La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Paris Mozart Orchestra… le beau jeu d'artistes solidaires

L'orchestre, créé en 2011 par le chef Claire Gibault, nous propose plusieurs rendez-vous cette saison. Outre les concerts au Musée de la Piscine à Roubaix le 10 novembre et à l'Opéra de Nice le 22, avec Natalie Dessay, le Paris Mozart Orchestra réaffirme son engagement humaniste en jouant régulièrement à la prison de Fresnes ou à l'Hôpital Necker. Claire Gibault fait le point avec nous sur cette belle aventure artistique.



© DR.
© DR.
Si vous rencontrez des femmes chefs à la tête d'orchestres qu'elles ont créés, vous pouvez être certain qu'à un moment ou à un autre de la conversation, le nom de la pionnière dans ce domaine est cité, celui de Claire Gibault. Il était donc tout naturel de vouloir faire connaissance avec cette élégante brune à la voix posée dont l'accueil souriant ne fait pas oublier la détermination qui lui a été nécessaire pour ouvrir la voie depuis les années soixante-dix. Une anecdote le résume admirablement : en 1969, elle partage la une du quotidien France-Soir avec Neil Armstrong. S'il a fait un grand pas pour l'humanité, elle en a fait un gigantesque pour la parité en étant la première femme à diriger un orchestre de prestige.

Et son parcours est à l'avenant, exceptionnel, de l'Opéra de Lyon à la Scala, de l'Opéra de Vienne à Covent Garden, entre nombreux autres lieux renommés (elle sera l'assistante de Claudio Abbado et de John Eliot Gardiner), à une époque où l'absence de femmes à la tête d'institutions et d'orchestres est la règle dans le milieu très macho de la musique classique. La présence de femmes à des postes d'importance demeurant encore aujourd'hui marginale, il lui faut créer sa propre phalange pour pouvoir diriger - après une parenthèse politique comme députée européenne (1). Ce sera en 2011 le Paris Mozart Orchestra (formation à géométrie variable de onze à quarante-huit musiciens) conçu sur le modèle du Orchestra Mozart de Bologne, fondé par son ami et mentor Claudio Abbado.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Vous avez été une pionnière en France dans de nombreux domaines, la direction, l'engagement artistique féministe citoyen, la création d'un orchestre… mais toujours au nom de l'amour de la musique ?

Claire Gibault - Oui, c'est une passion qui remonte à l'enfance. La musique est mon langage. Il faut se donner les moyens de réaliser ses rêves, alors on se bat avec joie. J'ai choisi un métier qui n'était pas et qui n'est toujours pas si facile pour une femme. Les résistances sociologiques sont encore grandes même si nous sommes maintenant plus nombreuses à exercer ce métier et à en éprouver de grandes joies. Ce qui résiste bien sûr ce sont les plus hauts postes. En France aucune femme n'est à la direction musicale d'une grande institution publique comme chef d'orchestre. En Europe ce sont les États du nord qui sont les plus progressistes. Nos combats ont abouti en partie sans briser un plafond de verre qui demeure impénétrable. En France vous devez encore créer votre propre ensemble pour être directrice artistique.

L'éducation artistique est par ailleurs un de vos chevaux de bataille.

Claire Gibault - Nous intervenons dans une quinzaine d'établissements classés en zone sensible des académies de Créteil et Versailles. Des établissements scolaires situés dans des villes dont la population est très éloignée de notre monde musical et même de notre culture. Nous montons des projets avec eux et jouons sur place. Si nous n'allions pas vers ces jeunes, eux ne viendraient pas à nous pensant que ce n'est pas pour eux. Et cela se passe très bien !

Les jeunes sont passionnés et nos échanges sont très beaux. Avec l'orchestre nous les mettons en position de co-création. Chaque année nous commandons une création à un compositeur - un mélologue (2). Nous travaillons ensemble afin que les élèves aient des portes d'entrée créatives dans ces œuvres : écrire des textes, constituer des jurys littéraires, choisir des œuvres d'art visuel en relation avec elles, chanter. Et leur travail est très intéressant. À la fin d'une journée où nous avons tout partagé nous enfilons notre tenue de concert et nous jouons pour eux.

© DR.
© DR.
Vous jouez aussi pour des publics empêchés.

Claire Gibault - Je tiens à ce que nos activités sociales et humanitaires occupent cinquante pour cent de notre saison. Nous jouons ainsi à la prison de Fresnes pour hommes et pour les enfants de l'Hôpital Necker. Mais nous avons aussi des concerts prestigieux dans notre agenda comme celui du Musée de la Piscine de Roubaix dans quelques jours dans le cadre de l'exposition Chagall.

Parlez-nous du Paris Mozart Orchestra.

Claire Gibault - Il est composé de musiciens, toujours les mêmes, de très grande qualité : la crème de la crème ! Ils sont jeunes, très motivés et pleins de désir ! Dans cet orchestre non permanent, les musiciens sont là parce que nous avons non seulement des affinités musicales mais aussi des conceptions similaires de la vie et de l'engagement solidaire. Vous connaissez la charte de l'orchestre (3).

Vous ne bénéficiez pas d'aides publiques.

Claire Gibault - Tout à fait. Nous sommes entièrement financés par des entreprises ou des fondations familiales. Nous bénéficions aussi du soutien de la municipalité du IXe arrondissement de Paris - le maire est une jeune femme très dynamique. Nous jouons le premier dimanche de chaque mois Salle Rossini depuis cette année.

© DR.
© DR.
Les rencontres ont été importantes dans votre vie ?

Claire Gibault - Oui. Avec des compositeurs comme Fabio Vacchi par exemple - dont je viens (à nouveau, Ndlr) de créer une œuvre pour l'Exposition universelle de Milan. Et j'ai eu un mentor, Claudio Abbado (4). Nous étions très proches. La largeur de son répertoire, sa façon de concevoir son métier de chef m'ont beaucoup marquée. Je pourrai aussi citer la chanteuse Natalie Dessay qui fait partie du comité artistique du PMO et qui a fait ses débuts avec moi à Lyon. Elle sera la récitante de notre concert à l'Opéra de Nice et nous allons enregistrer un CD ensemble (5).

À Nice, vous allez jouer une œuvre de Graciane Finzi "Scénographies d'Edward Hopper". C'est un mélologue ?

Claire Gibault - Oui. Graciane Finzi est une compositrice française à qui j'ai commandé cette œuvre. Nous sommes allées ensemble visiter la rétrospective consacrée au peintre américain. Elle a choisi dix tableaux d'Edward Hopper puis des textes de l'écrivain franco-espagnol Claude Esteban, qui s'est glissé dans la peau des personnages et invente avec humour ce qu'ils pensent, ont fait ou feront avant ou après les moments saisis sur la toile. Il interroge ainsi les raisons de leur silence car on ne communique pas beaucoup dans les tableaux de Hopper. C'est la première œuvre emblématique alliant musique, littérature et arts plastiques que nous avons interprétée.

Outre la création contemporaine, le cœur du répertoire du PMO se situe dans la période pré-romantique ?

Claire Gibault - En effet. L'orchestre comporte une quarantaine de musiciens - ce qu'on appelle une formation Mozart. Mais nous adaptons aussi la taille de l'orchestre et nos programmes suivant les endroits où nous jouons. La base de l'orchestre, c'est le Quatuor Psophos (6) dont fait partie notre violon solo Eric Lacrouts (7) que j'ai rencontré alors que je dirigeais au Châtelet - prémisses d'une grande amitié ! Avec le violoncelliste Guillaume Martigné et lui j'ai pu instituer un principe d'autorité partagée. Nous travaillons et décidons ensemble.

Avez-vous encore un rêve à réaliser ?

Claire Gibault - Il faut faire vivre cet orchestre et rallier davantage de soutiens. Je me bats pour cela. Mon bonheur, c'est de diriger cet orchestre avec son style, ses choix éthiques mais il y a encore beaucoup à faire pour que la diversité pénètre dans le monde de la musique classique - tant pour les musiciens que pour le public. J'ai aussi beaucoup de plaisir à être invitée à la tête de grandes formations. Je suis ravie d'aller bientôt diriger au Japon le "Don Quichotte" de Massenet à la tête de l'Orchestre symphonique d'Osaka (en 2016, Ndlr).

Notes :
(1) Claire Gibault a été députée européenne de 2004 à 2009 siégeant à la Commission de la culture et de l'éducation et à la Commission du droit des femmes et de l'égalité des genres. Depuis 2010, elle est vice-présidente de la section Culture, Éducation et Communication du Conseil Économique Social et Environnemental.
(2) Un mélologue est une œuvre faisant appel à la musique, à la littérature et désormais aux arts plastiques.
(3) Égalité des salaires, non-discrimination sociale, laïcité, parité hommes-femmes, vocation sociale de l'orchestre.
(4) Un hommage à Claudio Abbado est prévu en novembre à la Philharmonie de Paris (les recettes du concert du 9 novembre seront intégralement reversées à l'Institut Curie pour la recherche contre le cancer).
(5) "Scénographies d'Edward Hopper" de Graciane Finzi.
(6) Éric Lacrouts, Bleuenn Le Maître, Cécile Grassi, Guillaume Martigné.
(7) Éric Lacrouts est par ailleurs violon solo de l'orchestre de l'Opéra de Paris.


Concerts :
Dimanche 8 novembre 2015 à 17 h, Salle Rossini, Paris 9e.
Mardi 10 novembre 2015 à 19 h, Musée de la Piscine, Roubaix (59).
Dimanche 22 novembre 2015 à 18 h, Opéra de Nice, Nice (06).
Lundi 7 décembre 2015 à 10 h 30, Philharmonie 2, Paris 19e.

Programmation complète >> parismozartorchestra.com

Christine Ducq
Jeudi 5 Novembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022