Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

"Mon vacarme fut silencieux"... Découverte d'une auteure : Manon Chircen

La chronique d'Isa-belle L

À Paris, Septembre 2014, rive gauche, a atterri pour la seconde fois un OVNI. Un "Objet volant non identifié" avec à son bord du spectacle vivant. Bien vivant. Je n'ai pas osé l'approcher l'an passé. La peur sans doute ! Le manque de temps... assurément. Ce soir, j'ai franchi le pas. C'est si près de chez moi. Dans le XIVe de Paris. Non loin des théâtres de la Gaité ou d'Edgar qui côtoient le Guichet tous trois cousins du petit et du grand Montparnasse.



© DR.
© DR.
L'OVNI s'est posé et étalé sur 8 jours. Dans notre jargon, on l'appellerait "festival". Un mini Avignon. Osons.
OVNI dans le XIVe signifie : objet vivant non identifié. Rive gauche tout change ! Je vous jure, amis de Rive droite, venez nous rendre visite, il se passe tellement de choses ici.

Comme ce soir-là, où j'ai osé affronter cet Ovni, j'ai eu comme une apparition. Alors que je me trouvais assise tranquillement derrière un bar éphémère mis en place pour l'occasion (OVNI, c'est une fois dans l'année seulement), voilà qu'on me propose d'assister à un des spectacles.

- "Je pense que tu vas aimer."

C'est une charmante jeune fille qui me l'a dit. Et cette charmante enfant, qui ressemble à une amie à moi, n'est autre que l'instigatrice de l'événement. Delphine Roudaut, pour les curieux et les fans de beaux yeux.

Je suis donc son conseil. Je m'installe dans cette grande salle où des chaises attendent les spectateurs du week-end, venus de tous les arrondissements de Paname. Les Ovni se font rares aussi… Pas de soucoupe à l'horizon, quelques lumières et un plateau sur lequel déjà, sont positionnés des comédiens.

© DR.
© DR.
La pièce de théâtre s'appelle : "Mon vacarme fut silencieux". Le titre me plaît. Beaucoup.
Silence dans la salle. Le spectacle vivant pas encore identifié démarre. La comédienne, franco-italienne, nous dit : "Je vais bien", nous aussi. Moi aussi. C'est parti, je décolle. Avec eux. Cette joyeuse bande de comédiens qui nous embarque dans leur histoire d'Amours. Avec un grand A et au pluriel, ça tombe du ciel !

L'AMOUR, l'amour qui nous envahit, qui nous transcende, qui nous effraie aussi. Qu'attend-on de l'amour ? Les vibrations, les émotions, les pulsions, les tentations ? C'est quoi l'amour ? Aimer ? Jusqu'où ? Comment ? Combien de temps ? Pourquoi on aime tant ? Et soudain, moins ?

Ce qui est beau et réussi dans cette pièce, de mes yeux de romantique avertie, ce sont les différents regards apportés par cette jeune auteure, sur cet incontournable sujet qu'est l'amour - l'amour et ses dérives, l'amour et ses surprises, l'amour et la passion, l'amour et la fin d'une relation, l'amour à mort, AMORE - mais pas du point de vue unique de la femme. Celle qu'on croit toujours plus vulnérable, plus fragile, plus faible et souvent plus incontrôlable. Dans ce spectacle, les hommes s'interrogent, s'énervent, s'effondrent. Un homme amoureux, transi de passion, aimanté à une femme dont le corps, la voix, soudain, viennent à disparaître de sa vie, craque devant nous. Épatant d'ailleurs ce comédien.

Spectacle extra-terrestre. Extraordinaire de trouvailles et tellement humain. Émouvant, captivant, renversant. Troublant. Un OVNI, clairement.

L'auteure prodige de cette pièce s'appelle Manon Chircen, elle est jeune, si jeune. Comment a-t-elle pu écrire si bien l'amour, déjà ? En connaître tant sur les remous, les éclats de verre, les cris, les larmes qu'on retient quand on ne sait plus quoi faire ?

Sur ma chaise, seule dans cette salle quasi noire, j'ai été traversée d'émotions diverses. Je regardais les gens autour de moi. Captivés le plus souvent, concentrés indéniablement. Les rires, parfois, fusaient. Parce que le talent de cette auteure c'est d'avoir su mêler l'humour au drame sans jamais en abuser. Il y a des scènes croustillantes à souhait (les deux cow-boys, l'ange et son nuage…) et des moments de bouillonnement où s'entremêlent montée de larmes et cœur qui s'emballe.

Un phénomène. Un étrange et formidable phénomène s'est posé à l'ACSEMD (lieu de la représentation, 6 bis, rue Hyppolite Maindron, Paris XIVe).

Un phénomène qui laisse des traces. Longtemps après, même.

OVNI : objet volant non identifié. Nombreux sont les sceptiques sur leur réelle existence. Malgré "De Funès ou Villeret", malgré "la Rencontre du troisième type", moi aussi, je reste perplexe.

Mais cet OVNI-là, celui qui se pose sur le XIVe, discrètement, depuis deux ans maintenant, mérite qu'on s'y arrête et qu'on le visite. Vraiment. Entrez pour voir et vous y découvrirez des pépites. Comme moi, l'autre soir.

Un objet vivant non identifié mais cela ne saurait tarder, qu'il soit parfaitement identifié. Je ne crois pas aux ovnis mais je crois au spectacle vivant, aux mots parfaitement choisis, aux textes bien écrits et au talent de cette jeunesse, que trop souvent on oublie.

Manon Chircen a, je crois, 23 ans. Il est temps, amis du théâtre vivant, de laisser la place aux auteures, à ces femmes, qui très souvent, écrivent des œuvres atypiques et si surprenantes.

Que ce "Vacarme silencieux" résonne longtemps dans les tympans du public de tous les arrondissements de Paris.

Que ce fantastique "Vacarme silencieux" s'impose dans notre pays, où le spectacle vivant, je le souhaite, restera identifié et identifiable à VIE.

"Mon vacarme fut silencieux"
Création de Mano Chircen.

Avec : Aurélie Barrin, Flavien Bellec, Joséphine Constantin, Thibault Villette, Eugénie Soulard.
Camille Doucet créa le rôle interprété par Joséphine Constantin.

Isabelle Lauriou
Mercredi 8 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020