La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Perruche"… Un questionnement sur les relations humaines et les valeurs individuelles

"La Perruche", Théâtre de Paris, Paris

"Un couple attend des amis pour le dîner, mais ceux-ci n'arriveront jamais… S'agit-il d'un accident, d'une séparation, d'un cambriolage ? À chercher les raisons de cette absence, l'homme et la femme se disputent au sujet du couple […], ils enchaînent les quiproquos absurdes et les révélations intimes, remettant en cause […] leur propre couple."



© Celine Nieszawer.
© Celine Nieszawer.
C'est le résumé que l'on peut lire concernant le spectacle "La Perruche". On y va parce que ça nous semble sympathique et amusant. On s'attend à passer un agréable moment.

La pièce se présente en trois actes, que l'on pourrait presque appeler des rounds. À peine commence-t-elle que la bataille s'enclenche. La femme face à l'homme. Le sexe face à l'amour. L'individu face au couple. Chacun défend ses positions. L'intrigue est mise en valeur par un jeu de lumière simple et efficace. À la fin de chacune des parties, retentit dans la salle un son ayant la menace de la sentence, et s'accordant avec un découpage de lumière ciblant l'un ou l'autre des personnages. La transition est parfaitement assumée par le régisseur Alex Lepinay.

Cette représentation ne se veut pas la caricature de la différence commune et grossière que l'on peut apposer entre les hommes et les femmes. Nous n'assistons pas à la plaidoirie d'un homme qui se fait le porte-parole de tous les hommes, ni au discours de la femme qui s'érige en tant que représente de la gent féminine. Nous sommes face à un couple, et plus précisément, face à deux personnes, qui ont des avis distincts l'un de l'autre concernant les relations sentimentales.

© Celine Nieszawer.
© Celine Nieszawer.
La pièce est drôle, vraiment. Elle est drôle parce qu'elle est intelligente. L'humour est bien amené, à la fois facile et subtil. Les reparties de l'un et l'autre des personnages découlent avec aisance et fluidité. Ils se renvoient habilement la réplique. Ni drame ni comédie, cette création se présente comme une réflexion sur la vie.

Les deux comédiens sont excellents. Ils dégagent tous deux une belle énergie de jeu, maintenue et égale tout au long du spectacle. Leurs interprétations sont à la fois fortes et touchantes. Nous nous prenons d'affection autant pour la femme que pour l'homme car le duo d'acteurs a su rendre ces caractères réels. On est sensible à l'amour qui se défend d'Arié Elmaleh comme on est emporté par le besoin d'épanouissement de Barbara Schulz.

La pièce provoque les rires, mais elle ne fait pas que ça. Elle est une piste de réflexion sur la notion de relation de couple, d'amour, de sexe mais également d'accomplissement de soi-même. Trouver sa place, garder son individualité, même quand l'on construit quelque chose à plusieurs. L'homme et la femme n'ont pas de noms, ils sont anonymes. Ils sont tout le monde et questionnent le monde. Les personnages sont des corps dans lesquels chacun peut s'implanter, ce qui permet à tous de s'identifier et de se sentir concernés.

Certains diront d'Audrey Schebat qu'elle est féministe. J'emploierais plutôt le mot humaniste.

"La Perruche"

© Celine Nieszawer.
© Celine Nieszawer.
Texte et mise en scène : Audrey Schebat.
Assistante mise en scène : Emmanuelle Tachoires.
Avec : Arié Elmaleh et Barbara Schulz.
Scénographe : Edouard Laug.
Lumières : Laurent Béal.
Costumes : Ariane Viallet.
Son : François Peyrony.
Durée : 1 h 10.

Du 29 septembre au 21 octobre 2017.
Du jeudi au samedi à 19 h, le dimanche à 17 h.
À partir du 24 octobre.
Du mardi au samedi à 19 h, le dimanche à 17 h.
Théâtre de Paris, salle Réjane, Paris 9e, 01 42 80 01 81.
˃˃ theatredeparis.com

Ludivine Picot
Lundi 30 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Comme une horloge bien huilée qui remonte le temps des amours adultères

"Trahisons", Le Lucernaire, Paris

Reprise "Trahisons", la pièce de Pinter, est devenu un classique du répertoire contemporain. Un style, un mode de jeu que les élèves des écoles de comédie pratiquent chaque année en cours. Car ici, c'est la manière délicate de jouer ces échanges aux allures banales et quotidiennes qui prime sur le fond. Un théâtre du non-dit, du verbe rare, elliptique, où le sous-texte, le regard, le geste retenu valent autant que ce qui est dit, ce qui est joué.

Comme une horloge bien huilée qui remonte le temps des amours adultères
L'histoire elle-même semble toute convenue : deux amis, l'un éditeur, l'autre agent d'auteur. La femme du premier a une longue liaison avec le second. Avec ce lien d'amitié, ce lien amoureux et ce lien matrimonial se tissent une tapisserie de l'apparence qui dissimule les secrets, un voile fait de sentiments contradictoires.

Pourtant, l'originalité de cette pièce de Pinter tient dans sa construction. L'histoire commence par la fin et va remonter dix années de la vie intime de ces trois personnages. Elle tient également à la sobriété, on pourrait même dire le formalisme des scènes. Ce sont avant toute chose des Anglais de la classe moyenne haute, préoccupés par les apparences, les qu'en-dira-t-on, la politesse.

Une propreté toute javellisée des échanges. Des contacts. Des habitudes. Une organisation pratique des tromperies d'une grande méticulosité, réaliste. Ce sont de ces passions amicales et amoureuses totalement à l'opposée du feu et des flammes des passions latines.

Bruno Fougniès
24/01/2018
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
17/02/2018
Sortie à la Une

"Bluebird", un rêve éveillé… ou plutôt comme l'éveil rêvé d'un autre monde

"Bluebird", en tournée

Noctambules. Insomniaques. Travailleurs aux horaires décalés. Nomades de la nuit. Tous pris en charge par Jimmy le chauffeur de taxi au volant de sa Nissan Blue Bird. Les personnages de "Bluebird" pièce écrite par l'auteur anglais Simon Stephens sont des isolés de Londres.

Des atomes qui surgissent au fil du temps, au défilement des réverbères, au surgissement des ombres, à la fragmentation des halos des devantures et repartent. Comme égrenés sous le poids de lassitude du moment.

Ce chauffeur dont le spectateur suit la tournée nocturne est comme un ange gardien. Toujours à la parade d'un danger éventuel. Le désamorçant avec talent quand il se manifeste. Avec ses petits rituels du café partagé, sa cigarette offerte, sa question posée à l'abrupt. Son silence pesé aussi. Ménageant des instants de presque confiance, propices aux confidences. Autant d'amorces, qui laissent transparaître les petits secrets des uns et des autres et qu'il amasse comme le ferait un écrivain.

Au fur et à mesure des échanges, son propre secret apparaît. Bien plus lourd que ne le laissent entendre les indices donnés à chaque client. Jimmy est toujours sur le qui vive. Jimmy avance dans l'allégement de sa conscience. C'est un secret que le critique ne peut dévoiler car c'est le ressort de la pièce.

Jean Grapin
19/01/2018