La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Monkey Money", réinventer un monde libre sans le poids de la toute-puissance de l'argent

"Monkey Money", Maison des Métallos, Paris

Avec "Monkey Money", Carole Thibaut écrit une histoire contemporaine. Celle d'un homme pauvre qui se sent tellement exclu, tellement à charge, qu'il confie sa fille en danger de dérive à la fille du banquier qui l'a ruiné. Avant de disparaître. Simple et lumineux comme un fabliau avec son sens du réalisme et du merveilleux. Les effets de cet acte d'oblation sont inouïs et étonnants.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
La vie de mondes ordinairement parallèles qui ne se rencontrent jamais, séparés qu'ils sont par des murs mentaux et par un désir d'amasser, qui leur fait espérer acheter ce qui n'a pas de prix, qui leur fait oublier ce qui a de la valeur (l'Amour, l'Art)… cette vie s'en trouve bouleversée. L'ouvrage est servi par des comédiens précis.

Banquiers ou prolétaires, l'histoire est calquée sur le réel et c'est criant de vérité. Les mensonges du marketing, les contorsions pour donner les apparences de la vertu à ce qui n'est qu'exploitation éclatent à la figure du spectateur.

À partir de ce constat, l'auteur (et metteur en scène) propose néanmoins une perspective (un peu) optimiste. En effet, en conjuguant les ressources du dispositif du théâtre (de la salle, de l'avant-scène au lointain), ainsi que celles du monologue intérieur, Carole Thibaut enclenche une itinérance propre au conte décrivant ostensiblement la réalité, se présentant ouvertement comme fiction et devenant vraie sur le plan symbolique.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Dans "Monkey Money" le spectateur ne peut ignorer que, sous le couvert de la marchandisation des services, un même mécanisme œuvre pour engendrer les mêmes victimes. Cette loi aveugle qu'il faut bien appeler la loi des pères engendreurs reprise par leurs fils et qui tyrannise tout ce qui a de la valeur hors le système marchand, et notamment la femme (la fille, la sœur), et ignore l'amour qu'il devrait leur porter. Ce vieux pater familias.

À cet égard, Thierry Bosc, en père et directeur de banque ignoble puis en grand-père devenu clochard, sublime, personnifie par une prestation éblouissante la toute-puissance du Pouvoir et sa déchéance.

Le spectateur ne peut ignorer non plus le rêve que lui propose l'auteur. Celui de ces deux femmes, couple improbable qui se découvrent l'une l'autre et réinventent un monde libre sans la mémoire et le poids des pères.

Le spectateur ne peut ignorer la sensibilité qui se dégage du jeu des comédiens.

À lui de repérer les monnaies de singe.

"Monkey Money"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Texte et mise en scène : Carole Thibaut.
Texte publié chez Lansman Editeur.
Assistants à la mise en scène : Noémie Regnaut, Victor Guillemot.
Avec : Thierry Bosc, Charlotte Fermand, Michel Fouquet, Carole Thibaut (du 9 au 11 et du 20 au 25 septembre) en alternance avec Valérie Schwarcz (du 13 au 18 septembre), Arnaud Vrech.
Scénographie, création lumière et vidéo : Antoine Franchet.
Costumes : Magalie Pichard.
Chorégraphie : Philippe Ménard.
Composition musicale : Jonas Atlan.
Durée : 1 h 35.

Du vendredi 9 au dimanche 25 septembre 2016.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 19 h, dimanche à 16 h, relâche les lundis 12 et 19 septembre.
Maison des Métallos, Paris 11e, 01 47 00 25 20.
>> maisondesmetallos.org

Tournée
Du 11 à 14 octobre 2016 : Théâtre des Ilets - CDN de Montluçon, Montluçon (03).

Projection-rencontre en avant-première
Comment diable un documentariste au chômage a-t-il fini par distribuer des billets de 500 euros par paquets de 2 kilos… ? C’est la question de départ de "Enfin des bonnes nouvelles", comédie-fiction dérangeante de Vincent Glenn, qui rappelle des réalités de notre monde dominé par l’argent.
Et c’est la question qu’essaie de comprendre Jiji, animateur de l’émission radio "Décryptages". Il interroge ses prestigieux invités, les fondateurs de Vigi’s, agence de notation révolutionnaire qui a connu un succès mondial foudroyant : comment ont-ils réussi à gagner des sommes d’argent colossales en si peu de temps, dans cette période troublée ? Il y a de quoi s’y perdre… La projection sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur et Carole Thibaut.
Film de Vincent Glenn (France, 2016, 88min) coproduction DHR, Ciaofilm, Brodkast Studio.
Lundi 19 septembre > 19 h. Entrée libre, réservation conseillée.

Atelier-débat
Quand vous croisez un ami, vous lui demandez "comment ça va ?", et non pas "qu’as-tu produit ce mois-ci ?". Pourtant, de nos jours, le fameux PIB est encore l’indicateur de richesse le plus cité en référence. "Indices" est un film-enquête pédagogique, voire ludique, avançant par énigmes, pour entrer dans ces questions.
À partir de la projection, le réalisateur, des membres du réseau FAIR (Forum pour d’autres indicateurs de richesse) et le philosophe Patrick Viveret proposent un atelier-débat. Peut-on créer une agence de notation citoyenne ? Sur quelles bases, avec quelles finalités, selon quels critères ? Il s’agira de laisser libre cours aux propositions et priorités exprimées par les participants. Que seraient les critères d’une économie plus soucieuse du social et de l’écologie ? Comment faire pour que ceux-ci soient lisibles et partagés ? F
Film de Vincent Glenn (France, 2011, 81min) production DHR.
Samedi 24 septembre > 14 h 30 > 17 h 30. Entrée libre, réservation conseillée.

Jean Grapin
Vendredi 16 Septembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022