Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Veilleuse, Cabaret holographique" Est-ce la naissance d'un huitième art ?

"La Veilleuse" est un spectacle étrange, particulier et unique. Spectacle vivant, certes, mais sans interprètes de chair. Et pourtant, les spectateurs dans la salle assistent réellement à des numéros de magie, de danse, de chant, de jeu théâtral, comme si ces scènes étaient réellement jouées sur scène. Une illusion qui donne le vertige et permet des réalisations poétiques débordantes de merveilleux.



© Simon Frézel.
© Simon Frézel.
Il y a derrière cette prouesse non pas de la magie de magicien mais une technologie de pointe, encore pleine de secrets : celle des projections holographiques. Les progrès de la science et l'illusionnisme ont depuis toujours été complices, main dans la main pour donner du fil à retordre aux perceptions humaines. Là encore, les deux domaines se retrouvent pour créer des impressions fascinantes, des visions défiant la raison, des captations différentes du réel.

L'idée de ce spectacle est née après le premier confinement du printemps 2020 (ces confinements qui sont devenus des repères historiques !) et surtout de l'interdiction de toutes les représentations du spectacle vivant. Imaginant un plateau vide, Valentine Losseau et Raphaël Navarro, deux des metteurs en scène de la Cie 14:20, ont songé à ce qu'on appelle La Servante (d'où La Veilleuse) qui reste allumée toutes les nuits sur les plateaux des théâtres pour chasser les fantômes. Ils s'interrogent alors sur la possibilité de réaliser des spectacles sans interventions humaines sur scène. L'aventure commence alors pour eux avec des recherches sur la science holographique. En quelques mois, les deux metteurs en scène et leur équipe mettent au point un système capable de rendre l'illusion presque palpable.

La Cie 14:20 est spécialisée depuis des années dans ce qu'on appelle la magie nouvelle. Une magie qui ne se contente pas de tours de cartes et de lévitations mais qui utilise l'illusionnisme dans le but de créer de véritables spectacles qui ne sont plus une suite de numéros mais qui articulent de véritables histoires, comiques ou dramatiques, toujours porteuses de sens, de poésie et de narration. Même si "La Veilleuse" se compose d'une série de performances, elle entre parfaitement dans ce registre, et c'est là que l'inventivité des intervenants se transcende grâce aux possibilités de l'holographie.

© Simon Frézel.
© Simon Frézel.
Le langage scénique devient alors extrêmement riche. Les vingt minutes du spectacle qui ont été présentées à la presse donnent un aperçu de ce que sera le spectacle complet qui se jouera dans la salle 200 du 104 dès la réouverture des théâtres. Quatre extraits qui déclinent déjà différents aspects des performances présentées : d'abord, Yann Frisch dans une apparition (et disparition) ancré au domaine de la magie, puis la danseuse Kaori Ito qui se dédouble et envahit tout l'espace des arabesques de son corps ; vient ensuite la danse de Yaël Naïm dans une décomposition harmonieuse des mouvements de son corps et enfin le chant du duo Birds on a wire dont les têtes figurent en live les notes d'une portée musicale (hommage direct à un film de Georges Méliès : "Le Mélomane").

Les références à Méliès qui fut l'un des inventeurs de l'art cinématographique (lui-même illusionniste) et celles, peut-être involontaires, à l'analyse de la décomposition du mouvement (qui datent des débuts de la photographie avec, entre autres, les travaux d'Eadweard Muybridge sur la course du cheval) accentue encore l'impression à la fois d'étrangeté et de nouveauté, de naissance d'une nouvelle forme de spectacle. Nos sens sont surpris à plusieurs reprises, notre crédulité mise à l'épreuve. On sait que ce qu'on voit n'est qu'illusion fabriquée par notre cerveau et, pourtant, on ne peut s'empêcher d'y croire au point d'avoir le mouvement d'applaudir en fin de spectacle. Les premiers spectateurs du cinématographe avaient peut-être cette même sensation devant ce qui n'était qu'un spectacle de foire, une expérience futile.

Le spectacle complet - qui fera l'ouverture du 104 à Paris quand les restrictions cesseront - comprendra les créations d'Éric Antoine, Clément Dazin, Lou Doillon, Laurence Equilbey avec Anas Séguin (baryton) et Chiara Skerath (soprano), Yoshi Oida ainsi que les quatre cités précédemment : Birds on a wire (Dom la Nena et Rosemary Standley), Yann Frisch, Kaori Ito, Yael Naim. Il se fera cette fois à échelle 1. En effet, la forme holographique développée par la Cie 14:20 permet de jouer le spectacle dans différentes dimensions avec, pour le public, l'impression de voir apparaître des intervenants en taille réelle. Deux dispositifs s'ajoutent à celui de l'échelle 1. Un format à l'échelle ½ destiné aux petits lieux et aux espaces ouverts, et un format "castelet" à l'échelle ¼ qui pourra être représenté dans les médiathèques, les EHPAD, les prisons…

Vu le 9 avril 2021 lors d'une représentation réservée uniquement aux professionnels(les) de la culture au 104 Paris.

"La Veilleuse, Cabaret holographique"

Écriture, magie, mise en scène : Valentine Losseau et Raphaël Navarro.
Avec : Éric Antoine, Birds on a wire (Dom la Nena et Rosemary Standley), Clément Dazin, Lou Doillon, Laurence Equilbey avec Anas Séguin (baryton) et Chiara Skerath (soprano), Yann Frisch, Kaori Ito, Yael Naim et Yoshi Oida.
Direction technique : Éric Bouché-Pillon.
Vidéo : Frédéric Baudet, Natalianne Boucher, Charles Carcopino, Jérémy Collet, Clément Debailleul, Sylvain Decay, Simon Frézel, NikodiO, Gaston Marcotti, Mathieu Plantevin.
Lumière : Valentine Losseau et Mathieu Plantevin.
Musiques : Antoine Berland, Birds on a wire - Dom la Nena et Rosemary Standley, Madeleine Cazenave, Lou Doillon, Laurence Equilbey, Yael Naim, Patrick Watson.
Son : Dominique Bataille.
Régie spéciale : Marco Bataille-Testu.
Stagiaires lumière : Martín Barrientos, Georgia Tavares.
Durée : 45 minutes.
Par la Cie 14:20.

>> cie1420.jimdo.com

Représentations prévues à la réouverture du 104.

Bruno Fougniès
Jeudi 29 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021