La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Livane, un tourbillon doux et enchanteur, un bel oiseau qui se pose et repose notre esprit

La chronique d'Isa-belle L

Les temps sont difficiles et, parfois, m'inquiètent. Je regarde autour de moi, j'observe ce monde. Les écouteurs, les téléphones, les ordinateurs. Les transports en commun où chacun est rivé sur son écran. Aucun regard, personne ne se parle. Dans leur bulle… vont et viennent les gens.



© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Les bulles sont parfois impénétrables. La bulle "power-bling-bling", par exemple, est pour moi insipide. Trop répandue malheureusement. Le nerf de "l'apéro-bulle-power-bling-bling" consiste à étaler sa richesse. Pas celle de l'esprit. Celle du portefeuille ou de l'attaché-case. Lui : se pavane. Elle : rit aux éclats : Co "h" Opte par-ci oh oh oh ! Co "h" Opte par-là" ah ah ah ! : Sorte de rire d'Oie… apanage des becs élevés à la cuillère argentée. Dans cette bulle, on trinque aux capitaux, on valse sur les acquis sociaux et on se saoule au Ruinart… quand d'autres se saoulent au Ricard.

Dans la bulle de Livane - l'artiste que je suis allée voir hier soir* - son concept "bullesque" est fascinant, vous allez voir. Le public arrive à l'heure dans ce lieu réputé (La Manufacture Chanson), installé avenue de la République. Ponctualité. Au guichet, une charmante dame sourit et donne les billets. Nous souhaitant à tous une bonne soirée. Civilité. Puis, les spectateurs attendent, discutent, se regardent et valsent ensemble sur des "blablablas". Pas de rire exagéré. Une bulle pétillante de simplicité à laquelle on aimerait se réhabituer…

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Dans la bulle de Livane, l'ambiance est à l'intimité. Sur scène, de petites guirlandes sont allumées et, soudain, telle une (très jolie) chauve-souris à la robe colorée, Livane apparaît. Souriante et radieuse. Quelques notes, une guitare, un texte… Et voilà que des larmes, sur ma joue, se mettent à couler. Pleurer en début de spectacle n'est-il pas un signe d'originalité ? Plus la soirée avance, plus son répertoire s'élargit et plus la chanteuse devient délicieuse. Espiègle, drôle et excellant dans la comédie. Livane est aussi comédienne. Ça se sent. Et avec elle, on rit aussi.

Dans la bulle de Livane, on y écoute des histoires. D'amour, très souvent. L'homme, la grand-mère, l'enfant, la vie finalement. On découvre aussi un univers. Une boîte magique dont elle seule a le secret. Si, comme elle le chante si bien, elle "s'auto-saoule", je lui prédis, tel un magicien, qu'un tube de sa boîte, que j'appellerai moi : "machin", en sortira, c'est certain.

Dans la bulle de Livane, on est touché, ému, transporté. En voiture, à pieds ou en camping-car. Avec elle, on cuisine, on ricane, et on boit du Ricard. Livane aime la rime, moi aussi. Dans la bulle de Livane, d'autres femmes l'accompagnent. Barbara pour la citer. Une autre sacrée, une autre diva, longiligne et ornée de simplicité.

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Dans la bulle de Livane, qu'un public nombreux a investi, on applaudit, on sourit et à la fin de spectacle : miracle ! Ou effet magique de sa boîte à musique ? Les gens se parlent sans sortir de gadgets électroniques.

Dans sa boîte magique que seules ses longues mains de magicienne peuvent frotter, Livane doit avoir quelques secrets. D'un monde virtuel déconcertant, elle a su, quelques instants, reconnecter la vie et les gens. Les bulles parfois sont impénétrables. Dans celle de Livane, tout y est fort agréable et le temps m'est apparu soudain plus clément.

Sur la pochette de son album, il y a une guitare, des dessins d'enfants et un "Te t'aime", je crois. Pas "Je" mais "Te". Le public, hier, venu nombreux avenue de la République, l'aime aussi et ça se voit.

"Chacun pour soi est reparti, dans le tourbillon de la vie", surtout ici, à Paris, mais si vous croisez Livane, dans le métro où avec sa guitare et son joli tapis - magicienne je vous dis ! - arrêtez-vous pour reposer un peu votre esprit.

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
* Ce spectacle avait lieu le vendredi 25 mars aux ACP Manufacture Chanson, Espace Christian Dente, à Paris.

Autres dates :
10 avril 2016 : 1ère partie de Flo Zink, Forum Léo Ferré, Ivry-sur-Seine (94).
21 mai 2016 : Médiathèque, Souvignargues (30).
15 juillet 2016 : Aux Halles, dans le cadre des "Vendredis des Halles", Calvisson (30).
14 octobre 2016 : Médiathèque, Saint-Jean-du-Pin (30).

Isabelle Lauriou
Jeudi 31 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019