La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Monotone dérèglement des sens

Avec à l'affiche "Une liaison pornographique" de Philippe Blasband, le Guichet Montparnasse se donne un air aguicheur. Appel au voyeurisme, à la vulgarité : par le seul titre, la part la plus douteuse du spectateur est sollicitée. Mais annonce plus mensongère, il n'y a pas.



Monotone dérèglement des sens
Qui était venu pour observer dans l'ombre une relation torride, violente et dénuée de sentiments sera bien déçu de ne trouver sur scène qu'un couple d'âge mûr s'appliquer à raconter son histoire. Il la relate plutôt bien, d'ailleurs. Mais pendant que le récit se déroule, on ne cesse d'attendre une compensation à la déception initiale. Celle-ci ne vient pas. Quand la pièce prend le tour d'un feuilleton sentimental un tantinet fleur bleue, l'absence de parti-pris ferme de l'auteur transparaît.

Savoir que le texte original est un scénario, monté en film en 1999 avec Nathalie Baye et Sergi Lopez dans les rôles principaux, fournit une piste d'explication possible. Bien sûr, il est difficile de dire quelle densité a perdu le propos lors de l'adaptation. Qu'importe, au fond. Nul besoin de voir l’œuvre originale pour deviner sa relative pauvreté. Du moins en ce qui concerne l'intrigue, restée intacte de l'écran à la scène. Simple, elle se résume à la rencontre de deux inconnus. Sans une once de romantisme. Une petite annonce, et leurs destins se croisent. Pour une heure, dans une chambre d'hôtel, en principe. Puis le rendez-vous devient hebdomadaire, et l'anonymat conservé entre les amants s'estompe. L'habitude fait place à la complicité, et la complicité à l'attachement. Un épisode banal, donc, qui aurait pu donner lieu à une exploration du quotidien en même temps que de la complexité des relations humaines.

Une hypothèse qui s'effrite au fur et à mesure que l'homme et la femme se révèlent rejoindre le modèle on ne plus classique du ménage basé sur l'amour. Non que l'on déplore vraiment la quasi disparition de la pornographie, réduite à quelques allusions à un passé révolu : c'est surtout la psychologie superficielle des personnages qui agace, d'autant plus que leur discours n'est relayé par aucun autre. De la transgression au retour à la norme, les narrateurs tracent comme un continuum, à peine hérissé de quelques doutes, de quelques tourments caricaturaux. Une relation physique peut-elle se transformer en histoire d'amour ? Ou une idylle est-elle trop opposée à la réalisation de fantasmes érotiques ?

Des questions sempiternelles, qui accaparent les protagonistes sans aller toutefois jusqu'à exaspérer le spectateur. Car Françoise Dehlinger et Jean-Paul Cassey, les acteurs, savent rendre sympathiques les deux vieux qui sont seuls à trouver leur aventure exceptionnelle. La soixantaine, alors que le couple Nathalie Baye-Sergi Lopez devait avoir la quarantaine, ils incarnent deux individus qui après une vie bien rangée décident de se laisser aller à leurs désirs. Avec leur jeu tout en retenue, fait d'une timidité et d'une fragilité touchantes, ils font appel à la sensibilité du public bien plus qu'à son intellect. Elle, tantôt malicieuse tantôt mélancolique, parle à toute femme de la peur de vieillir et de voir disparaître son pouvoir de séduction. Lui, lunettes noires et costume bien ajusté; l'air d'un dandy sur le retour, est plus impénétrable. Il participe au discours amoureux sans sembler vraiment touché par sa tournure.

Mais il ne va pas jusqu'à une prise de recul active. Pas l'ombre d'un "méta-discours" donc, ni d'une critique de la fadeur de l'échange verbal en cours. Le tout se sirote comme une grenadine, comme un feuilleton à tout petits rebondissements. Intelligente, la mise en scène d'Olindo Cavadini est elle aussi salvatrice. Suivant l'alternance des dialogues et des monologues, des flash-backs et des retours au présent, les personnages apparaissent et disparaissent derrière un système de tentures blanches placées au milieu de la scène. Leurs allées et venues rythment le spectacle, autant que la musique jouée par deux violoncellistes qui, en plus de créer une ambiance sonore, portent sur le plateau le regard du spectateur. Un regard qui fouille l'intimité d'autrui, en fait un objet de curiosité.

Malgré ces qualités, la mièvrerie domine. Contraire à la pornographie annoncée, elle nous noie dans un flot de bons sentiments peu constructifs.

"Une liaison pornographique"

Monotone dérèglement des sens
(Vu le 1er juin 2011)

Texte : Philippe Blasband.
Mise en scène : Olindo Cavadini.
Dramaturgie et scénographie : Anthony Binet.
Avec : Françoise Dehlinger et Jean-Paul Cessey.
Musique : Adrien Regard, Automne Lajeat et Aurore Daniel.

Du 11 mai au 25 juin.
Du mercredi au samedi à 20 h 30.

Théâtre Le Guichet Montparnasse, Paris 14e.
Réservation : 01 43 27 88 61.
www.guichetmontparnasse.com

Anaïs Heluin
Mercredi 8 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019