La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Bruit des Loups" Les illusions retrouvées… une fête des "sens"

Pour conter sa fabuleuse histoire de l'homme-enfant - qu'il cultive comme viatique des traversées désertiques du monde adulte - toujours prêt à s'émerveiller de ce que la nature peut provoquer d'imaginaire fertile, Étienne Saglio réinvente les paysages de nos rêves enfouis. Immergés dans une forêt peuplée d'animaux sauvages, en compagnie d'un petit renard farceur et d'un géant tout autant protecteur que soucieux de "faire grandir" l'enfance en chacun, nous errons au gré d'un ailleurs nimbé de magie poétique.



© Prisma Laval.
© Prisma Laval.
Pour nous introduire en ce monde hors sentiers battus, aux antipodes de nos univers bétonnés, un malicieux renardeau traverse l'avant-scène. Porteur d'une pancarte invitant à l'extinction des portables, il est l'ambassadeur d'une déconnexion salutaire. Désormais, rompant toutes amarres, on est prêt à s'envoler loin, très loin des pesanteurs vécues…

Sur l'échiquier noir et blanc d'un sol quadrillé de lignes rectilignes impeccables, un homme s'affaire à vouloir domestiquer une plante rebelle. Sécateur en main, il traque la moindre feuille fantaisiste qui aurait l'aplomb de ne pas s'intégrer à la forme parfaite du branchage. Obnubilé par la propreté ordonnancée du lieu, il balaie (ou tente de le faire…) toute feuille jonchant librement le sol. Ses efforts démentiels trouvent un écho dans ceux naguère déployés par un Charlot ou encore un Jacques Tati voyant le réel leur opposer ses lois physiques. Et ce, jusqu'à l'apparition d'un rat narguant effrontément son obstination appliquée.

© Prisma Laval.
© Prisma Laval.
À l'image des cartons employés dans le cinéma muet, la petite bête à fourrure - qui réapparaîtra de manière récurrente aux moments clés du récit, toujours avec la même ferveur - annonce alors un "flash-back". Et là, miracle spatio-temporel… on se retrouve au cœur d'une forêt épaisse, baignée de chants d'oiseaux se répondant les uns les autres, avec un enfant jouant à la marelle sur des carreaux renvoyant étrangement à ceux du tableau antécédent. Une balançoire abandonnée envahie par la végétation pend d'un arbre. Le trouble grandit lorsque l'on prend conscience que l'enfant qui s'égaye librement à l'air libre n'est autre que l'adulte contraint de l'épisode précédent.

Dès lors, les allées et venues entre les deux âges du même laisseront apparaître le désir carnassier de dévorer l'animal en soi, la prétention (in)humaine de dompter les fulgurances d'une végétation étonnamment vivante, autant de traits acquis contrastant avec la liberté jouissive des premiers âges où la nature, si effrayante puisse-t-elle parfois apparaître sous les traits d'animaux nocturnes, est une alliée accompagnant le petit d'homme dans sa croissance. Les apparitions créées en direct par la présence sur le plateau de vrais animaux et d'hologrammes aussi vrais que les premiers, concourent à halluciner le réel pour le tordre vers des dimensions poétiques échappant à la dictature des attendus présents.

© Prisma Laval.
© Prisma Laval.
Sous l'œil d'un géant aussi impressionnant que débonnaire, supervisant de son point de vue élevé le récit d'apprentissage, et accompagné de l'espiègle renard qui, tel un Diogène contemporain brandissant sa lanterne atemporelle, veille au bon déroulement des événements fantasmagoriques (danse corps à corps avec une créature végétale aux allures humaines, orage de pluie et de vent ressenti jusque dans la salle…), l'enfant va parcourir une à une les émotions fortes faisant de lui un "être de nature".

Aussi, lorsque la chute fera qu'il reprendra forme sous les traits de l'adulte inséré ayant refoulé sa culture naturelle, et balayant les feuilles mortes tapissant le sol de la somptueuse forêt pour faire apparaître les tristes carreaux de sa prison actuelle, un électrochoc s'ensuivra. Au-delà du plaisir premier délivré par cette onirique représentation portée par une enivrante musique, pour être si troublés, n'entretiendrions-nous pas des liens invisibles avec cette histoire, muette mais ô combien "parlante", si merveilleusement contée qu'elle susurrerait ses secrets à nos oreilles ensommeillées ?

Où sont nos racines d'antan pour foncer si aveuglément dans le mur dur comme le béton d'un monde peu enclin à reconnaître les prérogatives de la nature nourricière ? Comme quoi la force du poétique peut charrier dans ses plis un contenu propre à faire chavirer tous nos "sens"…

Vu au TnBA, Bordeaux, Grande salle Vitez, le vendredi 18 novembre 2022.
A été représenté du 16 au 19 novembre (avec des séances spéciales scolaires).

"Le Bruit des Loups"

© Prisma Laval.
© Prisma Laval.
Création et interprétation : Étienne Saglio.
Avec : Guillaume Delaunay, Bastien Lambert, Étienne Saglio.
Et les animaux : Émile et Pablo.
Scénographie : Benjamin Gabrié.
Musique : Madeleine Cazenave.
Création lumière : Alexandre Dujardin.
Création sonore : Thomas Watteau.
Conception et régie vidéo : Florian Debacq.
Création informatique : Tom Magnier.
Dramaturgie et regard extérieur : Valentine Losseau.
Jeu d'acteur : Albin Warette.
Regard extérieur : Raphaël Navarro.
Costumes : Anna Le Reun.
Conception machinerie et régie plateau : Simon Maurice.
Régie plateau, Louise Bouchicot.
Régie informatique, Nicolas Guichard.
Régie lumière : Alexandre Dujardin.
Régie son : Christophe Chauvière.
Régie générale et régie plateau : Benoit Desnos.
Coachs animaliers : Félix et Pascal Tréguy, Laura Martin.
Production Monstre(s).
Spectacle à partir de 8 ans.
Durée : 1 h.

Tournée
8 et 9 décembre 2022 : Opéra de Dijon, Dijon (21).
13 et 14 décembre 2022 : Théâtre Le Vellein - scènes de la CAPI, Villefontaine (38).
20 et 21 janvier 2023 : Théâtre André Malraux, Rueil-Malmaison (78).
31 janvier et 1er février 2023 : La Passerelle, Gap (05).
29 et 31 mars 2023 : Grand Théâtre de Lorient, Lorient (56).
Du 5 au 7 avril 2023 : Le Bateau Feu, Dunkerque (59).
Du 23 au 25 mai 2023 : MC2, Grenoble (38).

© Prisma Laval.
© Prisma Laval.

Yves Kafka
Jeudi 24 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022