Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La musique, cette "pensée visible" au Festival du Périgord Noir

Du 25 juillet au 12 octobre 2018 le festival de référence de Montignac et environs déploie pour sa 36e édition de nombreux événements musicaux en une série de rendez-vous incontournables, classiques et jazz. Des invités de marque, des jeunes pousses, des artistes confirmés imprimeront de leur marque les concerts mais aussi l'académie baroque internationale et celle d'orgue et de clavecin.



© DR.
© DR.
En région Nouvelle Aquitaine, vous avez forcément déjà visité Montignac, beau village de Dordogne situé près de la Grotte de Lascaux. Vous avez également entendu parler du Festival du Périgord Noir fondé en 1983 par Jean-Luc Soulé avec quelques amis. Si vous en avez entendu parler, c'est que cette région exceptionnellement attachante (avec ses collines de forêts, noires en hiver d'où son nom) lui sert d'écrin depuis plus de trois décades et peut se targuer d'avoir accueilli des monstres sacrés telle la soprano Christa Ludwig.

D'un petit festival porté à ses débuts par l'enthousiasme d'une troupe d'amis emmenée par son infatigable président, la manifestation est devenue aujourd'hui l'un des rendez-vous incontournables où les lieux patrimoniaux imposent les choix artistiques les plus intéressants. Jean-Luc Soulé fait souvent remarquer que l'art s'étant inventé à Lascaux, il est bien normal qu'il fasse retour dans ces lieux.

La jolie Église de Saint-Léon en Vézère - avec son acoustique rêvée pour la musique de chambre - accueillera par exemple le violoniste Nemanja Radulovic, le clarinettiste Andreas Ottensamer, le pianiste Nicholas Angelich, le violoncelliste Edgar Moreau, mais aussi sa traditionnelle Soirée Carte Blanche aux vainqueurs du Concours de Genève (avec le Quatuor Hanson, le ténor David Fischer, le pianiste Lorenzo Soulès, entre autres).

© F. Chevalier.
© F. Chevalier.
Outre les promenades musicales et la découverte de superbes lieux périgourdins permises par le festival, les concerts dans l'Abbaye de Saint-Amand de Coly ne seront pas de reste. S'y feront entendre (après deux semaines de travail), les 18 et 19 août, les artistes inscrits à la 17e Académie baroque internationale de l'abbaye dans un très attendu oratorio de Haëndel "Il Trionfo del Tempo e del Disinganno" dirigé par Inaki Encina Oyon.

Mais les artistes de l'académie baroque donneront aussi des concerts dans d'autres lieux comme la salle du conservatoire de Montignac-Lascaux ou dans des églises des environs. À Montignac, le Château de Sauvebœuf accueille le festival pour une soirée exceptionnelle. Le compositeur Karol Beffa (fidèle depuis seize ans à la manifestation) improvisera au piano durant la projection, dans la cour du château, d'un film muet mythique "Les Misérables" de Henri Fescourt (1925). Non sans qu'un guide costumé n'ait proposé une visite des lieux auparavant sur le thème "Jacquou accueille les Misérables". C'est bien le moins que le personnage d'Eugène Leroy (un enfant du pays) ne rende hommage aux héros hugoliens.

© DR.
© DR.
La création contemporaine n'est vraiment pas oubliée. Cette année, une pièce du jeune compositeur américano-coréen primé en 2017 au Concours de Genève, Jaehyuck Choi, sera créée (le 19 août). Après que les sœurs Camille et Julie Berthollet (violon et violoncelle) ont ouvert les festivités le 25 juillet à Montignac, et que le claveciniste Justin Taylor et son ensemble Le Consort ne réveillent l'âme de l’église d'Ajat avec Purcell, Corelli et Vivaldi (le 7 août). Impossible de citer tous les artistes qui s'inviteront de Sarlat à Montignac, sans oublier la Chartreuse des Fraux - quinze sites en tout.

Dans la Chartreuse, ce monument historique splendide, le jazz (présent depuis cinq ans au festival) se fêtera avec, entre autres, une Grand Jam Session en deux soirées et quatre concerts. La classe de jazz du conservatoire de Bordeaux y côtoiera le Gauthier Toux Trio & Quatuor et le Jazz Orchestra de Lausanne - pour ne citer qu'eux.

Enfin, se tiendra l'Académie d'orgue et de clavecin de Sarlat début septembre dirigée par Michel Bouvard, avec la participation de Yasuko Bouvard et Bernard Podevin. Masterclasses et concerts de clôture (le 8 septembre) seront offerts à tous les amateurs d'orgue, de clavecin et de musique ancienne.

© DR.
© DR.
Cette année encore, la musique sera une "pensée visible" au festival. Comme l'avait théorisé Franz Liszt, l'idée musicale des compositeurs et des interprètes se fera visible et claire pour les amateurs comme pour les mélomanes avertis au Festival du Périgord Noir.

Festival du Périgord Noir.
Du 25 juillet au 12 octobre 2018.
Place Bertran de Born, Montignac (24).
Tél. : 05 53 51 61 61.

Programme complet :
>> festivalmusiqueperigordnoir.com

contact@festivalduperigordnoir.fr

Christine Ducq
Vendredi 20 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021