La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le Don Giovanni de Michael Haneke : l'enfer du cloaque 40 !

Au dernier étage impersonnel d’un building de verre, quelque part dans une métropole moderne sans âme, Don Giovanni, jeune directeur général d’une multinationale, viole la fille de son patron, Donna Anna, avant d’être obligé de le tuer (le patron) en se sauvant. C’est alors que le séducteur va entraîner tous les personnages dans une ronde infernale et désespérée : celle des affects brutaux et des désirs insatiables de créatures emportées dans l‘hystérie consumériste d’une vie vaine, abandonnée de Dieu.



Peter Mattei (Don Giovanni) et Gaëlle Arquez (Zerlina) © Charles Duprat.
Peter Mattei (Don Giovanni) et Gaëlle Arquez (Zerlina) © Charles Duprat.
Michael Haneke a choisi de nous parler de nous, de notre monde contemporain à travers l’opéra le plus admiré de W. A. Mozart. Cette rencontre étonnante mais fertile des deux génies autrichiens est due au précédent directeur de l’Opéra, Gérard Mortier, qui a su faire résonner la modernité de tant de chefs-d’œuvre par un choix très intelligent et parfois polémique des équipes artistiques, pendant son mandat.

Notre monde ? C’est celui de la désespérance métaphysique, espace raréfié où se constate le néant de nos existences, dans l’œuvre de Michael Haneke, comme sur la scène. C’est bien à l’esprit de l’opéra qu’est fidèle le metteur en scène autrichien : le livret de Lorenzo da Ponte a été écrit "la nuit en lisant quelques pages de L’Enfer de Dante".* N’en déplaise aux quelques spectateurs qui ont sifflé l’abandon pertinent de la lettre de l’œuvre : en l’espèce, le choix de la transposition dans le monde apocalyptique de l’après-crise mondiale du XXIe siècle de l’intrigue du livret, avec des personnages que nous côtoyons dans la rue ou voyons sur nos écrans. Ce sont bien des appétits luxurieux (i.e. soif d’argent et copulation étroitement liées) dont il est question, de la violence ordinaire et sourde qui traverse les milieux les plus policés, les plus cultivés, l’élite financière et politique. Ce que dévoile la production, c’est la lutte des classes implacable et dérisoire que se livrent nos contemporains - comme les personnages. Et c’est brillant.

Bernard  Richter (Don Ottavio), Patricia Petibon (Donna Anna), Nahuel Di Piero (Masetto), Gaëlle Arquez (Zerline) © Charles Duprat.
Bernard Richter (Don Ottavio), Patricia Petibon (Donna Anna), Nahuel Di Piero (Masetto), Gaëlle Arquez (Zerline) © Charles Duprat.
Don Giovanni, dans sa quête prédatrice des "ragazze" (des "femmes", corollaire d’une féroce guerre économique donc), humilie tant et plus tous ceux et celles qu’il croise et domine, jusqu’à l’équipe de nettoyage du building. Il est aidé par son jeune complice et assistant, Leporello, animé d’un désir mimétique - au sens entendu par René Girard** - et même homosexuel pour son chef. Entres divers "troussages de domestiques" et autres horreurs, Don Giovanni essaie de séduire Zerline, fêtant son mariage avec Masetto (de paysans dans le livret, ils sont devenus sur la scène de Bastille de jeunes travailleurs immigrés venus des pays de l’Est), dans les ténèbres d’un plateau où les vitres de l’immeuble font miroir (mention spéciale aux lumières d’André Diot).

Le public plutôt bourgeois du parterre et des premières loges s’y reflètent, s’y retrouvent et se confondent avec les personnages sur scène, selon un dispositif aussi polémique que réjouissant. Les victimes de Don Juan (puisque c’est lui) se recrutent dans l’élite mais aussi dans les couches prolétariennes de la société. Des représentants des minorités - comme on dit - ont été choisis comme figurants sur le plateau, redoublant un incroyable effet de réel pour le spectateur. De ces minorités qu’on n’a pas trop l’habitude de voir à Bastille ou à Garnier. Insolence dans la manière de mettre les points sur les "i" bien dans la manière du sulfureux Michael Haneke.

Peter Mattei (Don Giovanni) et David Bizic (Leporello) © Charles Duprat.
Peter Mattei (Don Giovanni) et David Bizic (Leporello) © Charles Duprat.
Et pour la représentation de ce samedi, les faits viennent confirmer la lecture qui est faite de l’œuvre, vraie métaphore de notre temps : certains spectateurs sont obligés à l’entracte d’effectuer un long détour dans la rue pour rejoindre le bar (on les met dehors !) en raison d’un cocktail offert par un mécène à certains privilégiés au rez-de-chaussée, dans un espace "interdit". C’est bien à une guerre de territoire (corps, biens et lieux) que se livrent les classes sociales dans ce "Don Giovanni", sur scène et hors scène ! Michael Haneke n’a pu assister à cette miraculeuse confirmation de son propos, et c’est dommage !

Don Giovanni, c’est le baryton suédois Peter Mattei, fatal et sexuel, dont la haute silhouette domine tous les rôles. Fascinant oiseau de proie sauvage et érotique, il a la noblesse et la morgue du "héros". Il maîtrise le rôle de bout en bout, il est grandiose, il est irrésistible. Leporello - savoureux David Bizic - traîne son ironie, ses angoisses et son sac Fauchon dans les traces de son dangereux "maître". Il s’agit de thésauriser, consommer, consumer dans cette vision haletante, nerveuse et postmoderne de l’opéra. Sur une scène souvent désertée, où errent des personnages narcissiques ou/et exploités, l’humiliation est la règle et l’amour vrai, l’exception. Donna Elvira - émouvante Véronique Gens -, collègue séduite et abandonnée, ne pourra ramener à la raison ce fou furieux, cet excité arrogant de Don Giovanni.

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Le Commandeur, ou fantôme du patron, ne réapparaît à la fin que pour mieux afficher son impuissance à "moraliser le capitaliste" séducteur, affalé qu’il est dans son fauteuil roulant. C’est l’équipe de nettoyage, prolétaires poussés à bout et en révolte, qui jette Don Giovanni par la fenêtre, révélant l’impossible châtiment transcendant de celui qui mettait un peu trop à jour la vérité des êtres : mélange de pulsions d’autodestruction et jouissance libidineuse de destruction des autres.

Le "dramma giocoso" (ou drame joyeux) de l’enfant prodige n’a jamais été si bien monté dans sa noirceur : les scènes du plus haut comique (travestissement, échange des rôles, quiproquos, etc.) se teintent d’amertume ici, se heurtent à un rythme endiablé - et sans solution de continuité - aux scènes les plus implacablement tragiques. L’allegro le plus effréné, caractérisant le rôle de Don Giovanni (et sa quête obsessionnelle du plaisir), les parties typiquement "buffa" (ou burlesques) de Leporello luttent contre les accords puissants, dramatiques, solennels (dans la tonalité en ré mineur du "Requiem", pour la tragédie annoncée dès l’ouverture) ou encore contre les accents élégiaques des arias féminins. Musique de bout en bout passionnante.

On se souviendra de la Donna Anna de Patricia Petitbon, superbe prima donna colorature. On se souviendra aussi de la direction de Philippe Jordan (37 ans) dont on chante régulièrement les louanges ici (c’est vrai) mais qui est en train de s’imposer comme le chef le plus doué de sa génération. Des preuves ? Il dirige ce mois-ci le Philharmonique de Vienne (c’est-à-dire le meilleur orchestre du monde)... Et c’est la consécration en juillet... Il va diriger son premier "Parsifal" à Bayreuth, le temple wagnérien.
La meilleure production de l’Opéra de Paris cette année (mais c’est une reprise de 2006…).

*"Mémoires" de Lorenzo da Ponte, 1830.
**"Mensonge romantique et vérité romanesque" de René Girard, 1961.

"Don Giovanni"

© Charles Duprat.
© Charles Duprat.
Spectacle vu le samedi 14 avril 2012.
Dramma giocoso en deux actes.
Musique : Wolfgang Amadeus Mozart.
Livret : Lorenzo Da Ponte.
Direction musicale :
Philippe Jordan (15, 18, 21, 23, 25 mars, 3, 8, 12, 14 avril) ;
Marius Stieghorst (16, 19, 21 avril).
Mise en scène : Michael Haneke.
Décors : Christoph Kanter.
Costumes : Annette Beaufaÿs.
Lumières : André Diot.
Chef de chœur : Alessandro Di Stefano.
Avec : Peter Mattei (Baron Don Giovanni), Paata Burchuladze (Il Commendatore), Patricia Petibon (Donna Anna), Bernard Richter (Don Ottavio, 15, 18, 21, 23, 25 mars, 3 avril), Saimir Pirgu (Don Ottavio, 8, 12, 14, 16, 19, 21 avril), Véronique Gens (Donna Elvira), David Bizic (Leporello), Nahuel Di Pierro (Masetto), Gaëlle Arquez (Zerlina).
Durée : 3 h 40 avec un entracte.

Du 15 mars au 21 avril 2012.
À 19 h 30.
Opéra Bastille, Paris 12e, 01 73 60 26 26.
>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Mercredi 18 Avril 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022