La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Retour" par Luc Bondy... Un monde de peu d’épaisseur : trop caricatural… ou pire, pas assez crédible

"Le Retour", Théâtre de l'Odéon, Paris, puis en tournée

Dans "Le Retour" de Harold Pinter, le thème traditionnel quasi biblique du retour de l’enfant prodigue est transposé par l’auteur de manière ironique et ambiguë qui, il y a cinquante ans, passait pour scandaleuse. Teddy (Jérôme Kircher), fortune faite, appartenant à l’upper middle class, universitaire et accompagné de son épouse Ruth( Emmanuelle Seigner), revient au pays natal, dans sa famille. Il est le fils d’un boucher retraité (Bruno Ganz) : d’une Angleterre prolétarisée et abandonnée.



© Ruth Walz.
© Ruth Walz.
Il retrouve le père, ses frères (Louis Garrel, Micha Lescot) et son oncle (Pascal Gregory). La mère a disparu. Les hommes cohabitent contraints et dépendants... Le foyer va à vau l’eau et appelle d’urgence une présence féminine multifonctionnelle…

À l’occasion de ce retour les vernis craquent. Le fils repart très vite, laissant sa femme en gage. Celle-ci partage les fantasmes de ce monde clos, assume le choix de devenir la nouvelle puissance nourricière de cette maison en perdition, abandonne ses propres enfants et va tapiner. Nouvelle variation de la maman et la putain. Énigme d’une fatalité, d’une liberté contrainte.

Dans cette pièce écrite, il est question du point de vue polémique de l’état supposé naturel des femmes et de la loi des mâles. Et du regard critique passablement ambigu que porte sur ce sujet l’auteur.

© Ruth Walz.
© Ruth Walz.
La distribution des personnages dans la pièce est forte et s’articule autour du rôle charpente du père qui cannibalise depuis toujours littéralement son entourage. En dépit de sa senescence (ou peut-être à cause d’elle), sa tyrannie, son emprise sur sa parentèle reste totale et encourage une ruine physique et psychique collective. Une folie proliférante et insidieuse dont Bruno Ganz en dépit de son talent n’a pas encore exploré tous les détours.

Les seconds rôles brillent des talents de leurs comédiens. Ceux-ci ont manifestement plaisir à marquer les désœuvrements et les oisivetés de ces hommes qui vivent à la petite semaine. Entre turf, taxi, boxe et petit proxénétisme, cigare et musculation pointent pour chacun dans son tempérament, la colère, le dénigrement, l’abattement, la pulsion et le fantasme. La souffrance intime est ainsi frappée au coin du pittoresque. Le théâtre est là dans ses effets.

Quant au rôle féminin de Ruth, il est réduit à la portion congrue. Brut de présentation en tailleur ou jupe de cuir, il est celui d’un fantôme ou bien d’une femme de chair. Trouvant sa place, Emmanuelle Seigner réussit à imposer une présence lumineuse. Au spectateur de la définir.

Ce théâtre hésite sur la conduite à tenir face au scandale de son contenu et dans une forme plutôt sage présente un monde de peu d’épaisseur : trop caricatural… ou pire, pas assez crédible.

"Le Retour"

© Ruth Walz.
© Ruth Walz.
Texte : Harold Pinter.
Mise en scène : Luc Bondy.
Traduction : Philippe Djian.
Conseiller dramaturgique : Botho Strauss.
Avec : Bruno Ganz, Louis Garrel, Pascal Greggory, Jérôme Kircher, Micha Lescot, Emmanuelle Seigner.
Décor : Johannes Schütz.
Costumes : Eva Dessecker.
Lumière : Dominique Bruguière.
Maquillage et coiffure : Cécile Kretschmar.
Durée : 2 h 20.

Du 18 octobre au 23 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h.
Théâtre de l'Odéon, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Tournée
14 et 15 janvier 2013 : Grand Théâtre, Grande Salle, Luxembourg.
23 au 25 janvier 2013 : Schauspielhaus, Zürich (Suisse).
31 janvier au 2 février 2013 : Théâtre National, Toulouse (31)
6 au 10 mars 2013 : Théâtre National, Nice (06).
18 au 27 mars 2013 : Théâtre National de Bretagne, Rennes (35).
4 au 6 avril 2013 : MC2, Grenoble (38).
8 au 12 mai 2013 : Piccolo Teatro di Milano/Teatro d’Europa, Milan (Italie).
18 au 24 mai 2013 : Wiener Festwochen, Vienne (Autriche).

Jean Grapin
Mercredi 7 Novembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022