La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Livane, un tourbillon doux et enchanteur, un bel oiseau qui se pose et repose notre esprit

La chronique d'Isa-belle L

Les temps sont difficiles et, parfois, m'inquiètent. Je regarde autour de moi, j'observe ce monde. Les écouteurs, les téléphones, les ordinateurs. Les transports en commun où chacun est rivé sur son écran. Aucun regard, personne ne se parle. Dans leur bulle… vont et viennent les gens.



© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Les bulles sont parfois impénétrables. La bulle "power-bling-bling", par exemple, est pour moi insipide. Trop répandue malheureusement. Le nerf de "l'apéro-bulle-power-bling-bling" consiste à étaler sa richesse. Pas celle de l'esprit. Celle du portefeuille ou de l'attaché-case. Lui : se pavane. Elle : rit aux éclats : Co "h" Opte par-ci oh oh oh ! Co "h" Opte par-là" ah ah ah ! : Sorte de rire d'Oie… apanage des becs élevés à la cuillère argentée. Dans cette bulle, on trinque aux capitaux, on valse sur les acquis sociaux et on se saoule au Ruinart… quand d'autres se saoulent au Ricard.

Dans la bulle de Livane - l'artiste que je suis allée voir hier soir* - son concept "bullesque" est fascinant, vous allez voir. Le public arrive à l'heure dans ce lieu réputé (La Manufacture Chanson), installé avenue de la République. Ponctualité. Au guichet, une charmante dame sourit et donne les billets. Nous souhaitant à tous une bonne soirée. Civilité. Puis, les spectateurs attendent, discutent, se regardent et valsent ensemble sur des "blablablas". Pas de rire exagéré. Une bulle pétillante de simplicité à laquelle on aimerait se réhabituer…

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Dans la bulle de Livane, l'ambiance est à l'intimité. Sur scène, de petites guirlandes sont allumées et, soudain, telle une (très jolie) chauve-souris à la robe colorée, Livane apparaît. Souriante et radieuse. Quelques notes, une guitare, un texte… Et voilà que des larmes, sur ma joue, se mettent à couler. Pleurer en début de spectacle n'est-il pas un signe d'originalité ? Plus la soirée avance, plus son répertoire s'élargit et plus la chanteuse devient délicieuse. Espiègle, drôle et excellant dans la comédie. Livane est aussi comédienne. Ça se sent. Et avec elle, on rit aussi.

Dans la bulle de Livane, on y écoute des histoires. D'amour, très souvent. L'homme, la grand-mère, l'enfant, la vie finalement. On découvre aussi un univers. Une boîte magique dont elle seule a le secret. Si, comme elle le chante si bien, elle "s'auto-saoule", je lui prédis, tel un magicien, qu'un tube de sa boîte, que j'appellerai moi : "machin", en sortira, c'est certain.

Dans la bulle de Livane, on est touché, ému, transporté. En voiture, à pieds ou en camping-car. Avec elle, on cuisine, on ricane, et on boit du Ricard. Livane aime la rime, moi aussi. Dans la bulle de Livane, d'autres femmes l'accompagnent. Barbara pour la citer. Une autre sacrée, une autre diva, longiligne et ornée de simplicité.

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Dans la bulle de Livane, qu'un public nombreux a investi, on applaudit, on sourit et à la fin de spectacle : miracle ! Ou effet magique de sa boîte à musique ? Les gens se parlent sans sortir de gadgets électroniques.

Dans sa boîte magique que seules ses longues mains de magicienne peuvent frotter, Livane doit avoir quelques secrets. D'un monde virtuel déconcertant, elle a su, quelques instants, reconnecter la vie et les gens. Les bulles parfois sont impénétrables. Dans celle de Livane, tout y est fort agréable et le temps m'est apparu soudain plus clément.

Sur la pochette de son album, il y a une guitare, des dessins d'enfants et un "Te t'aime", je crois. Pas "Je" mais "Te". Le public, hier, venu nombreux avenue de la République, l'aime aussi et ça se voit.

"Chacun pour soi est reparti, dans le tourbillon de la vie", surtout ici, à Paris, mais si vous croisez Livane, dans le métro où avec sa guitare et son joli tapis - magicienne je vous dis ! - arrêtez-vous pour reposer un peu votre esprit.

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
* Ce spectacle avait lieu le vendredi 25 mars aux ACP Manufacture Chanson, Espace Christian Dente, à Paris.

Autres dates :
10 avril 2016 : 1ère partie de Flo Zink, Forum Léo Ferré, Ivry-sur-Seine (94).
21 mai 2016 : Médiathèque, Souvignargues (30).
15 juillet 2016 : Aux Halles, dans le cadre des "Vendredis des Halles", Calvisson (30).
14 octobre 2016 : Médiathèque, Saint-Jean-du-Pin (30).

Isabelle Lauriou
Jeudi 31 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020