La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Crocodile trompeur/Didon et Enée"… Un opéra baroque bousculé !

"Le Crocodile trompeur/Didon et Enée", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Dans un rapport décalé à l’opéra de Purcell, les scènes s’enchaînent comme des histoires, des fables qui se rencontrent, se bousculent entre mime, théâtre, chant et opéra. L’humour habille de ses plus beaux effets le spectacle qui se nourrit d’un naturel de jeu.



© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
Lumières sur scène et dans le public. Un personnage arrive et démarre, comme par effraction, un monologue nourri de naturel, d’une forme de spontanéité qui puise sa source dans un laisser-aller maîtrisé. Le personnage plante son étendard théâtral dans une réflexion "philosophique" sur la musique autour de mesures, de tempo et d’harmonies célestes. Peu ou pas de rapport entre "Didon et Énée" et cette réflexion. Et pourtant, nous sommes dans un théâtre de rapports, d’entre-deux où chaque histoire contée, chaque moment joué est bousculé par un autre moment, une autre histoire, comme un entrelacement de fables qui se bousculent les unes aux autres.

Le spectacle est rythmé par des ruptures scéniques, par des fables théâtrales qui viennent se greffer au mythe de "Didon et Énée", opéra baroque écrit en 1689 par Purcell, et découpent la trame scénographique de moments scéniques forts. La scénographie participe, sans doute pour ce spectacle plus que pour tout autre, à créer une atmosphère particulière, décalée. Le jeu oscille entre fausses improvisations, spontanéité et tensions dramaturgiques. Tout est bousculé, renversé ; la langue de Shakespeare fait irruption pour habiller ensuite la langue de Molière, de façon comique, d’un accent "so british". Le mime débarque, l’humour s’habille de ses plus beaux apprêts, et Énée et Didon sont presque renvoyés dans les coulisses.

© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
Il y a plusieurs temps, plusieurs moments forts dans le spectacle. Ce sont des temps qui s’ordonnent par rapport à une dynamique de jeu. Douleur, séparation, amour, fausses cascades rythment le spectacle qui donnent à celui-ci différentes couleurs. Les histoires qui viennent s’immiscer dans la trame, appelées "autres matériaux" dans le titre du spectacle, apporte à la trame scénographique de multiples ruptures.

Monologue, duo, situations de groupe, musique et mimes alternent comme des jalons artistiques, les moments du spectacle. Les cartes artistiques sont rebattues continuellement. La scénographie participe aussi par un timbre humoristique à une scène où poulies et tensions font jouer par des mouvements ascendants et descendants des objets avec une synchronisation parfaite. Les équilibres sont précaires, taquinant les déséquilibres, bousculant les rapports de forces qui basculent d’un coup dans un autre rythme ou dans une autre trame.

© Victor Tonneli/Artcomart.
© Victor Tonneli/Artcomart.
D’un mythe, de l’opéra baroque de Henry Purcell, celui-ci est bousculé, truffé de situations nouvelles, timbré d’humour oscillant entre le sérieux d’un opéra et le décalé des situations, entre leur poésie artistique et sa scénographie chargée ou décharnée. Nous sommes à chaque fois entre deux pôles antinomiques mais complémentaires. C’est la rencontre de plusieurs segments artistiques, entre modernité et mythe, entre poésie et prose, entre maîtrise et spontanéité, entre petites histoires et mythe qui se retrouvent au carrefour de la musique, du chant, de l’opéra et du théâtre. Comme une mixture dont chaque composant apporte une odeur musicale, un parfum scénique, un plus artistique.

Il y a aussi ces fausses cascades mimées de façon comique. Les mots s’envolent de la caverne, mis en écho par les comédiens eux-mêmes. Nous sommes dans un théâtre sans artifice, dans un opéra nu où les personnages habillent l’histoire de leur faconde et de leur expressivité. Le comique est autant verbal, corporel que "situationnel". L’opéra de Purcell est pris à rebrousse-poil, dépoussiéré dans une modernité où des battements de cœur, dans une scénographie d’hécatombes, sont relayés par un micro. La scène s’habille de ce souffle cardiaque dans une scénographie où la guerre a fait irruption. Les bruits de la vie côtoient le silence de la mort. Tout est bousculé dans le spectacle, tout est fait par effraction. Le jeu est construit mais respire par intermittence de naturel. L’émotion s’immisce de la partie avec toutefois une fin de spectacle manquant de "dynamisme".

"Le Crocodile trompeur/Didon et Énée"

D’après "Didon et Énée" de Henry Purcell et d’autres matériaux.
Mis en scène : Samuel Achache et Jeanne Candel.
Arrangement musical collectif.
Direction musicale : Florent Hubert.
Direction chorale : Jeanne Sicre.
Scénographie : Lisa Navarro.
Avec : Matthieu Bloch, Judith Chemla, Vladislav Galard, Florent Hubert, Clément Janinet, Antoine Kahan, Olivier Laisney, Thibault Perriard, Jan Peters, Jeanne Sicre, Marion Sicre, Marie-Bénédicte Souquet et Lawrence Williams.
Construction décor : François Gauthier-Lafaye, Didier Raymond, Pierre-Guilhem Costes.
Lumières : Vyara Stefanova.
Costumes : Pauline Kieffer.
Durée : 1 h 55.

Du 27 décembre 2013 au 12 janvier 2014.
Les 27, 28, 31 décembre et les 2, 3, 4, 7, 8, 10 et 11 janvier à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Tournée :
31 mars et 1er avril 2014 : Théâtre Firmin Gémier - La Piscine, Châtenay-Malabry.
4 et 5 avril 2014 : Sortie Ouest - domaine départemental d’art et de culture, Béziers.
9 et 10 avril 2014 : La Comète - Scène nationale de Châlons-en-Champagne.
16 et 17 avril 2014 : Théâtre des Salins - Scène nationale de Martigues.
22 au 24 avril 2014 : Le Trident - Scène nationale de Cherbourg.
29 et 30 avril 2014 : Forum Meyrin, Genève (Suisse).
12 et 13 mai 2014 : Espace Malraux - Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.
16 et 17 mai 2014 : Théâtre de la Renaissance, Oullins.
20 et 21 mai 2014 : Théâtre de Villefranche-sur-Saône.
26 et 27 mai 2014 : Festival Théâtre en Mai, Théâtre Dijon Bourgogne.
3 au 5 juin 2014 : CNCDC, Châteauvallon.

Safidine Alouache
Lundi 6 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020