La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Mozart vs Stadler" au Centre de Musique de Chambre de Paris

Pour sa quatrième saison, le CMC de Paris, installé Salle Cortot, propose de nouveau un programme aussi alléchant que créatif, toujours hors des sentiers battus du concert classique.



"Mozart vs Stadler" © DR.
"Mozart vs Stadler" © DR.
Le fondateur et directeur artistique Jérôme Pernoo a voulu, il y a déjà quatre ans, créer un espace où la musique de chambre se partagerait sans façon dans "un esprit de convivialité, d'inventivité" entre de jeunes musiciens et un public invité à participer également à des ateliers de chant avec orchestre ("Bach and Breakfast"), des soirées spéciales comme le concert dans le noir (le "Dark Concert"), la découverte d'un jeune compositeur (le "Freshly Composed") ou le "Bœuf de Chambre".

Avec, à sa disposition, une carte illimitée ou des billets vendus pour un prix équivalent à une place de cinéma, ce public peut donc venir autant qu'il le souhaite, façon "venez comme vous êtes", entre le jeudi et le dimanche. Il peut ainsi réécouter deux œuvres phares du répertoire à 19 h 30 et 21 h, les découvrir et redécouvrir sous toutes leurs facettes en venant plusieurs fois pendant une même session. Accueillis par les musiciens et le violoncelliste Jérôme Pernoo, il lui est loisible de surcroît de déguster assiettes et vins de pays au foyer.

Et le succès est au rendez-vous, habitués et nouveaux venus se pressent dans le beau hall de la Salle Cortot (adossée à l'École Normale de Musique) de style Art Déco dû à l'architecte Auguste Perret. Dans ce bel endroit, à l'acoustique exceptionnelle, cette quatrième saison se construit encore en trois mouvements - "comme ceux d'un concerto" selon son souriant fondateur - avec un premier volet automnal consacré à une création, "Mozart vs Stadler : la grande partie", un spectacle qui met à l'honneur la "Gran Partita" du génial Amadeus affrontant aux échecs le clarinettiste Anton Stadler, son frère en maçonnerie et en musique.

© DR.
© DR.
Ce spectacle de 21 heures est précédé de deux récitals centrés donc sur des œuvres uniques (à 19 heures). Jusqu'au 8 décembre, le Trio Messiaen (David Petrlik, Volodia Van Keulen, Théo Fouchenneret) interprète le Trio n° 2 opus 66 de Felix Mendelssohn. Les six et huit décembre, l'Ensemble Messiaen (Raphaël Sévère, Volodia Van Keulen, Théo Fouchenneret) offre le Trio avec clarinette de Johannes Brahms.

Dans cet affrontement "Mozart vs Stadler", le public découvre à la fois un Mozart dont les paroles sont extraites de sa correspondance et la Sérénade en si bémol majeur KV361 composée pour douze instruments à vent (dont la clarinette d'Anton Stadler) et une contrebasse.

C'est l'Ensemble Appassionato de Mathieu Herzog qui accompagne le clarinettiste François Tissot dans le rôle de ce Stadler, qui crée ladite "Gran Partita" au Théâtre national de la Cour impériale de Joseph II (en 1784). Stadler et son frère Johann sont les piliers de l'orchestre de de la Cour et passent pour avoir été les premiers solistes professionnels à Vienne - qui ne connaît encore que peu la clarinette.

© DR.
© DR.
Mozart écrira aussi pour Anton Stadler son "Trio des Quilles" (KV498), le Quintette de 1789 (KV581) ou encore le Concerto K622 (de 1791) dont l'adagio embrasse si joliment les envolées lyriques du film "Out of Africa". Cette sérénade ou "Gran Partita" en sept mouvements accompagnent une grande partie d'échecs en sept coups censée se passer entre les amis et compagnons de loge dans l'auberge Griechenbeisl où ils ont leurs habitudes.

Cette musique de plein-air qui se joue en soirée, avec son style galant et dansant, est fort bien défendue par les membres d'Appassionato. Ils parviennent avec fougue à en rendre le charme, les nuances expressives et les climats divers (comme dans cet adagio de toute beauté en son milieu) avec des numéros où chacun brille à son tour ou se lance dans un dialogue plein de fantaisie avec la clarinette. Un spectacle qui donne vraiment le sourire.

Pour les deuxième (janvier/février 2019) et troisième (mars/avril 2019) mouvements, le public découvrira d'abord des Lieder de Richard Strauss et un spectacle "Beethoven Labyrinthus" qui sera illustré par la musique de chambre du géant viennois. Ensuite le "Souvenir de Tchaïkovsky" suivra les concerts consacrés aux Quatuors de Ludwig van Beethoven (dédiés au Prince Razumovsky).

© DR.
© DR.
Toute cette saison, on y applaudira, entre nombreux autres talents, la soprano Anara Khassenova accompagnée du pianiste Vincent Mussat, le Quatuor Akilone et la belle troupe de musiciens du Centre de Musique de Chambre - un îlot de simplicité, de talent, de bonheur et de joie qu'il ne faut pas rater.

Programme complet et réservations :
Centre de Musique de Chambre de Paris.
Salle Cortot, 78 Rue Cardinet, Paris 17e.
>> centredemusiquedechambre.paris

Christine Ducq
Jeudi 6 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019