La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le temps et le plaisir retrouvés !

Ambiance étrange et émouvante pour le premier concert en public de l'Orchestre National de France dans l'Auditorium de Radio France. La série de neuf concerts donnés par les formations symphoniques de la Maison de la Radio se poursuivra jusqu'à la fin du mois de juillet.



© Radio France.
© Radio France.
Le directeur de la musique et de la création maison, Michel Orier, est d'abord venu sur scène pour se féliciter de la réouverture de l'Auditorium de Radio France au public après 120 jours de confinement. Un discours très applaudi par les 600 spectateurs masqués, chacun strictement séparé des autres par un siège vide. Un public qui formait un étrange tableau, comme extrait d'une séquence onirique façon Stanley Kubrick.

Au programme, la Symphonie en sol majeur pour cordes et continuo de Carl Philipp Emanuel Bach, suivie par deux œuvres de Martinù et Bartok revisitant à leur manière le genre du Concerto Grosso au XXe siècle. Un programme cohérent et original d'œuvres parfois peu jouées, choisies pour fêter dignement le retour des musiciens de l'Orchestre dirigés par l'excellent Francois-Xavier Roth. L'occasion aussi d'entendre le pianiste Cédric Tiberghien, trop rare à notre goût à Paris.

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788), le deuxième des quatre fils musiciens de Johann Sebastian, et le plus célèbre de la famille Bach (de son vivant), est l'auteur de dix-huit symphonies en trois mouvements - chacune des symphonies longues d'une dizaine de minutes. Un atout certain pour un concert destiné à durer une heure sans entracte, afin de pouvoir répondre aux injonctions de l'épais cahier des charges gouvernemental en ces temps de pandémie et de déconfinement.

© Christine Ducq.
© Christine Ducq.
Le vibrionnant François-Xavier Roth est à son affaire et entraîne sans peine avec lui tous les coeurs (et les musiciens de l'orchestre), trop heureux de jouer à nouveau en public, dans un premier mouvement vif et joyeux - pour une œuvre à la sensibilité déjà pré-romantique. Composée en 1773 pour l'Ambassadeur d'Autriche à Berlin, cette symphonie H 657 n'est plus vraiment baroque et pas vraiment classique avec ses cadences suivies de silence, ses départs inattendus et bifurcations joyeuses encadrant un Adagio méditatif central.

Les musiciens allant alors occuper la partie supérieure du plateau près du piano, place au Double concerto pour deux orchestres à cordes, piano et timbales H 271 de Bohuslav Martinù. Une œuvre rarement jouée d'un des compositeurs les plus importants de la Tchéquie. Gageons que même parmi les mélomanes présents dans l'Auditorium, ce second violon de 1913 à 1923 de la Philharmonie tchèque, puis élève de Roussel à Paris où il vit jusqu'en 1940, n'est guère fréquenté. C'est pourtant le compositeur d'une œuvre souvent impressionnante, avec par exemple ce Double concerto d'une durée d'une vingtaine de minutes, et qui se révèle passionnant avec son architecture très réfléchie.

D'une écriture très dense, cette œuvre où la virtuosité de chaque soliste éclate à chaque instant, est composée en 38-39 en Suisse sur commande de Paul Sacher, le chef d'orchestre qui vient d'accueillir Martinù ; celui-ci a dû fuir les bruits de bottes nazies. L'œuvre est d'ailleurs dédiée au chef en "souvenir du séjour calme et angoissé (...) sous menace de la guerre" dans la belle campagne suisse. À tout le moins, elle reflète bien l'histoire tragique européenne, avant l'exil américain du compositeur. Tout surprend : son premier mouvement tendu Poco Allegro, son second mouvement (un Largo bouleversant), faisant intervenir un piano soliste méditatif. Le jeu de Cédric Tiberghien se révèle admirable de bout en bout jusqu'au troisième mouvement plein de vigueur - avec son sommet dramatique et son chant désespéré, repris du deuxième mouvement. L'exécution des musiciens du National n'impressionne pas moins, maîtres qu'ils sont de cette tempête orchestrale.

© Radio France.
© Radio France.
Le Divertimento pour orchestre à cordes de Béla Bartok nous est plus familier. Il est composé pendant l'été 1939 dans l'Oberland bernois par un Béla Bartok également accueilli par le chef Paul Sacher - à qui ce Divertimento est dédié (son Orchestre de chambre de Bâle le crée en juin 1940). Et ce, juste avant l'exil américain, définitif en ce qui concerne le compositeur hongrois. L'horreur de la guerre qui vient ne semble pas affecter une œuvre allègre dans son ensemble, hormis un passage pathétique dans le second mouvement Adagio où les violons lyriques semblent pleurer.

Les cordes de l'Orchestre National de France brillent dans la danse aux motifs d'inspiration hongroise de l'Allegro non troppo initial. Relevant le défi d'une partition tout en rythmes brisés et abrupts changements de tempo, leur jeu dynamique fait plaisir à voir. Le troisième mouvement plein de vie et de couleurs offre ensuite un passage solo de toute beauté (à la manière tsigane) pour le premier violon délectable de Sarah Nemtanu. Voilà une soirée qui répare et guérit où le chef n'a visiblement pas beaucoup de mal à encourager le brio de ses interprètes, tous clairement heureux d'être là. C'est ce qu'on appelle une vocation.

L'Orchestre Philharmonique de Radio France et l'Orchestre National de France continueront à se succéder tous les jeudis à 20 h jusqu'au 23 juillet 2020 pour nous donner ces concerts, retransmis en direct sur Arte Concert et sur France Musique. Une série au très beau titre : "Le temps retrouvé".

Ce concert entendu le 25 juin est à revoir ou à réécouter sur la chaîne d'Arte Concert et sur le site de France Musique.

Programme complet >> maisondelaradio.fr

Christine Ducq
Mercredi 1 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021