La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le pouvoir est un monstre

"Caligula", la célèbre pièce d’Albert Camus dans une mise en scène de Valérie Fruaut est reprise au Petit Saint Martin pour 30 dates exceptionnelles. Un spectacle beau et profond, très réussi !



Caligula, m.e.s. de Valérie Fruaut © D.R.
Caligula, m.e.s. de Valérie Fruaut © D.R.
Le croisement des trois temporalités d’une œuvre théâtrale est toujours intéressant à souligner : l’auteur écrit une pièce dans les années 1940, traitant d’un sujet qui date du premier siècle de notre ère, et transposée dans les années 2010 par la mise en scène. Si le texte de Camus peut-être considéré comme une pièce maîtresse du théâtre contemporain, c’est notamment parce que ses mots n’ont que faire de ces barrières temporelles et touchent l’humain au plus juste, dans sa nature même. Le pouvoir (son abus et ses conséquences) traverse l’Histoire, traverse l’Homme. « Non, Caligua n’est pas mort. Il est là, et là. Il est en chacun de vous. » nous dit Camus. On ne peut dès lors que se réjouir de voir une troupe "transgénérationnelle" porter haut la puissance camusienne.

À la mort de Drusilla, sa sœur et son amante, et après seulement six mois de règne, le jeune empereur Caligula sombre dans une démence monstrueuse dont tous ses sujets font les frais. Tyran sans limites, Caligula est en quête d’un impossible absolu qui le fait agir avec démesure. La liberté totale que lui confère son pouvoir, il la met au service du meurtre et de la perversion systématique de toute valeur, imposant sa logique destructrice. Il s’agit ici de la version de 1945, celle d’un Caligula à la sauvagerie plus brute que celle qu’a voulu mettre en scène Stéphane Olivié Bisson cette saison à l’Athénée (qui avait repris la toute première version de Camus, voir à ce sujet l'article très intéressant de Pierre Assouline posté sur son blog "La république des livres"). Ici, on est très loin de l'atmosphère d'un palais hanté qu'avait recréé pour l'occasion le scénographe Georges Vafias. Pour décrire ces sphères du pouvoir, la metteuse en scène Valérie Fruaut a imaginé une atmosphère visuelle et sonore tout autre et très particulière... à la fois graphique et inquiétante, dure et fascinante.

Caligula, m.e.s. de Valérie Fruaut © D.R.
Caligula, m.e.s. de Valérie Fruaut © D.R.
La scénographie, moderne mais discrète, donne un côté cinématographique à l’enchaînement des actions : mobilier transparent, accessoires réalistes… La neutralité et la pureté d’un blanc majoritaire sont parfois habilement teintées de couleurs hautement symboliques. La création lumière est d’ailleurs à saluer, car elle est pleine de finesse, de précision et de beauté. Visuellement, seul un petit buste en fond de scène (dans une matière ressemblant à du polystyrène) est plutôt anecdotique. Les costumes jouent la carte efficace d’une sobriété fort à propos : l’élégance froide et très contemporaine de robes ou de costumes cravates noirs bien ajustés. Les choix musicaux, enfin, sont excellents et participent beaucoup à la création de cette ambiance électrique et moderne.

Quant à la troupe, la première chose à admirer est sans doute le fait rarissime d’avoir réuni treize comédiens sur le plateau d’un théâtre privé de jauge moyenne. La deuxième réussite de la Cie Art Maniac est de mêler admirablement deux générations de comédiens. On retiendra surtout la prestation d’Hervé Masquelier dans le rôle de Cherea : dans une sorte d’heureux croisement entre Pierre Santini et Michel Vuillermoz, il assoit sa belle maturité avec un naturel parfait. Pour les aînés également, Benoît Gourley compose un Hélicon très intéressant, profondément humain dans sa servilité malveillante et non dénué d’intelligence. Leur expérience et leur talent à tous deux sont un peu les poutres maîtresses du spectacle.

Quel bonheur aussi de voir que la metteuse en scène a confié le rôle-titre à un comédien ayant l’âge de ce personnage si complexe (moins de trente ans). François-Xavier Boucherak est admirable en Caligula : sa seule présence impose un respect maculé de peur : il laisse tomber comme par inadvertance de ses lèvres les sentences les plus terribles. Sa gestuelle (des mains ainsi que du haut de son corps) traduit à merveille le déraillement mental qui le détruit de l’intérieur. À ses côtés, on retient aussi la présence de Laure Pincemin en Caesonia et de Damien Réty en Scipion, électrons opposés gravitant autour du soleil noir qu’est leur empereur.

Caligula, m.e.s. de Valérie Fruaut © D.R.
Caligula, m.e.s. de Valérie Fruaut © D.R.
Le reste de la distribution n’est pas à blâmer, mais leur interprétation n’est pas exactement sur le même plan, de par leur jeunesse un peu moins assurée et surtout l’importance moindre de leurs partitions. Leur simple présence, pourtant, ajoute beaucoup au spectacle en créant un effet de nombres dans certaines scènes particulièrement réussies, comme celle de débauche ou du banquet. Un seul regret, peut-être : l’ensemble manque paradoxalement de rythme, à cause sans doute de (trop ?) longs noirs entre les scènes, servant au déplacement du décor.

Créé en 2008, ce Caligula en est déjà à sa troisième reprise au Petit Saint Martin, et ce fait seul pourrait témoigner de sa qualité et de l’attrait qu’il suscite chez le public. La Cie Art Maniac a en effet misé sur une communication exceptionnelle : leur affiche et surtout leur bande-annonce sont d’une beauté et d’un professionnalisme qu’on aimerait voir plus souvent dans le théâtre privé : leurs aînés auraient à apprendre d’eux sur ce point ! Ils placent donc bien sûr la barre très haute, mais le spectacle, bien que perfectible sur certains points, est une réussite. Cette actualisation de l’histoire est faite avec du goût et de l’ambition, mais surtout profondément au service du texte.


"Caligula"

(Vu le 16/06/2011)

Texte : Albert Camus.
Mise en scène : Valérie Fruaut.
Avec : Philibert Adamon, Arthur Allard, François-Xavier Boucherak, Quentin Boyer-
Villet, Claire Chauchat, Mary Landret, Lou Maidenberg, Mickael Pernet, Laure Pincemin, Damien Réty et avec la participation de Benoit Gourley et Hervé Masquelier.
Lumières : Charles Lambert.


Du 01 juin au 02 juillet 2011.
Théâtre du Petit Saint Martin, Paris 10e.
Réservations : 01 42 02 32 82.
www.petitsaintmartin.com

Mickaël Duplessis
Lundi 20 Juin 2011


1.Posté par Laurence le 04/04/2015 10:58
Bonjour, j'aimerais savoir si cette représentation à été filmée et si oui, où est-ce que je pourrais la regarder? Merci beaucoup.

2.Posté par Cathia le 28/04/2015 09:49
Bonjour, je pose la même question que Laurence; j'aimerais savoir si cette représentation a été filmée et s'il est possible effectivement de la visionner ou d'acheter un DVD. Un grand merci.

3.Posté par Chauveau le 28/04/2015 13:13
Bonjour,
malheureusement, à notre connaissance, ce spectacle n'a pas fait l'objet d'une captation.
Mais nous restons réceptifs à toute information complémentaire.
Cordialement.
Gil Chauveau
directeur de la rédaction.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Spectacle à la Une

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020