La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

"Mozart vs Stadler" au Centre de Musique de Chambre de Paris

Pour sa quatrième saison, le CMC de Paris, installé Salle Cortot, propose de nouveau un programme aussi alléchant que créatif, toujours hors des sentiers battus du concert classique.



"Mozart vs Stadler" © DR.
"Mozart vs Stadler" © DR.
Le fondateur et directeur artistique Jérôme Pernoo a voulu, il y a déjà quatre ans, créer un espace où la musique de chambre se partagerait sans façon dans "un esprit de convivialité, d'inventivité" entre de jeunes musiciens et un public invité à participer également à des ateliers de chant avec orchestre ("Bach and Breakfast"), des soirées spéciales comme le concert dans le noir (le "Dark Concert"), la découverte d'un jeune compositeur (le "Freshly Composed") ou le "Bœuf de Chambre".

Avec, à sa disposition, une carte illimitée ou des billets vendus pour un prix équivalent à une place de cinéma, ce public peut donc venir autant qu'il le souhaite, façon "venez comme vous êtes", entre le jeudi et le dimanche. Il peut ainsi réécouter deux œuvres phares du répertoire à 19 h 30 et 21 h, les découvrir et redécouvrir sous toutes leurs facettes en venant plusieurs fois pendant une même session. Accueillis par les musiciens et le violoncelliste Jérôme Pernoo, il lui est loisible de surcroît de déguster assiettes et vins de pays au foyer.

Et le succès est au rendez-vous, habitués et nouveaux venus se pressent dans le beau hall de la Salle Cortot (adossée à l'École Normale de Musique) de style Art Déco dû à l'architecte Auguste Perret. Dans ce bel endroit, à l'acoustique exceptionnelle, cette quatrième saison se construit encore en trois mouvements - "comme ceux d'un concerto" selon son souriant fondateur - avec un premier volet automnal consacré à une création, "Mozart vs Stadler : la grande partie", un spectacle qui met à l'honneur la "Gran Partita" du génial Amadeus affrontant aux échecs le clarinettiste Anton Stadler, son frère en maçonnerie et en musique.

© DR.
© DR.
Ce spectacle de 21 heures est précédé de deux récitals centrés donc sur des œuvres uniques (à 19 heures). Jusqu'au 8 décembre, le Trio Messiaen (David Petrlik, Volodia Van Keulen, Théo Fouchenneret) interprète le Trio n° 2 opus 66 de Felix Mendelssohn. Les six et huit décembre, l'Ensemble Messiaen (Raphaël Sévère, Volodia Van Keulen, Théo Fouchenneret) offre le Trio avec clarinette de Johannes Brahms.

Dans cet affrontement "Mozart vs Stadler", le public découvre à la fois un Mozart dont les paroles sont extraites de sa correspondance et la Sérénade en si bémol majeur KV361 composée pour douze instruments à vent (dont la clarinette d'Anton Stadler) et une contrebasse.

C'est l'Ensemble Appassionato de Mathieu Herzog qui accompagne le clarinettiste François Tissot dans le rôle de ce Stadler, qui crée ladite "Gran Partita" au Théâtre national de la Cour impériale de Joseph II (en 1784). Stadler et son frère Johann sont les piliers de l'orchestre de de la Cour et passent pour avoir été les premiers solistes professionnels à Vienne - qui ne connaît encore que peu la clarinette.

© DR.
© DR.
Mozart écrira aussi pour Anton Stadler son "Trio des Quilles" (KV498), le Quintette de 1789 (KV581) ou encore le Concerto K622 (de 1791) dont l'adagio embrasse si joliment les envolées lyriques du film "Out of Africa". Cette sérénade ou "Gran Partita" en sept mouvements accompagnent une grande partie d'échecs en sept coups censée se passer entre les amis et compagnons de loge dans l'auberge Griechenbeisl où ils ont leurs habitudes.

Cette musique de plein-air qui se joue en soirée, avec son style galant et dansant, est fort bien défendue par les membres d'Appassionato. Ils parviennent avec fougue à en rendre le charme, les nuances expressives et les climats divers (comme dans cet adagio de toute beauté en son milieu) avec des numéros où chacun brille à son tour ou se lance dans un dialogue plein de fantaisie avec la clarinette. Un spectacle qui donne vraiment le sourire.

Pour les deuxième (janvier/février 2019) et troisième (mars/avril 2019) mouvements, le public découvrira d'abord des Lieder de Richard Strauss et un spectacle "Beethoven Labyrinthus" qui sera illustré par la musique de chambre du géant viennois. Ensuite le "Souvenir de Tchaïkovsky" suivra les concerts consacrés aux Quatuors de Ludwig van Beethoven (dédiés au Prince Razumovsky).

© DR.
© DR.
Toute cette saison, on y applaudira, entre nombreux autres talents, la soprano Anara Khassenova accompagnée du pianiste Vincent Mussat, le Quatuor Akilone et la belle troupe de musiciens du Centre de Musique de Chambre - un îlot de simplicité, de talent, de bonheur et de joie qu'il ne faut pas rater.

Programme complet et réservations :
Centre de Musique de Chambre de Paris.
Salle Cortot, 78 Rue Cardinet, Paris 17e.
>> centredemusiquedechambre.paris

Christine Ducq
Jeudi 6 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019