La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Veilleuse, Cabaret holographique" Est-ce la naissance d'un huitième art ?

"La Veilleuse" est un spectacle étrange, particulier et unique. Spectacle vivant, certes, mais sans interprètes de chair. Et pourtant, les spectateurs dans la salle assistent réellement à des numéros de magie, de danse, de chant, de jeu théâtral, comme si ces scènes étaient réellement jouées sur scène. Une illusion qui donne le vertige et permet des réalisations poétiques débordantes de merveilleux.



© Simon Frézel.
© Simon Frézel.
Il y a derrière cette prouesse non pas de la magie de magicien mais une technologie de pointe, encore pleine de secrets : celle des projections holographiques. Les progrès de la science et l'illusionnisme ont depuis toujours été complices, main dans la main pour donner du fil à retordre aux perceptions humaines. Là encore, les deux domaines se retrouvent pour créer des impressions fascinantes, des visions défiant la raison, des captations différentes du réel.

L'idée de ce spectacle est née après le premier confinement du printemps 2020 (ces confinements qui sont devenus des repères historiques !) et surtout de l'interdiction de toutes les représentations du spectacle vivant. Imaginant un plateau vide, Valentine Losseau et Raphaël Navarro, deux des metteurs en scène de la Cie 14:20, ont songé à ce qu'on appelle La Servante (d'où La Veilleuse) qui reste allumée toutes les nuits sur les plateaux des théâtres pour chasser les fantômes. Ils s'interrogent alors sur la possibilité de réaliser des spectacles sans interventions humaines sur scène. L'aventure commence alors pour eux avec des recherches sur la science holographique. En quelques mois, les deux metteurs en scène et leur équipe mettent au point un système capable de rendre l'illusion presque palpable.

La Cie 14:20 est spécialisée depuis des années dans ce qu'on appelle la magie nouvelle. Une magie qui ne se contente pas de tours de cartes et de lévitations mais qui utilise l'illusionnisme dans le but de créer de véritables spectacles qui ne sont plus une suite de numéros mais qui articulent de véritables histoires, comiques ou dramatiques, toujours porteuses de sens, de poésie et de narration. Même si "La Veilleuse" se compose d'une série de performances, elle entre parfaitement dans ce registre, et c'est là que l'inventivité des intervenants se transcende grâce aux possibilités de l'holographie.

© Simon Frézel.
© Simon Frézel.
Le langage scénique devient alors extrêmement riche. Les vingt minutes du spectacle qui ont été présentées à la presse donnent un aperçu de ce que sera le spectacle complet qui se jouera dans la salle 200 du 104 dès la réouverture des théâtres. Quatre extraits qui déclinent déjà différents aspects des performances présentées : d'abord, Yann Frisch dans une apparition (et disparition) ancré au domaine de la magie, puis la danseuse Kaori Ito qui se dédouble et envahit tout l'espace des arabesques de son corps ; vient ensuite la danse de Yaël Naïm dans une décomposition harmonieuse des mouvements de son corps et enfin le chant du duo Birds on a wire dont les têtes figurent en live les notes d'une portée musicale (hommage direct à un film de Georges Méliès : "Le Mélomane").

Les références à Méliès qui fut l'un des inventeurs de l'art cinématographique (lui-même illusionniste) et celles, peut-être involontaires, à l'analyse de la décomposition du mouvement (qui datent des débuts de la photographie avec, entre autres, les travaux d'Eadweard Muybridge sur la course du cheval) accentue encore l'impression à la fois d'étrangeté et de nouveauté, de naissance d'une nouvelle forme de spectacle. Nos sens sont surpris à plusieurs reprises, notre crédulité mise à l'épreuve. On sait que ce qu'on voit n'est qu'illusion fabriquée par notre cerveau et, pourtant, on ne peut s'empêcher d'y croire au point d'avoir le mouvement d'applaudir en fin de spectacle. Les premiers spectateurs du cinématographe avaient peut-être cette même sensation devant ce qui n'était qu'un spectacle de foire, une expérience futile.

Le spectacle complet - qui fera l'ouverture du 104 à Paris quand les restrictions cesseront - comprendra les créations d'Éric Antoine, Clément Dazin, Lou Doillon, Laurence Equilbey avec Anas Séguin (baryton) et Chiara Skerath (soprano), Yoshi Oida ainsi que les quatre cités précédemment : Birds on a wire (Dom la Nena et Rosemary Standley), Yann Frisch, Kaori Ito, Yael Naim. Il se fera cette fois à échelle 1. En effet, la forme holographique développée par la Cie 14:20 permet de jouer le spectacle dans différentes dimensions avec, pour le public, l'impression de voir apparaître des intervenants en taille réelle. Deux dispositifs s'ajoutent à celui de l'échelle 1. Un format à l'échelle ½ destiné aux petits lieux et aux espaces ouverts, et un format "castelet" à l'échelle ¼ qui pourra être représenté dans les médiathèques, les EHPAD, les prisons…

Vu le 9 avril 2021 lors d'une représentation réservée uniquement aux professionnels(les) de la culture au 104 Paris.

"La Veilleuse, Cabaret holographique"

Écriture, magie, mise en scène : Valentine Losseau et Raphaël Navarro.
Avec : Éric Antoine, Birds on a wire (Dom la Nena et Rosemary Standley), Clément Dazin, Lou Doillon, Laurence Equilbey avec Anas Séguin (baryton) et Chiara Skerath (soprano), Yann Frisch, Kaori Ito, Yael Naim et Yoshi Oida.
Direction technique : Éric Bouché-Pillon.
Vidéo : Frédéric Baudet, Natalianne Boucher, Charles Carcopino, Jérémy Collet, Clément Debailleul, Sylvain Decay, Simon Frézel, NikodiO, Gaston Marcotti, Mathieu Plantevin.
Lumière : Valentine Losseau et Mathieu Plantevin.
Musiques : Antoine Berland, Birds on a wire - Dom la Nena et Rosemary Standley, Madeleine Cazenave, Lou Doillon, Laurence Equilbey, Yael Naim, Patrick Watson.
Son : Dominique Bataille.
Régie spéciale : Marco Bataille-Testu.
Stagiaires lumière : Martín Barrientos, Georgia Tavares.
Durée : 45 minutes.
Par la Cie 14:20.

>> cie1420.jimdo.com

Représentations prévues à la réouverture du 104.

Bruno Fougniès
Jeudi 29 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021