La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Balcon ressuscite magistralement "Dracula" à l'Athénée

Début juin, l'ensemble Le Balcon dirigé par son fondateur Maxime Pascal faisait redécouvrir, pour trois soirées, le "Dracula" de Pierre Henry, au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet, dans une version pour orchestre sonorisé et un orchestre de hauts-parleurs. Un concert spectaculaire qui donnait chair et frissons aux "paysages oniriques" voulus par le compositeur à partir de pages du Ring wagnérien.



© Meng Phu.
© Meng Phu.
Quand Pierre Henry crée son "Dracula, ou la musique troue le ciel" en 2002, le compositeur - né en 1927 et père de la musique concrète avec Pierre Schaeffer dans les années cinquante - est déjà revenu à une forme de classicisme en revisitant notamment Beethoven. Dans cette œuvre électroacoustique, il veut donner à entendre un "Wagner bruitiste et rythmicien" en mixant deux bandes : l'une jouant à coup de ralentissement, d'accélération et de transposition les pages symphoniques de la tétralogie (1), l'autre créant un large spectre sonore comme enfanté par la première.

Pierre Henry, célèbre pour sa "Messe pour le temps présent" chorégraphiée par Maurice Béjart, entend créer un objet sonore complexe capable de susciter dans l'imagination de l'auditeur les images d'un théâtre horrifique et jouissif centré sur un personnage qui l'a fasciné dans les films de Murnau et Fisher, Dracula. Voyant dans la créature de Bram Stoker résumé le mythe de la musique elle-même, il ajoute : "L'œuvre s'est bâtie selon ses exigences propres : mélange de sons électroniques entendus comme une sorte de science-fiction intime". Dracula, c'est aussi Richard Wagner, "cet extraordinaire investigateur de sensations abyssales".

© Meng Phu.
© Meng Phu.
Les membres de l'ensemble Le Balcon, qui ont mis la réécriture, la sonorisation et la spatialisation de chefs-d'œuvre d'un très large répertoire au cœur de leur projet artistique, ne pouvaient que désirer se saisir de cet OMNI, par ailleurs remarquable. Pour ce collectif comprenant des musiciens, des compositeurs, des arrangeurs, des réalisateurs en informatique musicale entre autres, en proposer une nouvelle version - avec un orchestre d'une vingtaine de musiciens formé de cuivres, de bois, de percussions et d'un piano - pour redonner vie aux pages wagnériennes tout en confiant à une trentaine de hauts-parleurs, disséminés dans la grande salle de l'Athénée, la fresque quasi bruitiste imaginée par P. Henry relevait d'une évidence.

Et le résultat s'est révélé enthousiasmant. Aux leitmotivs du Ring, réarrangés dans un continuum sonore jouissif dans l'interprétation scénique qu'en livrent les musiciens du Balcon dirigé par leur chef Maxime Pascal (comme possédé lui aussi), les rires sataniques, les galops de chevaux, les cris d'oiseaux, les bruits de talons précipités, les orages et les sirènes créés électroniquement (par distorsions de sons) apportent leur dimension cinématographique faite de jubilation et de terreur, soulignée par les effets de dynamique dus aux micros et un jeu d'éclairage diabolique.

© Meng Phu.
© Meng Phu.
Quand, au disque (2), l'œuvre semble faire la part belle à la dimension concrète (légèrement) au détriment de la wagnérienne, l'orchestre redonne épaisseur à un théâtre moins abstrait, riche de beaux fantômes et de "strideurs étranges" (3). Un spectacle donc pour les yeux et une fête pour les oreilles rappelant au public le pouvoir des sortilèges wagnériens comme ceux de cette musique électroacoustique, vrai démon annonciateur de la modernité.

(1) Avec des extraits purement symphoniques (arrangés) de "L'Or du Rhin", "La Walkyrie", "Siegfried" et "Le Crépuscule des Dieux".
(2) "Dracula" de Pierre Henry. CD paru chez Philips Classics en 2003.
(3) "Voyelles" A. Rimbaud.


Spectacle vu en avant-première le 1er juin 2017.

"Dracula" (2002).
Musique de Pierre Henry d'après Richard Wagner.
Libre adaptation pour orchestre sonorisé et orchestre de hauts-parleurs par Augustin Muller et Othman Louati.
Durée : 50 minutes environ.

Maxime Pascal, direction.
Augustin Muller, informatique musicale.
Florent Derex, projection sonore.
Ensemble Le Balcon.

Christine Ducq
Mardi 13 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019