La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Mass B"… gravité dans l'air

"Mass B", Théâtre national de Chaillot, Paris

Béatrice Massin, chorégraphe majeure de danse baroque, invite les danseurs à construire leurs espaces scéniques autour de Bach et de György Ligeti dans un environnement où force gravitationnelle et masse font corps.



© Patrick Cockpit.
© Patrick Cockpit.
Appelée "Belle danse" aux XVIe et XVIIe siècles, elle a été rebaptisée "baroque" seulement dans les années soixante. Louis XIV (1638-1715), très bon danseur, a développé sa professionnalisation en créant une académie de danse royale et en souhaitant qu'elle soit théorisée et perfectionnée par son maître de ballet Beauchamp (1631-1705), avec l'émergence d'un système d'écriture, appelé "chorégraphie" (1), inventé par Feuillet (1660-1710), ce qui la popularisa en Europe. Le mot a eu une heureuse destinée.

La belle danse était aussi utilisée pour les convenances sociales ou comme instrument politique par Louis XIV. Elle affirme les valeurs de mesure et d'harmonie propres au classicisme avec "symétrie des parcours et des figures, propreté de l'exécution, méthode et clarté de l'enseignement mais aussi de l'exposition du sujet dans le spectacle, le tout régi par les notions d'ordre et d'équilibre"(2).

Forte de ces éléments, Béatrice Massin, spécialiste du genre, chorégraphie la gravitation dans son rapport au corps qui fait de celui-ci un être lourd ou léger quand celle-ci est un fardeau ou une compagne bienveillante. Quelle que soit sa relation au sol et à l'air, il peut ainsi devenir gracieux par l'élégance du mouvement.

Au gré de déplacements où la force gravitationnelle est soulignée, les danseurs, telles des ombres corporelles massives, sont accompagnés d'une musique du compositeur autrichien György Ligeti (1923-2006) et d'extraits de la "Messe en si mineur" (1724-1749) de Jean Sébastien Bach (1685-1750).

© Patrick Cockpit.
© Patrick Cockpit.
Ils sont au ralenti, puis s'élancent, avec des petits pas légèrement en biais où, sur un temps fort musical, le pied droit est chassé par une impulsion du pied gauche. Ces derniers sont suivis d'un lancer vertical des bras se finissant par des poignets recourbés. Les bustes restent très élégants, droits mais avec toujours une virgule corporelle qui les fait pencher.

Sur scène, côté jardin, deux longs bois noirs posés en croix représentent une immobilité sur laquelle les danseurs sont assis, debout, ou effectuent des mouvements au ralenti dans lesquels ils étendent leurs membres, s'accrochent les uns aux autres, se retiennent, s'attirent, se repoussent. Une gestuelle superbe de grâce et d'élégance se dessine où la beauté des corps semble sculptée par un Temps qui glisse sur eux.

Puis, dans une procession d'enterrement, les bois sont portés à tour de bras, mimant ainsi la mise à mort de la gravité, de sa masse inerte, suivie par des danses animées, vivantes où les mouvements deviennent rapides et vifs.

Deux danseuses, côté cour, se mesurent corporellement, l'une contre l'autre, autour d'empoignades. Côté jardin, pour rééquilibrer l'espace scénique, une ronde s'effectue dans une gestuelle nourrie uniquement de déplacements.

Ainsi, le corps se libère peu à peu. Au démarrage, il était massif, porté par sa gravité, lourd dans ses trajets. Puis, au ralenti, les mouvements se décomposent, deviennent très longilignes, épousant l'espace. Rien n'est cassé, brisé. Tout est souplesse et élégance. La gestuelle se libère d'un poids rendant ceux-ci légers, comme portés par l'air quand le sol, au travers de la scène, essayait de les attirer à lui.

© Patrick Cockpit.
© Patrick Cockpit.
C'est le combat d'une masse corporelle qui veut s'échapper de son état gravitationnel. Le mouvement ne devient pas pour autant aérien. Il reste lié au sol avec une gestuelle se nourrissant de l'autre sur lequel il s'appuie pour y trouver sa légèreté quand auparavant il ne trouvait sa force, tel Antée, qu'au sol.

Ainsi, ce corps qui était fait d'inertie, de "lourdeur", d'une présence scénique amassée devient au fil du spectacle, plus léger, plus rapide. Il passe ainsi par les trois états, solide, gazeux et liquide. Solide par les déplacements massifs ; gazeux quand ceux-ci deviennent vifs ; liquide, quand il est au ralenti, où les danseurs, par leurs membres, se lient, s'étirent et s'allongent en s'épousant.

Tout est grâce dans les courses, les ralentis et les repos. Béatrice Massin met à nu le corps dans différents environnements avec ses forces et ses élans, ses contraintes et ses obligations. Par ce biais, elle interroge la société dans son rapport à l'individu, citoyen ou laissé-pour-compte ballotté par les crises, protéiformes, dans lesquelles il se cherche une identité sociale soutenue par l'espoir qu'il peut y mettre.

(1) "Chorégraphie ou l'Art de décrire la danse, par caractères, figures et signes démonstratifs" (1700), de Raoul-Auger Feuillet.
(2) Extrait tiré de l'article "La belle danse ou le classicisme français au sein de l'univers baroque" (2001), d'Eugénia Roucher.

"Mass B"

Conception et chorégraphie : Béatrice Massin.
Scénographie : Frédéric Casanova.
Avec : Lauren Bolze, Lou Cantor, Benjamin Dur, Rémi Gérard, Philippe Lebhar, Marie Orts, Édouard Pelleray, Bérangère Roussel, Chloé Zamboni, Thalia Zilitotis.
Lumières : Caty Olive.
Son : Emmanuel Nappey.
Costumes : Clémentine Monsaingeon.
Assistante à la chorégraphie : Nikola Krizkova.
Compagnie Fêtes Galantes.
Durée : 1 h.

Du 9 au 18 mars 2016.
Mardi, mercredi et vendredi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30.
Théâtre National de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Mardi 15 Mars 2016

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011