerto" selon son souriant fondateur - avec un premier volet automnal consacré à une création, "Mozart vs Stadler : la grande partie", un spectacle qui met à l'honneur la "Gran Partita" du génial Amadeus affrontant aux échecs le clarinettiste Anton Stadler, son frère en maçonnerie et en musique.

© DR.
© DR.
Ce spectacle de 21 heures est précédé de deux récitals centrés donc sur des œuvres uniques (à 19 heures). Jusqu'au 8 décembre, le Trio Messiaen (David Petrlik, Volodia Van Keulen, Théo Fouchenneret) interprète le Trio n° 2 opus 66 de Felix Mendelssohn. Les six et huit décembre, l'Ensemble Messiaen (Raphaël Sévère, Volodia Van Keulen, Théo Fouchenneret) offre le Trio avec clarinette de Johannes Brahms.

Dans cet affrontement "Mozart vs Stadler", le public découvre à la fois un Mozart dont les paroles sont extraites de sa correspondance et la Sérénade en si bémol majeur KV361 composée pour douze instruments à vent (dont la clarinette d'Anton Stadler) et une contrebasse.

C'est l'Ensemble Appassionato de Mathieu Herzog qui accompagne le clarinettiste François Tissot dans le rôle de ce Stadler, qui crée ladite "Gran Partita" au Théâtre national de la Cour impériale de Joseph II (en 1784). Stadler et son frère Johann sont les piliers de l'orchestre de de la Cour et passent pour avoir été les premiers solistes professionnels à Vienne - qui ne connaît encore que peu la clarinette.

© DR.
© DR.
Mozart écrira aussi pour Anton Stadler son "Trio des Quilles" (KV498), le Quintette de 1789 (KV581) ou encore le Concerto K622 (de 1791) dont l'adagio embrasse si joliment les envolées lyriques du film "Out of Africa". Cette sérénade ou "Gran Partita" en sept mouvements accompagnent une grande partie d'échecs en sept coups censée se passer entre les amis et compagnons de loge dans l'auberge Griechenbeisl où ils ont leurs habitudes.

Cette musique de plein-air qui se joue en soirée, avec son style galant et dansant, est fort bien défendue par les membres d'Appassionato. Ils parviennent avec fougue à en rendre le charme, les nuances expressives et les climats divers (comme dans cet adagio de toute beauté en son milieu) avec des numéros où chacun brille à son tour ou se lance dans un dialogue plein de fantaisie avec la clarinette. Un spectacle qui donne vraiment le sourire.

Pour les deuxième (janvier/février 2019) et troisième (mars/avril 2019) mouvements, le public découvrira d'abord des Lieder de Richard Strauss et un spectacle "Beethoven Labyrinthus" qui sera illustré par la musique de chambre du géant viennois. Ensuite le "Souvenir de Tchaïkovsky" suivra les concerts consacrés aux Quatuors de Ludwig van Beethoven (dédiés au Prince Razumovsky).

© DR.
© DR.
Toute cette saison, on y applaudira, entre nombreux autres talents, la soprano Anara Khassenova accompagnée du pianiste Vincent Mussat, le Quatuor Akilone et la belle troupe de musiciens du Centre de Musique de Chambre - un îlot de simplicité, de talent, de bonheur et de joie qu'il ne faut pas rater.

Programme complet et réservations :
Centre de Musique de Chambre de Paris.
Salle Cortot, 78 Rue Cardinet, Paris 17e.
>> centredemusiquedechambre.paris

Christine Ducq
Jeudi 6 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018