La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Scortecata" Ô vieillesse ennemie… une fable sans âge, désopilante et cruelle

On se souvient encore de la force expressive des corps nus exhibés dans "Bestie di scena", créé à Avignon en 2017, l'un des chefs-d'œuvre du corpus théâtral d'Emma Dante reconnue pour élire le corps réel - jeune, vieux, maigre, enveloppé - au centre de son esthétisme. En adaptant "La Scortecata", conte napolitain du XVIIe, la metteure en scène née à Palerme récidive de créativité libérée en propulsant, sur le plateau (presque) nu, deux acteurs (à moitié nu) incarnant à s'y tromper deux vieilles à la recherche de leur jeunesse perdue.



© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Rêver du Prince charmant - Walt Disney en a fait son fonds de commerce - recouvre un mythe qui, du côté des petites filles modèles, berce l'imaginaire éternel. Mais lorsque ce désir prend corps au travers de celui de deux nonagénaires, fripées, percluses de rhumatismes, incontinentes et de caractère peu amènes, la résonance devient tout autre. La farce tragique recouvre alors la bleuette légère, le règne de la guimauve a fait long feu.

Incarnées par deux acteurs époustouflants - Salvatore D'Onofrio et Carmine Maringola dont le jeu se hisse au niveau des tréteaux fabuleux de la mythique commedia dell'arte -, les deux vieilles vont jouer et rejouer le désir éternel d'être désirées… Et qu'importe si le prétendant s'avèrera être un roi pétant et libidineux qui, émoustillé par la voix de chardonneret de l'une d'elles, lui fera des avances "aveugles". L'appel de la chair est sans appel…

Emma Dante, avec la fausse innocence et l'insolence libertaire pleinement assumée qu'est la sienne - elle qui a installé sa compagnie dans une cave du nom d'une ancienne prison où les femmes accusées de sorcellerie étaient jugées -, s'empare à bras le corps de cette fable pour en exprimer tout le suc corrosif, déclenchant dans la salle le rire lié aux licences jouissives des lazzis. Pour faire résonner haut et fort ce souffle d'impertinence, la langue, charriant la poétique populaire d'un florilège de mots crus, redouble la hardiesse de la gestuelle.

© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Emmaillotées dans des tenues de nuit sans âge (si ce n'est le leur), les deux sœurs, tantôt alliées, tantôt rivales, vont parcourir à brides abattues toutes les étapes du désir chevillé à leur corps défait. Assises sur deux minuscules chaises sur lesquelles elles ne peuvent s'asseoir sans l'aide de l'autre, elles vont se préparer avec une ardeur frénétique à la nuit nuptiale. Se suçant avec énergie le doigt, qu'elles veulent chacune aussi lisse que celui d'une jeunette afin d'être l'élue, leurs tortillements effrénés déclenchent une franche rigolade.

"Bouche édentée, sorcière poilue, morue qui pue…", quelques-uns des doux mots dont elles se gratifient mutuellement tant la jalousie les dévore. Mais, lorsqu'elles fantasment que le roi est là derrière la porte pour enlever sa princesse, leurs différends passent à la trappe. Se saisissant d'une planche, elles vont l'ériger pour offrir chacune d'un côté de la porte le ballet cocasse du roi et de la sainte-nitouche effarouchée. Introduisant, tremblante de désir, le doigt dans la serrure, l'élue s'ouvrira les portes du palais miniature trônant au centre du plateau.

© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Sous drap immaculé et musique d'enfer, sera mimée crument la nuit de noces… interrompue par la mise en lumière du pot aux roses et du chapelet d'insanités fleuries échangées par les protagonistes. Dans un dernier sursaut, pour dépasser le réel qui résiste même dans la fiction, les rêves inassouvis vont se réifier sous la forme d'un tableau onirique qui les verra de dos revêtir les habits d'une charmante princesse et d'un séduisant roi.

La chute du royaume des rêves en sera d'autant plus brutale pour les deux nonagénaires décrépites… La croyance aux fables ayant fait son temps, le glas de la fin de partie sonnera, justifiant le titre "La Scortecata" ou "L'écorchée" en français. Une chute des plus noires, renvoyant non plus à la farce destinée aux rires mais à la tragédie la plus pure.

Convoquant avec brio les désirs inassouvis de corps de vieilles (incarnées par deux comédiens protéiformes) ne demandant qu'à "refleurir", Emma Dante réalise l'exploit de déclencher les rires sur un sujet à vif. S'exonérant de toute allégeance au politiquement correct, s'emparant d'un ancien conte napolitain truculent, elle projette sous les lumières crues du théâtre contemporain les avatars du dur désir d'aimer traversant les âges.

La pièce "La Scortecata", librement adapté de "Lo cunto de li cunti" de Giambattista Basile, a été donnée au TnBA Bordeaux (du 13 au 17 octobre 20 20) dans le cadre du FAB (2 au 17 octobre 2020).

"La Scortecata"

© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Compagnie Sud Costa Occidentale.
Spectacle en napolitain surtitré en français.
Traduction du texte en français : Juliane Regler.
Surtitres : Franco Vena.
Texte et mise en scène : Emma Dante.
Assistant à la mise en scène : Manuel Capraro.
Avec : Salvatore D'Onofrio, Carmine Maringola.
Éléments scéniques et costumes : Emma Dante.
Lumières : Christian Zucaro.

Tournée
11 et 12 janvier 2021 : Scènes Vosges/Auditorium de la Louvière, Épinal (88).
4 février 2021 : MA - scène nationale, Montbéliard (25).

Yves Kafka
Jeudi 22 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022