La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Clavier bien assassiné : c’est Bach qui trinque !

"Le Clavier bien tempéré", Schaubühne, Berlin, Allemagne

"Le Clavier bien tempéré" de David Marton, à la MC93 de Bobigny, une soirée où le spectateur aura pu méditer la formule de Claude Debussy sur "l’Ennui" : "la chose la plus immorale qui soit au monde" ! Une soirée immorale donc attend le spectateur berlinois de la Schaubühne cette semaine pour la création allemande de la pièce.



"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
Les spectateurs français ont assisté à la création mondiale de cette coproduction franco-allemande le 27 janvier, dans le cadre de la 9e édition du Festival "Le Standard idéal". Mais on peut gager qu’ils n’en garderont pas un souvenir ébloui.

Pourtant le spectacle avait tout pour séduire, en apparence. David Marton est un jeune dramaturge et metteur en scène hongrois, installé à Berlin depuis 1996. Il est également pianiste et chef d’orchestre. "Le Clavier bien tempéré" de J. S. Bach est un ouvrage qu’on surnomme souvent "L'Ancien Testament de la musique" : c’est un ensemble de préludes et de fugues qui ne représente pas moins que le seuil d’une nouvelle ère musicale.

Si l’opus du génie de Leipzig propose LA forme définitive de la musique baroque, D. Marton s’est également inspiré d’un roman hongrois très célèbre dans son pays, "La Mélancolie de la Résistance" de László Krasznahorkai, pour écrire sa pièce.

"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
Sur scène, quelques personnages traversent des appartements mitoyens et, parfois seuls, parfois en groupe, soliloquent, chantent des mélodies enfantines (assez mal) ou fredonnent la musique de J. S. Bach plus ou moins jouée parfois parodiée au piano, au violon, à la trompette. Trois musiciens et quelques acteurs se croisent et s’affrontent.

Dans une petite ville de province, la bourgeoisie locale doit faire face à une révolte du peuple initiée par un étrange cirque, installé sur la place du marché (en hors scène donc). Les personnages réagissent différemment à ces événements inquiétants, dont la rumeur violente ira crescendo. Mme Pflaum ne peut que constater avec horreur l’effondrement du monde qu’elle connaissait. Mme Eszter en profite, elle, pour tenter de prendre le pouvoir dans la ville, avec la complicité de son amant, le chef de la police.

C’est Mme Eszter qui parviendra à ses fins, profitant de la violence meurtrière qui a fini par déborder dans la ville, pour instaurer un ordre néo-fasciste. Avec ce que l’on sait des événements récents tant en Hongrie qu’en Europe, il paraissait très urgent de porter ce roman sur scène, avec sa brûlante actualité.

"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
Malheureusement, David Marton ne s’est pas contenté de nous raconter cette histoire. Il a voulu exploiter également le potentiel (supposé) métaphorique de la théorie du tempérament égal dont l’ouvrage de Bach est un manifeste musical.

Le tempérament égal est une manière d’accorder les instruments à clavier (clavecin, piano, etc.) depuis le XVIIIe siècle. Cette décision pour les compositeurs d’adopter une division mathématique des intervalles dans la gamme musicale a rompu avec l’usage des siècles précédents. Le tempérament égal et unique est cependant non juste d’un point de vue acoustique (ce que l’oreille humaine ne peut percevoir).

Était-il pertinent de forcer l’analogie entre cette révolution musicale - où toutes les clés peuvent fonctionner les unes avec les autres - et une représentation de la société en ordre - où l’entente est possible entre les individus mais à condition d’accepter de vivre dans un monde "faux" ?

"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
Bref, le théâtre est-il bien le lieu où l’on doit nous asséner ce genre de dissertation ennuyeuse - et il faut bien le dire terriblement ambiguë. Bach nous est-il présenté comme un néo nazi qui s’ignorait ? La musique occidentale ne nous conduit-elle qu’au génocide et à la barbarie ? Tout cela est bien fumeux !

En attendant, le spectateur s’ennuie vertigineusement pendant 2 h 15 (sans entracte !) et il doit bien constater que la formule du théâtre musical dont David Marton s’est fait une spécialité n’est pas au point ! La pièce peine à exalter la "musicalité" des acteurs et la "corporéité" des musiciens (comme le voudrait le metteur en scène). Bach subit parodies, arrangements et torsions en tous genres et c’est pénible. Dans quel but ?

Les actrices exhibent leurs dessous, les objets les plus grossièrement métaphoriques occupent l’espace (par exemple un chien qui acquiesce, normalement destiné aux plages arrière des voitures). Clichés, je vous salue ! L’esthétique grotesque adoptée, mal inspirée d’un mauvais Kafka qui aurait digéré tout Alfred Jarry entre autres, ne parvient pas à donner force et cohérence au (lourd) message qui nous est asséné.

Pour le spectateur, amant de la musique, demeure tout de même la beauté de la langue allemande des dialogues (surtitrés en français comme toujours à la MC 93). Ou il lui faut réécouter son CD du "Clavier bien tempéré" interprété puissamment par Sviatoslav Richter, vraie mécanique céleste qui parle à l’esprit.

"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
"Le Clavier bien tempéré" © Thomas Aurin.
"Le Clavier bien tempéré"
Dans le cadre du 9e Festival Le Standard idéal 9e.
Compositeur : Jean-Sébastien Bach.
Auteur : László Krasznahorkai.
Mise en scène : David Marton.
Avec : Thorbjörn Björnsson, Jule Böwe, Niels Bormann, Paul Brody, Jan Czajkowski, Marie Goyette, Franz Hartwig, Jelena Kuljic, Nurit Stark, Ernst Stötzner, Bettina Stucky.
Scénographie : Alissa Kolbusch.
Direction musicale : Jan Czajkowski.
Costumes : Sarah Schittek.
Dramaturgie : Florian Borchmeyer.
Collaboration artistique : Barbara Engelhardt.
Création lumière : Erich Schneider.
Création son : Étienne Dusard.
Durée : 2 h 15.
Coproduction Schaubühne de Berlin, MC93 Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis. Avec le soutien du Goethe Institut.
Création 1ère mondiale à la MC93 le 27 janvier 2012, en français et en allemand surtitré en français. Première à la Schaubühne de Berlin, le 18 février 2012.

À été joué à la MC 93 Bobigny du 27 au 30 janvier 2012 et du 9 au 13 février 2012.
Spectacle du 18 au 20 février, les 22 et 23 février, du 16 au 18 mars 2012 à 20 h.
Schaubühne am Lehniner Platz‎, Kurfürstendamm 153, Berlin.
>> schaubuehne.de

Christine Ducq
Samedi 18 Février 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023