Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les Mondes fantastiques de Thomas Hengelbrock

Chacun des concerts de Thomas Hengelbrock, chef associé à l'Orchestre de Paris, est une épiphanie. Après une fabuleuse soirée donnée en octobre à la tête de sa phalange, le NDR Elbphilharmonie Orchester, il a dirigé les 11 et 12 novembre, à la Philharmonie de Paris, un effectif de cent cinquante musiciens et deux cents choristes. L'occasion pour l'Orchestre de Paris d'adouber les jeunes talents de l'Orchestre du Conservatoire et, pour le chœur maison, celui des Grandes Écoles.



Chœur de l'Orchestre de Paris © DR.
Chœur de l'Orchestre de Paris © DR.
Chacun de ses concerts laisse décidément une trace profonde. Thomas Hengelbrock nous avait bouleversés lors de son concert d'intronisation à la tête de l'Orchestre de Paris il y a un an. Le chef réussissait brillamment alors son examen de passage auprès du public de la Philharmonie en montrant à la fois sa science des programmes originaux (avec un rapprochement passionnant entre Bach et Zimmermann) et son art incomparable de chef, capable d'emmener les musiciens sur de nouvelles voies.

Le concert donné en octobre dans la même Grande Salle Pierre Boulez à la tête de sa phalange, le NDR Elbphilharmonie Orchester, reprenant en partie le programme d'ouverture de la Philharmonie de Hambourg, laissait une même empreinte indélébile. Architecte humaniste et ingénieur des œuvres, Thomas Hengelbrock y projetait un dessein jubilatoire ; dessiner un arc du Prélude de "Parsifal" via les "Reminiszenz" de Wolfgang Rihm jusqu'à la première symphonie de Mahler, la "Titan". Un chef qui n'a pas de plus grande priorité que de faire tomber les barrières entre les répertoires et les époques et dont on sent à la fois le respect et l'exigence vis à vis des musiciens.

Poète à ses heures, Thomas Hengelbrock est aussi un pédagogue. L'homme, généreux, ne pouvait qu'être très attaché à la transmission. C'est ainsi qu'il a réuni les forces pléthoriques de l'orchestre, du chœur en résidence à la Philharmonie et celles des jeunes interprètes du CNSMD de Paris, ainsi que le Chœur Philharmonique du COGE - formé d'étudiants des grandes écoles.

Thomas Hengelbrock © DR.
Thomas Hengelbrock © DR.
Dans un programme reprenant les fondamentaux de l'Orchestre de Paris (en cette année de commémoration de ses cinquante ans), avec la "Bacchanale" de Jacques Ibert (composée en 1965 pour la BBC) et "L'Oiseau de Feu" d'Igor Stravinski créé pour les Ballets Russes à Paris (en 1910), étaient choisis aussi "La Première Nuit de Walpurgis" de Mendelssohn et le "Peer Gynt" d'Edvard Grieg en version scénique (avec Éric Ruf en récitant).

Si la "Bacchanale" de Ibert n'est pas une pièce inoubliable, la Suite n° 2 de Stravinski, "L'Oiseau de Feu", quant à elle, révélait ses prestiges grâce au travail du chef sur les couleurs, le rythme, les dynamiques et les nuances ; les musiciens les plus expérimentés guidant avec feu de jeunes pousses très investies (dont un basson superbe et un génial percussionniste). Tous emportés dans les divers épisodes du récit, du lent orage des cordes de l'introduction aux scintillements sonores de l'apparition des Princesses jusqu'au fortissimo diabolique de la mort de Kastcheï. Avec d'authentiques siffleurs, imitateurs d‘oiseaux, postés en hauteur, dont les interventions encadraient la pièce.

La force tellurique de ces "Mondes Fantastiques" (thème des concerts du week-end) se confirmait avec la cantate opus 60 de Mendelssohn, inspirée par Goethe, "Die Erste Walpurgisnacht". Cet hymne au paganisme, mettant en scène des druides chassant leurs vainqueurs (les Chrétiens mis en déroute par de faux démons), est une "ballade" (dixit Mendelssohn) divisée en neuf numéros. Un oratorio profane parmi les plus puissants du compositeur avec ses "chants printaniers (…) ses cris de hiboux" et son "vacarme" de sorcières (Lettre du 22/02/1831).

Orchestre de Paris © DR.
Orchestre de Paris © DR.
Des interventions des druides (avec le baryton exceptionnel de Michael Volle et la très belle basse Edwin Fardini) suivant une célébration chorale du printemps au déferlement sonore de la deuxième partie, cette Nuit éblouissait. Les deux cents chanteurs, dirigés avec la précision habituelle de Thomas Hengelbrock, formaient bien ce chœur "formidable" dont rêvait le compositeur allemand. L'orchestre, avec ses cordes flexibles, ses cuivres et ses percussions sorciers, n'étant pas avare en imprécations du plus grand effet.

Le concert s'est achevé avec "Peer Gynt", une musique de scène commandée à Grieg par le dramaturge Henryk Ibsen pour sa pièce, ici donnée dans une version plus rare et plus complète (onze extraits sur vingt-six originalement composés) avec récitant. On ne présente plus cette œuvre, qui a rendu célèbre le compositeur norvégien avec ses hits repris partout. Avec son inspiration populaire stylisée et son génie mélodique, l'écriture d'Edvard Grieg caractérise génialement chaque scène et chaque personnage.

Thomas Hengelbrock © DR.
Thomas Hengelbrock © DR.
Avec cette musique jouissive et vraiment théâtrale donc, pas besoin de mots. Ainsi on regrette presque les interventions - pourtant faites avec talent - d'Éric Ruf qui la couvre parfois (par exemple dans "La Chanson de Solveig"). Là encore l'orchestre tutoie les sommets - comme à chaque fois qu'un chef possède les ressources pour les y emmener. Thomas Hengelbrock, à sa façon bienveillante et passionnée, est ce formidable (druide et) guide pour l'Orchestre de Paris.

Concert entendu le 11 novembre 2017.

Prochains concerts de l'Orchestre de Paris :
>> philharmoniedeparis.fr

Christine Ducq
Dimanche 19 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020