La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Crocodile trompeur/Didon et Enée"… Un opéra baroque bousculé !

"Le Crocodile trompeur/Didon et Enée", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Dans un rapport décalé à l’opéra de Purcell, les scènes s’enchaînent comme des histoires, des fables qui se rencontrent, se bousculent entre mime, théâtre, chant et opéra. L’humour habille de ses plus beaux effets le spectacle qui se nourrit d’un naturel de jeu.



© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
Lumières sur scène et dans le public. Un personnage arrive et démarre, comme par effraction, un monologue nourri de naturel, d’une forme de spontanéité qui puise sa source dans un laisser-aller maîtrisé. Le personnage plante son étendard théâtral dans une réflexion "philosophique" sur la musique autour de mesures, de tempo et d’harmonies célestes. Peu ou pas de rapport entre "Didon et Énée" et cette réflexion. Et pourtant, nous sommes dans un théâtre de rapports, d’entre-deux où chaque histoire contée, chaque moment joué est bousculé par un autre moment, une autre histoire, comme un entrelacement de fables qui se bousculent les unes aux autres.

Le spectacle est rythmé par des ruptures scéniques, par des fables théâtrales qui viennent se greffer au mythe de "Didon et Énée", opéra baroque écrit en 1689 par Purcell, et découpent la trame scénographique de moments scéniques forts. La scénographie participe, sans doute pour ce spectacle plus que pour tout autre, à créer une atmosphère particulière, décalée. Le jeu oscille entre fausses improvisations, spontanéité et tensions dramaturgiques. Tout est bousculé, renversé ; la langue de Shakespeare fait irruption pour habiller ensuite la langue de Molière, de façon comique, d’un accent "so british". Le mime débarque, l’humour s’habille de ses plus beaux apprêts, et Énée et Didon sont presque renvoyés dans les coulisses.

© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
Il y a plusieurs temps, plusieurs moments forts dans le spectacle. Ce sont des temps qui s’ordonnent par rapport à une dynamique de jeu. Douleur, séparation, amour, fausses cascades rythment le spectacle qui donnent à celui-ci différentes couleurs. Les histoires qui viennent s’immiscer dans la trame, appelées "autres matériaux" dans le titre du spectacle, apporte à la trame scénographique de multiples ruptures.

Monologue, duo, situations de groupe, musique et mimes alternent comme des jalons artistiques, les moments du spectacle. Les cartes artistiques sont rebattues continuellement. La scénographie participe aussi par un timbre humoristique à une scène où poulies et tensions font jouer par des mouvements ascendants et descendants des objets avec une synchronisation parfaite. Les équilibres sont précaires, taquinant les déséquilibres, bousculant les rapports de forces qui basculent d’un coup dans un autre rythme ou dans une autre trame.

© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
D’un mythe, de l’opéra baroque de Henry Purcell, celui-ci est bousculé, truffé de situations nouvelles, timbré d’humour oscillant entre le sérieux d’un opéra et le décalé des situations, entre leur poésie artistique et sa scénographie chargée ou décharnée. Nous sommes à chaque fois entre deux pôles antinomiques mais complémentaires. C’est la rencontre de plusieurs segments artistiques, entre modernité et mythe, entre poésie et prose, entre maîtrise et spontanéité, entre petites histoires et mythe qui se retrouvent au carrefour de la musique, du chant, de l’opéra et du théâtre. Comme une mixture dont chaque composant apporte une odeur musicale, un parfum scénique, un plus artistique.

Il y a aussi ces fausses cascades mimées de façon comique. Les mots s’envolent de la caverne, mis en écho par les comédiens eux-mêmes. Nous sommes dans un théâtre sans artifice, dans un opéra nu où les personnages habillent l’histoire de leur faconde et de leur expressivité. Le comique est autant verbal, corporel que "situationnel". L’opéra de Purcell est pris à rebrousse-poil, dépoussiéré dans une modernité où des battements de cœur, dans une scénographie d’hécatombes, sont relayés par un micro. La scène s’habille de ce souffle cardiaque dans une scénographie où la guerre a fait irruption. Les bruits de la vie côtoient le silence de la mort. Tout est bousculé dans le spectacle, tout est fait par effraction. Le jeu est construit mais respire par intermittence de naturel. L’émotion s’immisce de la partie avec toutefois une fin de spectacle manquant de "dynamisme".

"Le Crocodile trompeur/Didon et Énée"

D’après "Didon et Énée" de Henry Purcell et d’autres matériaux.
Mis en scène : Samuel Achache et Jeanne Candel.
Arrangement musical collectif.
Direction musicale : Florent Hubert.
Direction chorale : Jeanne Sicre.
Scénographie : Lisa Navarro.
Avec : Matthieu Bloch, Judith Chemla, Vladislav Galard, Florent Hubert, Clément Janinet, Antoine Kahan, Olivier Laisney, Thibault Perriard, Jan Peters, Jeanne Sicre, Marion Sicre, Marie-Bénédicte Souquet et Lawrence Williams.
Construction décor : François Gauthier-Lafaye, Didier Raymond, Pierre-Guilhem Costes.
Lumières : Vyara Stefanova.
Costumes : Pauline Kieffer.
Durée : 1 h 55.

Du 27 décembre 2013 au 12 janvier 2014.
Les 27, 28, 31 décembre et les 2, 3, 4, 7, 8, 10 et 11 janvier à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Tournée :
31 mars et 1er avril 2014 : Théâtre Firmin Gémier - La Piscine, Châtenay-Malabry.
4 et 5 avril 2014 : Sortie Ouest - domaine départemental d’art et de culture, Béziers.
9 et 10 avril 2014 : La Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne.
16 et 17 avril 2014 : Théâtre des Salins - Scène nationale de Martigues.
22 au 24 avril 2014 : Le Trident - Scène nationale de Cherbourg.
29 et 30 avril 2014 : Forum Meyrin, Genève (Suisse).
12 et 13 mai 2014 : Espace Malraux - Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.
16 et 17 mai 2014 : Théâtre de la Renaissance, Oullins.
20 et 21 mai 2014 : Théâtre de Villefranche-sur-Saône.
26 et 27 mai 2014 : Festival Théâtre en Mai, Théâtre Dijon Bourgogne.
3 au 5 juin 2014 : CNCDC, Châteauvallon.

Safidine Alouache
Lundi 6 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022