La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Marzipani et Gomez, la dimension bonheur

"The Great Gomez", Espace Paris Plaine, Paris

Aller à l’Espace Paris Plaine pour "The Great Gomez", c’était surtout pour faire plaisir à un petit garçon de 5 ans… Assister à un spectacle clownesque jeune public dans un théâtre, cela peut parfois relever du sacerdoce ou d’un simple engagement d’adulte conscient de son rôle de parent. Et là, surprise ! À la fin de ce spectacle, mon fils et moi avions un trait de ressemblance supplémentaire : le sourire complice des gens heureux.



Marzipani et Gomez © Compagnie Equilibro.
Marzipani et Gomez © Compagnie Equilibro.
"The Great Gomez", c’est la rencontre sur scène de deux physiques très différents : lui, cheveux longs, très musclé, fine moustache et petite mouche au menton à la Errol Flynn ressemble au chanteur suisse Stéphane Eicher. Dans la vie, il se nomme Michele Chen, c’est un enfant de la balle, il a été clown d’or pour son numéro d’équilibriste au Festival international du Cirque de Monte-Carlo ; équilibriste certes, mais aussi magicien, illusionniste, acteur de la Commedia dell'Arte, etc.

Elle, c’est Amélie Demay, sa partenaire et compagne, plutôt menue, fine, mais dotée d’une musculature impressionnante. Elle nous gratifie d’un sourire immense et évoque une certaine ressemblance avec Annie Fratellini... Mimétisme ou coïncidence ? Il se trouve qu’Amélie Demay a fréquenté l’école Fratellini dès l’âge de 11 ans. Équilibriste, acrobate, elle déroule un CV impressionnant où figurent aussi bien l’Osaka Theater NGK que le prestigieux et néanmoins canadien Cirque du Soleil. Dans le spectacle, elle est le clown de Fellini, l’assistante rebelle, mais aussi l’éternel féminin que recherche désespérément le Grand Gomez... et répond au nom de Marzipani !

Marzipani et Gomez © Compagnie Equilibro.
Marzipani et Gomez © Compagnie Equilibro.
Le cadre est posé, les Arts du Cirque se sont installés dans le cadre cosy d’un théâtre. Et le résultat est assez bluffant : les deux artistes dans un jeu de rôle parfaitement scénarisé déroulent leurs numéros de prestidigitation, d’équilibristes, de cabaret et de clowns à un rythme fou pendant plus d’une heure. L’histoire se construit sur une trame romantique bien servie par une mise en scène minutieuse d’Alain André.

Ne s’agit-il que de cirque ? Non, même si nos deux acrobates en sont de purs produits, c’est certainement dans la volonté des Gomez plus que çà ; tout comme dans un spectacle de rue, calés dans une grande interactivité avec le public, Michele Chen et Amélie Demay nous intègrent dans la féérie de leur histoire ; et tous les spectateurs de se laisser séduire, de participer au jeu de la galène ou de l’interpellation directe. Quelle émotion d’entendre les petits hurler avec bonheur, tout comme au Guignol : "Non, Non, ce n’est pas lui, il est caché là bas !".

Merci aux "Great Gomez", d’abord pour leur performance, ensuite pour nous avoir accepté dans leur dimension artistique et avoir ainsi écarté la grisaille qui nous entoure. Tout comme les cirques ambulants des siècles derniers, qui apportaient du bonheur à tous les publics, vous déplacez votre talent ici et ailleurs. Actuellement, ils se produisent au Portugal, et cela jusqu’à la fin de l’année... Mais sachez que nous attendons avec impatience votre prochaine exhibition à Paris ou en région parisienne.

"The Great Gomez"

Marzipani et Gomez © Compagnie Equilibro.
Marzipani et Gomez © Compagnie Equilibro.
Auteur et metteur en scène : Alain André.
Avec : Amélie Demay et Michele Chen.
Régisseur son et lumière : Mehdi Moussaoui.
Compagnie Equilibro.

Ce spectacle de la Compagnie Equilibro a été présenté du 5 au 29 octobre 2011 à l'Espace Paris Plaine, Paris 15e.
Tél. : 01 40 43 01 82.
>> www.espaceparisplaine.com

La Cie Equilibro est allée rejoindre le cirque Chen au Portugal. Celui-ci s'installe durant 1 mois à Nazaré (sur la côte au nord de Lisbonne) afin de se concentrer sur la nouvelle création du spectacle de Noël. Cette création rassemble des artistes portugais et d'autres venant quatre coins du monde pour mettre en place un travail aboutissant à des chorégraphies collectives, dans l'objectif d'offrir un spectacle complet pour les fêtes de fin d'année, qui sera notamment présenté à Lisbonne.

L'Espace Paris Plaine, dirigé par Cécile Junqua, propose une programmation entièrement dédiée au Jeune Public, mêlant théâtre, marionnettes, comédies musicales, cirque et chansons. Sa politique tarifaire permet une accessibilité par le plus grand nombre, le prix de la place étant moins cher qu'une place de cinéma.

Les prochains spectacles à l'Espace Paris Plaine

Du 5 au 30 novembre 2011, "Le Petit Prince".
D'après le conte d'Antoine de Saint-Exupéry.
Ombres et marionnette. Dès 6 ans et tout public.
Mise en scène et scénographie : Alain André.
Musique et réalisation sonore : Jean-Jacques Palix.
Conception des ombres : Florence de Andia et Françoise Rouillon.
Avec : Ugo Broussot (Antoine de Saint-Exupéry), Blanche Heugel et Françoise Rouillon (manipulation).

Du 3 au 30 décembre 2011, "La véritable légende du Père Noël".
Dès 4 ans et tout public.
Ecriture et mise en scène : Ned Grujic.
Chansons : Thérèse Wernert.
Piano : Ariane Cadier.
Avec : Laurent Paolini, en alternance avec Brock, Ariane Cadier, Amaury Jaubert, Kaloo Florsheimer, Sébastien Bergeri.

Alain der Mathéossian
Jeudi 10 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019