La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La rentrée attendue de l'Orchestre de Paris

L'Orchestre de Paris effectuait sa rentrée en invitant la cheffe américaine Marin Alsop et la pianiste géorgienne Khatia Buniatishvili à la Philharmonie de Paris.



Concert en 2015 © Beaucardet.
Concert en 2015 © Beaucardet.
Exit les "Chichester Palms" pour chœur mixte et orchestre de Léonard Bernstein, le programme du concert de rentrée de l'Orchestre de Paris a été légèrement revu à la baisse afin de répondre aux exigences des décrets concernant la situation sanitaire actuelle. Demeuraient au programme le Concerto pour piano numéro un de Beethoven et la cinquième symphonie de Chostakovitch, pour une soirée sans entracte et avec distanciation physique sur la scène comme en salle.

L'orchestre de Paris, visiblement heureux de jouer, accueillait pour la deuxième année consécutive une femme pour le diriger. La cheffe Marin Alsop de passage à Paris, puisqu'elle est membre du jury du concours "la Maestra" organisé actuellement à la Philharmonie de Paris, était la candidate idéale. Petite mais énergique, Marin Alsop cultive manifestement une vraie entente avec l'orchestre. Son entrée sur scène avec la sculpturale Khatia Buniatishvili en robe longue scintillante a manifestement plu au public. On sait à quel point la pianiste géorgienne est populaire après ses nombreux passages télévisuels - n'en déplaise à certains esprits chagrins ou jaloux, n'hésitant pas à lui reprocher une tendance au narcissisme et à l'épate - un jugement, de fait nullement confirmé lors de ce concert.

Choeurs de l'Orchestre de Paris © DR.
Choeurs de l'Orchestre de Paris © DR.
Pour ce premier concerto pour piano de Beethoven composé fin 1795 ou en 1796, où s'entend encore la double influence d'un Haydn et d'un Mozart, le jeu de Khatia Buniatishvili est d'une sensualité radieuse dans l'Allegro con brio - mais aussi subtil dans les délicates arabesques qui ornent les deux thèmes énoncés par l'orchestre. Son interprétation du Largo en la bémol mineur n'est certes pas le plus bouleversant qu'on puisse entendre, mais là encore délicatesse extrême et toucher souple sont notables, témoignant d'un beau contrôle sur la matière sonore. Le Rondo final, vite engagé, est aussi brillant que virtuose.

Après un bref entracte de dix minutes, place à la cinquième symphonie de Chostakovitch. Donnant une occasion certaine de faire briller l'orchestre et ses solistes virtuoses, la cinquième symphonie opus 47 composée en 1937, en pleine terreur stalinienne, est une réponse du compositeur à "de justes critiques", celles violemment formulées dans la Pravda pendant l'affaire "Lady Macbeth de Minsk" - un opéra qui avait fortement déplu à Staline. Susceptible d'être envoyé au goulag comme n'importe quel citoyen soviétique à cette période, Chostakovitch écrit : "Je me suis efforcé à ce que l'auditeur soviétique ressente dans ma musique un effort en direction de l'intelligibilité et de la simplicité".

Marin Alsop © Grant Leighton.
Marin Alsop © Grant Leighton.
À l'écoute de cette fresque de trois quarts d'heure, son langage paraît pourtant à peine moins novateur que celui de la symphonie numéro 4, dormant au fond d'un tiroir depuis 1936 pour éviter les problèmes avec les autorités. Marin Alsop ne nous offre pas l'interprétation du siècle mais elle parvient à susciter un discours qui ne démérite pas : la tension émotionnelle surgit parfois comme la puissance des éclats. Cette angoisse qu'on aurait aimer parfois plus douloureuse fait place dans l'Allegretto à la gaieté et à la verve, pour réapparaître dans le troisième mouvement du Largo. Le finale, tout en puissante vitalité nous entraîne irrésistiblement dans un maelström énergique et vers une apothéose sonore éminemment ironique.

Si on peut déplorer que la version offerte par la cheffe américaine ne soit pas toujours des plus prenantes, les contrastes sont sèchement marqués, les cordes tranchantes comme espérées, les bois vifs, entre autres. L'ensemble ne manque certainement pas de force. Les musiciens de l'orchestre font merveille comme toujours. Dans les solos, le premier violon Roland Daugareil, remarquable, est tour à tour primesautier ou bouleversant dans ses interventions. On notera aussi celles de la clarinette de Pascal Moraguès, celles du hautbois d'Alexandre Gattet. Sans oublier tous les autres musiciens et pupitres (harmonie, percussions) qu'on ne peut nommer in extenso et qui sont chaleureusement (en toute justice) salués par un public chauffé à blanc. Une ouverture de saison réussie, qui console et divertit comme il se doit en cette période si difficile.

Concert entendu le 9 septembre 2020.
Disponible à l'écoute sur le site de la Philharmonie de Paris.

Programme de la saison 2020/2021 :
>> orchestredeparis.com

Christine Ducq
Mercredi 16 Septembre 2020

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022