La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
La deuxième période nous emporte en Californie, 1972. La maison s'ouvre à tous vents, le féminisme commence à briser des chaînes et des tabous (une situation calquée sur l'événement Womanhouse qui eut lieu en 72 sous l'impulsion d'artistes pionnières de l'art féministes - la pièce est d'ailleurs sous-titrée Womanhouse)… et les réactions mâles deviennent violentes, allant jusqu'au viol pour briser cet élan de liberté. Période de frénésie, de folie, d'ivresse, débridée.

Pour la troisième période, la maison s'assagit, elle est un peu âgée. Joris y a convié trois autrices qui seront en résidence d'écriture. D'âges divers, elles ont aussi des visions différentes d'elles-mêmes, du monde, du féminisme qui devient plus vaste, plus universel, en se posant la question du genre.

La belle écriture de Pauline Sales est à la fois précise et amusée, documentée mais s'échappant totalement de tout documentaire. Elle permet ainsi de partir avec elle dans son imaginaire. Dans cette mise en scène très classique, le jeu des comédiennes et du comédien est mis en avant. Quatre très bons interprètes qui rebondissent de personnages en personnages et de costumes en costumes avec talent, d'autant que ceux-ci sont totalement différents d'une scène à l'autre. Ils s'amusent même à varier le style d'interprétation varie suivant l'époque à laquelle se déroule la scène.

Même si parfois le texte sème quelques longueurs, dues le plus souvent à la volonté de l'autrice de donner une vision multiple de l'évolution du féminisme. Elle intègre ainsi les oppositions de points de vue des femmes artistes mais aussi avec Joris, le seul homme de la pièce, ce qui allonge et explicite de façon parfois superflue l'histoire. La très bonne idée reste d'avoir ajouté, aux aventures de ces artistes, des femmes plus communes, comme cet agent immobilière ou ces femmes de ménage qui passent et donnent, en plus du coup de serviette, un contre-point essentiel.

Hélène Viviès, présence incroyablement forte, Anne Cressent, capable de passer du hautain mépris à la fragilité du doute, Olivia Chatain, à la fois force, énergie et rire masqué, sans oublier Vincent Garanger, sans défaut, sensible et délicat. Les quatre interprètes semblent trouver, dans ces rôles, matière à beaucoup d'inventions, de rayonnement, de plaisir de jouer.

"Les femmes de la maison"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Écriture et mise en scène : Pauline Sales.
Avec : Olivia Chatain, Anne Cressent, Vincent Garanger, Hélène Viviès.
Scénographie : Damien Caille Perret.
Création lumière : Laurent Schneegans.
Création sonore : Fred Bühl.
Costumes : Nathalie Matriciani.
Coiffure, maquillage : Cécile Kretschmar.
Régie son : Jean-François Renet ou Fred Buhl.
Régie générale et lumière : François Maillot.
Habilleuse et entretien perruques : Nathy Polak.
Durée : 2 heures.

Texte à paraitre aux Solitaires Intempestifs, printemps 2021.

Création ayant eu lieu du 11 au 14 janvier 2021.
Théâtre de l'Éphémère - Scène conventionnée pour les écritures théâtrales contemporaines, Théâtre Paul Scarron, Le Mans (72), 02 43 43 89 89.

Tournée

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
17 au 23 octobre 2021 : Théâtre de L'Éphémère, Le Mans (72).
26 au 29 octobre 2021 : La Comédie de Reims, Reims (51).
30 novembre 2021 : Théâtre Jacques Carat, Cachan (94).
14 décembre 2021 : Scènes du Jura - Scène nationale, Lons-le-Saunier et Dole (39).
11 au 22 mai 2022 : TGP - Centre Dramatique National, Saint-Denis (93).

Bruno Fougniès
Mercredi 25 Août 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024