Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le temps et le plaisir retrouvés !

Ambiance étrange et émouvante pour le premier concert en public de l'Orchestre National de France dans l'Auditorium de Radio France. La série de neuf concerts donnés par les formations symphoniques de la Maison de la Radio se poursuivra jusqu'à la fin du mois de juillet.



© Radio France.
© Radio France.
Le directeur de la musique et de la création maison, Michel Orier, est d'abord venu sur scène pour se féliciter de la réouverture de l'Auditorium de Radio France au public après 120 jours de confinement. Un discours très applaudi par les 600 spectateurs masqués, chacun strictement séparé des autres par un siège vide. Un public qui formait un étrange tableau, comme extrait d'une séquence onirique façon Stanley Kubrick.

Au programme, la Symphonie en sol majeur pour cordes et continuo de Carl Philipp Emanuel Bach, suivie par deux œuvres de Martinù et Bartok revisitant à leur manière le genre du Concerto Grosso au XXe siècle. Un programme cohérent et original d'œuvres parfois peu jouées, choisies pour fêter dignement le retour des musiciens de l'Orchestre dirigés par l'excellent Francois-Xavier Roth. L'occasion aussi d'entendre le pianiste Cédric Tiberghien, trop rare à notre goût à Paris.

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788), le deuxième des quatre fils musiciens de Johann Sebastian, et le plus célèbre de la famille Bach (de son vivant), est l'auteur de dix-huit symphonies en trois mouvements - chacune des symphonies longues d'une dizaine de minutes. Un atout certain pour un concert destiné à durer une heure sans entracte, afin de pouvoir répondre aux injonctions de l'épais cahier des charges gouvernemental en ces temps de pandémie et de déconfinement.

© Christine Ducq.
© Christine Ducq.
Le vibrionnant François-Xavier Roth est à son affaire et entraîne sans peine avec lui tous les coeurs (et les musiciens de l'orchestre), trop heureux de jouer à nouveau en public, dans un premier mouvement vif et joyeux - pour une œuvre à la sensibilité déjà pré-romantique. Composée en 1773 pour l'Ambassadeur d'Autriche à Berlin, cette symphonie H 657 n'est plus vraiment baroque et pas vraiment classique avec ses cadences suivies de silence, ses départs inattendus et bifurcations joyeuses encadrant un Adagio méditatif central.

Les musiciens allant alors occuper la partie supérieure du plateau près du piano, place au Double concerto pour deux orchestres à cordes, piano et timbales H 271 de Bohuslav Martinù. Une œuvre rarement jouée d'un des compositeurs les plus importants de la Tchéquie. Gageons que même parmi les mélomanes présents dans l'Auditorium, ce second violon de 1913 à 1923 de la Philharmonie tchèque, puis élève de Roussel à Paris où il vit jusqu'en 1940, n'est guère fréquenté. C'est pourtant le compositeur d'une œuvre souvent impressionnante, avec par exemple ce Double concerto d'une durée d'une vingtaine de minutes, et qui se révèle passionnant avec son architecture très réfléchie.

D'une écriture très dense, cette œuvre où la virtuosité de chaque soliste éclate à chaque instant, est composée en 38-39 en Suisse sur commande de Paul Sacher, le chef d'orchestre qui vient d'accueillir Martinù ; celui-ci a dû fuir les bruits de bottes nazies. L'œuvre est d'ailleurs dédiée au chef en "souvenir du séjour calme et angoissé (...) sous menace de la guerre" dans la belle campagne suisse. À tout le moins, elle reflète bien l'histoire tragique européenne, avant l'exil américain du compositeur. Tout surprend : son premier mouvement tendu Poco Allegro, son second mouvement (un Largo bouleversant), faisant intervenir un piano soliste méditatif. Le jeu de Cédric Tiberghien se révèle admirable de bout en bout jusqu'au troisième mouvement plein de vigueur - avec son sommet dramatique et son chant désespéré, repris du deuxième mouvement. L'exécution des musiciens du National n'impressionne pas moins, maîtres qu'ils sont de cette tempête orchestrale.

© Radio France.
© Radio France.
Le Divertimento pour orchestre à cordes de Béla Bartok nous est plus familier. Il est composé pendant l'été 1939 dans l'Oberland bernois par un Béla Bartok également accueilli par le chef Paul Sacher - à qui ce Divertimento est dédié (son Orchestre de chambre de Bâle le crée en juin 1940). Et ce, juste avant l'exil américain, définitif en ce qui concerne le compositeur hongrois. L'horreur de la guerre qui vient ne semble pas affecter une œuvre allègre dans son ensemble, hormis un passage pathétique dans le second mouvement Adagio où les violons lyriques semblent pleurer.

Les cordes de l'Orchestre National de France brillent dans la danse aux motifs d'inspiration hongroise de l'Allegro non troppo initial. Relevant le défi d'une partition tout en rythmes brisés et abrupts changements de tempo, leur jeu dynamique fait plaisir à voir. Le troisième mouvement plein de vie et de couleurs offre ensuite un passage solo de toute beauté (à la manière tsigane) pour le premier violon délectable de Sarah Nemtanu. Voilà une soirée qui répare et guérit où le chef n'a visiblement pas beaucoup de mal à encourager le brio de ses interprètes, tous clairement heureux d'être là. C'est ce qu'on appelle une vocation.

L'Orchestre Philharmonique de Radio France et l'Orchestre National de France continueront à se succéder tous les jeudis à 20 h jusqu'au 23 juillet 2020 pour nous donner ces concerts, retransmis en direct sur Arte Concert et sur France Musique. Une série au très beau titre : "Le temps retrouvé".

Ce concert entendu le 25 juin est à revoir ou à réécouter sur la chaîne d'Arte Concert et sur le site de France Musique.

Programme complet >> maisondelaradio.fr

Christine Ducq
Mercredi 1 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021