Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Mozart et Mahler par l'Orchestre de Paris, entre doute et émotion

Thomas Hengelbrock, chef associé de l'Orchestre de Paris, l'a dirigé il y a quelques jours dans Mozart et Mahler pour deux soirées à la Philharmonie. L'occasion d'assister aux débuts de Nelson Goerner avec l'orchestre. Un pianiste, dont le style a surpris dans le Concerto n° 23 de Mozart, éclipsé par un Orchestre de Paris pourtant manifestement en proie au doute.



© DR.
© DR.
Les programmes de Thomas Hengelbrock, chef associé de l'orchestre depuis 2016, sont toujours originaux, bien pensés et roboratifs. Pour les deux soirées des 28 et 29 mars, il a proposé au public le 23e Concerto pour piano de W. A. Mozart et la 4e symphonie de Gustav Mahler, cette œuvre qui (tel Janus) termine une époque et en ouvre une autre. Atmosphère pastorale ou galante, hédonisme sonore et fêlures secrètes, lyrisme douloureux et sourires mêlés de larmes, faste symphonique, voilà ce qui peut appeler une mise en perspective des deux œuvres.

L'Ouverture de "La Clémence de Titus", opera seria en deux actes, ouvrage d'apparat composé sur commande pour le couronnement de Leopold II (comme roi de Bohême) quelques mois avant la mort de Mozart, les précède le temps pour le chef de s'assurer la cohésion des pupitres dans le plus pur style héroïque avec une vigueur dans la gestique qu'on retrouvera dans la 4e symphonie.

En 1786, Mozart compose un de ses plus beaux concertos pour piano, le 23e inoubliable par le ton de confidence désespéré de l'adagio central, immortalisé pour toute une génération par le génie d'Alfred Brendel dans la bande originale de la série télévisée sur la vie du compositeur (qui fit les beaux jours des années quatre-vingts). Si le tutti d'entrée du premier mouvement révèle des cordes quelque peu fuligineuses et sans moelleux, et un quintette des vents un peu brouillon dans son entrée, très vite les musiciens trouvent leur cohésion et leur voix et prennent l'ascendant dans le dialogue avec Nelson Goerner.

© DR.
© DR.
Le style et les choix de ce dernier, frêle silhouette très penchée sur le clavier de son Steinway, conjuguant toucher (trop) aérien, extrême détachement des motifs et ornementations alanguissant à l'extrême un discours au risque de l'inconsistance et de l'afféterie, étonnent. Le jeu du pianiste est bientôt débordé par l'alacrité et la brillance sonore des cordes soudain très en verve, et surtout par les excellentes interventions des flûte, clarinette et basson solos à l'honneur dans l’œuvre. Même dans le deuxième mouvement du sublime adagio - un andante en fait dont la tonalité en fa dièse majeur est ici plutôt menacée - et dans l'allegro assai ne se dissipera pas l'impression de déséquilibre entre les partenaires.

"L'harmonie supérieure" due à la fusion de deux forces égales (piano et orchestre) dans le dialogue musical, réussite majeure de Mozart dans ses concertos selon Alfred Einstein, ne survient jamais. L'orchestre se taillant la part du lion, même en termes d'émotion. Le bis du pianiste argentin (le Nocturne opus 20 de Chopin) est du même tonneau, virtuose mais falot.

La Symphonie n° 4 en sol majeur de Mahler, composée en deux étés (ceux de 1899 et 1900) après un silence de six ans, est créée à Munich en novembre 1901, précédant paradoxalement de peu la création de la troisième. Les critiques, totalement dépassés, seront dans l'ensemble sévères, en regrettant le "grotesque" et "les dissonances".

Daniel Harding et l'Orchestre de Paris © DR.
Daniel Harding et l'Orchestre de Paris © DR.
C'est pourtant une œuvre magnifique, charnière dans la production malhérienne, et destinée à un gros orchestre (délesté des trombones et tubas), à une soprano solo pour le quatrième mouvement, le fameux lied "Das himmlische Leben" (la vie céleste). Un lied dont le texte est extrait du recueil d'Arnim et Brentano, "des Knaben Wunderhorn". Mahler écrit à son amie, l'altiste Natalie Bauer-Lechner, qu'il a voulu peindre "le bleu uniforme du ciel" mais aussi l'angoisse et "la terreur panique" qui peut étreindre le promeneur dans une "forêt lumineuse". Bref, l'auditeur "ne fer(a) que rire et pleurer".

Comme toujours donc, les sentiments les plus contradictoires, les climats les plus antagonistes traversent une œuvre pastorale (où le roman de l'enfance se fait chant) aux proportions raisonnables (moins d'une heure), aux quatre mouvements traditionnels - car Mahler l'a voulue coulée "dans un moule traditionnel".

En cette soirée du 28 mars, l'orchestre présente plusieurs visages. À de certains moments, il est en retrait (sans beaucoup de reliefs) ou en peine de cohésion (malgré la direction précise et pleine de fougue du chef allemand), par exemple dans le premier mouvement allegro, mais aussi superbe de puissance et de faste dans sa coda - ou dans la danse diabolique du second mouvement.

Paavo Jarvi  et l'Orchestre de Paris © J.-B. Pellerin.
Paavo Jarvi et l'Orchestre de Paris © J.-B. Pellerin.
La "Vision du paradis" de l'adagio est belle aussi dans un tutti glorieux et l'orchestre se fait peintre religieux dans le dernier mouvement pour un banquet divin de timbres et d'expressivité. Pourtant, à regarder et écouter les musiciens de l'orchestre (dont beaucoup sont très jeunes ce soir-là, au pupitre des cordes en particulier), le compte n'y est pas tout à fait. L'impression d'une soirée en-deçà des capacités de l'orchestre domine, celle aussi que le paradis promis n'a été qu'entrevu.

L'orchestre semble traverser un moment difficile et le doute est peut-être le poison insidieux qui l'empêche de retrouver les sommets qu'on lui a connus - avec cette même symphonie dirigée par le chef Paavo Järvi en 2014 par exemple. Daniel Harding, chef principal, a en effet déclaré qu'il ne reconduirait pas son contrat avec l'orchestre après 2020. Une des raisons invoquées serait l'incapacité de l'orchestre à donner la sonorité et l'identité qu'il souhaite.

Sachant à quelle excellence cette phalange parisienne peut se hisser, ce jugement a de quoi surprendre. Thomas Hengelbrock, malgré sa bienveillance et son art, n'a pas pu totalement lui redonner confiance.

Concert entendu le 28 mars 2018.

>> orchestredeparis.com

Prochains concerts :
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Lundi 2 Avril 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021