La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les Accrochages de Gérard Caussé et ses amis à Gaveau

L'altiste Gérard Caussé fait dialoguer musique et littérature dans un cycle de trois rencontres et trois créations Salle Gaveau. Après une soirée consacrée au compositeur Richard Dubugnon le 28 septembre, Tomas Bordalejo et Philippe Hersant, les 26 octobre et 23 novembre, seront ses invités - toujours très bien entourés.



Gérard Caussé © DR.
Gérard Caussé © DR.
Chaque soirée donne l'occasion à un compositeur invité par Gérard Caussé de livrer au public la part littéraire de son inspiration. Chacune des trois œuvres, créée à l'occasion de ces concerts par de talentueux interprètes pour ce salon de musique d'un nouveau genre, est accompagnée d'un programme qui lui fait écho.

Le 28 septembre, les "Carnets d'un synesthète" opus 74 de Richard Dubugnon, rêveries musicales chantées ou parlées sur des auteurs tels Baudelaire et Rimbaud, furent donnés en regard des "Märchenbilder" (ou contes pour sorcières) de Robert Schumann et un Prélude (pour le violoncelle du talentueux Edgar Moreau et un piano dans un arrangement de R. Dubugnon) de Scriabine.

De même que la lecture de "Hypnagogia", texte tiré de la correspondance entre le compositeur suisse à l'honneur et le neurologue Olivier Sacks (1), résonnait avec des mélodies de Fauré extraites de "La Bonne Chanson" opus 61 - évidemment inspirées par Verlaine. Au piano, Itamar Golan dialoguait en toute amitié avec l'alto virtuose de Gérard Caussé et R. Dubugnon, en récitant facétieux et timide, dans un petit salon très proustien reconstitué sur scène - avec son gramophone.

Tomas Bordalejo © DR.
Tomas Bordalejo © DR.
En deuxième partie de concert, "La Chanson perpétuelle" de Ernest Chausson était défendue avec ferveur par la mezzo Marie Kalinine. Ce beau moment de camaraderie et d'intimité non dénuée d'humour se terminait par un magnifique sextuor - composé du grand Quatuor Modigliani (2), de Gérard Caussé et Edgar Moreau, avec une "Nuit transfigurée" de Arnold Schoenberg supérieurement inspirée.

Notes :
(1) Olivier Sacks auteur de "Musicophilia", un essai sur le pouvoir de la musique sur notre cerveau et notre psyché.
(2) François Kieffer souffrant était remplacé ce 28 septembre par le violoncelliste Christophe Morin.


Prochains concerts les 28 octobre et 23 novembre 2015 à 20 h 30.
Salle Gaveau,
45 rue La Boétie 75008.
Tél. : 01 49 53 05 07.
>> sallegaveau.com

Philippe Hersant © A. Yanez.
Philippe Hersant © A. Yanez.
28 septembre 2015.
"Correspondances", Richard Dubugnon.
Itamar Golan, piano.
Marie Kalinine, mezzo-soprano.
Gérard Caussé, alto.
Edgar Moreau, violoncelle.
Quatuor Modigliani.

26 octobre 2015.
"Rythmes et contrastes", Tomas Bordalejo.
Vincent Lhermet, accordéon.
Alexandra Conunova, violon.
David Kadouch, piano.
Armelle Khoudroian, soprano.
Gérard Caussé, alto.
Michel Portal, clarinette.

23 novembre 2015.
"Victor Segalen et le voyage d'Orient", Philippe Hersant.
Sasha Boldashev, harpe.
Yael Raanan Vandor, mezzo-soprano.
Gérard Caussé, alto.
Mathieu Herzog et l'Ensemble orchestral.

Christine Ducq
Mercredi 14 Octobre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022