La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le Godot de Noyelle et Coutris... Fusion burlesque de l'élégance du désespoir et de la poétique de la cruauté

"En attendant Godot", Théâtre de Châtillon, Châtillon

Entre le jeu burlesque où s'écrit sans fin le rapport équilibre/déséquilibre, donnant naissance à ces silences incongrus du clown qui font jaillir les rires, et la représentation du non-théâtre beckettien (non-sens d'un théâtre vidé de sa substance/structure) se trouve la partition originale, singulière et bicolore - entre bleu et rouge extérieur et noir et blanc intérieur - composée par Marion Coutris et Serge Noyelle pour "En attendant Godot".



© Cordula Treml.
© Cordula Treml.
Après nous avoir offert une vision épurée, libre, picturale - et d'une revigorante insolence - de "Oh les beaux jours" en mai 2013, Marion Coutris et Serge Noyelle nous plongent, avec une élégance non dénuée d'un esthétisme poétique, dans l'irrationnel et l’absurde avec l'humour intemporel de leur version burlesque de "En attendant Godot".

Survivre à l'attente, écouter battre le rythme d'un monde qui tourne... sans eux... sans nous... En attendant Godot. Jouer des contrastes entre les mots de l'attente et les soupirs de la question (viendra-t-il ?). Jouer sur les rythmes musicaux notes silences, sur les rythmes visuels fond (couleur), objets (arbre, pierre, valise, mur bois, etc.), personnages... Les amplifier pour arriver au burlesque... celui qui résulte du timing dans le jeu de l'acteur : le bon geste, le bon mot au bon moment !

© Cordula Treml.
© Cordula Treml.
Si l'une des bases du burlesque est le rythme, indéniablement Serge Noyelle et Marion Coutris jouent ici une de leurs plus belles partitions. S'appuyant sur leurs connaissances musicales et esthétiques, ils amplifient les battements organiques du texte de Beckett et en poétise la mise en scène avec des ambiances lumineuses (rouge et bleu, guirlande festive, veste rouge) aux accents de music-hall, voire de cirque.

Et du burlesque au cirque, il n'y a qu'un pas... de clowns. Clowns tristes, tragiques, dérisoires mais tellement "vrais"... comme le sont le désespoir et l'humour noir. Ce sont de ces derniers dont nous parlent Estragon (Noël Vergès), Vladimir (Christian Mazzuchini), et d'une certaine manière - plus folle, plus surréaliste - Pozzo (Serge Noyelle) et Lucky (Grégori Miege), les clowns meurtris de Beckett, laissés pour compte d'un monde incompris, insaisissable, et en perpétuelle attente du lendemain.

© Cordula Treml.
© Cordula Treml.
Des choix esthétiques et de scénographie de Serge Noyelle naissent la sublimation du contraste entre les personnages et les dualités Estragon/Vladimir et Pozzo/Lucky... Contraste fort, accentué tant avec l'arrivée tonitruante de Pozzo (et Lucky) que dans l'expression du caractère autoritaire et colérique du même Pozzo. En découle comme un vent de folie... Une danse folle... exécutée par une vieille danseuse folle (Serge Noyelle, sublime !)...

Si l'empreinte burlesque imprimée au texte de Beckett porte incontestablement la signature du Théâtre Nono (aussi bien Marion Coutris et Serge Noyelle que les excellents Christian Mazzuchini, Grégori Miege et Noël Vergès), elle ne dénature pas la fable de Beckett mais permet d'en amplifier la poésie, l'élégance du désespoir, une certaine forme de cruauté de l'attente... et d'en ressentir à nouveau sa respiration, ses battements, ses rythmes si particuliers... Pour recomposer une partition comme un hymne, un hommage à Beckett et à la cruelle pérennité de ses questionnements.

"En attendant Godot"

© Cordula Treml.
© Cordula Treml.
Texte : Samuel Beckett.
Mise en scène : Marion Coutris, Serge Noyelle.
Avec : Christian Mazzuchini, Grégori Miege, Serge Noyelle, Noël Vergès, Martin Martinez, Loïs Paul (en alternance)
Théâtre Nono.

À été joué du 7 novembre au 23 novembre 2013.
À été prolongé pour cause de succès jusqu'au 30 novembre.

Mardi, jeudi, vendredi, samedi à 20 h 15.
Théâtre Nono, 35, traverse de Carthage, Marseille 8e, 04 91 75 64 59.
>> theatre-nono.com

theatreachatillon.com
theatreachatillon.com
17 janvier 2014.
Espace Marcel Carné, Saint Michel-sur-Orge (91), 01 69 04 98 33.

Du 30 janvier au 1er février 2014.
Jeudi, vendredi et samedi à 20 h 30.
Théâtre de Châtillon, Châtillon (92), 01 46 57 92 04.
>> theatreachatillon.com

Vendredi 17 avril 2015 à 20 h 30.
Théâtre Le Sémaphore, Port-de-Bouc (13), 04 42 06 39 09.
>> theatre-semaphore-portdebouc.com/

15 avril 2015 à 19 h : Rencontre avec le Théâtre Nono à la médiathèque Boris Vian, Port-de-Bouc.

Distribution pour le 17 avril 2015 : Christian Mazzuchini (Vladimir), Grégori Miege (Lucky), Serge Noyelle (Pozzo), Noël Vergès (Estragon) et Martin Martinez (le garçon).

Gil Chauveau
Mardi 28 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023







À découvrir

"Othello" Iago et Othello… le vice et la vertu, deux maux qui vont très bien ensemble

Réécrit dans sa version française par Jean-Michel Déprats, le texte de William Shakespeare devient ici matière contemporaine explorant à l'envi les arcanes des comportements humains. Quant à la mise en jeu proposée par Jean-François Sivadier, elle restitue - "à la lettre" près - l'esprit de cette pièce crépusculaire livrant le Maure de Venise à la perfidie poussée jusqu'à son point d'incandescence de l'intrigant Iago, incarné par un Nicolas Bouchaud à la hauteur de sa réputation donnant la réplique à un magnifique Adama Diop débordant de vitalité.

© Jean-Louis Fernandez.
Un décor sombre pouvant faire penser à d'immenses mâchoires mobiles propres à avaler les personnages crée la fantasmagorie de cette intrigue lumineuse. En effet, très vite, on s'aperçoit que l'enjeu de cet affrontement "à mots couverts" ne se trouve pas dans quelque menace guerrière menaçant Chypre que le Maure de Venise, en tant que général des armées, serait censé défendre… Ceci n'est que "pré-texte". L'intérêt se noue ailleurs, autour des agissements de Iago, ce maître ès-fourberies qui n'aura de cesse de détruire méthodiquement tous celles et ceux qui lui vouent (pourtant) une fidélité sans faille…

L'humour (parfois grinçant) n'est pour autant jamais absent… Ainsi lors du tableau inaugural, lorsque le Maure de Venise confie comment il s'est joué des aprioris du vieux sénateur vénitien, père de Desdémone, en lui livrant comment en sa qualité d'ancien esclave il fut racheté, allant jusqu'à s'approprier le nom d'"anthropophage" dans le même temps que sa belle "dévorait" ses paroles… Ou lorsque Iago, croisant les jambes dans un fauteuil, lunettes en main, joue avec une ironie mordante le psychanalyste du malheureux Cassio, déchu par ses soins de son poste, allongé devant lui et hurlant sa peine de s'être bagarré en état d'ébriété avec le gouverneur… Ou encore, lorsque le noble bouffon Roderigo, est ridiculisé à plates coutures par Iago tirant maléfiquement les ficelles, comme si le prétendant éconduit de Desdémone n'était plus qu'une vulgaire marionnette entre ses mains expertes.

Yves Kafka
03/03/2023
Spectacle à la Une

"Le Chef-d'œuvre Inconnu" Histoire fascinante transcendée par le théâtre et le génie d'une comédienne

À Paris, près du quai des Grands-Augustins, au début du XVIIe siècle, trois peintres devisent sur leur art. L'un est un jeune inconnu promis à la gloire : Nicolas Poussin. Le deuxième, Franz Porbus, portraitiste du roi Henri IV, est dans la plénitude de son talent et au faîte de sa renommée. Le troisième, le vieux Maître Frenhofer, personnage imaginé par Balzac, a côtoyé les plus grands maîtres et assimilé leurs leçons. Il met la dernière main dans le plus grand secret à un mystérieux "chef-d'œuvre".

© Jean-François Delon.
Il faudra que Gilette, la compagne de Poussin, en qui Frenhofer espère trouver le modèle idéal, soit admise dans l'atelier du peintre, pour que Porbus et Poussin découvrent le tableau dont Frenhofer gardait jalousement le secret et sur lequel il travaille depuis 10 ans. Cette découverte les plongera dans la stupéfaction !

Quelle autre salle de spectacle aurait pu accueillir avec autant de justesse cette adaptation théâtrale de la célèbre nouvelle de Balzac ? Une petite salle grande comme un mouchoir de poche, chaleureuse et hospitalière malgré ses murs tout en pierres, bien connue des férus(es) de théâtre et nichée au cœur du Marais ?

Cela dit, personne ne nous avait dit qu'à l'Essaïon, on pouvait aussi assister à des séances de cinéma ! Car c'est pratiquement à cela que nous avons assisté lors de la générale de presse lundi 27 mars dernier tant le talent de Catherine Aymerie, la comédienne seule en scène, nous a emportés(es) et transportés(es) dans l'univers de Balzac. La force des images transmises par son jeu hors du commun nous a fait vire une heure d'une brillante intensité visuelle.

Pour peu que l'on foule de temps en temps les planches des théâtres en tant que comédiens(nes) amateurs(es), on saura doublement jauger à quel point jouer est un métier hors du commun !
C'est une grande leçon de théâtre que nous propose là la Compagnie de la Rencontre, et surtout Catherine Aymerie. Une très grande leçon !

Brigitte Corrigou
07/04/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022