La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Accueillants" Un incroyable voyage de migrants à travers les rouages d'une machine à exclure

Comment faire théâtre de réalités humaines vécues dans l'extrême douleur ? Coopérant avec l'antenne de La Cimade ayant ouvert grand ses portes aux élèves de la quatrième promotion de l'éstba* de Bordeaux, le metteur en scène Franck Manzoni a relevé le défi. Créant un objet artistique ne rabattant rien de la vérité du terrain - tout en s'écartant d'un théâtre documentaire ou spectaculaire -, il entraîne le spectateur dans une "proximité distanciée" propre à réfléchir les trajectoires improbables de migrants et de leurs accueillants liés par les mêmes enjeux.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Nœud gordien difficile à trancher, celui de trouver la bonne distance pour ne pas gommer l'émotion suscitée par les trajectoires des migrants "à la dérive" sans pour autant sombrer dans le trouble émotionnel qui court-circuiterait tout recours à la réflexion génératrice d'engagements actifs. Immergé dans un dispositif faisant écho à un théâtre d'intervention mixé de vidéos tournées dans les locaux de La Cimade de Bordeaux (fausse vraie visite guidée), le spectateur n'en est plus tout à fait un : il devient partie prenante de l'action.

Tout a commencé comme ça… Et le théâtre, lieu de l'illusion et de vrais comédiens, va s'en faire l'écho vibrant en reconstituant in vivo la réunion houleuse du 5 octobre 2016 dans la ville résidentielle de Talence, aux portes de Bordeaux… Ce jour-là, le maire avait convié ses administrés à venir s'informer du projet déjà acté d'accueillir "moins de cinquante personnes, uniquement des demandeurs d'asile, sans enfant, en situation de détresse humanitaire suite à l'exil forcé de leur pays d'origine". Le château des Arts, ex-propriété de la famille de François Mauriac devenue propriété de l'État, allait servir de lieu pour ce Centre d'Accueil et d'Orientation (CAO), le temps d'instruire les dossiers de demande d'asile des accueillis.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
À l'instar de l'hystérie régnant dans la réunion présidée par le préfet de la Gironde, flanqué du maire et de la représentante d'une association "expérimentée", les comédiens confondus dans les travées avec les spectateurs se manifestent pour apostropher les trois officiels ayant pris place au pied du plateau. Nombre de militants d'extrême droite hors ville s'étaient donné le mot pour faire entendre des propos hors raison, les acteurs s'en feront les fidèles échos.

De ces échanges tendus à l'extrême ressort autant la parole lissée des représentants de l'État, oscillant entre humanité et fermeté de bon aloi à l'adresse de la population et de leur électorat local, que celle d'opposants au projet ne faisant pas eux dans la dentelle. Ainsi, à un appel au devoir de solidarité d'une députée écologiste répond une salve de huées avant que l'élue du Front National et ses sympathisants déclinent leurs craintes fantasmées et rejets catégoriques sur un ton sans appel.

Deux voix tenteront bien d'apporter une autre vision des migrants : celle de l'héritier d'un grand-père espagnol ayant naguère fui le franquisme, celle d'un bénévole du centre de rétention de Bordeaux qui répétera très calmement en boucle : "Faut pas se crisper… Rassurez-vous…". Mais que peuvent l'expérience de terrain et la raison face au déchaînement de peurs instrumentalisées ?

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Le cadre étant posé par cette vive entrée en matière - que l'on pourrait supposer un brin caricaturale si les déclarations n'étaient extraites des procès-verbaux de l'historique réunion -, l'action va se déplacer au plateau. Là, un double dispositif (vidéos en direct ou enregistrées et jeu des comédiens) va donner à voir et à entendre les entretiens des migrants avec les accueillants de La Cimade, des femmes et hommes impliqués - jusqu'à se mettre eux-mêmes en danger - auprès des déracinés dans leur recherche de papiers et autres nécessaires de survie. Ce face à face, devient très vite le nôtre…

Autant les parcours de ces vies en déshérence apparaissent profondément déprimants, autant la mise en jeu créative apporte un souffle vivifiant où l'énergie déployée empêche de s'abîmer dans la compassion stérile pour déboucher sur la révolte active. Ainsi des nombreux tableaux où l'on voit les migrants brasser hagards des tonnes de feuillets à la recherche de celui perdu qui leur donnerait l'accès au Graal du droit d'asile, deviennent jubilatoires malgré leur enjeu tragique, tant l'absurde de l'Administration toute puissante… vole bas.

"Un arrêt sur images" de nature à faire migrer les consciences assoupies en libérant la dopamine d'une révolte à acter. Silence, moteur, action. C'est aussi ça le théâtre, joindre le plaisir d'une représentation artistique à son contenu sans concessions.

* éstba : école supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine.

"Les Accueillants"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Mise en scène : Franck Manzoni.
Assistante à la mise en scène : Noémie Alzieu.
Avec : Jérémy Barbier d'Hiver, Louis Benmokhtar, Étienne Bories, Clémence Boucon, Lucas Chemel, Zoé Briau, Garance Degos, Camille Falbriard, Félix Lefebvre, Léo Namur, Prune Ventura.
Jeu face caméra et réalisation vidéo : Christophe Reichert.
Assistant à la réalisation : Baptiste Chabot.
Lumière : Clarisse Bernez-Cambot Labarta.
Son : Edith Baert.
Régie générale : Bernard Schoenzetter.
Régie plateau : Margot Vincent.
Régie vidéo : Cyril Babin.
Cadrage : Julian Libercé-Deville, Hugo Matuz, Tétiamana Herveguen, Elie Moiseaux.
Trucage : Samuel Milbeo.
Durée : 2 h 15.

A été créé du 3 au 7 décembre 2019 au TnBA, Bordeaux.
Production TnBA., École supérieure de théâtre Bordeaux Aquitaine (éstba).
Remerciements au Groupe local Cimade de Bordeaux, ses accueillants et accueillis. Les comédiens rendent compte dans ce spectacle de trois années passées auprès des bénévoles de La Cimade.

Yves Kafka
Mercredi 11 Décembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019