La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Les "Variations Goldberg" pour Trio à cordes, la Foi dans la Musique

Début novembre, le Trio à cordes formé par Sébastien Hurel, Paul Radais et Aurélien Sabouret donnait un concert à Paris dont le programme reprenait leur gravure au CD des "Variations Goldberg" dans la transcription de Dimitri Sitkovetsky. Trois superbes voix qui nous invitent à pénétrer dans les tréfonds de l'âme de cette vertigineuse architecture sonore.



© DR.
© DR.
Les "Variations Goldberg", inscrite au catalogue BWV sous le numéro 988, sont composées vers 1740 par Johann Sebastian Bach. Un monument de la musique pour clavier qu'a rendu célèbre son enregistrement par Glenn Gould en 1955. Un de ces enregistrements que détiennent tous les amoureux du génie canadien au service du génial Kantor de Leipzig.

Le second enregistrement qu'en fit Glenn Gould en 1981, très différent du premier, donne des idées d'hommage au violoniste Dimitri Sitkovetsky quatre ans plus tard, alors qu'on commémore les trois cents ans de la naissance de Bach (et les trente ans du premier enregistrement gouldien). Il en livre une superbe transcription pour trio à cordes qui renouvelle notre écoute du chef-d'œuvre.

Publiées en 1741, ces "Variations" (une forme appelée au succès, celle d'un seul thème décliné par des variations) ont une origine quasi légendaire. Furent-elles composées pour l'élève de Bach, Goldberg, claveciniste du Comte Van Kayserling, et payées à prix d'or par ce dernier ? On l‘a longtemps cru. Quoi qu'il en soit, elles sont publiées dès 1741 avec pour indication "Air avec diverses variations pour clavecin à deux claviers" et doivent s'écouter sans interruption, tel un voyage dans un espace sonore où l'air initial (l'Aria introductive, une sarabande ornée écrite pour Magdalena, l'épouse de Bach) serait soumis à trente métamorphoses mélodiques, rythmiques, modales mais aussi de timbres, de modulations et de jeu, avant de réapparaître en trente-deuxième position, noté "Aria da Capo".

© DR.
© DR.
D'une composition savante et symbolique, elles déclinent dans l'orbe de leur révolution cosmogonique les nombres trois (divin) et cinq (humain) - avec par exemple deux parties divisées en cinq sous-parties de trois variations.

Le concert, donné par le Trio dans le Temple du Foyer de L'âme (un temple protestant du onzième arrondissement parisien), venait fort justement rappeler que l'image divine ne pouvait se laisser déchiffrer que dans la musique, pour Bach et les Fidèles de son église.

Dans la transcription du violoniste russe, les trois instruments constituent chacun le registre d'un seul instrument (donc trois registres) redoublant ainsi la signification ultime de ce temple sonore à la gloire de Dieu, cet univers clôt et abyssal où se déploie l'âme de l'auditeur. Loin des ensembles à cordes baroques habituels avec basse continue, les musiciens pour ce trio doivent ainsi former à la fois une entité organique et savoir conserver leur voix singulière.

C'est cette aventure tant artistique qu'humaine dont témoignent le concert comme le disque. Amis de longue date, le violoniste Sébastien Hurel (un ancien du Philharmonique de Radio France devenu soliste), l'altiste Paul Radais (de l'Orchestre national de France) et Aurélien Sabouret (premier solo de l'Orchestre de l'Opéra de Paris) réussissent brillamment cette gageure.

À l'écoute, leurs trois voix déploient et subliment dans un espace étendu les entrelacements contrapuntiques précieux des lignes mélodiques, leurs couleurs intenses et leur virtuosité, variant leurs rôles à chaque variation. Et l'émotion point puis submerge dans cette véritable introspection mystique les interprètes comme les auditeurs. Une belle manifestation de ce que peut donner la foi en la musique, cette expérience de la présence à soi et au monde.

● "J. S. Bach - Variations Goldberg - Transcription pour trio à cordes de D. Sitkovetsky" (1985).
Sébastien Hurel, violon.
Paul Radais, alto.
Aurélien Sabouret, violoncelle.
Label : Bion Records - Polychrone (contact : srstrio@free.fr).
Durée : 1 heure.
Sortie : 24 octobre 2017.

Christine Ducq
Mardi 28 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB

PUB


Publicité



À découvrir

Festival au village : "Des coulisses à la scène"

C'est un village sur la route entre Niort et la Rochelle. Objet d'une halte pour le délassement des jambes, le temps d'un égaiement des enfants, d'une course à la supérette. Brioux est un village ordinaire de ceux que l'on traverse sous le soleil sur la route des vacances. Que l'on mésestime…

Festival au village :
Et c'est bien dommage car les habitants qui savent qu'il n'est de richesses que d'hommes,(comme disait Jean Bodin à la Renaissance) vivent comme un Bonheur à préparer, à organiser d'une année sur l'autre un festival bref mais constant dans la durée. Derrière les murs, sous les toits. Sous un chapiteau, sur la place, dans les granges. C'est la 30e édition du festival au village et Jean Pierre Bodin (autre Bodin), de la Compagnie La Mouline en est le directeur artistique.

Né en 1988... tout , tout petit avec sa poignée de bénévoles, le festival a fêté ses 10 ans au son des violons de Bratsch. ses 20 ans avec un livre témoin, ses 25 ans avec 25 artistes et 150 bénévoles qui se sont applaudis mutuellement.

Pour ses 30 ans il sera précédé d'un prologue démesuré. Trente artistes et les bénévoles passeront 30 heures ensemble du samedi 7 juillet à 17 h au dimanche 8 juillet 23 h avec, en vrac, spectacle de cirque, théâtre, chanson, apéro-concert, illuminations de Carabosse, grand bal... Pour l'amateur de marathon est prévu un dortoir à la belle étoile, avec lits et couvertures.

Jean Grapin
28/06/2018
Spectacle à la Une

•Avignon Off 2018• "Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", L'Atypik Théâtre, Avignon

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

•Avignon Off 2018•
Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
22/06/2018
Sortie à la Une

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", International Visual Theatre, Paris

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
15/11/2017