La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les 62e Nuits de la Citadelle, un festival en mode majeur

Du 19 juillet au 12 août, le festival le plus ancien de France avec les Chorégies d'Orange rouvre ses portes à Sisteron pour une programmation très variée placée sous les auspices des muses de la danse, du théâtre, de la musique et des arts plastiques. Un éclectisme qui est la marque de fabrique des Nuits de la Citadelle.



Les Violoncelles Français © Nuits de la Citadelle.
Les Violoncelles Français © Nuits de la Citadelle.
La passion, qui anime les promoteurs de la culture à Sisteron - cette Porte de la Provence dominant la vallée de la Durance - depuis le début du XXe siècle, ne s'est jamais démentie. Force est de le constater quand on rencontre Édith Robert, la pétillante présidente de l'association ATM (Art Théâtre Monuments). La charmante sexagénaire, qui préside aux destinées des Nuits de la Citadelle depuis dix-huit ans (après en avoir été de nombreuses années la vice-présidente), non contente d'être une des plus fines connaisseuses de la vie musicale, est aussi intarissable sur l'histoire de la ville et bien-sûr du festival. Elle est même l'auteur d'un livre sur ce sujet - qui se vend plutôt bien à la sortie des concerts, avoue-t-elle dans un petit rire.

L'histoire du festival sisteronnais raconte ainsi les raisons de son succès actuel. Éclectisme et innovation, curiosité et excellence en sont les maîtres mots depuis qu'en 1956, un des Chorèges d'Orange, Marcel Provence, a l'idée de refonder un festival dans la Citadelle datant de Henri IV. C'est cette forteresse des Comtes de Provence qui abrite un théâtre de verdure depuis 1928 permettant aux sociétaires de la Comédie Française (sous l'impulsion d'Antoine Balpétré) de jouer tous les étés jusqu'en 1939. Après la guerre, l'ancien bâtiment militaire et ses dix hectares de muraille devenu écrin de théâtre doit être restauré à nouveau.

Orchestre Symphonique Budapest, Pavel Sporcl au violon © Nuits de la Citadelle.
Orchestre Symphonique Budapest, Pavel Sporcl au violon © Nuits de la Citadelle.
L'association ATM enfourchera ses deux chevaux de bataille : la restauration patrimoniale, l'entretien des nombreux monuments classés de la ville et la possibilité d'offrir la culture à tous dans cette partie de la région des Alpes de Haute-Provence (au nord du Lubéron) aussi jolie qu'avare en offre culturelle justement.

Et l'offre s'étoffera avec les années et le succès, en même temps que les sites se multiplieront dans la ville pour accueillir de la musique sacrée dans la Cathédrale romane de Notre-Dame des Pommiers, de la musique de chambre dans le Cloître Saint-Dominique (datant du XIIIe siècle), de la musique symphonique et de la danse sur le plateau agrandi du théâtre de verdure (à l'excellente acoustique), du théâtre toujours et une exposition d'art dans la Citadelle. De deux spectacles donnés aux origines de la manifestation, les Nuits de la Citadelle présentent désormais dix soirées en été - plus deux concerts hors-saison à Pâques et en décembre.

Quand on lui demande si sa programmation se fait autour d'un thème particulier chaque année, Édith Robert s'exclame qu'il n'en est pas question : ses choix sont toujours motivés par une offre pensée comme la plus large possible, car susceptible de plaire au plus grand nombre. Plus de six mille spectateurs l'an dernier sont venus confirmer la pertinence de sa vision.

Étoiles du Théâtre Mariinsky © Nuits de la Citadelle.
Étoiles du Théâtre Mariinsky © Nuits de la Citadelle.
Les Nuits ont vu défiler les stars (tels Yehudin Menuhin, Georges Cziffra, France Clidat ou Barbara Hendricks entre nombreux autres), mais la présidente sait aussi repérer les futurs grands pour les inviter aussi - à la faveur des jurys de concours, des auditions parisiennes auxquels elle participe et des spectacles qu'elle voit toute l'année.

Pour cette édition 2017, la jeunesse et l'excellence sont encore au rendez-vous. Jean-François Zygel et Hugues Leclère ouvriront cette session pour une "Bachmania". Suivront le Malandain Ballet Biarritz avec Jean-Paul Gasparian au piano, l'Orchestre Symphonique Ose ! avec Adam Laloum au piano, le non moins talentueux Quatuor Modigliani jouant pour la première fois avec Till Fellner (un pianiste autrichien qui est peut-être le nouveau Alfred Brendel) ou encore l'Orchestre de Chambre de Genève accompagné du guitariste Emmanuel Rossfelder.

Après avoir découvert les sculptures monumentales de Marino di Teana, le public pourra écouter dans la cathédrale la mezzo Vivica Genaux accompagnée du Concerto Köln ou le groupe de jazz Mare Nostrum (emmené par Richard Galliano) dans le cloître.

Richard Galliano Sextet © Nuits de la Citadelle.
Richard Galliano Sextet © Nuits de la Citadelle.
Il ne ratera pas l'ex-sociétaire de la Comédie Française Béatrice Agenin dans "La Louve", une pièce historique de Daniel Colas consacrée à la difficile accession de François Ier au trône de France. Ce même roi n'avait-il pas donné rendez-vous à sa mère Louise de Savoie (la fameuse "Louve"), à son épouse Claude et à sa sœur la duchesse d'Alençon dans cette bonne ville de Sisteron après son retour d'Italie et la victoire de Marignan ? Juste retour des choses.


Du 19 juillet au 12 août 2017.
Nuits de la Citadelle
Réservation et programmation complète :
>> nuitsdelacitadelle.fr
Pavillon ATM.
1, Allée de Verdun, 04200 Sisteron.
Tél. : 04 92 61 06 00.

Christine Ducq
Lundi 19 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Comme une horloge bien huilée qui remonte le temps des amours adultères

"Trahisons", Le Lucernaire, Paris

Reprise "Trahisons", la pièce de Pinter, est devenu un classique du répertoire contemporain. Un style, un mode de jeu que les élèves des écoles de comédie pratiquent chaque année en cours. Car ici, c'est la manière délicate de jouer ces échanges aux allures banales et quotidiennes qui prime sur le fond. Un théâtre du non-dit, du verbe rare, elliptique, où le sous-texte, le regard, le geste retenu valent autant que ce qui est dit, ce qui est joué.

Comme une horloge bien huilée qui remonte le temps des amours adultères
L'histoire elle-même semble toute convenue : deux amis, l'un éditeur, l'autre agent d'auteur. La femme du premier a une longue liaison avec le second. Avec ce lien d'amitié, ce lien amoureux et ce lien matrimonial se tissent une tapisserie de l'apparence qui dissimule les secrets, un voile fait de sentiments contradictoires.

Pourtant, l'originalité de cette pièce de Pinter tient dans sa construction. L'histoire commence par la fin et va remonter dix années de la vie intime de ces trois personnages. Elle tient également à la sobriété, on pourrait même dire le formalisme des scènes. Ce sont avant toute chose des Anglais de la classe moyenne haute, préoccupés par les apparences, les qu'en-dira-t-on, la politesse.

Une propreté toute javellisée des échanges. Des contacts. Des habitudes. Une organisation pratique des tromperies d'une grande méticulosité, réaliste. Ce sont de ces passions amicales et amoureuses totalement à l'opposée du feu et des flammes des passions latines.

Bruno Fougniès
24/01/2018
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
17/02/2018
Sortie à la Une

"Bluebird", un rêve éveillé… ou plutôt comme l'éveil rêvé d'un autre monde

"Bluebird", en tournée

Noctambules. Insomniaques. Travailleurs aux horaires décalés. Nomades de la nuit. Tous pris en charge par Jimmy le chauffeur de taxi au volant de sa Nissan Blue Bird. Les personnages de "Bluebird" pièce écrite par l'auteur anglais Simon Stephens sont des isolés de Londres.

Des atomes qui surgissent au fil du temps, au défilement des réverbères, au surgissement des ombres, à la fragmentation des halos des devantures et repartent. Comme égrenés sous le poids de lassitude du moment.

Ce chauffeur dont le spectateur suit la tournée nocturne est comme un ange gardien. Toujours à la parade d'un danger éventuel. Le désamorçant avec talent quand il se manifeste. Avec ses petits rituels du café partagé, sa cigarette offerte, sa question posée à l'abrupt. Son silence pesé aussi. Ménageant des instants de presque confiance, propices aux confidences. Autant d'amorces, qui laissent transparaître les petits secrets des uns et des autres et qu'il amasse comme le ferait un écrivain.

Au fur et à mesure des échanges, son propre secret apparaît. Bien plus lourd que ne le laissent entendre les indices donnés à chaque client. Jimmy est toujours sur le qui vive. Jimmy avance dans l'allégement de sa conscience. C'est un secret que le critique ne peut dévoiler car c'est le ressort de la pièce.

Jean Grapin
19/01/2018