La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le bail de Corneille

Valérie Durin (une découverte) présente, au Festival Off d’Avignon, un spectacle piquant et passionnant : "L'Arrangement". Entièrement contemporain, ce dialogue, qui met en scène deux des plus grands dramaturges de la période classique (Corneille et Molière), n’est pas si farfelu. Il révèle au grand jour ce que de nombreux chercheurs affirment depuis plus d’un siècle : Molière ne serait pas l’auteur de la plupart de ses pièces. Du texte à la mise en scène, en passant par le brio de deux superbes comédiens, l’échange est en tout cas rondement bien mené.



"L'Arrangement" © Wencesclas
"L'Arrangement" © Wencesclas
Le lieu d’abord. Choix ou hasard des rencontres avignonnaises, il est particulièrement à propos. Le Théâtre des Amants, ancienne chapelle du XVIIe siècle, fait partie de ces scènes qui n’ouvrent leurs portes que pendant la période du Festival. Certes minuscule (une jauge d’une trentaine de places à peine), il offre néanmoins la possibilité d’aller y voir des spectacles intimistes. Ici, nous nous retrouvons plongés dans l’atmosphère tamisée et chaude de ses pierres historiques. Le voyage dans le temps est assuré. Il permet de nous transporter avec une force déconcertante quelques trois cents ans en arrière. Un bond que nous avons aimé faire…

Magie du théâtre. Corneille (Pascal Gleizes) et Molière (Michel Durantin) réincarnés. On regarde même à deux fois la note d’intention du spectacle. Ah ? L’auteur est contemporain. Ah ? Le texte ne date pas de la période classique. Non que l’on veuille afficher une méconnaissance totale du Grand Siècle, mais on se dit que peut-être il s’agirait d’un écrit retrouvé derrière les fagots… Vraiment, Valérie Durin, c’est bluffant ! L’écriture est précise, le ton respecté et l’on croit volontiers à ces deux personnages qui se "disputent" la vedette…

Pierre Corneille d’un côté. L’auteur "del Cid" et des "Horace" est moins connu pour ses comédies. La tragédie est un genre noble ; la comédie, le divertissement du peuple. Coincé dans un siècle qui n’admettait pas la moindre fantaisie, on peut facilement imaginer Corneille mettre sa plume au service de Molière. Moyen d’expression lucratif et détourné qui lui aurait permis de dénoncer ce qu’il ne pouvait dire dans ses tragédies (on pense à Tartuffe et à Dom Juan par exemple).

Dans ce rôle, Pascal Gleizes empoigne son personnage avec talent et humour. Il fait voir un Corneille à la fois piquant et plein d’esprit. Mais aux abois aussi. Sous la coupe d'un Molière bien plus riche et bien mieux acclamé. La fameuse tirade de L’Avare (« Au voleur !»), par exemple, mise dans sa bouche, amuse, mais étonne aussi, tant le contexte épaissit le propos et le rend encore plus acerbe.

De l’autre, Jean Baptiste Poquelin. Si l’on en croit les recherches effectuées, Corneille lui aurait bâti sa renommée jusqu’au nom même de "Moliere" (d’abord sans accent !). Ce dernier lui aurait aussi donné la possibilité de monter sur Paris et d’obtenir la protection du roi. Ainsi, "l’arrangement", c’est-à-dire le "mariage arrangé" entre deux théâtreux de renom partirait de là : "Discret, sourd, indécelable", dans lequel Corneille "garde la main droite" et "offre la gauche". Interprété par Michel Durantin, on voit sur scène l’investissement progressif de l’acteur dans le personnage de Molière (il s’attife et se maquille devant nous). La métaphore est habile et rend compte d’un auteur construit et fabriqué de toute pièce.

La scène du Théâtre des Amants est exiguë. Soit. Mais la mise en scène de Valérie Durin en tire largement parti. L’un et l’autre se gênent, s’aiment et s’affrontent. Un combat de coq mené avec dextérité et panache par ces deux comédiens.

Enfin, dire que Molière n’est pas (entièrement) l’auteur de ses pièces n’est pas tout à fait nouveau. La rumeur roule chez les universitaires depuis le XIXe siècle. Mais le grand public, n’a jamais pu se résoudre à accepter une telle théorie. Évidemment, La SACEM et autres institutions n’existaient pas et il ne serait pas venu à un auteur de protéger ses œuvres. Son statut étant encore galvaudé et mal défini. En revanche, la révélation finale (sur la participation d’un autre auteur concurrent à Corneille) - et on se gardera bien ici de la dévoiler - est un joli coup de théâtre auquel nous n’avions pas pensé, mais tellement évidente après réflexion.

À l’amour à la mort, les deux dramaturges (comme les deux comédiens) offrent une belle complémentarité : l’un pour son sens du dialogue, l’autre pour son sens de la comédie. La dispute pourra durer encore longtemps. Qu’importe ! Libre à Corneille de dire qu’"il n’y a pas de mariage heureux"…

"L'Arrangement"

"L'Arrangement" © Wencesclas
"L'Arrangement" © Wencesclas
(Vu le 13/07/2011)

Texte : Valérie Durin.
Mise en scène : Valérie Durin.
Avec : Michel Durantin, Pascal Gleizes.
Décor, costumes et affiche : Véronique Durantin.

Du 8 au 31 juillet, Festival Off d’Avignon.
Théâtre des Amants.
Réservations : 04 90 86 10 68.
www.avignonleoff.com

Mardi 26 Juillet 2011


1.Posté par valkyrie 2502 le 28/07/2011 10:26
Pourvu que cette pièce soit montée sur Paris ! J'y courrai ! Même si cette rumeur m'a toujours paru totalement idiote...


Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020