Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Triomphe de l'Amour et de la Paix aux Invalides

Pour la commémoration de la fondation des Invalides par Louis XIV un beau programme dédié entièrement à Lully, surintendant de la musique du Roi-Soleil, a mis en lumière le talent éclatant de la soprano Amel Brahim-Djelloul accompagnée par l'ensemble Les Paladins dirigé par Jérôme Corréas. Deux autres concerts suivront pour fêter particulièrement les 350 années de la noble institution.



© DR.
© DR.
On connaît le génie de Jean-Baptiste Lully, fondateur de l'opéra français, florentin qui sut s'imposer à la cour du Roi-Soleil et inventer un nouveau genre opératique, la tragédie lyrique. Nommé compositeur officier un mois après avoir dansé aux côtés du roi dans "Le ballet de la Nuit" célébrant la défaite de la Fronde le 23 février 1653, il devient surintendant de la musique royale en 1672. Il régnera en maître absolu sur la scène musicale du Grand Siècle jusqu'à sa mort en 1687. Fixant pour longtemps le genre de la tragédie lyrique à machines avec un prologue et cinq actes, sa collaboration avec le poète Philippe Quinault comme librettiste donnera naissance à de nombreux chefs-d'œuvre.

Pour ce concert, Jérôme Corréas a choisi des extraits de tragédies de Lully à sujets mythologiques ou aux livrets inspirés de grands romans de chevalerie célébrant l'amour avec ses joies, ses déchirements et ses tourments, mais aussi "L'Idylle pour la Paix" composée en 1685 pour fêter la paix de Ratisbonne sur un poème de Jean Racine. Créée à l'Orangerie du château de Sceaux devant le roi, cette idylle ouvre le concert avec son ouverture au (grand) style reconnaissable entre tous, celui de Lully, au ton fait de majesté et d'élévation.

L'ensemble Les Paladins, formé de cordes et d'un musicien passant de l'archiluth au luth, dirigé du clavecin par Jérôme Corréas, l'interprète avec une générosité qui fait oublier la dimension un peu réduite de la formation dans la grande cathédrale des Invalides à l'acoustique un peu froide. La finesse de leur discours sert par ailleurs admirablement la voix des chanteurs pour les duos galants comme pour les scènes de lamentations ou de véhémence. La musique de Lully y gagne en sensibilité, le sens du texte étant aussi exprimé par l'accompagnement orchestral - certains airs bénéficiant d'une simple basse continue à la façon des airs de cour.

© DR.
© DR.
Cette ouverture est suivie d'un duo ("Idylle sur la Paix") d'un berger et d'une bergère chantant les vertus du monarque bienfaiteur, dans lequel brille immédiatement le talent de la soprano, accompagnée par le haute-contre léger de Jean-François Lombard, lequel gagnera en assurance tout au long de la soirée. Dans leurs duos extraits des opéras tels que "Armide", "Atys", "Phaéton", "Amadis" ou encore "Le Triomphe de l'Amour", un ballet créé à Saint-Germain-en-Laye en 1681 devant le roi, Amel Brahim-Djelloul enchante par sa capacité à incarner ses rôles sans oublier le théâtre. Elle domine avec maestria la technique de la déclamation lyrique avec une précision qui honore les règles de la prosodie.

Un art difficile rappelle Jérôme Corréas au public, entre deux airs, puisque les partitions de l'époque ne portent aucune indication ni d'ornement ni de dynamique ni de tempo. C'est donc l'interprétation des chanteurs qui se révèle décisive. Amel Brahim-Djelloul, maîtresse de cet art difficile consistant à modeler le chant sur la parole, est décidément une artiste qu'il est délectable de suivre à chacun de ses concerts. Son compagnon de scène, Jean-François Lombard nous offre lui aussi une ligne pure et un phrasé noble, se montrant rapidement lui aussi capable des plus beaux raffinements à l'instar de la chanteuse.

Deux autres concerts suivront pour commémorer l'anniversaire de la fondation des Invalides, une institution qui tenait alors pour les vieux soldats du Roi-Soleil de l'hôpital, de l'hospice, du monastère et de la caserne. Le 10 mars 2020 le "Te Deum" de Marc-Antoine Charpentier sera donné par le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet. Le 16 mars Didier Sandre, de la Comédie-Française, lira un florilège de textes historiques de Louis XIV et de Napoléon, ainsi que de grands auteurs des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Il sera accompagné par Julien Chauvin et les solistes du Concert de la Loge, ainsi que par Olivier Baumont au clavecin. Ces derniers offriront des extraits d'œuvres de Lully, Couperin, Marais ou encore Grétry, entre autres.

Toute la programmation >> saisonmusicale.musee-armee.fr

Musée des Armées Invalides,
Place des Invalides, Paris 7e.
Tél. : 01 44 42 54 66.

Christine Ducq
Mardi 10 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020