La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Monkey Money", réinventer un monde libre sans le poids de la toute-puissance de l'argent

"Monkey Money", Maison des Métallos, Paris

Avec "Monkey Money", Carole Thibaut écrit une histoire contemporaine. Celle d'un homme pauvre qui se sent tellement exclu, tellement à charge, qu'il confie sa fille en danger de dérive à la fille du banquier qui l'a ruiné. Avant de disparaître. Simple et lumineux comme un fabliau avec son sens du réalisme et du merveilleux. Les effets de cet acte d'oblation sont inouïs et étonnants.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
La vie de mondes ordinairement parallèles qui ne se rencontrent jamais, séparés qu'ils sont par des murs mentaux et par un désir d'amasser, qui leur fait espérer acheter ce qui n'a pas de prix, qui leur fait oublier ce qui a de la valeur (l'Amour, l'Art)… cette vie s'en trouve bouleversée. L'ouvrage est servi par des comédiens précis.

Banquiers ou prolétaires, l'histoire est calquée sur le réel et c'est criant de vérité. Les mensonges du marketing, les contorsions pour donner les apparences de la vertu à ce qui n'est qu'exploitation éclatent à la figure du spectateur.

À partir de ce constat, l'auteur (et metteur en scène) propose néanmoins une perspective (un peu) optimiste. En effet, en conjuguant les ressources du dispositif du théâtre (de la salle, de l'avant-scène au lointain), ainsi que celles du monologue intérieur, Carole Thibaut enclenche une itinérance propre au conte décrivant ostensiblement la réalité, se présentant ouvertement comme fiction et devenant vraie sur le plan symbolique.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Dans "Monkey Money" le spectateur ne peut ignorer que, sous le couvert de la marchandisation des services, un même mécanisme œuvre pour engendrer les mêmes victimes. Cette loi aveugle qu'il faut bien appeler la loi des pères engendreurs reprise par leurs fils et qui tyrannise tout ce qui a de la valeur hors le système marchand, et notamment la femme (la fille, la sœur), et ignore l'amour qu'il devrait leur porter. Ce vieux pater familias.

À cet égard, Thierry Bosc, en père et directeur de banque ignoble puis en grand-père devenu clochard, sublime, personnifie par une prestation éblouissante la toute-puissance du Pouvoir et sa déchéance.

Le spectateur ne peut ignorer non plus le rêve que lui propose l'auteur. Celui de ces deux femmes, couple improbable qui se découvrent l'une l'autre et réinventent un monde libre sans la mémoire et le poids des pères.

Le spectateur ne peut ignorer la sensibilité qui se dégage du jeu des comédiens.

À lui de repérer les monnaies de singe.

"Monkey Money"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Texte et mise en scène : Carole Thibaut.
Texte publié chez Lansman Editeur.
Assistants à la mise en scène : Noémie Regnaut, Victor Guillemot.
Avec : Thierry Bosc, Charlotte Fermand, Michel Fouquet, Carole Thibaut (du 9 au 11 et du 20 au 25 septembre) en alternance avec Valérie Schwarcz (du 13 au 18 septembre), Arnaud Vrech.
Scénographie, création lumière et vidéo : Antoine Franchet.
Costumes : Magalie Pichard.
Chorégraphie : Philippe Ménard.
Composition musicale : Jonas Atlan.
Durée : 1 h 35.

Du vendredi 9 au dimanche 25 septembre 2016.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 19 h, dimanche à 16 h, relâche les lundis 12 et 19 septembre.
Maison des Métallos, Paris 11e, 01 47 00 25 20.
>> maisondesmetallos.org

Tournée
Du 11 à 14 octobre 2016 : Théâtre des Ilets - CDN de Montluçon, Montluçon (03).

Projection-rencontre en avant-première
Comment diable un documentariste au chômage a-t-il fini par distribuer des billets de 500 euros par paquets de 2 kilos… ? C’est la question de départ de "Enfin des bonnes nouvelles", comédie-fiction dérangeante de Vincent Glenn, qui rappelle des réalités de notre monde dominé par l’argent.
Et c’est la question qu’essaie de comprendre Jiji, animateur de l’émission radio "Décryptages". Il interroge ses prestigieux invités, les fondateurs de Vigi’s, agence de notation révolutionnaire qui a connu un succès mondial foudroyant : comment ont-ils réussi à gagner des sommes d’argent colossales en si peu de temps, dans cette période troublée ? Il y a de quoi s’y perdre… La projection sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur et Carole Thibaut.
Film de Vincent Glenn (France, 2016, 88min) coproduction DHR, Ciaofilm, Brodkast Studio.
Lundi 19 septembre > 19 h. Entrée libre, réservation conseillée.

Atelier-débat
Quand vous croisez un ami, vous lui demandez "comment ça va ?", et non pas "qu’as-tu produit ce mois-ci ?". Pourtant, de nos jours, le fameux PIB est encore l’indicateur de richesse le plus cité en référence. "Indices" est un film-enquête pédagogique, voire ludique, avançant par énigmes, pour entrer dans ces questions.
À partir de la projection, le réalisateur, des membres du réseau FAIR (Forum pour d’autres indicateurs de richesse) et le philosophe Patrick Viveret proposent un atelier-débat. Peut-on créer une agence de notation citoyenne ? Sur quelles bases, avec quelles finalités, selon quels critères ? Il s’agira de laisser libre cours aux propositions et priorités exprimées par les participants. Que seraient les critères d’une économie plus soucieuse du social et de l’écologie ? Comment faire pour que ceux-ci soient lisibles et partagés ? F
Film de Vincent Glenn (France, 2011, 81min) production DHR.
Samedi 24 septembre > 14 h 30 > 17 h 30. Entrée libre, réservation conseillée.

Jean Grapin
Vendredi 16 Septembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019