La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Le singulier challenge artistique de Lynda Lemay

1 111 jours pour imaginer, écrire, composer, enregistrer 11 albums de 11 chansons… C'est le pari artistique, fou, inédit et original que l'artiste québécoise Lynda Lemay souhaite relever avec fougue et enthousiasme. La réalisation de ce challenge incroyable a débuté avec la sortie le 11 11 2020 des deux premiers opus… Et c'est aujourd'hui que paraissent les versions physiques et numériques des volumes 3 et 4, "À la croisée des humains" et "De la rosée dans les yeux", de ce projet multi-albums.



© Sébastien St-Jean.
© Sébastien St-Jean.
En novembre dernier, nous avons pu découvrir "Il était onze fois" et "Des milliers de plumes" qui démarraient cette aventure particulière qui porte l'intitulé générique du premier CD. Cette expérience discographique est un long parcours créateur où l'auteure, compositrice et interprète, aborde et abordera onze thématiques principales chères à sa plume fougueuse. Avec sa poésie singulière et rigoureuse, elle y dissèque des sujets brûlants d'actualité ou effarants d'éternité : la famille, la fin de vie, l'amour, l'anxiété, le deuil, la maladie, les violences faites aux femmes, l'homosexualité, les transgenres, etc. Mais le thème "maître" de tous les titres écrits par Lynda est sans conteste, au-delà des tempêtes, l'espoir !

C'est à la suite du décès de son père que Lynda Lemay a construit cette ambition créatrice. "On ne va pas se le cacher, toute cette histoire est née de la fin de celle de mon père. Il est mort à 88 ans. Il a gardé des étoiles dans ses yeux jusqu'au dernier regard. Un regard d'une bonté infinie. C'est peut-être pour ça que j'y crois, à l'infini, et que j'ai des idées de grandeur ! Quelques mois après son décès, j'étais assise au café Le Spot, situé tout près de l'école que fréquentait ma fille Ruby en 2017. Et comme ça m'arrive souvent, j'ai eu "un flash", une vision ! Je me suis vue réaliser le plus grand projet de ma vie : onze albums de onze chansons. […]"

© J.-F. Bérubé.
© J.-F. Bérubé.
De ces onze, le premier s'intitule donc "Il était onze fois". C'est aussi le titre d'un "mélo-métrage" qui l'accompagne : onze petits films chantés (vidéoclips), onze morceaux de ce qui ne formera au bout du compte qu'une seule et grande histoire. Ces clips des chansons mises en scène voient le jour petit à petit. Déjà trois ont été tournées : "Le monde" (épisode 1), "Un soir de semaine" (ép. 2) et "Mon drame" (ép. 3). Le deuxième CD s'intitule "Des milliers de plumes", titre qui fait doucement référence à l'encre des nombreuses plumes qui ont dansé sous ses doigts lors de l'écriture de ses nouvelles chansons. C'est aussi un touchant clin d'œil aux plumes de l'ange principal de son ciel : son père.

Extrêmement poignantes, bouleversantes ou teintées d'humour - parfois acide -, emplies de tendresse et de poésie, de réalisme déconcertant, les compositions de Lynda ont cette capacité particulière à effectuer un regard presque documentaire sur notre monde, nos mœurs, nos dérives et nos fractures. Elle aborde tous les sujets, les grands drames du moment, les fêlures de nos sociétés dites civilisées : la transsexualité, le viol, l'inceste, les femmes battues, la maladie d'un proche, sa gestion, son accompagnement. Ça secoue les neurones, les consciences, ça fait des vagues sur les mers de la bienveillance, de l'empathie.

Ajouté à cela, le phrasé clair, la diction parfaite et la subtile variation des tonalités émotionnelles, embelli par des envolées passionnées, de l'artiste québécoise donnent à chaque mot ou phrase une intention forte, ardente, au profil quasi cinématographique. Chaque chanson est une séquence de vie, une fiction pour mieux exprimer la réalité… de petites chroniques du quotidien où fleurissent parfois des événements exceptionnels, où se font des rencontres imprévues, où naissent des amours ou des amitiés inattendues ou inespérées…

Lynda revient donc en force, mais en délicatesse. Ces 11 albums, dont elle est la réalisatrice, ont entièrement été enregistrés aux studios Piccolo à Montréal. Elle s'est entourée de brillants complices de longue date dont Dominique Messier, Yves Savard, Pierre Messier, Sébastien Dufour, Philippe Dunnigan, Francis Veillette, Christine Giguère, etc., pour ne citer que ceux-là. La liste déborde d'amis musiciens émérites. Au son, ce n'est nul autre que le jeune Gabriel Dubuc qui tient avec brio le rôle d'ingénieur principal. C'est ce dernier ainsi que les frères Messier qui ont assuré les mixages des deux premiers opus.

© Sébastien St-Jean.
© Sébastien St-Jean.
Les troisième et quatrième opus sortant aujourd'hui se nomment "À la croisée des humains" et "De la rosée dans les yeux"… deux fois onze nouveaux titres, tous aussi touchants les uns que les autres. Lynda Lemay continue de se démarquer par la qualité et la richesse étonnante de son écriture, par cette capacité singulière à produire de l'imaginaire ancrées sur nos vicissitudes quotidiennes ; et par sa façon bien à elle de laisser la poésie et les mélodies suaves enrober de douceur les sujets les plus épineux.

"À la croisée des humains" est un album de rencontres, de chansons nées de confidences ou d'expériences marquantes. Lynda décrit avec brio l'amour sous tous ses angles. Celui qui naît et celui qui trépasse. Elle dénonce au passage les relations toxiques et se moque avec espièglerie des aléas du divorce mal géré. Elle se glisse ensuite dans la peau de cette grande enfant en mal de mère, aussi bien que dans le corps désobéissant de celui qui envie le poisson rouge d'être libre dans son bocal. Elle accueille même les rimes de son papa défunt dans cette description d'une fin de vie déchirante et pourtant bizarrement heureuse. Lynda saute de la guitare au piano, de l'amour à la mort, et de la peur au courage.

Dans les textes de "De la rosée dans les yeux", elle passe d'une émotion qui surprend à une autre qui se suspend. Elle fait cohabiter autobiographie et fiction dans un même tableau aux couleurs vives et aux textures qui dérangent. À en croire l'artiste, si toute vérité n'est pas bonne à dire, elle est tout de même belle à chanter. "De la rosée dans les yeux" est un jardin où les roses et les ronces s'entremêlent, où les rimes et les rythmes se nourrissent de la chaleur d'un même soleil. La plume virtuose de l'artiste est toujours bien présente, dotée d'une créativité prolifique et généreuse… Et l'émotion est là, nous attrapant en plein vol dans ses filets poétiques et mélodiques !

● Lynda Lemay "Il était onze fois".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 11 novembre 2020.

● Lynda Lemay "Des milliers de plumes".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 11 novembre 2020.

● Lynda Lemay "À la croisée des humains".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 12 mars 2021.

● Lynda Lemay "De la rosée dans les yeux".
Label : Productions Caliméro.
Distribution : Les Productions Caliméro Inc.
Sortie : 12 mars 2021.


Gil Chauveau
Vendredi 12 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024