La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les Mondes fantastiques de Thomas Hengelbrock

Chacun des concerts de Thomas Hengelbrock, chef associé à l'Orchestre de Paris, est une épiphanie. Après une fabuleuse soirée donnée en octobre à la tête de sa phalange, le NDR Elbphilharmonie Orchester, il a dirigé les 11 et 12 novembre, à la Philharmonie de Paris, un effectif de cent cinquante musiciens et deux cents choristes. L'occasion pour l'Orchestre de Paris d'adouber les jeunes talents de l'Orchestre du Conservatoire et, pour le chœur maison, celui des Grandes Écoles.



Chœur de l'Orchestre de Paris © DR.
Chœur de l'Orchestre de Paris © DR.
Chacun de ses concerts laisse décidément une trace profonde. Thomas Hengelbrock nous avait bouleversés lors de son concert d'intronisation à la tête de l'Orchestre de Paris il y a un an. Le chef réussissait brillamment alors son examen de passage auprès du public de la Philharmonie en montrant à la fois sa science des programmes originaux (avec un rapprochement passionnant entre Bach et Zimmermann) et son art incomparable de chef, capable d'emmener les musiciens sur de nouvelles voies.

Le concert donné en octobre dans la même Grande Salle Pierre Boulez à la tête de sa phalange, le NDR Elbphilharmonie Orchester, reprenant en partie le programme d'ouverture de la Philharmonie de Hambourg, laissait une même empreinte indélébile. Architecte humaniste et ingénieur des œuvres, Thomas Hengelbrock y projetait un dessein jubilatoire ; dessiner un arc du Prélude de "Parsifal" via les "Reminiszenz" de Wolfgang Rihm jusqu'à la première symphonie de Mahler, la "Titan". Un chef qui n'a pas de plus grande priorité que de faire tomber les barrières entre les répertoires et les époques et dont on sent à la fois le respect et l'exigence vis à vis des musiciens.

Poète à ses heures, Thomas Hengelbrock est aussi un pédagogue. L'homme, généreux, ne pouvait qu'être très attaché à la transmission. C'est ainsi qu'il a réuni les forces pléthoriques de l'orchestre, du chœur en résidence à la Philharmonie et celles des jeunes interprètes du CNSMD de Paris, ainsi que le Chœur Philharmonique du COGE - formé d'étudiants des grandes écoles.

Thomas Hengelbrock © DR.
Thomas Hengelbrock © DR.
Dans un programme reprenant les fondamentaux de l'Orchestre de Paris (en cette année de commémoration de ses cinquante ans), avec la "Bacchanale" de Jacques Ibert (composée en 1965 pour la BBC) et "L'Oiseau de Feu" d'Igor Stravinski créé pour les Ballets Russes à Paris (en 1910), étaient choisis aussi "La Première Nuit de Walpurgis" de Mendelssohn et le "Peer Gynt" d'Edvard Grieg en version scénique (avec Éric Ruf en récitant).

Si la "Bacchanale" de Ibert n'est pas une pièce inoubliable, la Suite n° 2 de Stravinski, "L'Oiseau de Feu", quant à elle, révélait ses prestiges grâce au travail du chef sur les couleurs, le rythme, les dynamiques et les nuances ; les musiciens les plus expérimentés guidant avec feu de jeunes pousses très investies (dont un basson superbe et un génial percussionniste). Tous emportés dans les divers épisodes du récit, du lent orage des cordes de l'introduction aux scintillements sonores de l'apparition des Princesses jusqu'au fortissimo diabolique de la mort de Kastcheï. Avec d'authentiques siffleurs, imitateurs d‘oiseaux, postés en hauteur, dont les interventions encadraient la pièce.

La force tellurique de ces "Mondes Fantastiques" (thème des concerts du week-end) se confirmait avec la cantate opus 60 de Mendelssohn, inspirée par Goethe, "Die Erste Walpurgisnacht". Cet hymne au paganisme, mettant en scène des druides chassant leurs vainqueurs (les Chrétiens mis en déroute par de faux démons), est une "ballade" (dixit Mendelssohn) divisée en neuf numéros. Un oratorio profane parmi les plus puissants du compositeur avec ses "chants printaniers (…) ses cris de hiboux" et son "vacarme" de sorcières (Lettre du 22/02/1831).

Orchestre de Paris © DR.
Orchestre de Paris © DR.
Des interventions des druides (avec le baryton exceptionnel de Michael Volle et la très belle basse Edwin Fardini) suivant une célébration chorale du printemps au déferlement sonore de la deuxième partie, cette Nuit éblouissait. Les deux cents chanteurs, dirigés avec la précision habituelle de Thomas Hengelbrock, formaient bien ce chœur "formidable" dont rêvait le compositeur allemand. L'orchestre, avec ses cordes flexibles, ses cuivres et ses percussions sorciers, n'étant pas avare en imprécations du plus grand effet.

Le concert s'est achevé avec "Peer Gynt", une musique de scène commandée à Grieg par le dramaturge Henryk Ibsen pour sa pièce, ici donnée dans une version plus rare et plus complète (onze extraits sur vingt-six originalement composés) avec récitant. On ne présente plus cette œuvre, qui a rendu célèbre le compositeur norvégien avec ses hits repris partout. Avec son inspiration populaire stylisée et son génie mélodique, l'écriture d'Edvard Grieg caractérise génialement chaque scène et chaque personnage.

Thomas Hengelbrock © DR.
Thomas Hengelbrock © DR.
Avec cette musique jouissive et vraiment théâtrale donc, pas besoin de mots. Ainsi on regrette presque les interventions - pourtant faites avec talent - d'Éric Ruf qui la couvre parfois (par exemple dans "La Chanson de Solveig"). Là encore l'orchestre tutoie les sommets - comme à chaque fois qu'un chef possède les ressources pour les y emmener. Thomas Hengelbrock, à sa façon bienveillante et passionnée, est ce formidable (druide et) guide pour l'Orchestre de Paris.

Concert entendu le 11 novembre 2017.

Prochains concerts de l'Orchestre de Paris :
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Dimanche 19 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022