La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Mozart superstar au Festival des Lumières

Du 23 au 26 septembre 2017, le Festival des Lumières de Montmorillon, dans la Vienne, met encore à l'honneur pour sa sixième édition le répertoire du Siècle des Lumières. Pendant quatre jours, des concerts gratuits ou payants interprétés par des formations d'envergure sont proposés au public. Le pianiste François Dumont, accompagné de l'Orchestre National d'Île-de-France dirigé par David Reiland, a superbement inauguré le festival avec une soirée consacrée au divin Mozart.



© Mathias Nicolas.
© Mathias Nicolas.
Appartenant au Réseau Spedidam (1), le Festival des Lumières (2) dédié aux répertoires baroque et classique n'a cessé de renforcer sa ligne artistique en offrant désormais les meilleures formations pendant quatre jours. Les deux concerts (gratuits) de l'après-midi programment le théorbe de Victorien Disse, les solistes des Musiciens du Louvre (l'orchestre complet se produit en soirée dans un programme Haendel), le claveciniste Justin Taylor avec ses complices, entre autres.

Le soir, le public peut applaudir aussi (pour un prix modique dans l'Espace Gartempe inauguré en juillet et doté d'une très bonne acoustique) Jérémie Rohrer et son Cercle de l'Harmonie pour les trois dernières symphonies de Mozart (le 25 août), ainsi que l'ensemble Vocello composé du chœur Sequenza 9.3 et du violoncelliste Henri Demarquette (le 26 août).

Pour la première soirée du festival, un peu plus de trente-cinq des quatre-vingt-quinze musiciens de l'Orchestre National d'Île-de-France dirigés par le chef belge David Reiland donnaient la répartie au pianiste François Dumont - remplaçant au pied levé Cyril Huvé souffrant. Dans le dernier concerto pour piano de Mozart, le n° 27 en si bémol majeur (K.595), sans partition, le pianiste français, lauréat des meilleurs concours (tels Chopin et Reine-Elisabeth), offrait une prestation remarquable, accompagné idéalement par les solistes de l'ONDIF.

© Mathias Nicolas.
© Mathias Nicolas.
Composé (alors qu'il ne reste que onze mois à vivre au compositeur) au début de la très prolifique année 1791, le Concerto n° 27 témoigne du génie souverain du musicien jouant d'une technique consommée pour atteindre des sommets d'expressivité - entre méditation et résignation, rires et larmes. Par la poésie rare et la grâce de son jeu lumineux, François Dumont porte haut ce chant du cygne bouleversant.

À la volubilité et à l'envol du soliste composant une toile aux couleurs changeantes (premier mouvement "Allegro") répond un orchestre aux perspectives ciselées par le subtil David Reiland. La cantilène élégiaque du second mouvement "Larghetto" transporte loin au delà de ce monde, grâce à la pure sensibilité du soliste, avec une délicatesse que ne peut que suivre l'orchestre.

Le troisième mouvement "Allegro rondo", ce retour sur terre confiant, brille des mille feux d'une joie retrouvée qui s'affirme dans les arpèges virtuoses de François Dumont. Il est décidément un merveilleux artiste, mozartien dans l'âme.

© Mathias Nicolas.
© Mathias Nicolas.
La deuxième partie du concert est consacrée à la Symphonie n° 36, dite "Linz", car composée dans cette ville en 1783 au cours du voyage à Vienne d'un Mozart fraîchement marié à Constance Weber. Pour remercier son hôte à Linz (ville d'étape au retour de la dernière visite à Salzbourg de sa vie), il la compose en moins de trois jours pour la faire donner dans le salon du Comte Thun. Mozart a vingt-sept ans et peut désormais montrer qu'il a dépassé le maître, Joseph Haydn, avec une maturité dans la composition vraiment stupéfiante.

Avec sa marche militaire victorieuse mettant à l'honneur l'harmonie et le basson de l'ONDIF, ses ritournelles pleines de vivacité ("Adagio, Allegro spirituoso"), ses incursions dans un registre plus grave, presque douloureux ("Andante"), les motifs dansants du "Menuetto" et le finale plein d'optimisme, la symphonie trouve ici un interprète de choix. L'orchestre, manifestement inspiré par l'élégance et l'énergie de David Reiland (un chef qu'il rencontre pour la première fois), se hisse sans effort sur les cimes mozartiennes (3).

(1) et (2) Pour plus d'informations, écouter les deux interviews ci-dessous.
(3) David Reiland, directeur musical et artistique de l'Orchestre de Chambre du Luxembourg, sera à la tête de l'Orchestre de Chambre de Paris au Théâtre des Champs-Élysées avec Sandrine Piau pour une soirée dédiée à Mozart (Symphonie n° 29), Ravel, Strauss et Berg (11 octobre 2017).

Festival des Lumières
Du 23 au 26 août 2017.
Renseignements et réservations :
Espace Gartempe.
16, boulevard du Terrier blanc, Montmorillon (86).
>> festival-des-lumieres.com

Interview de Camille Bodin, coordinatrice régionale du festival

interview_camille_bodin_23_08_2017.mp3 Interview Camille Bodin 23 08 2017.MP3  (3.78 Mo)


Interview Hadrien de Villeblanche, coordinateur général du Réseau Spedidam

interview_hadrien_de_villeblanche_23_08_2017.mp3 Interview Hadrien de Villeblanche 23 08 2017.MP3  (4.95 Mo)


Christine Ducq
Vendredi 25 Août 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020