La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Triomphe de l'Amour et de la Paix aux Invalides

Pour la commémoration de la fondation des Invalides par Louis XIV un beau programme dédié entièrement à Lully, surintendant de la musique du Roi-Soleil, a mis en lumière le talent éclatant de la soprano Amel Brahim-Djelloul accompagnée par l'ensemble Les Paladins dirigé par Jérôme Corréas. Deux autres concerts suivront pour fêter particulièrement les 350 années de la noble institution.



© DR.
© DR.
On connaît le génie de Jean-Baptiste Lully, fondateur de l'opéra français, florentin qui sut s'imposer à la cour du Roi-Soleil et inventer un nouveau genre opératique, la tragédie lyrique. Nommé compositeur officier un mois après avoir dansé aux côtés du roi dans "Le ballet de la Nuit" célébrant la défaite de la Fronde le 23 février 1653, il devient surintendant de la musique royale en 1672. Il régnera en maître absolu sur la scène musicale du Grand Siècle jusqu'à sa mort en 1687. Fixant pour longtemps le genre de la tragédie lyrique à machines avec un prologue et cinq actes, sa collaboration avec le poète Philippe Quinault comme librettiste donnera naissance à de nombreux chefs-d'œuvre.

Pour ce concert, Jérôme Corréas a choisi des extraits de tragédies de Lully à sujets mythologiques ou aux livrets inspirés de grands romans de chevalerie célébrant l'amour avec ses joies, ses déchirements et ses tourments, mais aussi "L'Idylle pour la Paix" composée en 1685 pour fêter la paix de Ratisbonne sur un poème de Jean Racine. Créée à l'Orangerie du château de Sceaux devant le roi, cette idylle ouvre le concert avec son ouverture au (grand) style reconnaissable entre tous, celui de Lully, au ton fait de majesté et d'élévation.

L'ensemble Les Paladins, formé de cordes et d'un musicien passant de l'archiluth au luth, dirigé du clavecin par Jérôme Corréas, l'interprète avec une générosité qui fait oublier la dimension un peu réduite de la formation dans la grande cathédrale des Invalides à l'acoustique un peu froide. La finesse de leur discours sert par ailleurs admirablement la voix des chanteurs pour les duos galants comme pour les scènes de lamentations ou de véhémence. La musique de Lully y gagne en sensibilité, le sens du texte étant aussi exprimé par l'accompagnement orchestral - certains airs bénéficiant d'une simple basse continue à la façon des airs de cour.

© DR.
© DR.
Cette ouverture est suivie d'un duo ("Idylle sur la Paix") d'un berger et d'une bergère chantant les vertus du monarque bienfaiteur, dans lequel brille immédiatement le talent de la soprano, accompagnée par le haute-contre léger de Jean-François Lombard, lequel gagnera en assurance tout au long de la soirée. Dans leurs duos extraits des opéras tels que "Armide", "Atys", "Phaéton", "Amadis" ou encore "Le Triomphe de l'Amour", un ballet créé à Saint-Germain-en-Laye en 1681 devant le roi, Amel Brahim-Djelloul enchante par sa capacité à incarner ses rôles sans oublier le théâtre. Elle domine avec maestria la technique de la déclamation lyrique avec une précision qui honore les règles de la prosodie.

Un art difficile rappelle Jérôme Corréas au public, entre deux airs, puisque les partitions de l'époque ne portent aucune indication ni d'ornement ni de dynamique ni de tempo. C'est donc l'interprétation des chanteurs qui se révèle décisive. Amel Brahim-Djelloul, maîtresse de cet art difficile consistant à modeler le chant sur la parole, est décidément une artiste qu'il est délectable de suivre à chacun de ses concerts. Son compagnon de scène, Jean-François Lombard nous offre lui aussi une ligne pure et un phrasé noble, se montrant rapidement lui aussi capable des plus beaux raffinements à l'instar de la chanteuse.

Deux autres concerts suivront pour commémorer l'anniversaire de la fondation des Invalides, une institution qui tenait alors pour les vieux soldats du Roi-Soleil de l'hôpital, de l'hospice, du monastère et de la caserne. Le 10 mars 2020 le "Te Deum" de Marc-Antoine Charpentier sera donné par le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet. Le 16 mars Didier Sandre, de la Comédie-Française, lira un florilège de textes historiques de Louis XIV et de Napoléon, ainsi que de grands auteurs des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Il sera accompagné par Julien Chauvin et les solistes du Concert de la Loge, ainsi que par Olivier Baumont au clavecin. Ces derniers offriront des extraits d'œuvres de Lully, Couperin, Marais ou encore Grétry, entre autres.

Toute la programmation >> saisonmusicale.musee-armee.fr

Musée des Armées Invalides,
Place des Invalides, Paris 7e.
Tél. : 01 44 42 54 66.

Christine Ducq
Mardi 10 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020