La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Laurence Equilbey, une chef d'orchestre de caractère

Actualité riche pour la chef d'orchestre Laurence Equilbey : elle dirige l'Orchestre de Chambre de Paris pour l'ouverture de la Philharmonie samedi 17 janvier. Et après le succès de son "Requiem" de Mozart à l'automne 2014, un nouveau CD sort le 26 janvier pour une œuvre rare, "Le Désert" de Félicien David avec le jeune ténor Cyrille Dubois nominé aux Victoires de la Musique.



Laurence Equilbey © Julien Mignot.
Laurence Equilbey © Julien Mignot.
Fondatrice du chœur Accentus et de Insula Orchestra, Laurence Equilbey est une femme à la tête bien faite et au caractère trempé. Pianiste de formation et flûtiste, il lui en a fallu pour s'imposer dans un monde presque exclusivement composé d'hommes : celui de la direction d'orchestre. C'est une femme souriante et posée qui me reçoit. Ce qui me frappe immédiatement, c'est son regard pénétrant et clair. On croit deviner à son contact les raisons qui ont poussé le Sénat et le Ministère de la Culture à la choisir comme interlocutrice dans une série de consultations portant sur la (non) mixité et la sous-représentation des femmes dans le monde de la culture et dans les productions artistiques. Elle est également membre d'une commission sur l'égalité au CSA.

Nous commençons par échanger autour des chiffres - accablants - que je viens de découvrir dans la brochure "Où sont les femmes ?" (1) publiée par la SACD et dont elle est l'inspiratrice. Laurence Equilbey commence par déplorer l'incapacité des partenaires publics à faire bouger les lignes malgré le vote d'une loi en août 2014 sur l'égalité d'accès aux moyens de production. La situation est catastrophique. "Un pur scandale !", ajoute-t-elle.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Quand vous vous décidez à devenir chef d'orchestre dans les années quatre-vingt-dix, êtes-vous la seule femme ?

Laurence Equilbey - Non, pas du tout ! Mais il y en avait déjà très peu. Actuellement, nous représentons 4 % des chefs d'orchestre programmés - 23 sur 572 (1) -, or nous pourrions représenter plutôt 10 à 12 % de nos jours. Un véritable empêchement s'exerce depuis des siècles sur les femmes dans l'art. Historiquement ce sont des milieux très fermés : la création musicale notamment, les solistes aussi. Aujourd'hui, je pense que si une structure est subventionnée, elle devrait avoir dans son cahier des charges la nécessité de favoriser la progression des femmes dans sa programmation. Pas ou très peu de metteuses en scène d'opéra, c'est un désastre. Les chefs d'orchestre femmes, je n'en parle même pas. Cela n'existe pas ou c'est tout comme ! Aujourd'hui une compositrice (tout aussi rare) a six fois plus de chance d'être programmée aux États-Unis qu'en France. Cette inégalité d'accès existe dans tous les secteurs de la culture. Pourtant, si ce milieu était plus ouvert, la société le serait aussi davantage.

Accentus et l'Orchestre de chambre de Paris © Jana Jocif.
Accentus et l'Orchestre de chambre de Paris © Jana Jocif.
Vous jouissez maintenant d'une large reconnaissance comme chef.

Laurence Equilbey - En effet. Je ne prêche pas du tout pour ma chapelle. Je suis contente : j'ai un agenda bien rempli - j'aimerais pourtant diriger davantage à l'opéra où on trouve non pas un plafond de verre mais un mur en béton armé !

Le chemin a-t-il été difficile pour accéder à cette reconnaissance ?

Laurence Equilbey - Mon cas n'est pas emblématique mais cela a été difficile au quotidien. Parce qu'on doit d'abord lutter contre son propre doute. On nous a tellement dit que ce métier n'était pas fait pour nous les femmes ! On le lit encore tous les jours. Un jeune chef russe a déclaré qu'une femme chef d'orchestre était inenvisageable car elle déconcentrerait les musiciens pour des raisons érotiques ! Et d'autres remarques sexistes dans ce goût-là circulent partout. Jusqu'aux réticences des musiciens eux-mêmes nourris de cette tradition du chef masculin meneur d'hommes. Il m'a fallu de la volonté.

Après le chœur Accentus en 1991, vous avez créé Insula Orchestra composé de jeunes musiciens en 2012. Était-ce pour contourner ces difficultés ?

Laurence Equilbey - Pas du tout. Je désirais m'inscrire dans une démarche similaire à un John Elliot Gardiner, à un Emmanuel Krivine qui ont eu envie à un moment donné de créer un orchestre sur instruments d'époque.

De par ma formation à Vienne et mon travail avec Nikolas Harnoncourt j'adore les répertoires qui vont du baroque aux préromantiques. Pour cette musique, je préfère un orchestre sur instruments d'époque pour ses couleurs musicales, son style. Justement, le conseil général des Hauts-de-Seine souhaitait financer un orchestre pour son nouvel établissement (le futur équipement musical sur l'île Seguin NDLR), ce fut Insula Orchestra.

Orchestre de Chambre de Paris © Jean-Baptiste Millot.
Orchestre de Chambre de Paris © Jean-Baptiste Millot.
Pour un répertoire plus tardif, vous dirigez l'Orchestre de Chambre de Paris...

Laurence Equilbey - J'ai une relation privilégiée avec deux orchestres dits "modernes" : l'Orchestre de Chambre de Paris et l'Orchestre de l'Opéra de Rouen Haute-Normandie. Ce sont des orchestres de chambre et symphonique. Avec eux, je privilégie le répertoire d'après 1850 et beaucoup de musique romantique française. Je suis aussi invitée par d'autres orchestres symphoniques régulièrement.

Parlez-nous de cette ode symphonique de Félicien David, "Le Désert", que vous avez gravé pour le label Naïve. C'est un compositeur méconnu ?

Laurence Equilbey - Félicien David a peu écrit. Cette œuvre l'a desservi de surcroît en raison de son grand succès en 1844 puisqu'on lui a sans cesse reproché ensuite de n'avoir pas su l'égaler. C'est une rareté que nous avons exhumée avec le Palazetto Bru Zane (2) et qui le mérite.

Vous dirigez un concert d'ouvertures romantiques samedi 17 janvier pour l'inauguration de la Philharmonie de Paris. Pourquoi programmer celle de Fanny Mendelssohn ?

Laurence Equilbey - Dans une démarche un peu militante, je pense qu'il faut jouer régulièrement des œuvres rares du patrimoine. Et Fanny représente un cas particulièrement émouvant comme compositrice empêchée. Elle était aussi douée que son frère Félix mais a été muselée par son père. De son vivant (et elle est morte jeune), elle n'a pu diriger son Ouverture en Ut qu'une fois avec peu de musiciens. C'est une ouverture très vive, efficace, assez rossinienne. Ce concert s'intitule "Ouvrez !". Je souhaite dire ainsi : ouvrons cette belle salle, et ouvrons aussi la porte au répertoire rare, aux femmes, notamment aux compositrices.

Laurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot.
Laurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot.
Vous avez été à l'origine d'un projet musical original "Private domain. Iko invites" ?

Laurence Equilbey - C'était un chemin de traverse tout à fait personnel. Sous le pseudo Iko - pour iconoclaste -, j'ai voulu enregistrer des airs baroques avec des musiciens de la scène électro. Le CD est le résultat d'une collaboration créative avec des DJ, des arrangeurs et des artistes comme Émilie Simon. Nous nous sommes produits en shows lumière dans des cathédrales et à la Cité de la Musique avec la chanteuse du groupe Moriarty. Un jour, je referai un projet de ce type !

Quelles sont les dates phares de votre saison 2015 ?

Laurence Equilbey - Ce que j'aime, c'est qu'avec Accentus, Insula Orchestra et mes autres partenaires, nous sommes au plus près des territoires : les Hauts-de-Seine, la Haute-Normandie, maintenant le nord de Paris avec la Philharmonie. Mais nous avons aussi des concerts très excitants à l'étranger dans les semaines ou les mois qui viennent : le Barbican à Londres, le Theater an der Wien - à Vienne où j'ai habité et que j'adore. Nous partons bientôt à Salzbourg pour la Mozartwoche. Je reviens de Leipzig avec le MDR Orchester (ou Mittel deutscher Rundfunk). Se produire sur de grandes scènes internationales représente aussi des enjeux forts.

Notes :
(1) Brochure "Où sont les femmes ?" éditée par la SACD en téléchargement libre sur le net.
(2) Fondation vouée à la résurrection et à la défense du patrimoine romantique français.


Concert le samedi 17 janvier 2015 à 18 h 30 (entrée libre).
Philharmonie de Paris, 01 44 84 44 84.
221, avenue Jean Jaurès 75019.
>> philharmoniedeparis.fr

● "Le Désert" de Félicien David.
2 CD. Label : Naïve.
Sortie : 26 janvier 2015.

Orchestre de Chambre de Paris.
Laurence Equilbey, direction.
Cyrille Dubois, ténor.
Zachary Wilder, ténor.
Jean-Marie Winling, récitant.

Christine Ducq
Samedi 17 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024