La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La musique, cette "pensée visible" au Festival du Périgord Noir

Du 25 juillet au 12 octobre 2018 le festival de référence de Montignac et environs déploie pour sa 36e édition de nombreux événements musicaux en une série de rendez-vous incontournables, classiques et jazz. Des invités de marque, des jeunes pousses, des artistes confirmés imprimeront de leur marque les concerts mais aussi l'académie baroque internationale et celle d'orgue et de clavecin.



© DR.
© DR.
En région Nouvelle Aquitaine, vous avez forcément déjà visité Montignac, beau village de Dordogne situé près de la Grotte de Lascaux. Vous avez également entendu parler du Festival du Périgord Noir fondé en 1983 par Jean-Luc Soulé avec quelques amis. Si vous en avez entendu parler, c'est que cette région exceptionnellement attachante (avec ses collines de forêts, noires en hiver d'où son nom) lui sert d'écrin depuis plus de trois décades et peut se targuer d'avoir accueilli des monstres sacrés telle la soprano Christa Ludwig.

D'un petit festival porté à ses débuts par l'enthousiasme d'une troupe d'amis emmenée par son infatigable président, la manifestation est devenue aujourd'hui l'un des rendez-vous incontournables où les lieux patrimoniaux imposent les choix artistiques les plus intéressants. Jean-Luc Soulé fait souvent remarquer que l'art s'étant inventé à Lascaux, il est bien normal qu'il fasse retour dans ces lieux.

La jolie Église de Saint-Léon en Vézère - avec son acoustique rêvée pour la musique de chambre - accueillera par exemple le violoniste Nemanja Radulovic, le clarinettiste Andreas Ottensamer, le pianiste Nicholas Angelich, le violoncelliste Edgar Moreau, mais aussi sa traditionnelle Soirée Carte Blanche aux vainqueurs du Concours de Genève (avec le Quatuor Hanson, le ténor David Fischer, le pianiste Lorenzo Soulès, entre autres).

© F. Chevalier.
© F. Chevalier.
Outre les promenades musicales et la découverte de superbes lieux périgourdins permises par le festival, les concerts dans l'Abbaye de Saint-Amand de Coly ne seront pas de reste. S'y feront entendre (après deux semaines de travail), les 18 et 19 août, les artistes inscrits à la 17e Académie baroque internationale de l'abbaye dans un très attendu oratorio de Haëndel "Il Trionfo del Tempo e del Disinganno" dirigé par Inaki Encina Oyon.

Mais les artistes de l'académie baroque donneront aussi des concerts dans d'autres lieux comme la salle du conservatoire de Montignac-Lascaux ou dans des églises des environs. À Montignac, le Château de Sauvebœuf accueille le festival pour une soirée exceptionnelle. Le compositeur Karol Beffa (fidèle depuis seize ans à la manifestation) improvisera au piano durant la projection, dans la cour du château, d'un film muet mythique "Les Misérables" de Henri Fescourt (1925). Non sans qu'un guide costumé n'ait proposé une visite des lieux auparavant sur le thème "Jacquou accueille les Misérables". C'est bien le moins que le personnage d'Eugène Leroy (un enfant du pays) ne rende hommage aux héros hugoliens.

© DR.
© DR.
La création contemporaine n'est vraiment pas oubliée. Cette année, une pièce du jeune compositeur américano-coréen primé en 2017 au Concours de Genève, Jaehyuck Choi, sera créée (le 19 août). Après que les sœurs Camille et Julie Berthollet (violon et violoncelle) ont ouvert les festivités le 25 juillet à Montignac, et que le claveciniste Justin Taylor et son ensemble Le Consort ne réveillent l'âme de l’église d'Ajat avec Purcell, Corelli et Vivaldi (le 7 août). Impossible de citer tous les artistes qui s'inviteront de Sarlat à Montignac, sans oublier la Chartreuse des Fraux - quinze sites en tout.

Dans la Chartreuse, ce monument historique splendide, le jazz (présent depuis cinq ans au festival) se fêtera avec, entre autres, une Grand Jam Session en deux soirées et quatre concerts. La classe de jazz du conservatoire de Bordeaux y côtoiera le Gauthier Toux Trio & Quatuor et le Jazz Orchestra de Lausanne - pour ne citer qu'eux.

Enfin, se tiendra l'Académie d'orgue et de clavecin de Sarlat début septembre dirigée par Michel Bouvard, avec la participation de Yasuko Bouvard et Bernard Podevin. Masterclasses et concerts de clôture (le 8 septembre) seront offerts à tous les amateurs d'orgue, de clavecin et de musique ancienne.

© DR.
© DR.
Cette année encore, la musique sera une "pensée visible" au festival. Comme l'avait théorisé Franz Liszt, l'idée musicale des compositeurs et des interprètes se fera visible et claire pour les amateurs comme pour les mélomanes avertis au Festival du Périgord Noir.

Festival du Périgord Noir.
Du 25 juillet au 12 octobre 2018.
Place Bertran de Born, Montignac (24).
Tél. : 05 53 51 61 61.

Programme complet :
>> festivalmusiqueperigordnoir.com

contact@festivalduperigordnoir.fr

Christine Ducq
Vendredi 20 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024