La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Laurence Equilbey, une chef d'orchestre de caractère

Actualité riche pour la chef d'orchestre Laurence Equilbey : elle dirige l'Orchestre de Chambre de Paris pour l'ouverture de la Philharmonie samedi 17 janvier. Et après le succès de son "Requiem" de Mozart à l'automne 2014, un nouveau CD sort le 26 janvier pour une œuvre rare, "Le Désert" de Félicien David avec le jeune ténor Cyrille Dubois nominé aux Victoires de la Musique.



Laurence Equilbey © Julien Mignot.
Laurence Equilbey © Julien Mignot.
Fondatrice du chœur Accentus et de Insula Orchestra, Laurence Equilbey est une femme à la tête bien faite et au caractère trempé. Pianiste de formation et flûtiste, il lui en a fallu pour s'imposer dans un monde presque exclusivement composé d'hommes : celui de la direction d'orchestre. C'est une femme souriante et posée qui me reçoit. Ce qui me frappe immédiatement, c'est son regard pénétrant et clair. On croit deviner à son contact les raisons qui ont poussé le Sénat et le Ministère de la Culture à la choisir comme interlocutrice dans une série de consultations portant sur la (non) mixité et la sous-représentation des femmes dans le monde de la culture et dans les productions artistiques. Elle est également membre d'une commission sur l'égalité au CSA.

Nous commençons par échanger autour des chiffres - accablants - que je viens de découvrir dans la brochure "Où sont les femmes ?" (1) publiée par la SACD et dont elle est l'inspiratrice. Laurence Equilbey commence par déplorer l'incapacité des partenaires publics à faire bouger les lignes malgré le vote d'une loi en août 2014 sur l'égalité d'accès aux moyens de production. La situation est catastrophique. "Un pur scandale !", ajoute-t-elle.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Quand vous vous décidez à devenir chef d'orchestre dans les années quatre-vingt-dix, êtes-vous la seule femme ?

Laurence Equilbey - Non, pas du tout ! Mais il y en avait déjà très peu. Actuellement, nous représentons 4 % des chefs d'orchestre programmés - 23 sur 572 (1) -, or nous pourrions représenter plutôt 10 à 12 % de nos jours. Un véritable empêchement s'exerce depuis des siècles sur les femmes dans l'art. Historiquement ce sont des milieux très fermés : la création musicale notamment, les solistes aussi. Aujourd'hui, je pense que si une structure est subventionnée, elle devrait avoir dans son cahier des charges la nécessité de favoriser la progression des femmes dans sa programmation. Pas ou très peu de metteuses en scène d'opéra, c'est un désastre. Les chefs d'orchestre femmes, je n'en parle même pas. Cela n'existe pas ou c'est tout comme ! Aujourd'hui une compositrice (tout aussi rare) a six fois plus de chance d'être programmée aux États-Unis qu'en France. Cette inégalité d'accès existe dans tous les secteurs de la culture. Pourtant, si ce milieu était plus ouvert, la société le serait aussi davantage.

Accentus et l'Orchestre de chambre de Paris © Jana Jocif.
Accentus et l'Orchestre de chambre de Paris © Jana Jocif.
Vous jouissez maintenant d'une large reconnaissance comme chef.

Laurence Equilbey - En effet. Je ne prêche pas du tout pour ma chapelle. Je suis contente : j'ai un agenda bien rempli - j'aimerais pourtant diriger davantage à l'opéra où on trouve non pas un plafond de verre mais un mur en béton armé !

Le chemin a-t-il été difficile pour accéder à cette reconnaissance ?

Laurence Equilbey - Mon cas n'est pas emblématique mais cela a été difficile au quotidien. Parce qu'on doit d'abord lutter contre son propre doute. On nous a tellement dit que ce métier n'était pas fait pour nous les femmes ! On le lit encore tous les jours. Un jeune chef russe a déclaré qu'une femme chef d'orchestre était inenvisageable car elle déconcentrerait les musiciens pour des raisons érotiques ! Et d'autres remarques sexistes dans ce goût-là circulent partout. Jusqu'aux réticences des musiciens eux-mêmes nourris de cette tradition du chef masculin meneur d'hommes. Il m'a fallu de la volonté.

Après le chœur Accentus en 1991, vous avez créé Insula Orchestra composé de jeunes musiciens en 2012. Était-ce pour contourner ces difficultés ?

Laurence Equilbey - Pas du tout. Je désirais m'inscrire dans une démarche similaire à un John Elliot Gardiner, à un Emmanuel Krivine qui ont eu envie à un moment donné de créer un orchestre sur instruments d'époque.

De par ma formation à Vienne et mon travail avec Nikolas Harnoncourt j'adore les répertoires qui vont du baroque aux préromantiques. Pour cette musique, je préfère un orchestre sur instruments d'époque pour ses couleurs musicales, son style. Justement, le conseil général des Hauts-de-Seine souhaitait financer un orchestre pour son nouvel établissement (le futur équipement musical sur l'île Seguin NDLR), ce fut Insula Orchestra.

Orchestre de Chambre de Paris © Jean-Baptiste Millot.
Orchestre de Chambre de Paris © Jean-Baptiste Millot.
Pour un répertoire plus tardif, vous dirigez l'Orchestre de Chambre de Paris...

Laurence Equilbey - J'ai une relation privilégiée avec deux orchestres dits "modernes" : l'Orchestre de Chambre de Paris et l'Orchestre de l'Opéra de Rouen Haute-Normandie. Ce sont des orchestres de chambre et symphonique. Avec eux, je privilégie le répertoire d'après 1850 et beaucoup de musique romantique française. Je suis aussi invitée par d'autres orchestres symphoniques régulièrement.

Parlez-nous de cette ode symphonique de Félicien David, "Le Désert", que vous avez gravé pour le label Naïve. C'est un compositeur méconnu ?

Laurence Equilbey - Félicien David a peu écrit. Cette œuvre l'a desservi de surcroît en raison de son grand succès en 1844 puisqu'on lui a sans cesse reproché ensuite de n'avoir pas su l'égaler. C'est une rareté que nous avons exhumée avec le Palazetto Bru Zane (2) et qui le mérite.

Vous dirigez un concert d'ouvertures romantiques samedi 17 janvier pour l'inauguration de la Philharmonie de Paris. Pourquoi programmer celle de Fanny Mendelssohn ?

Laurence Equilbey - Dans une démarche un peu militante, je pense qu'il faut jouer régulièrement des œuvres rares du patrimoine. Et Fanny représente un cas particulièrement émouvant comme compositrice empêchée. Elle était aussi douée que son frère Félix mais a été muselée par son père. De son vivant (et elle est morte jeune), elle n'a pu diriger son Ouverture en Ut qu'une fois avec peu de musiciens. C'est une ouverture très vive, efficace, assez rossinienne. Ce concert s'intitule "Ouvrez !". Je souhaite dire ainsi : ouvrons cette belle salle, et ouvrons aussi la porte au répertoire rare, aux femmes, notamment aux compositrices.

Laurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot.
Laurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot.
Vous avez été à l'origine d'un projet musical original "Private domain. Iko invites" ?

Laurence Equilbey - C'était un chemin de traverse tout à fait personnel. Sous le pseudo Iko - pour iconoclaste -, j'ai voulu enregistrer des airs baroques avec des musiciens de la scène électro. Le CD est le résultat d'une collaboration créative avec des DJ, des arrangeurs et des artistes comme Émilie Simon. Nous nous sommes produits en shows lumière dans des cathédrales et à la Cité de la Musique avec la chanteuse du groupe Moriarty. Un jour, je referai un projet de ce type !

Quelles sont les dates phares de votre saison 2015 ?

Laurence Equilbey - Ce que j'aime, c'est qu'avec Accentus, Insula Orchestra et mes autres partenaires, nous sommes au plus près des territoires : les Hauts-de-Seine, la Haute-Normandie, maintenant le nord de Paris avec la Philharmonie. Mais nous avons aussi des concerts très excitants à l'étranger dans les semaines ou les mois qui viennent : le Barbican à Londres, le Theater an der Wien - à Vienne où j'ai habité et que j'adore. Nous partons bientôt à Salzbourg pour la Mozartwoche. Je reviens de Leipzig avec le MDR Orchester (ou Mittel deutscher Rundfunk). Se produire sur de grandes scènes internationales représente aussi des enjeux forts.

Notes :
(1) Brochure "Où sont les femmes ?" éditée par la SACD en téléchargement libre sur le net.
(2) Fondation vouée à la résurrection et à la défense du patrimoine romantique français.


Concert le samedi 17 janvier 2015 à 18 h 30 (entrée libre).
Philharmonie de Paris, 01 44 84 44 84.
221, avenue Jean Jaurès 75019.
>> philharmoniedeparis.fr

● "Le Désert" de Félicien David.
2 CD. Label : Naïve.
Sortie : 26 janvier 2015.

Orchestre de Chambre de Paris.
Laurence Equilbey, direction.
Cyrille Dubois, ténor.
Zachary Wilder, ténor.
Jean-Marie Winling, récitant.

Christine Ducq
Samedi 17 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019