La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La Révolution intérieure : Chostakovitch par Neeme Järvi à la tête de l'Orchestre National de France

Événement. Le vénérable chef estonien Neeme Järvi a dirigé deux Symphonies révolutionnaires (à leur manière) en cette année de commémoration de la Révolution de 1917 et le Concerto n°1 pour piano, trompette et cordes de Dimitri Chostakovitch à l'Auditorium de Radio France. Un concert idéal, disponible à l'écoute sur le site de France Musique.



© Christophe Abramowitz/Radio France.
© Christophe Abramowitz/Radio France.
Il est des soirées parfaites, jouissives, passionnantes de bout en bout. Le concert du 9 novembre à l'Auditorium en réunissait tous les ingrédients avec un répertoire magistralement pensé (les Symphonies n°9 et n°12, dite "L'Année 1917", et le premier Concerto pour piano de 1933) d'un compositeur surdoué, et avec un orchestre de la qualité qu'on lui connaît, transcendé par un impérial et charismatique chef de quatre-vingts ans. Ajoutez-y deux solistes plus que talentueux pour le Concerto n°1 et votre soirée devient proprement inoubliable.

Programmer en effet la Symphonie n°9 (la plus étonnante des trois "Symphonies de guerre" de Chostakovitch de par sa durée et son écriture) avec la fameuse Symphonie n°12, appelée "L'Année 1917", créées respectivement en 1945 et 1961, se révèle un choix des plus judicieux. Réunies, elles rappellent la constance d'un compositeur qui sut toujours ne jamais vraiment satisfaire les caciques du Parti et l'Union des Compositeurs soviétiques à leurs ordres - à ses risques et périls.

Censées honorer la résistance et la victoire soviétiques sur le nazisme pour la première, et commémorer Lénine et la Révolution bolchévique pour la seconde, les œuvres manifestent avant tout l'esprit de résistance intérieure qui aida le compositeur (et le peuple russe) à survivre dans une dictature féroce et tatillonne. Un régime qui faillit bien l'éliminer à plusieurs reprises (par exemple en 1937 et 1948). Le Concerto n° 1 est de la même eau, sorte de confidence autobiographique tout à la fois lyrique et ironique - bel exemple de ce double discours qui fit la marque de fabrique de Chostakovitch, alors qu'il se remettait de l'échec de son opéra "Le Nez". Voilà pour le programme choisi.

Neeme Järvi © Simon van Boxtel.
Neeme Järvi © Simon van Boxtel.
Écrite en un mois en août 1945 et créée par Evgeni Mravinski avec le Philharmonique de Leningrad en novembre, la Symphonie n°9 en mi bémol majeur (opus 70) déjoue toutes les attentes. Loin de célébrer la victoire soviétique et le Petit Père des Peuples avec chœurs, orchestre massif et apothéose grandiose (dans le genre de la 9e de Beethoven), Chostakovitch compose la plus courte et la plus gaie (en apparence) de ses quinze symphonies avec cinq mouvements qui n'excèdent pas vingt-cinq minutes - soit la durée du seul premier mouvement des 7e et 8e symphonies, précédents opus de la trilogie de guerre. "C'est une pièce très joyeuse" prévenait son auteur, écrite pour moins de soixante-dix musiciens.

Paterne et souriant, recevant force sourire en retour des musiciens, Neeme Järvi respecte à la lettre le souhait du compositeur ("Ils voulaient une fanfare, moi une ode", in "Mémoires" à Solomon Volkov) en dirigeant de la main, voire du doigt, un Allegro chambriste et moqueur. Il obtient du basson (et sa cadence admirable) et des duos et trios de clarinettes ce caractère rembruni qui installe une angoisse sourde au deuxième mouvement. La valse désolée et le crescendo tragique ne résistent pas aux têtes-à-queue comiques, qui vont caractériser la symphonie. La tendresse du Moderato laisse ainsi place aux sarcasmes et à l'energéia irrésistible du Presto (et son beau solo de trompette). Avec le Largo et l'Allegretto final (les trois derniers mouvements étant liés), l'angoisse resurgit plusieurs fois pour se diluer in extremis dans une marche moins militaire que proche de la parade grotesque de cirque.

Ces ricanements du compositeur (qui n'entend en rien glorifier le sanglant Dictateur), non dénués de séquences d'un lyrisme à serrer le cœur, se retrouvent dans le superbe Concerto n°1 en ut mineur (opus 35) pour piano, trompette et cordes. L'écriture rhapsodique au piano - merveilleusement poétisée par Simon Trpceski qui récolte des acclamations méritées (et quel spectacle !) - nécessite un rubato d'une virtuosité impressionnante. Et la valse triste du piano solo, plus loin, fait frissonner.

© DR.
© DR.
Avec ses trois mouvements traditionnels, le concerto déjoue là encore toutes les attentes, entre méditation élégiaque et électricité jazzy. Avec la sonorité ronde et les accents nobles du grand trompettiste Andrei Kavalinski (premier solo de l'ONF), il se révèle d'une beauté confondante.

Les cordes soyeuses de l'ONF y jouent évidemment un grand rôle, nullement désarçonnées par les embardées sarcastiques et rythmiques de la partition. Le pianiste offre en bis avec Andrei Kavalinski une version transcrite du fameux air "Tristes apprêts, pâles flambeaux" de l'opéra de Jean-Philippe Rameau ("Castor et Pollux"). Cadeau bouleversant fait au public français par Simon Trpceski, teinté d'une morbidesse raffinée.

Pour terminer, la Symphonie n°12 en ré mineur (opus 112), "L'Année 1917", présente l'instrumentarium habituel (on retrouve donc une opulente formation de plus de cent musiciens). L'occasion de vérifier que les pupitres de l'ONF (cordes, bois, cuivres, percussions) sont indiscutablement parmi les meilleurs.

© DR.
© DR.
Neeme Järvi en fait une fresque lumineuse, enchanteresse, à la richesse mélodique et coloriste, unifiant en un courant maîtrisé épopée et chant. Gommant les ruptures, celui-ci insuffle un sublime crescendo aux quatre mouvements liés. On songe alors à l'art de son créateur en 1961, l'inoubliable Mravinski. L'orchestre, littéralement emporté dans sa relation fusionnelle avec le chef estonien, nous transporte jusqu'au sommet grandiose du finale, cette "Aube de l'Humanité" radieuse - qui nous hantera ensuite plusieurs jours. Du grand art, modeste et génial.

Concert disponible à l'écoute sur francemusique.fr

Orchestre National de France.
Sarah Nemtanu, violon solo.
Neeme Järvi, direction.

Et pour le Concerto N°1 :
Andrei Kavalinski, trompette.
Simon Trpceski, piano.

Prochains concerts de l'ONF sur maisondelaradio.fr
Tél. : 01 56 40 15 16.

Christine Ducq
Jeudi 16 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022