La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La musique, cette "pensée visible" au Festival du Périgord Noir

Du 25 juillet au 12 octobre 2018 le festival de référence de Montignac et environs déploie pour sa 36e édition de nombreux événements musicaux en une série de rendez-vous incontournables, classiques et jazz. Des invités de marque, des jeunes pousses, des artistes confirmés imprimeront de leur marque les concerts mais aussi l'académie baroque internationale et celle d'orgue et de clavecin.



© DR.
© DR.
En région Nouvelle Aquitaine, vous avez forcément déjà visité Montignac, beau village de Dordogne situé près de la Grotte de Lascaux. Vous avez également entendu parler du Festival du Périgord Noir fondé en 1983 par Jean-Luc Soulé avec quelques amis. Si vous en avez entendu parler, c'est que cette région exceptionnellement attachante (avec ses collines de forêts, noires en hiver d'où son nom) lui sert d'écrin depuis plus de trois décades et peut se targuer d'avoir accueilli des monstres sacrés telle la soprano Christa Ludwig.

D'un petit festival porté à ses débuts par l'enthousiasme d'une troupe d'amis emmenée par son infatigable président, la manifestation est devenue aujourd'hui l'un des rendez-vous incontournables où les lieux patrimoniaux imposent les choix artistiques les plus intéressants. Jean-Luc Soulé fait souvent remarquer que l'art s'étant inventé à Lascaux, il est bien normal qu'il fasse retour dans ces lieux.

La jolie Église de Saint-Léon en Vézère - avec son acoustique rêvée pour la musique de chambre - accueillera par exemple le violoniste Nemanja Radulovic, le clarinettiste Andreas Ottensamer, le pianiste Nicholas Angelich, le violoncelliste Edgar Moreau, mais aussi sa traditionnelle Soirée Carte Blanche aux vainqueurs du Concours de Genève (avec le Quatuor Hanson, le ténor David Fischer, le pianiste Lorenzo Soulès, entre autres).

© F. Chevalier.
© F. Chevalier.
Outre les promenades musicales et la découverte de superbes lieux périgourdins permises par le festival, les concerts dans l'Abbaye de Saint-Amand de Coly ne seront pas de reste. S'y feront entendre (après deux semaines de travail), les 18 et 19 août, les artistes inscrits à la 17e Académie baroque internationale de l'abbaye dans un très attendu oratorio de Haëndel "Il Trionfo del Tempo e del Disinganno" dirigé par Inaki Encina Oyon.

Mais les artistes de l'académie baroque donneront aussi des concerts dans d'autres lieux comme la salle du conservatoire de Montignac-Lascaux ou dans des églises des environs. À Montignac, le Château de Sauvebœuf accueille le festival pour une soirée exceptionnelle. Le compositeur Karol Beffa (fidèle depuis seize ans à la manifestation) improvisera au piano durant la projection, dans la cour du château, d'un film muet mythique "Les Misérables" de Henri Fescourt (1925). Non sans qu'un guide costumé n'ait proposé une visite des lieux auparavant sur le thème "Jacquou accueille les Misérables". C'est bien le moins que le personnage d'Eugène Leroy (un enfant du pays) ne rende hommage aux héros hugoliens.

© DR.
© DR.
La création contemporaine n'est vraiment pas oubliée. Cette année, une pièce du jeune compositeur américano-coréen primé en 2017 au Concours de Genève, Jaehyuck Choi, sera créée (le 19 août). Après que les sœurs Camille et Julie Berthollet (violon et violoncelle) ont ouvert les festivités le 25 juillet à Montignac, et que le claveciniste Justin Taylor et son ensemble Le Consort ne réveillent l'âme de l’église d'Ajat avec Purcell, Corelli et Vivaldi (le 7 août). Impossible de citer tous les artistes qui s'inviteront de Sarlat à Montignac, sans oublier la Chartreuse des Fraux - quinze sites en tout.

Dans la Chartreuse, ce monument historique splendide, le jazz (présent depuis cinq ans au festival) se fêtera avec, entre autres, une Grand Jam Session en deux soirées et quatre concerts. La classe de jazz du conservatoire de Bordeaux y côtoiera le Gauthier Toux Trio & Quatuor et le Jazz Orchestra de Lausanne - pour ne citer qu'eux.

Enfin, se tiendra l'Académie d'orgue et de clavecin de Sarlat début septembre dirigée par Michel Bouvard, avec la participation de Yasuko Bouvard et Bernard Podevin. Masterclasses et concerts de clôture (le 8 septembre) seront offerts à tous les amateurs d'orgue, de clavecin et de musique ancienne.

© DR.
© DR.
Cette année encore, la musique sera une "pensée visible" au festival. Comme l'avait théorisé Franz Liszt, l'idée musicale des compositeurs et des interprètes se fera visible et claire pour les amateurs comme pour les mélomanes avertis au Festival du Périgord Noir.

Festival du Périgord Noir.
Du 25 juillet au 12 octobre 2018.
Place Bertran de Born, Montignac (24).
Tél. : 05 53 51 61 61.

Programme complet :
>> festivalmusiqueperigordnoir.com

contact@festivalduperigordnoir.fr

Christine Ducq
Vendredi 20 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021