La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La musique, cette "pensée visible" au Festival du Périgord Noir

Du 25 juillet au 12 octobre 2018 le festival de référence de Montignac et environs déploie pour sa 36e édition de nombreux événements musicaux en une série de rendez-vous incontournables, classiques et jazz. Des invités de marque, des jeunes pousses, des artistes confirmés imprimeront de leur marque les concerts mais aussi l'académie baroque internationale et celle d'orgue et de clavecin.



© DR.
© DR.
En région Nouvelle Aquitaine, vous avez forcément déjà visité Montignac, beau village de Dordogne situé près de la Grotte de Lascaux. Vous avez également entendu parler du Festival du Périgord Noir fondé en 1983 par Jean-Luc Soulé avec quelques amis. Si vous en avez entendu parler, c'est que cette région exceptionnellement attachante (avec ses collines de forêts, noires en hiver d'où son nom) lui sert d'écrin depuis plus de trois décades et peut se targuer d'avoir accueilli des monstres sacrés telle la soprano Christa Ludwig.

D'un petit festival porté à ses débuts par l'enthousiasme d'une troupe d'amis emmenée par son infatigable président, la manifestation est devenue aujourd'hui l'un des rendez-vous incontournables où les lieux patrimoniaux imposent les choix artistiques les plus intéressants. Jean-Luc Soulé fait souvent remarquer que l'art s'étant inventé à Lascaux, il est bien normal qu'il fasse retour dans ces lieux.

La jolie Église de Saint-Léon en Vézère - avec son acoustique rêvée pour la musique de chambre - accueillera par exemple le violoniste Nemanja Radulovic, le clarinettiste Andreas Ottensamer, le pianiste Nicholas Angelich, le violoncelliste Edgar Moreau, mais aussi sa traditionnelle Soirée Carte Blanche aux vainqueurs du Concours de Genève (avec le Quatuor Hanson, le ténor David Fischer, le pianiste Lorenzo Soulès, entre autres).

© F. Chevalier.
© F. Chevalier.
Outre les promenades musicales et la découverte de superbes lieux périgourdins permises par le festival, les concerts dans l'Abbaye de Saint-Amand de Coly ne seront pas de reste. S'y feront entendre (après deux semaines de travail), les 18 et 19 août, les artistes inscrits à la 17e Académie baroque internationale de l'abbaye dans un très attendu oratorio de Haëndel "Il Trionfo del Tempo e del Disinganno" dirigé par Inaki Encina Oyon.

Mais les artistes de l'académie baroque donneront aussi des concerts dans d'autres lieux comme la salle du conservatoire de Montignac-Lascaux ou dans des églises des environs. À Montignac, le Château de Sauvebœuf accueille le festival pour une soirée exceptionnelle. Le compositeur Karol Beffa (fidèle depuis seize ans à la manifestation) improvisera au piano durant la projection, dans la cour du château, d'un film muet mythique "Les Misérables" de Henri Fescourt (1925). Non sans qu'un guide costumé n'ait proposé une visite des lieux auparavant sur le thème "Jacquou accueille les Misérables". C'est bien le moins que le personnage d'Eugène Leroy (un enfant du pays) ne rende hommage aux héros hugoliens.

© DR.
© DR.
La création contemporaine n'est vraiment pas oubliée. Cette année, une pièce du jeune compositeur américano-coréen primé en 2017 au Concours de Genève, Jaehyuck Choi, sera créée (le 19 août). Après que les sœurs Camille et Julie Berthollet (violon et violoncelle) ont ouvert les festivités le 25 juillet à Montignac, et que le claveciniste Justin Taylor et son ensemble Le Consort ne réveillent l'âme de l’église d'Ajat avec Purcell, Corelli et Vivaldi (le 7 août). Impossible de citer tous les artistes qui s'inviteront de Sarlat à Montignac, sans oublier la Chartreuse des Fraux - quinze sites en tout.

Dans la Chartreuse, ce monument historique splendide, le jazz (présent depuis cinq ans au festival) se fêtera avec, entre autres, une Grand Jam Session en deux soirées et quatre concerts. La classe de jazz du conservatoire de Bordeaux y côtoiera le Gauthier Toux Trio & Quatuor et le Jazz Orchestra de Lausanne - pour ne citer qu'eux.

Enfin, se tiendra l'Académie d'orgue et de clavecin de Sarlat début septembre dirigée par Michel Bouvard, avec la participation de Yasuko Bouvard et Bernard Podevin. Masterclasses et concerts de clôture (le 8 septembre) seront offerts à tous les amateurs d'orgue, de clavecin et de musique ancienne.

© DR.
© DR.
Cette année encore, la musique sera une "pensée visible" au festival. Comme l'avait théorisé Franz Liszt, l'idée musicale des compositeurs et des interprètes se fera visible et claire pour les amateurs comme pour les mélomanes avertis au Festival du Périgord Noir.

Festival du Périgord Noir.
Du 25 juillet au 12 octobre 2018.
Place Bertran de Born, Montignac (24).
Tél. : 05 53 51 61 61.

Programme complet :
>> festivalmusiqueperigordnoir.com

contact@festivalduperigordnoir.fr

Christine Ducq
Vendredi 20 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018