La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Manipulations politiques et charnelles entremêlées dans une orgie glacée

"Mesure pour mesure", en tournée

Arnaud Anckaert est plus accoutumé aux textes contemporains qu'aux classiques. C'est la première fois qu'il puise au répertoire de Shakespeare pour y extraire une pièce qui traite frontalement de la politique, mais plus encore des abus du pouvoir, de l'intolérance et de la folie où peuvent mener les lois liberticides. La tentation est belle de faire réfléchir dans ce miroir le monde dans lequel nous vivons, et d'y regarder l'image d'une société qui devient exsangue et automutilatrice à force d'intolérance.



© DR.
© DR.
Il fallait bien un pays imaginaire pour que Shakespeare trace cette peinture critique des mœurs et des volontés de pouvoir. Nous voilà donc dans une Vienne inventée où tous les noms sont italiens, au cœur du pouvoir d'un duc décidé à jouer un tour étonnant à son pays. Toutes les couches de la société sont ainsi mis à la question. Les bas-fonds, les nobles et le clergé participent tous à cet étrange remue-ménage où les questions de moralité et de bestialité sont au cœur des intrigues.

L'histoire commence par la manipulation politique : le Duc prétend partir en voyage. Il confie les rênes de la ville à Angelo en lui ordonnant de faire appliquer des lois anciennes, extrêmement dures. Des lois qui, entre autres, punissent de mort toutes relations sexuelles hors du mariage. Angelo pour sa part est un puritain pur et dur, une sorte d'ascète rigoriste, à la morale taillée dans le marbre. Bref, un être au sang glacé que ces lois complaisent. Il fait détruire les bordels et fait arrêter les coupables d'adultère. C'est ainsi que Claudio, jeune gentilhomme, se retrouve condamné à mort pour avoir mis enceinte Juliette, la femme qu'il aime, avant de l'épouser.

© DR.
© DR.
L'ordre public s'immisce alors totalement dans les vies privées. "La loi rien que la loi" dirige la justice qui condamne Claudio à mourir le lendemain. Et nulle grâce possible de la part d'Angelo car nul contre-pouvoir ne semble exister dans ce pays. Mais l'histoire ne peut pas s'arrêter là. La sœur de Claudio, une novice prête à s'enfermer pour la vie au couvent, vient plaider pour son frère. Et elle argumente si bien sa demande qu'Angelo se trouble et laisse naître le désir en lui. Un désir qu'il ne peut maîtriser. Un désir si dominateur qu'il va lui-même, le garant de la morale, devenir son propre entremetteur, et vouloir à toute force goûter cette chair contre sa propre morale.

L'élément de bascule du texte de Shakespeare semble se situer là : dans ce contrepoids de la nature, des instincts et des émotions face au besoin d'ordre, aux règles de la société. Cette lutte binaire, qui est parallèle à la lutte du bien et du mal, du corps et de l'esprit, du temporel et de l'éternel, est totalement incarnée au plateau par l'éventail des personnages. Le moine, le couvent pour l'ordre religieux, les maquerelles, les maquereaux, les filles adultères, les jouisseurs pour la luxure et les tentations, mais aussi, les garants de l'ordre, juges, prévôt, factionnaires, puis les nobles, et les gens de pouvoirs.

Pour mieux faire éprouver le côté actuel de la pièce, Arnaud Anckaert choisit le contemporain dans les costumes, les décors, le jeu. Son adaptation simplifie également les codes d'entrées et de sorties de scènes et les expressions trop datées. Il actualise totalement certains passages, invente même, mais avec finesse, sans tomber dans la grosse ficelle qui use des expressions à la mode pour faire du pied au spectateur. Cela reste sobre, sans complaisance.

© DR.
© DR.
Sa mise en scène se compose dans une sorte d'esprit de design. Le décor d'abord, très linéaire, fait de cubes d'ombres et de lumière, gris et blanc, qui représentent sur deux niveaux les lieux du pouvoir, la prison, les lieux, de luxure, la rue. Une rue qui déborde sur le public d'où les comédiens font leurs apparitions et une partie de leurs sorties.

On reconnaît encore cette envie de styliser la pièce dans les costumes et la création des personnages. Ils sont comme des pièces d'un patchwork juxtaposés, de teintes, d'esprits et statures différentes, comme sont différentes les couches de cette société puritaine. Les scènes sont aussi d'une certaine manière stylisées, comme si seul le langage politique, les tractations, les intérêts avaient droit à la parole. Il ne faut pourtant pas oublier les passages de pure comédie, où le clown frise la harangue, passages hauts en couleur qui font rebondir le déroulement de la pièce.

Un déroulement qui, pourtant, malgré cette recherche poussée dans les lignes, dans la simplicité des expressions, dans cette volonté de faire comprendre, entendre, donne une certaine froideur au spectacle. L'émotion, l'animalité, la transgression et, pour tout dire, le charnel sont très réduits. Peut-être pour rendre encore plus perceptible l'austérité mortifère de ce pouvoir disciplinaire ?

Vu le 6 avril au Théâtre Romain Rolland à Villejuif.

"Mesure pour mesure"

Texte : William Shakespeare.
Libre adaptation : Arnaud Anckaert, avec Marie Filippi
Mise en scène : Arnaud Anckaert.
Assistante à la mise en scène : Marie Filippi.
Avec : Chloé André Alexandre Carrière, Roland Depauw, Pierre-François Doireau, Fabrice Gaillard, Maxime Guyon, Yann Lesvenan, Valérie Marinese, David Scattolin, Gaëlle Voukissa.
Scénographie : Arnaud Anckaert.
Création lumières : Daniel Lévy.
Création musique : Benjamin Collier en collaboration avec Maxence Vandevelde.
Création costumes : Alexandra Charles.
Création décors : Alex Herman.
Régie générale : Frédéric Notteau.
Régie son : Olivier Lautem.
Par la Cie Théâtre du Prisme.
Durée : 2 h 10.

En tournée
10 et 11 avril 2019 : Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains, Canton de Vaud (Suisse).
25 et 26 avril 2019 : Le Bateau Feu, Dunkerque (59).
21 mai 2019 : La Barcarolle, Arques (62).
23 et 24 mai 2019 : Château d'Hardelot, Condette (62).

Bruno Fougniès
Mercredi 10 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021