La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les Mondes fantastiques de Thomas Hengelbrock

Chacun des concerts de Thomas Hengelbrock, chef associé à l'Orchestre de Paris, est une épiphanie. Après une fabuleuse soirée donnée en octobre à la tête de sa phalange, le NDR Elbphilharmonie Orchester, il a dirigé les 11 et 12 novembre, à la Philharmonie de Paris, un effectif de cent cinquante musiciens et deux cents choristes. L'occasion pour l'Orchestre de Paris d'adouber les jeunes talents de l'Orchestre du Conservatoire et, pour le chœur maison, celui des Grandes Écoles.



Chœur de l'Orchestre de Paris © DR.
Chœur de l'Orchestre de Paris © DR.
Chacun de ses concerts laisse décidément une trace profonde. Thomas Hengelbrock nous avait bouleversés lors de son concert d'intronisation à la tête de l'Orchestre de Paris il y a un an. Le chef réussissait brillamment alors son examen de passage auprès du public de la Philharmonie en montrant à la fois sa science des programmes originaux (avec un rapprochement passionnant entre Bach et Zimmermann) et son art incomparable de chef, capable d'emmener les musiciens sur de nouvelles voies.

Le concert donné en octobre dans la même Grande Salle Pierre Boulez à la tête de sa phalange, le NDR Elbphilharmonie Orchester, reprenant en partie le programme d'ouverture de la Philharmonie de Hambourg, laissait une même empreinte indélébile. Architecte humaniste et ingénieur des œuvres, Thomas Hengelbrock y projetait un dessein jubilatoire ; dessiner un arc du Prélude de "Parsifal" via les "Reminiszenz" de Wolfgang Rihm jusqu'à la première symphonie de Mahler, la "Titan". Un chef qui n'a pas de plus grande priorité que de faire tomber les barrières entre les répertoires et les époques et dont on sent à la fois le respect et l'exigence vis à vis des musiciens.

Poète à ses heures, Thomas Hengelbrock est aussi un pédagogue. L'homme, généreux, ne pouvait qu'être très attaché à la transmission. C'est ainsi qu'il a réuni les forces pléthoriques de l'orchestre, du chœur en résidence à la Philharmonie et celles des jeunes interprètes du CNSMD de Paris, ainsi que le Chœur Philharmonique du COGE - formé d'étudiants des grandes écoles.

Thomas Hengelbrock © DR.
Thomas Hengelbrock © DR.
Dans un programme reprenant les fondamentaux de l'Orchestre de Paris (en cette année de commémoration de ses cinquante ans), avec la "Bacchanale" de Jacques Ibert (composée en 1965 pour la BBC) et "L'Oiseau de Feu" d'Igor Stravinski créé pour les Ballets Russes à Paris (en 1910), étaient choisis aussi "La Première Nuit de Walpurgis" de Mendelssohn et le "Peer Gynt" d'Edvard Grieg en version scénique (avec Éric Ruf en récitant).

Si la "Bacchanale" de Ibert n'est pas une pièce inoubliable, la Suite n° 2 de Stravinski, "L'Oiseau de Feu", quant à elle, révélait ses prestiges grâce au travail du chef sur les couleurs, le rythme, les dynamiques et les nuances ; les musiciens les plus expérimentés guidant avec feu de jeunes pousses très investies (dont un basson superbe et un génial percussionniste). Tous emportés dans les divers épisodes du récit, du lent orage des cordes de l'introduction aux scintillements sonores de l'apparition des Princesses jusqu'au fortissimo diabolique de la mort de Kastcheï. Avec d'authentiques siffleurs, imitateurs d‘oiseaux, postés en hauteur, dont les interventions encadraient la pièce.

La force tellurique de ces "Mondes Fantastiques" (thème des concerts du week-end) se confirmait avec la cantate opus 60 de Mendelssohn, inspirée par Goethe, "Die Erste Walpurgisnacht". Cet hymne au paganisme, mettant en scène des druides chassant leurs vainqueurs (les Chrétiens mis en déroute par de faux démons), est une "ballade" (dixit Mendelssohn) divisée en neuf numéros. Un oratorio profane parmi les plus puissants du compositeur avec ses "chants printaniers (…) ses cris de hiboux" et son "vacarme" de sorcières (Lettre du 22/02/1831).

Orchestre de Paris © DR.
Orchestre de Paris © DR.
Des interventions des druides (avec le baryton exceptionnel de Michael Volle et la très belle basse Edwin Fardini) suivant une célébration chorale du printemps au déferlement sonore de la deuxième partie, cette Nuit éblouissait. Les deux cents chanteurs, dirigés avec la précision habituelle de Thomas Hengelbrock, formaient bien ce chœur "formidable" dont rêvait le compositeur allemand. L'orchestre, avec ses cordes flexibles, ses cuivres et ses percussions sorciers, n'étant pas avare en imprécations du plus grand effet.

Le concert s'est achevé avec "Peer Gynt", une musique de scène commandée à Grieg par le dramaturge Henryk Ibsen pour sa pièce, ici donnée dans une version plus rare et plus complète (onze extraits sur vingt-six originalement composés) avec récitant. On ne présente plus cette œuvre, qui a rendu célèbre le compositeur norvégien avec ses hits repris partout. Avec son inspiration populaire stylisée et son génie mélodique, l'écriture d'Edvard Grieg caractérise génialement chaque scène et chaque personnage.

Thomas Hengelbrock © DR.
Thomas Hengelbrock © DR.
Avec cette musique jouissive et vraiment théâtrale donc, pas besoin de mots. Ainsi on regrette presque les interventions - pourtant faites avec talent - d'Éric Ruf qui la couvre parfois (par exemple dans "La Chanson de Solveig"). Là encore l'orchestre tutoie les sommets - comme à chaque fois qu'un chef possède les ressources pour les y emmener. Thomas Hengelbrock, à sa façon bienveillante et passionnée, est ce formidable (druide et) guide pour l'Orchestre de Paris.

Concert entendu le 11 novembre 2017.

Prochains concerts de l'Orchestre de Paris :
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Dimanche 19 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020