La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Scortecata" Ô vieillesse ennemie… une fable sans âge, désopilante et cruelle

On se souvient encore de la force expressive des corps nus exhibés dans "Bestie di scena", créé à Avignon en 2017, l'un des chefs-d'œuvre du corpus théâtral d'Emma Dante reconnue pour élire le corps réel - jeune, vieux, maigre, enveloppé - au centre de son esthétisme. En adaptant "La Scortecata", conte napolitain du XVIIe, la metteure en scène née à Palerme récidive de créativité libérée en propulsant, sur le plateau (presque) nu, deux acteurs (à moitié nu) incarnant à s'y tromper deux vieilles à la recherche de leur jeunesse perdue.



© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Rêver du Prince charmant - Walt Disney en a fait son fonds de commerce - recouvre un mythe qui, du côté des petites filles modèles, berce l'imaginaire éternel. Mais lorsque ce désir prend corps au travers de celui de deux nonagénaires, fripées, percluses de rhumatismes, incontinentes et de caractère peu amènes, la résonance devient tout autre. La farce tragique recouvre alors la bleuette légère, le règne de la guimauve a fait long feu.

Incarnées par deux acteurs époustouflants - Salvatore D'Onofrio et Carmine Maringola dont le jeu se hisse au niveau des tréteaux fabuleux de la mythique commedia dell'arte -, les deux vieilles vont jouer et rejouer le désir éternel d'être désirées… Et qu'importe si le prétendant s'avèrera être un roi pétant et libidineux qui, émoustillé par la voix de chardonneret de l'une d'elles, lui fera des avances "aveugles". L'appel de la chair est sans appel…

Emma Dante, avec la fausse innocence et l'insolence libertaire pleinement assumée qu'est la sienne - elle qui a installé sa compagnie dans une cave du nom d'une ancienne prison où les femmes accusées de sorcellerie étaient jugées -, s'empare à bras le corps de cette fable pour en exprimer tout le suc corrosif, déclenchant dans la salle le rire lié aux licences jouissives des lazzis. Pour faire résonner haut et fort ce souffle d'impertinence, la langue, charriant la poétique populaire d'un florilège de mots crus, redouble la hardiesse de la gestuelle.

© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Emmaillotées dans des tenues de nuit sans âge (si ce n'est le leur), les deux sœurs, tantôt alliées, tantôt rivales, vont parcourir à brides abattues toutes les étapes du désir chevillé à leur corps défait. Assises sur deux minuscules chaises sur lesquelles elles ne peuvent s'asseoir sans l'aide de l'autre, elles vont se préparer avec une ardeur frénétique à la nuit nuptiale. Se suçant avec énergie le doigt, qu'elles veulent chacune aussi lisse que celui d'une jeunette afin d'être l'élue, leurs tortillements effrénés déclenchent une franche rigolade.

"Bouche édentée, sorcière poilue, morue qui pue…", quelques-uns des doux mots dont elles se gratifient mutuellement tant la jalousie les dévore. Mais, lorsqu'elles fantasment que le roi est là derrière la porte pour enlever sa princesse, leurs différends passent à la trappe. Se saisissant d'une planche, elles vont l'ériger pour offrir chacune d'un côté de la porte le ballet cocasse du roi et de la sainte-nitouche effarouchée. Introduisant, tremblante de désir, le doigt dans la serrure, l'élue s'ouvrira les portes du palais miniature trônant au centre du plateau.

© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Sous drap immaculé et musique d'enfer, sera mimée crument la nuit de noces… interrompue par la mise en lumière du pot aux roses et du chapelet d'insanités fleuries échangées par les protagonistes. Dans un dernier sursaut, pour dépasser le réel qui résiste même dans la fiction, les rêves inassouvis vont se réifier sous la forme d'un tableau onirique qui les verra de dos revêtir les habits d'une charmante princesse et d'un séduisant roi.

La chute du royaume des rêves en sera d'autant plus brutale pour les deux nonagénaires décrépites… La croyance aux fables ayant fait son temps, le glas de la fin de partie sonnera, justifiant le titre "La Scortecata" ou "L'écorchée" en français. Une chute des plus noires, renvoyant non plus à la farce destinée aux rires mais à la tragédie la plus pure.

Convoquant avec brio les désirs inassouvis de corps de vieilles (incarnées par deux comédiens protéiformes) ne demandant qu'à "refleurir", Emma Dante réalise l'exploit de déclencher les rires sur un sujet à vif. S'exonérant de toute allégeance au politiquement correct, s'emparant d'un ancien conte napolitain truculent, elle projette sous les lumières crues du théâtre contemporain les avatars du dur désir d'aimer traversant les âges.

La pièce "La Scortecata", librement adapté de "Lo cunto de li cunti" de Giambattista Basile, a été donnée au TnBA Bordeaux (du 13 au 17 octobre 20 20) dans le cadre du FAB (2 au 17 octobre 2020).

"La Scortecata"

© ML Antonelli.
© ML Antonelli.
Compagnie Sud Costa Occidentale.
Spectacle en napolitain surtitré en français.
Traduction du texte en français : Juliane Regler.
Surtitres : Franco Vena.
Texte et mise en scène : Emma Dante.
Assistant à la mise en scène : Manuel Capraro.
Avec : Salvatore D'Onofrio, Carmine Maringola.
Éléments scéniques et costumes : Emma Dante.
Lumières : Christian Zucaro.

Tournée
11 et 12 janvier 2021 : Scènes Vosges/Auditorium de la Louvière, Épinal (88).
4 février 2021 : MA - scène nationale, Montbéliard (25).

Yves Kafka
Jeudi 22 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021