Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Le singulier challenge artistique de Lynda Lemay

1 111 jours pour imaginer, écrire, composer, enregistrer 11 albums de 11 chansons… C'est le pari artistique, fou, inédit et original que l'artiste québécoise Lynda Lemay souhaite relever avec fougue et enthousiasme. La réalisation de ce challenge incroyable a débuté avec la sortie le 11 11 2020 des deux premiers opus… Et c'est aujourd'hui que paraissent les versions physiques et numériques des volumes 3 et 4, "À la croisée des humains" et "De la rosée dans les yeux", de ce projet multi-albums.



© Sébastien St-Jean.
© Sébastien St-Jean.
En novembre dernier, nous avons pu découvrir "Il était onze fois" et "Des milliers de plumes" qui démarraient cette aventure particulière qui porte l'intitulé générique du premier CD. Cette expérience discographique est un long parcours créateur où l'auteure, compositrice et interprète, aborde et abordera onze thématiques principales chères à sa plume fougueuse. Avec sa poésie singulière et rigoureuse, elle y dissèque des sujets brûlants d'actualité ou effarants d'éternité : la famille, la fin de vie, l'amour, l'anxiété, le deuil, la maladie, les violences faites aux femmes, l'homosexualité, les transgenres, etc. Mais le thème "maître" de tous les titres écrits par Lynda est sans conteste, au-delà des tempêtes, l'espoir !

C'est à la suite du décès de son père que Lynda Lemay a construit cette ambition créatrice. "On ne va pas se le cacher, toute cette histoire est née de la fin de celle de mon père. Il est mort à 88 ans. Il a gardé des étoiles dans ses yeux jusqu'au dernier regard. Un regard d'une bonté infinie. C'est peut-être pour ça que j'y crois, à l'infini, et que j'ai des idées de grandeur ! Quelques mois après son décès, j'étais assise au café Le Spot, situé tout près de l'école que fréquentait ma fille Ruby en 2017. Et comme ça m'arrive souvent, j'ai eu "un flash", une vision ! Je me suis vue réaliser le plus grand projet de ma vie : onze albums de onze chansons. […]"

© J.-F. Bérubé.
© J.-F. Bérubé.
De ces onze, le premier s'intitule donc "Il était onze fois". C'est aussi le titre d'un "mélo-métrage" qui l'accompagne : onze petits films chantés (vidéoclips), onze morceaux de ce qui ne formera au bout du compte qu'une seule et grande histoire. Ces clips des chansons mises en scène voient le jour petit à petit. Déjà trois ont été tournées : "Le monde" (épisode 1), "Un soir de semaine" (ép. 2) et "Mon drame" (ép. 3). Le deuxième CD s'intitule "Des milliers de plumes", titre qui fait doucement référence à l'encre des nombreuses plumes qui ont dansé sous ses doigts lors de l'écriture de ses nouvelles chansons. C'est aussi un touchant clin d'œil aux plumes de l'ange principal de son ciel : son père.

Extrêmement poignantes, bouleversantes ou teintées d'humour - parfois acide -, emplies de tendresse et de poésie, de réalisme déconcertant, les compositions de Lynda ont cette capacité particulière à effectuer un regard presque documentaire sur notre monde, nos mœurs, nos dérives et nos fractures. Elle aborde tous les sujets, les grands drames du moment, les fêlures de nos sociétés dites civilisées : la transsexualité, le viol, l'inceste, les femmes battues, la maladie d'un proche, sa gestion, son accompagnement. Ça secoue les neurones, les consciences, ça fait des vagues sur les mers de la bienveillance, de l'empathie.

Ajouté à cela, le phrasé clair, la diction parfaite et la subtile variation des tonalités émotionnelles, embelli par des envolées passionnées, de l'artiste québécoise donnent à chaque mot ou phrase une intention forte, ardente, au profil quasi cinématographique. Chaque chanson est une séquence de vie, une fiction pour mieux exprimer la réalité… de petites chroniques du quotidien où fleurissent parfois des événements exceptionnels, où se font des rencontres imprévues, où naissent des amours ou des amitiés inattendues ou inespérées…

Lynda revient donc en force, mais en délicatesse. Ces 11 albums, dont elle est la réalisatrice, ont entièrement été enregistrés aux studios Piccolo à Montréal. Elle s'est entourée de brillants complices de longue date dont Dominique Messier, Yves Savard, Pierre Messier, Sébastien Dufour, Philippe Dunnigan, Francis Veillette, Christine Giguère, etc., pour ne citer que ceux-là. La liste déborde d'amis musiciens émérites. Au son, ce n'est nul autre que le jeune Gabriel Dubuc qui tient avec brio le rôle d'ingénieur principal. C'est ce dernier ainsi que les frères Messier qui ont assuré les mixages des deux premiers opus.

© Sébastien St-Jean.
© Sébastien St-Jean.
Les troisième et quatrième opus sortant aujourd'hui se nomment "À la croisée des humains" et "De la rosée dans les yeux"… deux fois onze nouveaux titres, tous aussi touchants les uns que les autres. Lynda Lemay continue de se démarquer par la qualité et la richesse étonnante de son écriture, par cette capacité singulière à produire de l'imaginaire ancrées sur nos vicissitudes quotidiennes ; et par sa façon bien à elle de laisser la poésie et les mélodies suaves enrober de douceur les sujets les plus épineux.

"À la croisée des humains" est un album de rencontres, de chansons nées de confidences ou d'expériences marquantes. Lynda décrit avec brio l'amour sous tous ses angles. Celui qui naît et celui qui trépasse. Elle dénonce au passage les relations toxiques et se moque avec espièglerie des aléas du divorce mal géré. Elle se glisse ensuite dans la peau de cette grande enfant en mal de mère, aussi bien que dans le corps désobéissant de celui qui envie le poisson rouge d'être libre dans son bocal. Elle accueille même les rimes de son papa défunt dans cette description d'une fin de vie déchirante et pourtant bizarrement heureuse. Lynda saute de la guitare au piano, de l'amour à la mort, et de la peur au courage.

Dans les textes de "De la rosée dans les yeux", elle passe d'une émotion qui surprend à une autre qui se suspend. Elle fait cohabiter autobiographie et fiction dans un même tableau aux couleurs vives et aux textures qui dérangent. À en croire l'artiste, si toute vérité n'est pas bonne à dire, elle est tout de même belle à chanter. "De la rosée dans les yeux" est un jardin où les roses et les ronces s'entremêlent, où les rimes et les rythmes se nourrissent de la chaleur d'un même soleil. La plume virtuose de l'artiste est toujours bien présente, dotée d'une créativité prolifique et généreuse… Et l'émotion est là, nous attrapant en plein vol dans ses filets poétiques et mélodiques !

● Lynda Lemay "Il était onze fois".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 11 novembre 2020.

● Lynda Lemay "Des milliers de plumes".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 11 novembre 2020.

● Lynda Lemay "À la croisée des humains".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 12 mars 2021.

● Lynda Lemay "De la rosée dans les yeux".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 12 mars 2021.

Gil Chauveau
Vendredi 12 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021