Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Paris Mozart Orchestra… le beau jeu d'artistes solidaires

L'orchestre, créé en 2011 par le chef Claire Gibault, nous propose plusieurs rendez-vous cette saison. Outre les concerts au Musée de la Piscine à Roubaix le 10 novembre et à l'Opéra de Nice le 22, avec Natalie Dessay, le Paris Mozart Orchestra réaffirme son engagement humaniste en jouant régulièrement à la prison de Fresnes ou à l'Hôpital Necker. Claire Gibault fait le point avec nous sur cette belle aventure artistique.



© DR.
© DR.
Si vous rencontrez des femmes chefs à la tête d'orchestres qu'elles ont créés, vous pouvez être certain qu'à un moment ou à un autre de la conversation, le nom de la pionnière dans ce domaine est cité, celui de Claire Gibault. Il était donc tout naturel de vouloir faire connaissance avec cette élégante brune à la voix posée dont l'accueil souriant ne fait pas oublier la détermination qui lui a été nécessaire pour ouvrir la voie depuis les années soixante-dix. Une anecdote le résume admirablement : en 1969, elle partage la une du quotidien France-Soir avec Neil Armstrong. S'il a fait un grand pas pour l'humanité, elle en a fait un gigantesque pour la parité en étant la première femme à diriger un orchestre de prestige.

Et son parcours est à l'avenant, exceptionnel, de l'Opéra de Lyon à la Scala, de l'Opéra de Vienne à Covent Garden, entre nombreux autres lieux renommés (elle sera l'assistante de Claudio Abbado et de John Eliot Gardiner), à une époque où l'absence de femmes à la tête d'institutions et d'orchestres est la règle dans le milieu très macho de la musique classique. La présence de femmes à des postes d'importance demeurant encore aujourd'hui marginale, il lui faut créer sa propre phalange pour pouvoir diriger - après une parenthèse politique comme députée européenne (1). Ce sera en 2011 le Paris Mozart Orchestra (formation à géométrie variable de onze à quarante-huit musiciens) conçu sur le modèle du Orchestra Mozart de Bologne, fondé par son ami et mentor Claudio Abbado.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Vous avez été une pionnière en France dans de nombreux domaines, la direction, l'engagement artistique féministe citoyen, la création d'un orchestre… mais toujours au nom de l'amour de la musique ?

Claire Gibault - Oui, c'est une passion qui remonte à l'enfance. La musique est mon langage. Il faut se donner les moyens de réaliser ses rêves, alors on se bat avec joie. J'ai choisi un métier qui n'était pas et qui n'est toujours pas si facile pour une femme. Les résistances sociologiques sont encore grandes même si nous sommes maintenant plus nombreuses à exercer ce métier et à en éprouver de grandes joies. Ce qui résiste bien sûr ce sont les plus hauts postes. En France aucune femme n'est à la direction musicale d'une grande institution publique comme chef d'orchestre. En Europe ce sont les États du nord qui sont les plus progressistes. Nos combats ont abouti en partie sans briser un plafond de verre qui demeure impénétrable. En France vous devez encore créer votre propre ensemble pour être directrice artistique.

L'éducation artistique est par ailleurs un de vos chevaux de bataille.

Claire Gibault - Nous intervenons dans une quinzaine d'établissements classés en zone sensible des académies de Créteil et Versailles. Des établissements scolaires situés dans des villes dont la population est très éloignée de notre monde musical et même de notre culture. Nous montons des projets avec eux et jouons sur place. Si nous n'allions pas vers ces jeunes, eux ne viendraient pas à nous pensant que ce n'est pas pour eux. Et cela se passe très bien !

Les jeunes sont passionnés et nos échanges sont très beaux. Avec l'orchestre nous les mettons en position de co-création. Chaque année nous commandons une création à un compositeur - un mélologue (2). Nous travaillons ensemble afin que les élèves aient des portes d'entrée créatives dans ces œuvres : écrire des textes, constituer des jurys littéraires, choisir des œuvres d'art visuel en relation avec elles, chanter. Et leur travail est très intéressant. À la fin d'une journée où nous avons tout partagé nous enfilons notre tenue de concert et nous jouons pour eux.

© DR.
© DR.
Vous jouez aussi pour des publics empêchés.

Claire Gibault - Je tiens à ce que nos activités sociales et humanitaires occupent cinquante pour cent de notre saison. Nous jouons ainsi à la prison de Fresnes pour hommes et pour les enfants de l'Hôpital Necker. Mais nous avons aussi des concerts prestigieux dans notre agenda comme celui du Musée de la Piscine de Roubaix dans quelques jours dans le cadre de l'exposition Chagall.

Parlez-nous du Paris Mozart Orchestra.

Claire Gibault - Il est composé de musiciens, toujours les mêmes, de très grande qualité : la crème de la crème ! Ils sont jeunes, très motivés et pleins de désir ! Dans cet orchestre non permanent, les musiciens sont là parce que nous avons non seulement des affinités musicales mais aussi des conceptions similaires de la vie et de l'engagement solidaire. Vous connaissez la charte de l'orchestre (3).

Vous ne bénéficiez pas d'aides publiques.

Claire Gibault - Tout à fait. Nous sommes entièrement financés par des entreprises ou des fondations familiales. Nous bénéficions aussi du soutien de la municipalité du IXe arrondissement de Paris - le maire est une jeune femme très dynamique. Nous jouons le premier dimanche de chaque mois Salle Rossini depuis cette année.

© DR.
© DR.
Les rencontres ont été importantes dans votre vie ?

Claire Gibault - Oui. Avec des compositeurs comme Fabio Vacchi par exemple - dont je viens (à nouveau, Ndlr) de créer une œuvre pour l'Exposition universelle de Milan. Et j'ai eu un mentor, Claudio Abbado (4). Nous étions très proches. La largeur de son répertoire, sa façon de concevoir son métier de chef m'ont beaucoup marquée. Je pourrai aussi citer la chanteuse Natalie Dessay qui fait partie du comité artistique du PMO et qui a fait ses débuts avec moi à Lyon. Elle sera la récitante de notre concert à l'Opéra de Nice et nous allons enregistrer un CD ensemble (5).

À Nice, vous allez jouer une œuvre de Graciane Finzi "Scénographies d'Edward Hopper". C'est un mélologue ?

Claire Gibault - Oui. Graciane Finzi est une compositrice française à qui j'ai commandé cette œuvre. Nous sommes allées ensemble visiter la rétrospective consacrée au peintre américain. Elle a choisi dix tableaux d'Edward Hopper puis des textes de l'écrivain franco-espagnol Claude Esteban, qui s'est glissé dans la peau des personnages et invente avec humour ce qu'ils pensent, ont fait ou feront avant ou après les moments saisis sur la toile. Il interroge ainsi les raisons de leur silence car on ne communique pas beaucoup dans les tableaux de Hopper. C'est la première œuvre emblématique alliant musique, littérature et arts plastiques que nous avons interprétée.

Outre la création contemporaine, le cœur du répertoire du PMO se situe dans la période pré-romantique ?

Claire Gibault - En effet. L'orchestre comporte une quarantaine de musiciens - ce qu'on appelle une formation Mozart. Mais nous adaptons aussi la taille de l'orchestre et nos programmes suivant les endroits où nous jouons. La base de l'orchestre, c'est le Quatuor Psophos (6) dont fait partie notre violon solo Eric Lacrouts (7) que j'ai rencontré alors que je dirigeais au Châtelet - prémisses d'une grande amitié ! Avec le violoncelliste Guillaume Martigné et lui j'ai pu instituer un principe d'autorité partagée. Nous travaillons et décidons ensemble.

Avez-vous encore un rêve à réaliser ?

Claire Gibault - Il faut faire vivre cet orchestre et rallier davantage de soutiens. Je me bats pour cela. Mon bonheur, c'est de diriger cet orchestre avec son style, ses choix éthiques mais il y a encore beaucoup à faire pour que la diversité pénètre dans le monde de la musique classique - tant pour les musiciens que pour le public. J'ai aussi beaucoup de plaisir à être invitée à la tête de grandes formations. Je suis ravie d'aller bientôt diriger au Japon le "Don Quichotte" de Massenet à la tête de l'Orchestre symphonique d'Osaka (en 2016, Ndlr).

Notes :
(1) Claire Gibault a été députée européenne de 2004 à 2009 siégeant à la Commission de la culture et de l'éducation et à la Commission du droit des femmes et de l'égalité des genres. Depuis 2010, elle est vice-présidente de la section Culture, Éducation et Communication du Conseil Économique Social et Environnemental.
(2) Un mélologue est une œuvre faisant appel à la musique, à la littérature et désormais aux arts plastiques.
(3) Égalité des salaires, non-discrimination sociale, laïcité, parité hommes-femmes, vocation sociale de l'orchestre.
(4) Un hommage à Claudio Abbado est prévu en novembre à la Philharmonie de Paris (les recettes du concert du 9 novembre seront intégralement reversées à l'Institut Curie pour la recherche contre le cancer).
(5) "Scénographies d'Edward Hopper" de Graciane Finzi.
(6) Éric Lacrouts, Bleuenn Le Maître, Cécile Grassi, Guillaume Martigné.
(7) Éric Lacrouts est par ailleurs violon solo de l'orchestre de l'Opéra de Paris.


Concerts :
Dimanche 8 novembre 2015 à 17 h, Salle Rossini, Paris 9e.
Mardi 10 novembre 2015 à 19 h, Musée de la Piscine, Roubaix (59).
Dimanche 22 novembre 2015 à 18 h, Opéra de Nice, Nice (06).
Lundi 7 décembre 2015 à 10 h 30, Philharmonie 2, Paris 19e.

Programmation complète >> parismozartorchestra.com

Christine Ducq
Jeudi 5 Novembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021