La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La Scène Saint-Denis nous relie grâce au Festival de Saint-Denis !

Fidèle à sa vocation de faire dialoguer les Anciens et les Modernes, l'Occident et le reste du monde, le Festival de Saint-Denis propose pour la 45e année consécutive des événements musicaux exceptionnels jusqu’à la fin du mois de juin.



Le "Requiem" de Mozart au Festival de Saint-Denis en 2012 © Festival de Saint-Denis.
Le "Requiem" de Mozart au Festival de Saint-Denis en 2012 © Festival de Saint-Denis.
Car son ambition de relier les hommes et les cultures ne désarme pas. Inscrit dans un territoire à la fois patrimonial et "Métis" - avec un festival du même nom, consubstantiel et fraternel en cette même période -, le Festival de Saint Denis demeure un rendez-vous incontournable de toutes les musiques du monde. Qui peut en effet se vanter d’inviter de grands artistes venus d’univers aussi différents que celui de la musique dite classique (pour aller vite), de la création contemporaine, et de ceux qui nous parlent d’horizons lointains, avec les chants soufi, flamenco, ou africain ? De la Basilique à la Maison de la Légion d’Honneur, transformée pour un temps en pavillon de musique, de Saint-Ouen à La Courneuve, c’est tout le département que la musique transporte !

Cette année est encore un grand cru. Mais les aléas n’ont cependant pas manqué, qui ont donné des sueurs froides aux organisateurs. La disparition le 14 avril de l’immense Sir Colin Davis tout d’abord. Un chef habitué du festival et qui devait une fois de plus l’inaugurer avec une œuvre dans laquelle il excellait, "L’Enfance du Christ" de Hector Berlioz. Le 29 mai dernier, c’est au directeur musical de l’Opéra de Los Angeles, James Conlon, qu’est revenu l’honneur de lui rendre hommage en dirigeant l’Orchestre National de France, avec le Chœur de Radio France - avec ce même Berlioz.

Sofi Jeannin © Christophe Abramowitz/Radio France.
Sofi Jeannin © Christophe Abramowitz/Radio France.
Et puis un fatal enchaînement d’annulations malheureuses. Celle du récital du pianiste Fazil Say, souffrant - heureusement remplacé par les sœurs Katia et Marielle Labèque et leurs deux pianos ; ou encore celle du concert très attendu dans la vénérable Basilique du jeune directeur musical de la Fenice, Diego Matheuz, obligé de rentrer précipitamment au Venezuela. Et remplacé là encore au pied levé pour diriger le "Requiem" de Johannes Brahms par Laurence Equilbey. Grâce lui en a été rendue.

Bien-sûr, le riche programme du festival nous promet encore de belles rencontres musicales. On retrouvera avec bonheur l’Orchestre National de France en clôture de cette saison 2013 (le 28 juin) sous la baguette de Kristjan Järvi avec des "Psaumes" trop mal connus d’Igor Stravinski, accompagné du Chœur de Radio France, également sur scène avec l’Orchestre Philharmonique de la célèbre maison ronde le 20 juin. L’occasion de réentendre un chef d’œuvre éblouissant de Gabriel Fauré, son "Requiem", dont les accents sublimes s’élèveront pour notre plus grand bonheur sous les hautes arcades de la vieille nécropole des Rois, avec à la direction la mezzo soprano suédoise Sofi Jeannin. D’autres concerts sont prévus, à ne pas rater d’ici la fin du festival.

Julien Chauvin, violoniste, et Jérémie Rhorer, jeune chef d'orchestre © C. Doutre.
Julien Chauvin, violoniste, et Jérémie Rhorer, jeune chef d'orchestre © C. Doutre.
Car la fine fleur des jeunes artistes s’est installée en Seine Saint-Denis cette année encore : le jeune chef d’orchestre Jérémie Rhorer, nouvelle sensation des mélomanes, la soprano Julie Fuchs, l’Ensemble Pygmalion conduit par Raphaël Pichon au terme d’une résidence d’un an à Saint-Denis (dont le concert est à venir). N’oublions pas Olivier Mellano, dont l’opéra baroque électro-rock, "La Chair des Anges", a ravi un public ouvert à toutes les créations, pourvu qu’elles soient bonnes. Avec "Métis", la richesse multiculturelle du département se revendique : Salif Keita, Olivia Ruiz se produisent la semaine prochaine. Quelques jours plus tard, ce sera au tour de la grande chanteuse flamenca Carmen Linares de nous enflammer avec le Qawwali Flamenco. Alors … tous sur la Scène Saint-Denis !

Du 29 mai au 28 juin 2013.
Festival de Saint Denis, 01 48 13 06 07.
16, rue de La Légion d’Honneur, Saint Denis (93).
Lieux des concerts : Basilique et Légion d'Honneur.
>> festival-saint-denis.com


Christine Ducq
Lundi 17 Juin 2013

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022