La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Crocodile trompeur/Didon et Enée"… Un opéra baroque bousculé !

"Le Crocodile trompeur/Didon et Enée", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Dans un rapport décalé à l’opéra de Purcell, les scènes s’enchaînent comme des histoires, des fables qui se rencontrent, se bousculent entre mime, théâtre, chant et opéra. L’humour habille de ses plus beaux effets le spectacle qui se nourrit d’un naturel de jeu.



© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
Lumières sur scène et dans le public. Un personnage arrive et démarre, comme par effraction, un monologue nourri de naturel, d’une forme de spontanéité qui puise sa source dans un laisser-aller maîtrisé. Le personnage plante son étendard théâtral dans une réflexion "philosophique" sur la musique autour de mesures, de tempo et d’harmonies célestes. Peu ou pas de rapport entre "Didon et Énée" et cette réflexion. Et pourtant, nous sommes dans un théâtre de rapports, d’entre-deux où chaque histoire contée, chaque moment joué est bousculé par un autre moment, une autre histoire, comme un entrelacement de fables qui se bousculent les unes aux autres.

Le spectacle est rythmé par des ruptures scéniques, par des fables théâtrales qui viennent se greffer au mythe de "Didon et Énée", opéra baroque écrit en 1689 par Purcell, et découpent la trame scénographique de moments scéniques forts. La scénographie participe, sans doute pour ce spectacle plus que pour tout autre, à créer une atmosphère particulière, décalée. Le jeu oscille entre fausses improvisations, spontanéité et tensions dramaturgiques. Tout est bousculé, renversé ; la langue de Shakespeare fait irruption pour habiller ensuite la langue de Molière, de façon comique, d’un accent "so british". Le mime débarque, l’humour s’habille de ses plus beaux apprêts, et Énée et Didon sont presque renvoyés dans les coulisses.

© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
Il y a plusieurs temps, plusieurs moments forts dans le spectacle. Ce sont des temps qui s’ordonnent par rapport à une dynamique de jeu. Douleur, séparation, amour, fausses cascades rythment le spectacle qui donnent à celui-ci différentes couleurs. Les histoires qui viennent s’immiscer dans la trame, appelées "autres matériaux" dans le titre du spectacle, apporte à la trame scénographique de multiples ruptures.

Monologue, duo, situations de groupe, musique et mimes alternent comme des jalons artistiques, les moments du spectacle. Les cartes artistiques sont rebattues continuellement. La scénographie participe aussi par un timbre humoristique à une scène où poulies et tensions font jouer par des mouvements ascendants et descendants des objets avec une synchronisation parfaite. Les équilibres sont précaires, taquinant les déséquilibres, bousculant les rapports de forces qui basculent d’un coup dans un autre rythme ou dans une autre trame.

© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
D’un mythe, de l’opéra baroque de Henry Purcell, celui-ci est bousculé, truffé de situations nouvelles, timbré d’humour oscillant entre le sérieux d’un opéra et le décalé des situations, entre leur poésie artistique et sa scénographie chargée ou décharnée. Nous sommes à chaque fois entre deux pôles antinomiques mais complémentaires. C’est la rencontre de plusieurs segments artistiques, entre modernité et mythe, entre poésie et prose, entre maîtrise et spontanéité, entre petites histoires et mythe qui se retrouvent au carrefour de la musique, du chant, de l’opéra et du théâtre. Comme une mixture dont chaque composant apporte une odeur musicale, un parfum scénique, un plus artistique.

Il y a aussi ces fausses cascades mimées de façon comique. Les mots s’envolent de la caverne, mis en écho par les comédiens eux-mêmes. Nous sommes dans un théâtre sans artifice, dans un opéra nu où les personnages habillent l’histoire de leur faconde et de leur expressivité. Le comique est autant verbal, corporel que "situationnel". L’opéra de Purcell est pris à rebrousse-poil, dépoussiéré dans une modernité où des battements de cœur, dans une scénographie d’hécatombes, sont relayés par un micro. La scène s’habille de ce souffle cardiaque dans une scénographie où la guerre a fait irruption. Les bruits de la vie côtoient le silence de la mort. Tout est bousculé dans le spectacle, tout est fait par effraction. Le jeu est construit mais respire par intermittence de naturel. L’émotion s’immisce de la partie avec toutefois une fin de spectacle manquant de "dynamisme".

"Le Crocodile trompeur/Didon et Énée"

D’après "Didon et Énée" de Henry Purcell et d’autres matériaux.
Mis en scène : Samuel Achache et Jeanne Candel.
Arrangement musical collectif.
Direction musicale : Florent Hubert.
Direction chorale : Jeanne Sicre.
Scénographie : Lisa Navarro.
Avec : Matthieu Bloch, Judith Chemla, Vladislav Galard, Florent Hubert, Clément Janinet, Antoine Kahan, Olivier Laisney, Thibault Perriard, Jan Peters, Jeanne Sicre, Marion Sicre, Marie-Bénédicte Souquet et Lawrence Williams.
Construction décor : François Gauthier-Lafaye, Didier Raymond, Pierre-Guilhem Costes.
Lumières : Vyara Stefanova.
Costumes : Pauline Kieffer.
Durée : 1 h 55.

Du 27 décembre 2013 au 12 janvier 2014.
Les 27, 28, 31 décembre et les 2, 3, 4, 7, 8, 10 et 11 janvier à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Tournée :
31 mars et 1er avril 2014 : Théâtre Firmin Gémier - La Piscine, Châtenay-Malabry.
4 et 5 avril 2014 : Sortie Ouest - domaine départemental d’art et de culture, Béziers.
9 et 10 avril 2014 : La Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne.
16 et 17 avril 2014 : Théâtre des Salins - Scène nationale de Martigues.
22 au 24 avril 2014 : Le Trident - Scène nationale de Cherbourg.
29 et 30 avril 2014 : Forum Meyrin, Genève (Suisse).
12 et 13 mai 2014 : Espace Malraux - Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.
16 et 17 mai 2014 : Théâtre de la Renaissance, Oullins.
20 et 21 mai 2014 : Théâtre de Villefranche-sur-Saône.
26 et 27 mai 2014 : Festival Théâtre en Mai, Théâtre Dijon Bourgogne.
3 au 5 juin 2014 : CNCDC, Châteauvallon.

Safidine Alouache
Lundi 6 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | À l'affiche bis








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019