La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Laurence Equilbey, une chef d'orchestre de caractère

Actualité riche pour la chef d'orchestre Laurence Equilbey : elle dirige l'Orchestre de Chambre de Paris pour l'ouverture de la Philharmonie samedi 17 janvier. Et après le succès de son "Requiem" de Mozart à l'automne 2014, un nouveau CD sort le 26 janvier pour une œuvre rare, "Le Désert" de Félicien David avec le jeune ténor Cyrille Dubois nominé aux Victoires de la Musique.



Laurence Equilbey © Julien Mignot.
Laurence Equilbey © Julien Mignot.
Fondatrice du chœur Accentus et de Insula Orchestra, Laurence Equilbey est une femme à la tête bien faite et au caractère trempé. Pianiste de formation et flûtiste, il lui en a fallu pour s'imposer dans un monde presque exclusivement composé d'hommes : celui de la direction d'orchestre. C'est une femme souriante et posée qui me reçoit. Ce qui me frappe immédiatement, c'est son regard pénétrant et clair. On croit deviner à son contact les raisons qui ont poussé le Sénat et le Ministère de la Culture à la choisir comme interlocutrice dans une série de consultations portant sur la (non) mixité et la sous-représentation des femmes dans le monde de la culture et dans les productions artistiques. Elle est également membre d'une commission sur l'égalité au CSA.

Nous commençons par échanger autour des chiffres - accablants - que je viens de découvrir dans la brochure "Où sont les femmes ?" (1) publiée par la SACD et dont elle est l'inspiratrice. Laurence Equilbey commence par déplorer l'incapacité des partenaires publics à faire bouger les lignes malgré le vote d'une loi en août 2014 sur l'égalité d'accès aux moyens de production. La situation est catastrophique. "Un pur scandale !", ajoute-t-elle.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Quand vous vous décidez à devenir chef d'orchestre dans les années quatre-vingt-dix, êtes-vous la seule femme ?

Laurence Equilbey - Non, pas du tout ! Mais il y en avait déjà très peu. Actuellement, nous représentons 4 % des chefs d'orchestre programmés - 23 sur 572 (1) -, or nous pourrions représenter plutôt 10 à 12 % de nos jours. Un véritable empêchement s'exerce depuis des siècles sur les femmes dans l'art. Historiquement ce sont des milieux très fermés : la création musicale notamment, les solistes aussi. Aujourd'hui, je pense que si une structure est subventionnée, elle devrait avoir dans son cahier des charges la nécessité de favoriser la progression des femmes dans sa programmation. Pas ou très peu de metteuses en scène d'opéra, c'est un désastre. Les chefs d'orchestre femmes, je n'en parle même pas. Cela n'existe pas ou c'est tout comme ! Aujourd'hui une compositrice (tout aussi rare) a six fois plus de chance d'être programmée aux États-Unis qu'en France. Cette inégalité d'accès existe dans tous les secteurs de la culture. Pourtant, si ce milieu était plus ouvert, la société le serait aussi davantage.

Accentus et l'Orchestre de chambre de Paris © Jana Jocif.
Accentus et l'Orchestre de chambre de Paris © Jana Jocif.
Vous jouissez maintenant d'une large reconnaissance comme chef.

Laurence Equilbey - En effet. Je ne prêche pas du tout pour ma chapelle. Je suis contente : j'ai un agenda bien rempli - j'aimerais pourtant diriger davantage à l'opéra où on trouve non pas un plafond de verre mais un mur en béton armé !

Le chemin a-t-il été difficile pour accéder à cette reconnaissance ?

Laurence Equilbey - Mon cas n'est pas emblématique mais cela a été difficile au quotidien. Parce qu'on doit d'abord lutter contre son propre doute. On nous a tellement dit que ce métier n'était pas fait pour nous les femmes ! On le lit encore tous les jours. Un jeune chef russe a déclaré qu'une femme chef d'orchestre était inenvisageable car elle déconcentrerait les musiciens pour des raisons érotiques ! Et d'autres remarques sexistes dans ce goût-là circulent partout. Jusqu'aux réticences des musiciens eux-mêmes nourris de cette tradition du chef masculin meneur d'hommes. Il m'a fallu de la volonté.

Après le chœur Accentus en 1991, vous avez créé Insula Orchestra composé de jeunes musiciens en 2012. Était-ce pour contourner ces difficultés ?

Laurence Equilbey - Pas du tout. Je désirais m'inscrire dans une démarche similaire à un John Elliot Gardiner, à un Emmanuel Krivine qui ont eu envie à un moment donné de créer un orchestre sur instruments d'époque.

De par ma formation à Vienne et mon travail avec Nikolas Harnoncourt j'adore les répertoires qui vont du baroque aux préromantiques. Pour cette musique, je préfère un orchestre sur instruments d'époque pour ses couleurs musicales, son style. Justement, le conseil général des Hauts-de-Seine souhaitait financer un orchestre pour son nouvel établissement (le futur équipement musical sur l'île Seguin NDLR), ce fut Insula Orchestra.

Orchestre de Chambre de Paris © Jean-Baptiste Millot.
Orchestre de Chambre de Paris © Jean-Baptiste Millot.
Pour un répertoire plus tardif, vous dirigez l'Orchestre de Chambre de Paris...

Laurence Equilbey - J'ai une relation privilégiée avec deux orchestres dits "modernes" : l'Orchestre de Chambre de Paris et l'Orchestre de l'Opéra de Rouen Haute-Normandie. Ce sont des orchestres de chambre et symphonique. Avec eux, je privilégie le répertoire d'après 1850 et beaucoup de musique romantique française. Je suis aussi invitée par d'autres orchestres symphoniques régulièrement.

Parlez-nous de cette ode symphonique de Félicien David, "Le Désert", que vous avez gravé pour le label Naïve. C'est un compositeur méconnu ?

Laurence Equilbey - Félicien David a peu écrit. Cette œuvre l'a desservi de surcroît en raison de son grand succès en 1844 puisqu'on lui a sans cesse reproché ensuite de n'avoir pas su l'égaler. C'est une rareté que nous avons exhumée avec le Palazetto Bru Zane (2) et qui le mérite.

Vous dirigez un concert d'ouvertures romantiques samedi 17 janvier pour l'inauguration de la Philharmonie de Paris. Pourquoi programmer celle de Fanny Mendelssohn ?

Laurence Equilbey - Dans une démarche un peu militante, je pense qu'il faut jouer régulièrement des œuvres rares du patrimoine. Et Fanny représente un cas particulièrement émouvant comme compositrice empêchée. Elle était aussi douée que son frère Félix mais a été muselée par son père. De son vivant (et elle est morte jeune), elle n'a pu diriger son Ouverture en Ut qu'une fois avec peu de musiciens. C'est une ouverture très vive, efficace, assez rossinienne. Ce concert s'intitule "Ouvrez !". Je souhaite dire ainsi : ouvrons cette belle salle, et ouvrons aussi la porte au répertoire rare, aux femmes, notamment aux compositrices.

Laurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot.
Laurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot.
Vous avez été à l'origine d'un projet musical original "Private domain. Iko invites" ?

Laurence Equilbey - C'était un chemin de traverse tout à fait personnel. Sous le pseudo Iko - pour iconoclaste -, j'ai voulu enregistrer des airs baroques avec des musiciens de la scène électro. Le CD est le résultat d'une collaboration créative avec des DJ, des arrangeurs et des artistes comme Émilie Simon. Nous nous sommes produits en shows lumière dans des cathédrales et à la Cité de la Musique avec la chanteuse du groupe Moriarty. Un jour, je referai un projet de ce type !

Quelles sont les dates phares de votre saison 2015 ?

Laurence Equilbey - Ce que j'aime, c'est qu'avec Accentus, Insula Orchestra et mes autres partenaires, nous sommes au plus près des territoires : les Hauts-de-Seine, la Haute-Normandie, maintenant le nord de Paris avec la Philharmonie. Mais nous avons aussi des concerts très excitants à l'étranger dans les semaines ou les mois qui viennent : le Barbican à Londres, le Theater an der Wien - à Vienne où j'ai habité et que j'adore. Nous partons bientôt à Salzbourg pour la Mozartwoche. Je reviens de Leipzig avec le MDR Orchester (ou Mittel deutscher Rundfunk). Se produire sur de grandes scènes internationales représente aussi des enjeux forts.

Notes :
(1) Brochure "Où sont les femmes ?" éditée par la SACD en téléchargement libre sur le net.
(2) Fondation vouée à la résurrection et à la défense du patrimoine romantique français.


Concert le samedi 17 janvier 2015 à 18 h 30 (entrée libre).
Philharmonie de Paris, 01 44 84 44 84.
221, avenue Jean Jaurès 75019.
>> philharmoniedeparis.fr

● "Le Désert" de Félicien David.
2 CD. Label : Naïve.
Sortie : 26 janvier 2015.

Orchestre de Chambre de Paris.
Laurence Equilbey, direction.
Cyrille Dubois, ténor.
Zachary Wilder, ténor.
Jean-Marie Winling, récitant.

Christine Ducq
Samedi 17 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022