La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Bourgeois Gentilhomme" La comédie-ballet du Grand Siècle fait grand effet dans ses habits neufs…

Lorsque la comédie-ballet en cinq actes de Molière et Jean-Baptiste Lully - créée en 1670 au château de Chambord pour distraire les longues soirées de Sa Majesté le Roi Louis XIV - prend ses quartiers dans le Grand Théâtre de Bordeaux, chef-d'œuvre de théâtre à l'italienne, on se dit qu'il y a là, tout manant que l'on est, "matière royale". D'autant plus que, pour ce 400e anniversaire de la naissance du maître en "comédie-mascarade", c'est le truculent Jérôme Deschamps, associé à Thibault Noally pour la direction musicale, qui est aux manettes.



© Marie Clauzade.
© Marie Clauzade.
D'abord confier une impression… Pénétrer dans ce haut lieu de l'Opéra pour voir dans le hall d'entrée l'entre-soi bordelais - messieurs en costume trois-pièces et pochette de soie pliée selon les règles, dames portant sac à chaînette griffé Vuitton, échos de la petite noblesse d'apparat du siècle de Louis XIV - côtoyer le public de jeunes et moins jeunes en jeans et baskets fringués comme on se rend sous "les arches dorées" de McDo, est d'emblée un spectacle réjouissant. Un premier pas, peut-être, pour que les rêves ardents d'Antoine Vitez, "un théâtre élitaire pour tous", et de Jean Vilar, "un théâtre pour tous", ne soient pas que de l'ordre du rêve…

Éloigné du propos cette remarque liminaire concernant les publics présents à ce "Bourgeois Gentilhomme" version 2022 ? Que nenni… En effet, Monsieur Jourdain n'est pas que cet ignorant dont les "gens de qualité" voudraient à bas frais se moquer. Il est aussi ce rêveur attendrissant, pétri de désirs inassouvis, qui sent bien que si le commerce d'étoffes a rempli sa bourse, d'autres plaisirs lui ont été jusque-là interdits de par sa classe d'appartenance.

Certes, il développe des comportements risibles en voulant singer les gens de la noblesse, mais n'est-il pas la première victime de ceux et celles qui utilisent leur vernis culturel pour mépriser les exclus du savoir et des codes dont ils détiennent, eux, de par leur naissance, les clés ? Le ridicule est moins dans sa naïveté à vouloir les imiter que dans la suffisance des nobles se croyant les maîtres du monde alors qu'ils sont dépourvus de toute noblesse… d'esprit.

© Marie Clauzade.
© Marie Clauzade.
Et c'est justement dans cet "esprit", qui ne tient aucunement à la déférence à un quelconque ordre sociétal, que le metteur en scène Jérôme Deschamps a conçu son personnage de Monsieur Jourdain qu'il incarne avec une fantaisie décapante. Loin d'en faire un benêt, il est celui par lequel la superficialité abyssale des autres se révèle. Ainsi du maître de musique, de danse, d'armes, sans omettre de ce tableau des "valets du pouvoir", le maître de philosophie. Tous prêts à vendre leur art perverti pour quelque argent ou privilège, ils respirent la médiocrité de ceux qui, par profit personnel, concourent à transmettre sans les questionner aucunement les us et coutumes des classes dominantes.

Dans ce théâtre total alliant danse, musique et texte, la virtuosité créative de la mise en jeu signée Jérôme Deschamps, livrant du personnage de Monsieur Jourdain une interprétation saisissante d'intelligence distanciée, "crève la scène". Courtisé comme pas un pour l'argent qui est le sien, lui qui ne rêve qu'à séduire la belle Dorimène en se cultivant, il brûle et brille de tous feux, entraînant dans son sillage les autres personnages. Car, que l'on ne s'y trompe pas, c'est lui qui mène la danse à l'insu de ce que les fats voudraient en faire accroire… Et si le désir de Monsieur Jourdain, d'être autre chose qu'un bourgeois avec les préoccupations domestiques qui s'y attachent, est perverti par les héritiers de la noblesse, il n'en est que plus touchant, y compris dans sa folie finale renvoyant à ce que disait Antonin Artaud : "La société me dit fou parce qu'elle me mange et elle en mange d'autres".

© Marie Clauzade.
© Marie Clauzade.
Costumes aux étoffes chatoyantes, grimages grandguignolesques, quiproquos en cascade et scènes cultes revisitées en trois dimensions, tout concourt à créer l'atmosphère de fête débridée où va se jouer - apogée de la mascarade - la cérémonie d'intronisation de Monsieur Jourdain sacré Mamamouchi, fabuleux moment dansé haut en couleur. Avant il y aura eu le fameux dîner donné en l'honneur de Célimène où, sous les yeux effarés de la Marquise et du Comte Dorante, bellâtre désargenté, le Bourgeois s'adonnera à un numéro de découpe surréaliste d'un cochon couinant et dont les entrailles libèreront de la charcuterie préemballée.

Dans la fosse de ce théâtre musical, Thibault Noally insuffle sa verve lyrique aux Musiciens du Louvre, "réinventant" eux-mêmes sur instruments d'époque la musique composée par Lully. Pris dans le tourbillon incessant des pantalonnades orchestrées par l'époustouflant maître de cérémonie - Jérôme Deschamps en Bourgeois Gentilhomme -, le spectateur se prend à laisser voguer son propre imaginaire lors des intermèdes dansés ponctuant chaque acte. Ainsi le plaisir rare d'assister in vivo à l'interprétation des suaves compositions de Lully, et des danses qui les accompagnent, est "historiquement" au rendez-vous.

Pour peu, sous les ors de l'Opéra, on se serait cru ce soir au château de Chambord… Et, si la "fantaisie" nous en prenait, on pourrait plagier Gérard de Nerval… "de près de quatre cents ans mon âme rajeunit, c'est sous Louis quatorze…".

Vu le vendredi 21 janvier 2022 à 20 h à l'Opéra National de Bordeaux.

"Le Bourgeois Gentilhomme"

© Marie Clauzade.
© Marie Clauzade.
Comédie-ballet en cinq actes de Molière avec la musique de Jean-Baptiste Lully, créée en 1670 au Château de Chambord.
Spectacle créé le 7 juin 2019 au Printemps des Comédiens à Montpellier.
Mise en scène : Jérôme Deschamps, assisté de Damien Lefèvre.
Direction musicale : Marc Minkowski, Thibault Noally, David Dewaste (en alternance).
Avec : Flore Babled (en alternance), Jean-Claude Bolle Reddat, Sébastien Boudrot, Lucrèce Carmignac (en alternance), Bénédicte Choisnet (en alternance), Vincent Debost, Jérôme Deschamps, Pauline Deshons (en alternance), Aurélien Gabrielli, Pauline Gardel (en alternance), Guillaume Laloux, Josiane Stoleru, Pauline Tricot (en alternance).
Avec les Musiciens du Louvre, l'Académie des Musiciens du Louvre, en partenariat avec le Jeune Orchestre de l'Abbaye et le CRR de Paris.
Chanteurs : Sandrine Buendia, Natalie Pérez, Constance Malta-Bey (soprano) (en alternance), Vincent Lièvre-Picard, Nile Senatore (haute-contre) (en alternance), Lisandro Nesis (ténor), Jérôme Varnier, Nabil Suliman (basse) (en alternance).
Danseurs : Anna Chirescu, Léna Pinon Lang (en alternance), Quentin Ferrari, Pierre Guibault, Antonin Vanlangendonck (en alternance), Maya Kawatake Pinon.

© Marie Clauzade.
© Marie Clauzade.
Décor : Félix Deschamps Mak, assisté d'Isabelle Neveux.
Costumes : Vanessa Sannino, assistée de Karelle Durand.
Chorégraphie : Natalie van Parys.
Lumières : François Menou.
Conception perruques : Cécile Kretschmar.
Accessoires : Sylvie Châtillon.
Chef atelier costumes : Lucie Lecarpentier.
Chefs de chant : Ayumi Nakagawa, Lisandro Nesis.
Habilleuse : Carole Vigné.
Perruquière : Cécile Larue.
Régie lumière : François Menou, Didier Gilbert
Effets son : Nicolas Rouleau
Fabrication marionnette banquet : Laurent Huet, Alexandra Leseur-Lecocq.
Production Compagnie Jérôme Deschamps.
Durée : 3 h 15 avec entracte.

Tournée
24 et 25 mars 2022 : Maison des Arts, Créteil (94).
10 au 13 mai 2022 : Le Volcan - Scène nationale, Le Havre (76).
18 au 22 mai 2022 : Célestins - Théâtre de Lyon, Lyon 2e (69).
16 au 19 et 21 au 26 mars 2023 : Opéra Comique, Paris 2e.

© Marie Clauzade.
© Marie Clauzade.

Yves Kafka
Mardi 22 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022